Inscription

Finance climat – un point de blocage pour la COP26 ?

Le stagiaire ISC Bahram Rawshangar, actuellement étudiant à Paris 1 Panthéon-Sorbonne, se penche sur les grandes questions liées à la finance climat à l'approche de la COP26.

Cet article fait partie de l'ISC Transformer21 série, qui présente les ressources de notre réseau de scientifiques et d’acteurs du changement pour aider à éclairer les transformations urgentes nécessaires pour atteindre les objectifs en matière de climat et de biodiversité.

Au cours du mois dernier, des événements météorologiques extrêmes ont aggravé les risques en cascade déjà ressentis aux niveaux sanitaire, économique et social provoqués par la pandémie mondiale. Des inondations dévastatrices ont frappé le Henan, une province du centre de la Chine empêchant l'accès à l'électricité, à l'eau douce et au gaz, avec la fermeture des aéroports, des métros et des autoroutes. Des personnes ont perdu la vie et les autorités locales préviennent que l'un des barrages sinistrés de la région pourrait s'effondrer, menaçant la vie de sept millions de personnes.

L'Allemagne a également été choquée par les réalités du changement climatique, par une inondation mortelle qui a ravagé des villes avec plus de 170 personnes qui ont perdu la vie et des personnes encore à l'improviste. La Belgique et les Pays-Bas ont été confrontés à des catastrophes similaires, tandis que le Canada et l'Inde ont connu des vagues de chaleur catastrophiques et que l'Amérique du Nord et la province russe de Sibérie luttent contre des incendies de forêt.

Le changement climatique reste la menace la plus urgente pour le monde, et ceux du nord se rendent compte qu'aucun pays ne peut échapper à ses menaces qui incluent des événements météorologiques extrêmes plus fréquents. Des actions mondiales coordonnées autour de l'atténuation et de l'adaptation sont requises de toute urgence. Le temps presse pour une action concrète ambitieuse au niveau international afin de s'assurer que les menaces existentielles qui pèsent sur la vie sur terre soient traitées.

Cela nécessite bien sûr un financement adéquat pour financer les actions d'atténuation urgentes.

Certain actions ambitieuses ont été présentés par la Commission de l'Union européenne lors de ses délibérations de la mi-juillet, incite à l'optimisme. La Commission européenne a présenté une série de propositions législatives visant à atteindre un objectif de réduction des émissions de 55 % d'ici 2030 et la neutralité carbone d'ici 2050, cependant le changement climatique en tant que phénomène mondial, et doit avoir des actions collectives mondiales de tous les pays et blocs économiques ou régionaux. Si la plus gros émetteurs comme la Chine (21 %), les États-Unis (15 %), l'Inde (7 %) ou la Russie (5 %) ne font pas de plans communs radicaux pour lutter contre le changement climatique conformément à l'UE, les plans individuels ne pourront pas pour obtenir des résultats percutants au niveau mondial. 

Au-delà des engagements à réduire radicalement les émissions de CO2, les économies avancées doivent mobiliser des ressources financières vers les pays vulnérables pour les aider à atteindre leurs objectifs climatiques et protéger les moyens de subsistance de leurs citoyens. A 2019 Earth Systems Science Data rapport ont constaté que 79 % des émissions de CO2 étaient générées par 20 pays, et sur les 21 % d'émissions de CO2 générées par le reste du monde, ce chiffre comprenait principalement des pays à revenu faible et intermédiaire. 

Le changement climatique pousse les pays du Nord global à transformer leurs modèles économiques de systèmes basés sur les combustibles fossiles, à des économies durables, sobres en carbone et résilientes, en travaillant vers un monde net zéro. Dans ce contexte, les pays les plus riches doivent mobiliser des ressources financières importantes à travers le financement climatique pour les pays vulnérables afin de répondre à leurs ambitions climatiques à partir des objectifs de l'accord de Paris. En termes simples, sans aider les marchés émergents et les économies en développement (EMDE) et les pays à faible revenu, les pays à revenu élevé ne pourront pas atteindre la neutralité carbone d'ici 2050.

Quel rôle positif la finance climatique peut-elle jouer dans la lutte contre le changement climatique reste un sujet controversé entre les parties en amont de la COP26. 

La finance climat en question  

Malgré la conclusion d'un accord sans précédent qui fournira 100 milliards de dollars pour financer les pays à faible revenu dans leurs efforts d'atténuation et d'adaptation, la 15e conférence des parties (COP15) à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC), a laissé quelques questions sans réponse autour de les financements climat qui sont aujourd'hui à l'origine de conflits entre le Sud et le Nord.

La négociatrice en chef de l'Afrique du Sud aux pourparlers des Nations Unies sur le climat, Nozipho Joyce Mxakato-Diseko remettre en question la crédibilité d'un climat rapport financier publié par l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) à la COP 21 en 2015, disant « Je ne suis pas en mesure de commenter ou de juger le rapport parce que nous ne connaissons pas la véracité, la crédibilité et la méthodologie du rapport ou qui a été consulté. Les pays en développement ne l'étaient pas ». Cela a été repris par le ministre indien des Finances qui a déclaré : « Le chiffre (57 milliards de dollars) rapporté par l'OCDE en 2015 n'était pas correct et le seul chiffre crédible est de 2.2 milliards de dollars ».   

Dans le cadre de l'accord de Paris, tous les pays se sont engagés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre et reviennent avec des engagements plus ambitieux, dont un fonds de 100 milliards de dollars d'ici 2020. Non seulement l'objectif de 100 milliards de dollars n'a pas été atteint, mais les différends sur le financement climatique avoir enduré, du Sommet de la Terre à Rio de Janeiro, Brésil en 1992 jusqu'à maintenant.  

