Inscription

La Plateforme Africaine de Science Ouverte commence à prendre forme

Les attentes sont grandes pour la Plateforme africaine de science ouverte, qui vient de nommer ses premiers directeur et directeur adjoint. La nouvelle équipe nous a parlé des plans pour la première année de fonctionnement complet de la plateforme et de la manière dont la communauté ISC peut s'impliquer.

La plateforme scientifique ouverte africaine (AOSP), qui a été hébergée par le Fondation nationale de la recherche (NRF) d'Afrique du Sud depuis 2020, vise à positionner les scientifiques et les systèmes scientifiques en Afrique à la pointe de la science ouverte à forte intensité de données. le La plateforme a été lancée pour la première fois en 2017, et intensifie désormais ses activités suite aux nominations de Tshiamo Motshegwa au poste de directeur et de Nokuthula Mchunu au poste de sous-directeur. 

Nous avons rencontré Tshiamo et Nokuthula pour en savoir plus.

Comment vous êtes-vous impliqué pour la première fois dans la Plateforme Africaine de Science Ouverte ? Qu'est-ce qui vous passionne le plus dans ce travail ?

Tshiamo : La plateforme scientifique ouverte africaine (AOSP) est en gestation depuis longtemps. Lorsque j'étais à l'Université du Botswana, j'ai participé à l'engagement des parties prenantes lors de l'étude pilote AOSP menée à travers le continent pour évaluer la capacité et l'activité de la science ouverte, et ainsi établir la base de référence pour la science ouverte en Afrique. Le projet pilote a abouti à une étude pilote complète largement diffusée et à l'élaboration de cadres directeurs sur les politiques, les infrastructures, les incitations et le renforcement des capacités.

Depuis, je travaille sur la manière dont les données ouvertes et la science ouverte peuvent être utilisées pour relever les défis, tant au niveau régional que national au Botswana. Au cours de la dernière décennie, dans le cadre de l'engagement du Département d'informatique de l'Université du Botswana et de la représentation régionale de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC) du Botswana, j'ai participé au développement de la cyberinfrastructure régionale dans les pays d'Afrique australe. L'impulsion a été de créer un bien commun et de soutenir l'intégration régionale dans la science, la technologie et l'innovation à travers le prisme de l'infrastructure.

Au début, l'accent était mis sur l'infrastructure et sur la garantie que les scientifiques africains aient accès à l'infrastructure informatique, en particulier la connectivité, par le biais du réseau national de recherche et d'éducation (NREN) et des universités et de la fourniture institutionnelle d'installations de calcul à haute performance (HPC). - en particulier dans la préparation de l'engagement dans le projet Square Kilometre Array (SKA). Mais nous reconnaissons que l'infrastructure seule ne suffit pas : nous devons nous assurer qu'elle est pleinement utilisée, et cela signifie la conceptualisation de projets plus collaboratifs, y compris des projets transfrontaliers, régionaux et panafricains.

Nokuthula : Avant de rejoindre l'AOSP, j'ai travaillé sur de nombreux projets collaboratifs, à la fois à l'université et au Conseil de la recherche agricole en Afrique du Sud. J'étais basé sur la plate-forme de biotechnologie – ou génomique – qui partage des ressources dans le secteur agricole et avec certaines universités. La génomique se prête au partage de données ouvertes, et cela m'a toujours intéressé. Avant d'avoir ce concept d'accès ouvert et de données ouvertes, nous utilisions le mot collaboratif. Je pense que l'AOSP est la bonne étape pour les pays africains. Cela peut demander beaucoup de sueur, mais de nos jours, la science ouverte est la voie à suivre !

Tshiamo : La science ouverte et la mise en œuvre d'un cadre international de science ouverte peuvent contribuer et donner un élan à la transformation de l'entreprise scientifique. L'Afrique est aussi un continent très jeune, et par conséquent, il y a tellement de potentiel pour développer des compétences et intéresser les jeunes à la science. Il y a des défis qui nous sont propres en Afrique, et aussi des opportunités. Prenons la question des connaissances indigènes : comment pouvons-nous les apporter au reste du monde grâce à des projets qui adoptent et promeuvent les principes de la science ouverte ? Cela pourrait être un différenciateur.

La question du libre accès est également essentielle pour l'Afrique. Nous avons une opportunité de démocratiser la science et l'accès à la littérature scientifique par les Africains et les institutions africaines. Nous aurons peut-être besoin de nouveaux modèles et systèmes de publication et d'incitations pour nous assurer que les institutions propagent également le libre accès. Il sera utile de rechercher des synergies avec le Travaux en cours de l'ISC sur l'édition scientifique.  

L'Union africaine a des déclarations très fortes et progressistes sur la manière dont la science peut être utilisée pour relever les défis du continent, mais sur le terrain, beaucoup plus peut être fait à travers de nombreux aspects - allant de l'investissement dans la recherche, l'infrastructure et le développement du capital humain pour renforcer et construire des entreprises africaines de recherche, de science et d'innovation adaptées à leur objectif. C'est crucial.

