Inscription

Les défis des interactions science-politique-société dans la recherche transdisciplinaire

Les bénéficiaires du projet ISC LIRA 2030 ont identifié cinq défis clés pour mener des recherches transdisciplinaires et comment ils peuvent chacun être relevés.

Ce billet de blog a été initialement publié dans Informations sur l'intégration et la mise en œuvre et est republié avec la permission de l'auteur.

Pourquoi la recherche transdisciplinaire est-elle souvent si difficile ? Quels sont les principaux défis à relever pour coproduire efficacement des connaissances dans toutes les disciplines universitaires, les contextes politiques et les domaines sociétaux ?

Les bénéficiaires de LIRA 2030 ont identifié cinq défis clés lorsque nous avons analysé cinq projets mis en œuvre dans neuf villes africaines qui faisaient partie du Leading Integrated Research for Agenda 2030 en Afrique (LIRA) programme (Odume et al., 2021).

LIRA 2030 Afrique : Principales réalisations et enseignements

Le rapport présente les principales réalisations, idées et leçons apprises par le programme Leading Integrated Research for Agenda 2030 in Africa (LIRA 2030 Africa) au cours de sa période de six ans, de 2016 à 2021.


Challenge #1 : Franchissement de seuil conceptuel

Les interactions science-politique-société nécessitent l'engagement actif de divers acteurs, souvent avec un langage discursif et des contextes épistémiques différents. Traduire le discours académique dans un langage courant accessible peut être difficile. Dans le même ordre d'idées, les acteurs politiques et sociétaux utilisent un discours peu familier aux acteurs académiques.

Le franchissement de seuil conceptuel en termes de transformation intellectuelle, ontologique et cognitive est particulièrement difficile lorsque les projets ne consistent pas seulement à comprendre des problèmes ou à sensibiliser, mais à une véritable coproduction de connaissances et à la copropriété des résultats qui en résultent. Le défi est exacerbé :

  • à mesure que la diversité augmente. Plus les disciplines académiques, les contextes politiques et les domaines sociétaux des participants sont diversifiés, plus les seuils conceptuels à franchir sont grands
  • lorsque l'expérience passée dans des projets de recherche intégrative est limitée. Moins les participants ont été exposés aux autres secteurs, plus il est difficile de franchir les seuils conceptuels.

Défi #2 : Intensité d'utilisation des ressources

La disponibilité insuffisante de ressources telles que le temps, les ressources humaines et les fonds peut poser un défi important. La fréquence et l'intensité de l'engagement entre les acteurs scientifiques, politiques et sociétaux sont coûteuses en termes de planification des réunions et de recherche de lieux pour ces réunions, ainsi que de temps. Il est souvent difficile de programmer des réunions qui conviennent à tous les acteurs critiques. La mise en œuvre du projet peut donc être lente. En outre, essayer de trouver un terrain d'entente, qui change souvent à mesure que les projets progressent, peut entraver le rythme de mise en œuvre des projets.

Défi #3 : Différentiels de pouvoir, valeurs et éthique

Les interactions science-politique-société ont des différentiels de pouvoir inhérents. Les acteurs académiques, par exemple, sont épistémiquement puissants dans le discours académique des projets, tandis que les acteurs politiques sont influents pour déterminer si les résultats des projets doivent être utilisés dans l'arène politique.

L'influence du pouvoir et des valeurs diverses devient encore plus forte dans les projets mis en œuvre dans des espaces contestés. Cela nécessite un équilibre délicat entre les différents intérêts, valeurs et dynamiques de pouvoir. Il est particulièrement important de veiller à ce que les voix des acteurs moins puissants soient non seulement captées, mais également reflétées dans la mise en œuvre et les résultats du projet.

Défi #4 : Parcourir le dernier kilomètre

Nous utilisons l'analogie « parcourir le dernier kilomètre » pour illustrer l'importance de veiller à ce que la discontinuité et la fatigue de la participation soient correctement gérées. Cela garantit que les intérêts des acteurs critiques dans les projets sont soutenus depuis la co-identification des problèmes de recherche jusqu'à la co-production et la diffusion.

Notre expérience suggère que la discontinuité et la fatigue de la participation sont inévitables. Par conséquent, la création d'une redondance suffisante dans les projets dans les domaines de la science, de la politique et de la société est une stratégie importante pour faire face et s'adapter à la discontinuité. Par redondance, nous entendons intégrer dans les projets plusieurs acteurs qui pourraient jouer le même rôle ou des rôles similaires, contribuant ainsi à minimiser les effets négatifs de la discontinuité des personnes ou des idées.

Défi #5 : Une histoire de silos académiques et pratiques

Pour les universitaires qui n'ont jamais participé à des projets de recherche transdisciplinaires et à la coproduction de connaissances, l'intégration est souvent un défi particulier. Le défi de l'intégration peut se manifester sous une forme conceptuelle, pratique et/ou méthodologique.

