Inscription

Permettre des points de basculement positifs vers la durabilité mondiale en des temps incertains

Dans le contexte des preuves croissantes que nous approchons des « points de basculement » climatiques, ou de changements brusques dans le système terrestre, J. David Tàbara explore l'idée de points de basculement positifs qui pourraient faire basculer les sociétés sur une voie plus durable, en se demandant comment ils arrivent sur, et comment ils pourraient être mis en œuvre pour un changement transformateur.

Cet article fait partie de l'ISC Transformer21 série, qui présente les ressources de notre réseau de scientifiques et d’acteurs du changement pour aider à éclairer les transformations urgentes nécessaires pour atteindre les objectifs en matière de climat et de biodiversité.

Les restrictions COVID-19 n'ont modifié que légèrement la trajectoire croissante des émissions mondiales de GES, et ce type de réduction relative ne garantit pas que l'objectif de l'Accord de Paris de maintenir le réchauffement climatique en dessous de 1.5°C d'ici la fin du siècle sera atteint. Des transformations profondes et rapides sont nécessaires dans la manière dont de nombreux systèmes socio-écologiques fonctionnent actuellement, non seulement pour éviter des catastrophes mondiales majeures, mais aussi pour réaliser les nombreuses visions positives d'un avenir sûr et juste pour l'humanité émergeant de communautés et réseaux à travers le monde.

Dans ce contexte, il est urgent de comprendre comment points de basculement positifs se produisent et peuvent être activés dans la pratique. Des points de basculement positifs existent dans de nombreux types de systèmes, y compris les systèmes de santé, d'information, d'énergie, technologiques, de gouvernance, économiques et financiers, ainsi que les systèmes éducatifs et culturels. Ils peuvent se produire au niveau très individuel et personnel, ainsi qu'au sein de organisations et au niveau des grands systèmes interconnectés. Historiquement, des points de basculement positifs se sont produits dans certaines sociétés à la suite d'une combinaison de tendances sociopolitiques et culturelles et d'actions délibérées, comme lorsque l'esclavage a été aboli, lorsque les femmes ont obtenu le droit de vote et d'avoir une éducation égale, ou lorsque le travail forcé des enfants terminé. Dans l'univers social, les points de basculement émergent toujours dans un contexte social ou un système de référence donné. Ils sont généralement déclenchés par une vision alternative de l'avenir, suivie de la création de conditions transformatrices et d'un éventuel événement qui se déroule, bien que nous ne puissions pas prédire quand ni même s'ils se produiront.

Malgré les difficultés d'étudier empiriquement les points de basculement, nous pouvons désormais rechercher de manière créative et systématique les possibilités de favoriser l'émergence de points de basculement positifs dans de nombreux domaines d'action, comme pour accélérer la décarbonation mondiale. Il s'agit notamment des basculements positifs dans les systèmes financiers résultant, par exemple, de grands fonds publics et privés se désinvestissant totalement des actifs carbone à un point où il devient plus rentable économiquement d'investir dans des fonds d'économie non-carbone et réparatrice. Un basculement positif des systèmes socio-énergétiques pourrait également se produire si les subventions perverses dans les énergies non renouvelables étaient complètement supprimées, de sorte que les énergies renouvelables pouvaient remplacer les énergies non renouvelables et devenir rentables sans avoir besoin d'un soutien public, et si la poursuite du développement et de la mise en œuvre de les énergies renouvelables se sont auto-renforcées via l'apprentissage socio-technologique. Cependant, ces processus de basculement positifs nécessitent également d'autres changements profonds et synergiques dans de nombreux autres systèmes culturels, de gouvernance, institutionnels et de connaissances s'ils veulent relever avec succès la complexité et l'ampleur des défis environnementaux mondiaux interconnectés. Une caractéristique commune de ces processus de basculement est qu'ils conduisent à renforcer les rétroactions et les cycles vertueux de changement transformateur ultérieur, qui deviennent alors des forces autonomes de changement positif.

Sur la base de nos recherches en cours au sein du Pourboire+ projet, nous pouvons définir des points de basculement positifs, et en particulier, en ce qui concerne l'action politique, comme les moments où, en raison d'interventions cumulatives et ciblées précédentes, une action ou un événement supplémentaire relativement petit est capable de générer un changement structurel délibéré d'un système donné à un autre configuration qualitative différente.

Un point de basculement peut donc rediriger un certain système soit vers un trajectoire durable – c'est-à-dire un « point de basculement sectoriel » – ou plus largement, vers un « bassin d'attraction » du nouveau système durable – un point de basculement « systèmes complets ». Cette distinction conceptuelle nous permet de différencier ces changements limités ou technologiques transitions qui peuvent se produire dans certains secteurs, comme le remplacement de la mobilité alimentée par des combustibles fossiles par la mobilité électrique, mais sans grand impact sur les autres systèmes institutionnels ; et ceux transformations qui entraînent également de profonds changements mentaux, éthiques et institutionnels dans de multiples systèmes socio-écologiques. Les interactions – à la fois des synergies et des compromis – entre les points de basculement sectoriels et systémiques sont multiples. Cependant, ils sont encore largement inexplorés par la recherche empirique et souvent confondus avec la notion connexe de points de levier. Le manque général de travaux comparatifs de terrain et systématiques est notamment le cas lorsqu'il s'agit d'étudier comment des points de basculement positifs pourraient être mis en place dans des régions où les moyens de subsistance sont fortement liés à l'utilisation intensive du charbon et du carbone.

