Inscription

Villes en zone de danger : ajouter des menaces naturelles aux défis du développement en République démocratique du Congo et au Cameroun

Les activités volcaniques, les tremblements de terre et les inondations sont des catastrophes naturelles fréquentes qui ont un impact énorme sur les communautés directement touchées, mais dans certaines villes africaines, il existe peu de données quantifiables. Une équipe de recherche financée par le LIRA relève ce défi dans le but de créer de meilleures réponses à ces menaces anciennes et actuelles dans les villes modernes.

La plupart des grandes villes, y compris les centres urbains africains, sont confrontées à une myriade de défis au 21st siècle. Il s'agit notamment de la croissance démographique et de l'urbanisation rapides, des insuffisances des infrastructures, des problèmes de santé et des problèmes découlant des défis économiques et des inégalités. Certaines villes, cependant, sont confrontées à des problèmes doubles ou concomitants – ceux décrits ci-dessus, ainsi que des risques naturels dans leur environnement immédiat, tels que les tremblements de terre volcaniques et les inondations.  

Se battre sur deux fronts 

Voir la vidéo

Les éruptions volcaniques et les inondations ont eu un impact à court et à long terme sur la santé des personnes, leurs atouts socio-économiques et l'environnement physique. De plus, la fréquence des catastrophes naturelles en Afrique au cours des 30 dernières années, ainsi que l'urbanisation, ont mis un nombre accru de personnes en danger.  

Goma (en République démocratique du Congo), Limbe et Buea (toutes deux au Cameroun) sont toutes des zones urbaines importantes, situées dans des centres volcaniques actifs sur le continent. Goma est situé aux flancs de Mont Nyiragongo - le deuxième volcan le plus actif du système de rift est-africain et l'un des volcans les plus dangereux au monde. Limbe et Buea se trouvent sur les flancs du mont Cameroun– le volcan le plus actif le long de la ligne volcanique du Cameroun.  

Des millions de personnes ont été touchées par les activités volcaniques dans ces régions dans le passé et ont dû faire face à une évacuation forcée, à la famine, à la maladie, aux dommages causés à l'environnement local et à la perturbation du tissu social et économique. Les autres dangers directs incluent les coulées de lave, les émissions de gaz toxiques provenant des lacs de cratère volcanique, les glissements de terrain, les inondations et les éruptions. 

Décompresser un ensemble de menaces 

Le Dr Mabel Wantim, de l'Université de Buea, concentre l'objectif de recherche sur cette question, dirigeant un projet financé par LIRA intitulé « Évaluation et caractérisation des risques volcaniques et d'inondation et de leurs implications pour la santé dans les villes de Goma, Buea et Limbe ». Wantim cherche à évaluer l'étendue et la nature de ces risques dans trois villes, ainsi que leurs implications sur la santé, dans le but de réduire les risques associés aux populations vulnérables de plus en plus nombreuses des villes. 

« À Goma et Limbe, nous nous intéressons à l'impact sur la santé des gaz volcaniques et des cendres volcaniques, qui ont causé des ravages dans la vie des personnes et du bétail. De plus, les cendres volcaniques sont la source de chlore et de fluor gazeux. Lorsque le fluor pénètre dans l'eau ou le sol, il affecte les dents des personnes vivant autour de la localité. Nous collectons des données auprès des hôpitaux et des communautés, pour voir comment nous pouvons sensibiliser les gens sur ces risques, dans les localités et les communautés concernées », explique Wantim. 

Sur la base des résultats, Wantim et son équipe transdisciplinaire ont organisé une série d'ateliers de renforcement des capacités avec les populations vulnérables afin de les sensibiliser aux impacts sur la santé des activités volcaniques, de partager leurs expériences sur les problèmes de santé connexes et d'en apprendre davantage sur les stratégies d'adaptation locales comment ces stratégies peuvent être améliorées pour minimiser les impacts sur la santé.