La plupart des parties utilisent les Méthodologie du marqueur de Rio de rendre compte de leurs engagements en matière de financement climatique à la CCNUCC. Cependant, cette méthodologie n'a pas été conçue à l'origine pour surveiller avec précision les flux de financement climatique vers les pays à faible revenu et c'est pourquoi certains pays ont surdéclaré leur aide financière aux pays à faible revenu. UNE rapport publié par Oxfam en 2020, montre que le fonds public estimé à 59.5 milliards de dollars en 2017-2018, pourrait se situer entre 19 et 22.5 milliards. 

Un rôle pour la science 

Le grand défi pour les parties à la COP26 est donc de réformer le cadre d'information financière avec un mécanisme convenu qui soit juste pour les pays à faible revenu. Cette conférence doit rebâtir la confiance en créant un mécanisme comptable solide et transparent. Une solution pourrait être que tous les pays fassent appel à un tiers pour fournir un nouveau mécanisme de comptabilité du financement climatique. Ce tiers pourrait être des organisations scientifiques spécialisées dans la comptabilité des données financières fournissant un cadre en tant que mécanisme financier convenu pour les pays à faible revenu.

La COP26 se déroulera dans l'ombre du contexte historique et capital qu'est la pandémie de COVID-19, associé à des preuves plus claires que les impacts croissants du changement climatique se produisent de manière inégale à travers la planète. Les parties doivent s'engager à réduire considérablement leurs émissions de gaz à effet de serre et à doubler leurs investissements climatiques afin d'accélérer la transformation vers un avenir durable dans les limites de la planète.

Dans le même temps, les pays du Nord doivent augmenter leur financement climatique pour aider les pays à faible revenu à mener une transition juste et inclusive. Les pays du Sud ont été gravement touchés par le COVID19, perdant certains des gains récents en matière de réduction de la pauvreté. Le rapportRespecter l'engagement de 100 milliards de dollars en financement climatique et transformer le financement climatique, publié par le Groupe d'experts indépendants sur le financement climatique pour les Nations Unies en décembre 2020, met en évidence les conséquences économiques profondes de la pandémie, en particulier pour les pays EMDE. Selon le rapport, le COVID-19 a provoqué une insécurité alimentaire sans précédent, réduit le PIB et plongé 100 millions de personnes dans l'extrême pauvreté dans les pays à revenu faible et intermédiaire. Par exemple, l'Afrique du Sud a perdu 30.8 % de son PIB et 2.2 millions de Sud-Africains ont perdu leur emploi au cours du dernier trimestre 2020. De même, d'autres pays vulnérables comme Somalie, Afghanistan et Soudan ont été touchés par la pandémie de la même manière. 

Ces pays sont confrontés à d'énormes déficits financiers et crises de la dette. Ils auront besoin d'un financement extérieur important pour créer un environnement leur permettant de répondre à leur crise de la dette et d'atténuer les risques liés au changement climatique en même temps. Dans ces conditions de risque en cascade, la seule réponse est d'augmenter significativement le financement climatique.

Comme le recommande le rapport du Groupe d'experts indépendants, bdes millions doivent se transformer en milliards: « Il existe un besoin urgent d'un financement climatique public international à grande échelle qui puisse atténuer ces préoccupations tout en jetant les bases d'une transformation à long terme visant la neutralité carbone nette et un développement résilient au changement climatique. Pour 2020-23, l'Afrique est confrontée à des besoins bruts de financement extérieur cumulés d'environ 1.2 billion de dollars. Les engagements actuels des institutions financières internationales et des créanciers bilatéraux officiels devraient combler moins d'un quart de ce besoin ». 

Conclusion 

 Le financement climatique doit être considérablement accru pour permettre aux pays à revenu intermédiaire et faible de répondre à leurs crises d'endettement et de rejoindre le mouvement de transformation durable qui nous amène à un monde avec un avenir net zéro. La COP26 doit réformer le système de financement climatique, en garantissant un mécanisme transparent et résilient qui améliore la confiance entre les pays donateurs et bénéficiaires, permettant aux pays à faible revenu de réaliser leurs ambitions climatiques.

Si les pays à revenu élevé ne prennent pas d'importantes décisions collectives pour réduire considérablement les émissions de gaz à effet de serre et de carbone dans le monde, les objectifs de l'accord de Paris ne seront pas atteints et le monde pourrait entrer plus rapidement dans la phase de rétroaction climatique et de points de basculement que les scientifiques. anticipé.


Bahram Rawshangar

Bahram est originaire d'Afghanistan, où il a travaillé en tant que journaliste indépendant sur les droits de l'homme et en tant que responsable de la culture au Réseau de la société civile et des droits de l'homme.

Il est arrivé en France en 2015 et a obtenu le statut de réfugié en 2016. Depuis son arrivée en France, Bahram a obtenu un Master en Sciences Economiques et Sociales et poursuit actuellement son deuxième Master en Communication Economique et Financière à Paris 1 Panthéon-Sorbonne Université. Il est titulaire d'une licence en littérature persane de l'université de Kaboul.

Photo par Histoires visuelles || Michèle on Unsplash


Avis de non-responsabilité : chaque organisation est responsable des faits et opinions exprimés dans ce contenu, qui ne sont pas nécessairement ceux de l'ISC ou de ses organisations partenaires. 

Passer au contenu