Si nous voulons apprendre à adopter délibérément des points de basculement positifs dans des contextes spécifiques, il peut être utile de les considérer comme englobant trois moments ou étapes critiques. Premièrement, la construction des conditions et des capacités de transformation pour un changement systémique qui peut éventuellement induire l'émergence d'un avenir souhaitable. Deuxièmement, le moment où, offrant une fenêtre d'opportunité critique pour la transformation, un intervention sensible ou un événement de basculement peut provoquer le basculement du système. Troisièmement, le passage du système vers une nouvelle trajectoire (basculement sectoriel) ou vers de nouveaux bassins d'attraction (basculement systémique) provoquant également différents types d'effets sur les autres systèmes. Une caricature simplifiée du fonctionnement de la dynamique atmosphérique peut être utile pour représenter comment ces processus complexes se produisent également dans le monde social :

Dynamique des points de basculement écologiques sociaux (SETP). Dans un basculement systémique et dans un moment donné dans le temps, les événements de basculement accélèrent les forces de changement sous-jacentes dans un système socio-écologique original, conduisant à la reconfiguration et à l'émergence de nouvelles formes et dynamiques de systèmes au sein de nouveaux bassins d'attraction. Notez que les structures et les formes des systèmes sont toujours dynamiques et que leur caractérisation dépend également de l'observateur.

Figurine de JD Tàbara

Contrairement à une croyance en des approches descendantes des problèmes mondiaux, l'étude empirique des points de basculement adopte une approche systémique multiple et complexe (d'autant plus que les systèmes mondiaux ne sont pas organisés de manière verticale). Comprendre les possibilités de basculement positif vers la durabilité mondiale nécessite, entre autres, d'examiner comment des stratégies régénératives diverses et distribuées sont déployées dans de nombreux types de systèmes et de lieux, et comment elles le font de manière créative, engageante et située ; examiner comment ces stratégies peuvent contribuer à réduire la pauvreté et à améliorer l'équité, la justice et l'inclusion ; et explorer comment ils peuvent traiter de multiples systèmes de problèmes complexes interdépendants à diverses échelles temporelles et spatiales, tout en étant adaptatifs et basés sur des visions, des conditions, des capacités et des valeurs locales. Dans l'ensemble, nous devons affiner nos connaissances sur les stratégies de transformation réalisables qui peuvent remplacer les formes non durables de processus de création de richesse économique par des méthodes vertes, positives et réparatrices, tout en générant également des avantages tangibles à court terme (par exemple, "solutions et récits gagnant-gagnant').

En bref, un point de basculement positif mondial vers une durabilité régénérative positive nette ne peut être atteint que lorsque les ressources humaines et les capacités actuelles, qui sont maintenant largement dirigées vers l'exploitation, la destruction et l'érosion des conditions socio-écologiques de base de la durabilité, sont réorientées, de manière irréversible. , vers une destination complètement différente : celle qui propulse des milliers de cycles d'apprentissage auto-renforcés vers la restauration des systèmes de survie. Cela signifie également ouvrir toutes les capacités créatives et transformatrices que l'ingéniosité collective peut déployer chaque fois que les droits de l'homme, les besoins fondamentaux et les visions positives d'un bien commun peuvent être satisfaits. C'est-à-dire un vaste processus de basculement positif vers une transformation systémique qui n'appelle qu'une accélération apprentissage de la durabilité à l'échelle mondiale ; un processus dans lequel la recherche transdisciplinaire, la pratique politique et l'engagement civique ont un rôle clé et urgent à jouer.


J. David Tabara est un membre actif du Global Climate Forum (GCF) et chercheur principal associé à l'Institut des sciences et technologies de l'environnement de l'Université autonome de Barcelone. Il a 25 ans d'expérience dans la recherche internationale de l'UE sur le développement durable et l'évaluation intégrée des stratégies climatiques. Il a publié de nombreux ouvrages sur les méthodes d'intégration des connaissances socio-environnementales (plus de 100 publications), avec une attention particulière aux questions de perception du public, d'apprentissage social, de communication et de participation du public pour la durabilité. Ses recherches récentes portent sur l'évaluation de solutions gagnant-gagnant et transformatrices pour soutenir une action climatique durable (Projet GREEN-WIN), le développement d'une nouvelle approche science-politique appelée Science climatique transformatrice (TSC) et l'émergence de Points de basculement positifs dans des conditions de changement climatique haut de gamme (Projet IMPRESSIONS et dans les régions à forte intensité de charbon et de carbone au Pourboire+ projet, où il agit en tant que Coordinateur au GCF.


Image: Kandé Bonfim on Unsplash

Passer au contenu