Dans la ville de Limbe, l'équipe de recherche travaille également sur les inondations, étant donné que la ville en est régulièrement affectée, notamment pendant la saison des pluies entre juillet et août.

« Les gens ont également subi de nombreux risques sanitaires secondaires après les inondations, car la plupart des personnes touchées par les inondations restent dans la région. Ils vivent avec l'eau, dans la même zone. En conséquence, il y a beaucoup de maladies d'origine hydrique comme le paludisme, la diarrhée et la dysenterie.

L'approche à Limbe consiste à collecter des données de santé auprès des hôpitaux locaux avant, pendant et après les périodes d'inondation afin de voir les tendances et les maladies prédominantes, puis de rechercher des mesures pour réduire l'impact associé sur la société. 

Le secteur public de Limbe a actuellement plusieurs projets en place visant à minimiser l'impact des inondations. L'équipe de recherche a élaboré un questionnaire pour évaluer l'efficacité de ces projets. Cependant, la mise en œuvre efficace de mesures à long terme dépend de la disponibilité des ressources financières.

A Buea, l'équipe examine les dégâts matériels causés par les tremblements de terre émanant du mont Cameroun. L'urbanisation croissante a conduit à la construction de bâtiments à plusieurs étages qui ne relèvent pas des codes du bâtiment pour les zones sujettes aux tremblements de terre. Selon Wantim, de nombreux bâtiments ont été brisés ou détruits. Et bien que peu de décès, voire aucun, aient été directement causés par ceux-ci, des conséquences secondaires telles que des fuites et des accidents ont entraîné des décès.  

L'équipe de recherche travaille en collaboration avec des ingénieurs, des architectes, des sismologues, des conseils municipaux et des chefs traditionnels pour élaborer un code de construction officiel pour la région sujette aux tremblements de terre du Mont Cameroun, qui devrait être lancé en décembre 2019.

À Buea, malheureusement, pas assez n'a été fait pour faire face aux menaces des tremblements de terre volcaniques. Le centre sismologique qui a été placé à quelques kilomètres du volcan en 1982 est debout, mais la plupart des équipements sismologiques qui s'y trouvent ne fonctionnent plus correctement. En réponse à cela, l'Université de Buea a construit un laboratoire volcanique pour surveiller les activités précurseurs du mont Cameroun et essayer de prédire les futures éruptions. Le laboratoire est en cours d'équipement.

Gérer les défis 

Il y a eu de nombreux défis au travail du projet, micro et macro, comme un cas de citation erronée dans les médias comme disant qu'une éruption était sur le point de se produire, et le conflit important dans certaines zones qui s'intensifie. "En ce moment, [dans certaines parties de ces pays], nous avons une situation très précaire, il nous est donc difficile de nous déplacer et de collecter nos données aussi librement que nous l'aurions aimé."  

Néanmoins, Wantim espère que l'approche transdisciplinaire de l'équipe - qui intègre les sciences de l'environnement, la géographie, la sismologie, la sociologie et les sciences de la santé et des intervenants non universitaires - contribuera à un changement réel et significatif dans la vie des communautés touchées. Grâce au projet, une partie importante de la population des villes touchées a désormais une meilleure connaissance des risques volcaniques et des inondations, de leurs causes possibles et des stratégies d'adaptation locales qu'elles peuvent mettre en place pour réduire leur impact sur leur santé. En outre, l'élaboration du code du bâtiment sismique contribuera grandement à réduire les dommages aux infrastructures de la région s'il est correctement exécuté.   

« Il y a tellement de choses dont les gens de la communauté n'étaient pas au courant auparavant. Vous pouvez voir la joie sur leurs visages lorsqu'ils dirigent certains de ces ateliers. Ils apprécient ce que fait l'équipe grâce au partage de ces nouvelles connaissances. 


Ce projet est soutenu par le Programme LIRA 2030 Afrique.

Photo : MONUSCO, Neil Wetmore [CC BY-SA 2.0]

Passer au contenu