L'accès aux infrastructures est un gros problème. En tant qu'informaticien, je suis conscient du besoin et du manque d'infrastructure informatique sur le continent. Le plus souvent, le continent dispose de chercheurs compétents et bien formés, mais souvent les conditions ne sont pas favorables à la recherche - par exemple pour la recherche qui nécessite une infrastructure informatique haut de gamme, y compris pour la modélisation dans des domaines tels que le temps et le climat, la génétique et la bioinformatique, conception technique et autres. En conséquence, ces scientifiques très compétents quittent le continent parce qu'ils sont handicapés et frustrés par le manque d'accès aux infrastructures. Un cloud ou une infrastructure de recherche panafricaine qui nous permettra de faire une meilleure science est essentiel. L'infrastructure est l'un des principes de l'AOSP. Il existe de solides projets existants à travers les réseaux nationaux africains de recherche en éducation (NREN) qui ont aidé à fournir une connectivité aux institutions du continent. À l'avenir, l'espoir est de s'assurer que de plus en plus de pays africains sont connectés à un réseau de réseaux qui peuvent former l'infrastructure de base, en plus de laquelle vous pouvez faire des choses intéressantes et endiguer la fuite des cerveaux des scientifiques. L'AOSP peut y jouer un rôle, en collaboration avec les parties prenantes, y compris au niveau international et avec l'industrie, pour s'assurer que l'accès aux infrastructures n'est pas un goulot d'étranglement pour faire de la science sur le continent. Par exemple, le Projet AfricaConnect3 et les itérations précédentes de cette collaboration UE-Afrique sur les NREN et la connectivité ont considérablement amélioré la connectivité au cours des dernières années, mais - à l'avenir - les services avancés, y compris les services de données, seront au centre des préoccupations, ainsi que la transformation numérique et même la science ouverte concernant ce que les NREN peuvent soutenir, et l'AOSP peut jouer un rôle à cet égard, en s'engageant avec les NREN et les RENS régionaux.

Comment se sont passés les premiers mois à l'AOSP ?

Tshiamo : Il y a eu tellement d'attentes et d'anticipation à propos de l'AOSP. À juste titre, car l'étude du paysage a été achevée en 2018 et cette direction de l'AOSP a été nommée pour venir faire avancer la phase de mise en œuvre de l'AOSP.

Des efforts concertés sont déployés pour s'assurer que l'AOSP répond aux attentes des parties prenantes grâce à sa proposition de valeur. Nous nous engageons et communiquons sur diverses plateformes pour partager et diffuser des informations sur ce qu'est l'AOSP et sa proposition de valeur afin de constituer une base de membres large, diversifiée et représentative. À partir de cette composition diversifiée et continentale, des structures de gouvernance pertinentes et solides de l'AOSP peuvent être mises en place. Cela a été mouvementé, mais positif dans la mesure où nous avons l'occasion de nous connecter avec les parties prenantes afin que nous puissions avancer avec elles à l'avenir. Nous assisterons au Forum régional africain sur la science, la technologie et l'innovation et au Forum régional africain sur le développement durable au Rwanda, notamment en participant aux sessions de recommandation de l'UNESCO sur la science ouverte pour approfondir le dialogue sur la mise en œuvre du cadre international de la science ouverte et les efforts africains dans cette direction. Nous nous engageons également dans des forums nationaux concernant la science ouverte - d'autant plus que l'AOSP pilotera, guidera et soutiendra les nœuds régionaux de l'AOSP pour promouvoir la science ouverte dans leurs provinces. Par exemple, nous avons été impliqués dans les plateformes de dialogue pour le développement de la politique scientifique ouverte sud-africaine.

Qu'implique la création d'une base de membres pour la plate-forme ? Qui peut devenir membre et comment ?

Tshiamo : Nous développons actuellement un processus d'adhésion des membres. Comme souligné dans la stratégie de l'AOSP, la base de membres sera variée, y compris les institutions chargées de mener des recherches, l'enseignement supérieur, les consortiums de recherche, les ONG et les organismes de financement, etc. L'accent sera mis sur les institutions qui ont un mandat fort pour la recherche en leurs pays, au niveau régional mais aussi international. Le rôle de l'industrie va également être très important. Les réseaux existants à tous les niveaux dans divers domaines seront également des parties prenantes clés et des membres potentiels, et nous sommes impatients de les impliquer car l'AOSP cherche à construire un réseau de réseaux.

Nokuthula : Bien entendu, les membres seront des résidents des États membres de l'Union africaine. D'autres partenaires mondiaux pourront peut-être se joindre en tant qu'observateurs, mais ils n'auront pas de droit de vote sur la gouvernance de la plateforme.

Tshiamo : L'AOSP sera aussi forte que ses membres. D'ici la fin de cette année, il y aura un conseil d'administration composé de membres ou de représentants des membres, qui prendra le relais de l'actuel conseil consultatif composé d'experts bénévoles qui ont guidé le développement de l'AOSP jusqu'à présent.

Vous pourriez également être intéressé par

La science ouverte dans le « Sud global »

La promotion et la promotion de la science ouverte sont fondamentales pour réaliser la vision de l'ISC de la science en tant que bien public mondial.

Pour tous ceux qui lisent ceci et qui souhaitent s'impliquer, que doivent-ils faire ?

