Inscription

Journée mondiale des compétences des jeunes 2021 : résilience et créativité

James Waddell, stagiaire à l'ISC, présente un point de vue léger mais optimiste sur les défis auxquels sont confrontés les jeunes dans le monde d'aujourd'hui.

Le 15 juillet a été déclaré Journée mondiale des compétences des jeunes dans une résolution adoptée par l'Assemblée générale des Nations Unies en 2014. Son objectif est « d'améliorer les conditions socio-économiques des jeunes d'aujourd'hui afin de relever les défis du chômage et du sous-emploi ». Celle de cette année, comme celle de l'année dernière, se déroule dans les contextes les plus particuliers. En effet, je suis sûr que vous avez entendu dire que nous sommes actuellement au milieu d'une pandémie mondiale. En fait, le thème choisi par les Nations Unies cette année est « Réinventer les compétences des jeunes après la pandémie ».

Maintenant, je ne vais pas passer en revue les chiffres sur les fermetures d'écoles ou le nombre d'étudiants qu'elles ont touchés, je ne vais pas non plus mentionner les défis évidents de l'enseignement à distance, et je ne vais certainement pas évoquer les terribles statistiques du chômage des jeunes dans le monde. Vous pouvez voir ce que l'ONU a à dire à ce sujet ici. Mais plutôt que de me plaindre de la situation actuelle et de ses implications à long terme, je préfère me concentrer sur ce que l'ONU appelle un « hommage à la résilience et à la créativité des jeunes à travers la crise ». Mettons, pendant un court instant, une épingle sur le sujet COVID-19. Parlons de notre résilience et de notre créativité, peut-être plus que je ne le pense.

La toute première chose que je dirais – et gardez à l'esprit que c'est à travers mon objectif d'Europe occidentale – est que nous sommes parfaitement conscients des problèmes auxquels nous serons confrontés dans les années à venir. Greta Thunberg n'est qu'une voix, bien qu'importante, qui communique ce que nous savons venir. En effet, il ne s'agit pas tant de ce qui pourrait arriver si nous ne changeons rien, mais plutôt de ce qui va très probablement arriver. Nous savons que nous sommes confrontés aux conséquences de l'excès et de l'inaction générale des générations précédentes. La question est de savoir dans quelle mesure. Vous l'appelez, nous l'attendons! Bien que certains d'entre nous penchent vers des écoles de pensée plus extrêmes, tous les sujets liés au changement climatique, à la durabilité, à l'énergie à faible émission de carbone, à la déforestation, à la biodiversité, à la pollution plastique, à la pollution de l'air, à la sécurité alimentaire, à la sécurité de l'eau, à la surpêche et à la migration, sont au sommet de nos esprits. Sans oublier l'égalité des genres, la santé mondiale, le Big Data, la fracture numérique ou le vieillissement des populations. La bonne nouvelle, c'est que nous n'avons jamais été aussi instruits que maintenant.

En effet, pour reprendre les paroles de Live and Let Die de Paul McCartney, dans ce «monde en constante évolution dans lequel nous vivons” il me semble que nous avons besoin – bien que cela puisse être vrai pour toutes les époques et s'appuie sur le thème de la « résilience » – une offre inépuisable d'adaptabilité. Il semble que la jeunesse d'aujourd'hui soit la génération la plus adaptable qui ait jamais parcouru la Terre, précisément parce que nous avons grandi dans un monde imprévisible, qu'il s'agisse d'élections ou de référendums récents, de récessions économiques ou de voir nos parents traverser des crises, je dirais que nous ont déjà maîtrisé l'équilibre délicat entre « accompagner le courant » et conduire le changement. Juste pour vous donner un exemple rapide et à très petite échelle, je sais que la transition du campus au « cyber-campus » ne nous a pas pris plus d'une semaine, si c'est le cas. Ce qui était vraiment difficile, c'était de s'assurer que les professeurs nous suivent, et ce n'était absolument pas exclusif aux professeurs « seniors ». Il en va de même pour mon expérience personnelle en tant que stagiaire à l'International Science Council, je pense que j'ai su m'adapter rapidement aux systèmes utilisés ici et que j'étais totalement à l'aise pour le faire.

J'ai vraiment l'impression d'être né dans une période de transition, dans un monde « en mouvement », car je fais partie d'une génération qui a besoin de se rappeler constamment que les 75 dernières années sont l'exception à la règle. La plupart d'entre nous n'ont jamais rien connu d'autre que la paix relative et l'innovation technologique exponentielle du 21st siècle. Je me souviens de balades en voiture de vacances où vous n'aviez rien d'autre à faire que de parler et jouer au Monopoly de voyage à l'arrière avec vos frères et sœurs. Je me souviens m'être arrêté à des postes de péage et avoir vu mes parents compter des centimes et remettre de l'argent à un être humain. Je me souviens des samedis matins où tu te levais tôt pour regarder les meilleurs dessins animés avant que papa et maman ne se lèvent. Pourtant, c'est déjà un âge révolu. J'ai grandi avec le sentiment que le monde était de plus en plus à portée de main, et pourtant si rapide, complexe et désorganisé qu'il semblait impossible à saisir pleinement. Je dirais, et c'est probablement très old-school, que nous en avons trop conscience, et cela nous amène à adopter une attitude plutôt « blasée » face à tous les problèmes que nous pouvons rencontrer. C'est en fait ce que je crois être la nonchalance typique de la génération Z.

J'avais l'habitude, et pour être juste encore parfois, de me plaindre de l'importance que certains d'entre nous accordent aux médias sociaux et à « l'apparence », mais je me suis rendu compte que ce monde de la communication a des richesses cachées. Je connais de nombreux amis et membres de la famille qui sont entrés en contact avec des personnes qu'ils n'auraient jamais rencontrées autrement, en contact avec différentes cultures et en voyant un monde sans frontières. Ma petite sœur a même quelques-uns de ce que vous appelleriez archaïquement des « correspondants » dans le monde entier. J'ai également été un témoin de première main de la créativité incroyablement humoristique sur des plateformes telles que Vine et TikTok, reflétant une génération comprenant et embrassant pleinement le caractère aléatoire inhérent à Internet et démontrant ironiquement la nature décadente de notre temps.

Alors, vous demandez quelles compétences nous aurons besoin après la pandémie? Je dirais que nous y sommes déjà pour la plupart, ou du moins que nous aurons tous les outils pour faire face à un monde post-pandémique. Nos attitudes, habitudes et comportements reflètent notre volonté de « suivre le courant » tout en étant des moteurs de changement dans notre monde moderne.

Passer au contenu