Les acteurs politiques ont aussi souvent l'habitude de travailler en silos, avec peu de collaboration entre les différents secteurs politiques. Il peut également y avoir un manque de collaboration entre les différents niveaux de gouvernement, tels que local et national.

Stratégies pour surmonter les défis

Les défis liés au franchissement de seuil conceptuel nécessitent un apprentissage réflexif et une ouverture.

Il peut être utile de relever ensemble les défis de l'intensité des ressources, de l'histoire des silos académiques et de la pratique, et de la discontinuité et de la fatigue de la participation, car ceux-ci soulèvent l'impératif de rendre les ressources disponibles pour la coproduction, ainsi que l'importance du développement des capacités et inciter les praticiens et les universitaires impliqués dans la coproduction à favoriser les interactions science-politique-société. Plus précisément, pour intégrer les interactions science-politique-société par le biais de la coproduction, nous suggérons :

  1. Aborder les silos académiques et pratiques grâce à un développement adéquat des capacités et inciter les universitaires et les praticiens en les engageant depuis le début du projet jusqu'à la mise en œuvre et l'évaluation ;
  2. Stimuler la coproduction grâce à des ressources adéquates, par exemple, le financement de projets et le mentorat ;
  3. Aborder la discontinuité des idées et des personnes par des redondances au sein des équipes de projet et des processus.

Pour équilibrer les intérêts, les valeurs et l'asymétrie de pouvoir inhérente aux espaces de coproduction, nous suggérons d'identifier les sources de pouvoir inhérent et le contexte d'exercice du pouvoir. Il est également utile de rendre explicites les hypothèses, les valeurs et les attentes souvent implicites des acteurs concernant la participation à un projet.

Questions finales

Les défis que nous avons décrits correspondent-ils à votre expérience ? Avez-vous identifié des défis supplémentaires ou différents ? Existe-t-il d'autres stratégies pour surmonter les défis que vous avez trouvés efficaces ?


Pour en savoir plus:

Odume, ON, Amaka-Otchere, A., Onyima, B., Aziz, F., Kushitor, S. et Thiam, S. (2021). Trajectoires, dynamiques contextuelles et trans-échelles des interactions science-politique-société dans la recherche transdisciplinaire dans les villes africaines. Science et politique de l'environnement, 125. (En ligne – accès libre) (DOI) : https://doi.org/10.1016/j.envsci.2021.08.014

Biographies:

Oghenekaro Nelson Odume PhD est professeur agrégé et directeur de l'Institut de recherche sur l'eau de l'Université de Rhodes, Grahamstown, Afrique du Sud. Ses principaux intérêts sont la recherche transdisciplinaire dans les systèmes socio-écologiques complexes, l'engagement politique et la gestion des ressources en eau..

Akosua BK Amaka-Otchere PhD est chargé de cours au Département de planification de l'Université des sciences et technologies Kwame Nkrumah, Kumasi, Ghana. Ses principaux intérêts sont le travail transdisciplinaire, l'engagement politique, le suivi et l'évaluation, et l'analyse de genre dans la planification régionale et urbaine, l'énergie et l'environnement..

Bénédiction Nonye Onyima PhD est maître de conférences dédié au département de sociologie et d'anthropologie, qui fait partie de la faculté des sciences sociales de l'université Nnamdi Azikiwe, située à Akwa, au Nigeria. Elle s'engage activement dans la recherche ethnographique qualitative, explorant divers thèmes qui englobent la culture, la santé, le genre, l'environnement, les conflits et la recherche transdisciplinaire..

Ph. D. Fati Aziz est associée de recherche postdoctorale à la Texas A&M University, College Station, Texas, États-Unis. Ses intérêts de recherche sont la gestion des ressources naturelles et l'engagement des parties prenantes, avec un objectif principal de combler le fossé entre les connaissances scientifiques et la mise en œuvre pratique..

Sandra Boatemaa Kushitor PhD est un spécialiste de la population basé au Ensign Global College, Kpong, Ghana et à l'Université de Stellenbosch, Stellenbosch, Afrique du Sud. Elle applique les perspectives théoriques et méthodologiques des sciences sociales pour comprendre la santé de la population dans ses recherches axées sur trois domaines distincts mais liés de la santé de la population : les déplacements de population, la nutrition en santé publique et la gouvernance..

Docteur Sokhna Thiam est chercheur associé au Centre africain de recherche sur la population et la santé, Dakar, Sénégal. Ses recherches portent sur l'étude des impacts du changement environnemental mondial sur la santé, avec une attention particulière au changement climatique et à son impact sur la santé. Ses intérêts plus larges portent sur l'application d'approches transdisciplinaires et systémiques sur la génération de preuves de recherche, les politiques et l'engagement communautaire..


Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Restez à jour avec nos newsletters


Passer au contenu