Tshiamo : Nous avons un site Web en développement à https://aosp.org.za/ et nous ajoutons constamment des informations sur l'adhésion à cela. Le site Web évoluera en un portail complet mettant en évidence les activités de la science ouverte sur le continent, y compris sur les piliers de l'AOSP, mais en attendant, Nokuthula et moi sommes disponibles pour recevoir des demandes de renseignements.

Où espérez-vous que la plateforme sera à la fin de l'année ?

Tshiamo : Nous adoptons une approche pragmatique. L'une des choses les plus immédiates que nous voulons faire est de renouer avec nos parties prenantes et de faire une analyse actualisée des lacunes en examinant ce qui s'est passé en Afrique depuis la publication de l'étude AOSP en 2018. Nous serons à la prochaine semaine internationale des données en Corée, et le Forum mondial de la science, qui arrive au Cap, où l'AOSP organisera des sessions pour impliquer les parties prenantes. Nous nous sommes également récemment engagés au 4th Forum régional africain sur la science, la technologie et l'innovation (ARSTIF) et 8ème session du Forum régional africain sur le développement durable (ARFSD) à Kigali, Rwanda en mars

L'autre élément clé est de communiquer la proposition de valeur d'AOSP. La mobilisation des ressources est primordiale pour assurer la pérennité de la plateforme, nous devons donc démontrer la valeur de la plateforme aux membres et aux organismes de financement. L'une des meilleures façons d'y parvenir est de s'assurer qu'il existe des projets qui seront exécutés sous le manteau de - ou du moins en association avec - l'AOSP. Nous avons souvent des projets qui se déroulent dans une région ou un pays particulier mais qui ont le potentiel de se développer en termes de portée. Nous avons identifié un certain nombre de projets dans des domaines tels que la santé et la science des données, la météo et le climat, l'économie bleue, etc., qui offrent de très bonnes opportunités. De plus, l'Afrique australe accueillera une partie du projet Square Kilometre Array. Ces types de projets mondiaux ont une empreinte significative en termes de données et peuvent être utilisés pour promouvoir les meilleures pratiques en science ouverte.

Nous prévoyons également d'avoir progressé dans l'identification et la nomination de nœuds régionaux pour héberger des instances AOSP dans d'autres pays d'ici la fin de l'année.

La question du renforcement des capacités est essentielle, et nous recherchons des alignements pour nous assurer que nous pouvons construire une communauté et un réseau de compétences pédagogiques. De plus, nous voulons établir un cadre de suivi et d'évaluation très solide afin que l'AOSP soit une institution apprenante. Parallèlement à cela, il est nécessaire de développer des indicateurs solides de la science ouverte - en particulier compte tenu du développement en cours des indicateurs de la science, de la technologie et de l'innovation en Afrique par le biais de l'Observatoire africain des STI.

Nous examinons également comment nous pouvons examiner des ensembles de données multi-domaines qui pourraient être facilement et facilement exploités pour faire progresser les aspects de la science qui sont pertinents pour les défis actuels. Par exemple, des progrès notables ont été accomplis dans le développement de vaccins contre la COVID-19 dans les pays à revenu faible et intermédiaire (PRITI) grâce à la disponibilité de données ouvertes sur certains de ces vaccins. Il est essentiel pour nous d'avoir un institut ou une plate-forme qui nous permette d'utiliser rapidement des ensembles de données librement disponibles - l'Institut des données et de l'IA envisagé par l'AOSP est donc une voie que nous chercherons à progresser.

En résumé, je pense que l'essentiel pour le continent est d'embrasser la tendance croissante au développement des biens communs mondiaux pour résoudre les défis mondiaux, et que le continent africain peut participer de manière significative à ce mouvement, en veillant à ce que nos écosystèmes scientifiques et technologiques soient adaptés pour objectif, et plus important encore, en créant des réseaux de collaboration sur le continent au-delà des frontières par le biais d'un AOSP fonctionnel.


Tshiamo Motshegwa

Le Dr Tshiamo Motshegwa est informaticien et universitaire en recherche sur le calcul haute performance et la science des données. Il s'intéresse à la science, aux politiques, à l'industrie et à l'interface publique, et aux engagements multilatéraux pour faire progresser la collaboration scientifique ouverte. Au cours des sept dernières années, il a siégé à divers comités ministériels du gouvernement du Botswana, à des groupes de travail d'experts de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC), ainsi qu'au Forum Open Data Open Science (ODOS) du Botswana.

Lisez la biographie complète de Tshiamo.

Nokuthula Mchunu

Le Dr Nokuthula Mchunu est chercheur principal du Conseil de la recherche agricole d'Afrique du Sud au sein de la plateforme de biotechnologie. Elle a obtenu son doctorat en génomique fongique, a été auparavant chercheuse principale au Département de biotechnologie de l'Université de technologie de Durban pendant plus de 15 ans. Le Dr Mchunu apporte une riche expérience dans les programmes de sensibilisation du milieu universitaire, la vulgarisation de la science et la science ouverte. 

Lire la biographie complète de Nokuthula


Image NASA via Flickr.

Passer au contenu