Inscription

L'ISC lance la newsletter « Science X HLPF » pour le Forum politique de haut niveau des Nations Unies

Au cours du Forum politique de haut niveau sur le développement durable (HLPF), l'ISC a envoyé un bulletin d'information régulier aux scientifiques participants et intéressés, fournissant des mises à jour sur le processus et une série d'entretiens autour de la science et du HLPF.

Conçu pour renforcer l'engagement de la communauté scientifique dans le processus politique de mise en œuvre des objectifs de développement durable, le bulletin a été publié en huit éditions, deux avant le début du HLPF et six pendant la conférence.

Vous pouvez lire tous les épisodes en suivant les liens ci-dessous. Les cinq entrevues présentées dans le bulletin sont reproduites ci-dessous.

Nous évaluons actuellement comment tirer parti de ce bulletin pour les futures éditions du HLPF. Si vous souhaitez être informé des autres activités autour du HLPF en 2019, veuillez vous inscrire ici.

Questions-réponses avec Jörn Geisselmann, conseiller chez Partners for Review

D'où est venue l'idée des examens nationaux volontaires ?

L'une des leçons des OMD était la nécessité d'un mécanisme d'examen plus solide et d'une meilleure responsabilisation. À cette époque, ils avaient un examen ministériel annuel sous les auspices de l'ECOSOC, examinant la mise en œuvre des OMD.

Les lignes directrices pour les rapports ne sont pas contraignantes, les pays sont libres de décider s'ils veulent le faire et comment ils le font. J'ai l'impression que le reportage se fait de diverses manières. Certains pays fournissent de longs rapports, certains très détaillés, d'autres sans annexe statistique. Un malentendu concerne la portée des rapports : de nombreux pays pensent qu'ils doivent se concentrer sur les objectifs thématiques de chaque HLPF. En fait, le rapport devrait porter sur tous les objectifs.

Quels pays font preuve d'un solide leadership pour faire avancer le programme au-delà du changement progressif vers un changement transformationnel ?

Il est difficile de désigner un pays ou un autre comme leader. Différents pays ont des atouts différents. Par exemple, les Pays-Bas ont décidé de mener un examen national chaque année, ils le soumettent à leur parlement. Les citoyens peuvent contribuer en ligne à ce rapport. Une autre caractéristique intéressante est qu'ils ont 5 groupes de parties prenantes – secteur privé, institutions du savoir, ONG, gouvernement local et jeunes – qui ont chacun la possibilité de contribuer un chapitre à cet examen.

La Colombie relève le défi d'intégrer les mégadonnées dans ses rapports sur les ODD. Ils ont développé un tableau de bord ODD où vous pouvez accéder en ligne à leurs progrès sur les indicateurs ODD. Le Nigeria a un mécanisme intéressant pour inclure le secteur privé, ils ont mis en place un conseil d'entreprise consultatif qui essaie d'apporter l'expertise de ce secteur. L'Afrique du Sud essaie de renforcer le rôle de la science dans l'examen national. Ils rendront compte l'année prochaine. Ils ont invité l'une des universités à faciliter la participation de la science à l'examen national.

Avez-vous des recommandations pour les scientifiques qui essaient de tirer le meilleur parti du HLPF ?

Bien sûr, vous pouvez vous gaver de VNR une heure après l'heure. Vous avez de nombreux événements parallèles et même des événements le week-end. Assurez-vous donc d'assister au type d'événements qui vous intéresse le plus.

Il y a une journée consacrée à la science. Essayez de vous connecter avec votre délégation nationale. Surtout si votre recherche est au niveau national. Essayez d'être sur un panneau. C'est la meilleure façon d'entrer en contact avec les gens. Pour être plus visible.

Que doivent préparer les pays pour le FPHN des chefs d'État de l'année prochaine ?

L'objectif du HLPF 2019 est de faire le point, d'évaluer où nous en sommes par rapport à l'agenda, à la fois au niveau national et international. Comment un pays peut-il contribuer à ces délibérations. La réunion devrait être en mesure d'identifier les domaines d'intérêt.

Une question clé sera : Comment le HLPF peut-il jouer un rôle plus efficace dans la stimulation de la mise en œuvre de l'agenda. Il y a tellement de pays présentant des ENV, vous êtes fatigué d'écouter tant de présentations, et il y a peu de recommandations de suivi significatives.

Questions-réponses avec Felix Dodds, chercheur principal du Global Research Institute au Water Institute

Nous discutons avec Felix Dodds, chercheur principal du Global Research Institute au Water Institute et éminent observateur des processus des Nations Unies, des « groupes majeurs » – qui sont un système permettant aux groupes de parties prenantes de participer aux processus des Nations Unies.

Pouvez-vous nous raconter l'histoire du Grand Groupe Science et Technologie ? Pourquoi a-t-il été créé et que devait-il faire ? Était-ce une première dans le système des Nations Unies ?

À l'approche du Sommet de la Terre de Rio (1992), Maurice Strong, qui était le Secrétaire général du Sommet, a reconnu qu'il était important d'avoir des points de vue « différents » – non seulement pour développer l'Agenda 21, mais aussi pour aider à il. Cette approche s'écartait du modèle par défaut consistant à regrouper toutes les ONG en tant que « société civile ».

Le Sommet de la Terre a reconnu neuf parties prenantes, dont la communauté scientifique et technologique. Pour la première fois, la science et la technologie ont pris place à la table pour garantir que les États membres puissent entendre les dernières preuves scientifiques. Mais le nouveau système a également permis aux femmes d'avoir la possibilité d'expliquer l'aspect genre des politiques. Il s'est assuré que la prochaine génération – les jeunes et les enfants – et les peuples autochtones auraient une voix. Il a également fait appel au gouvernement local en tant que partie prenante, reconnaissant que dans de nombreux cas, ils seraient des partenaires importants dans la réalisation des résultats.

La plupart de ces « groupes de parties prenantes » ont organisé des conférences mondiales pour développer des contributions au principal document final du Sommet de la Terre. En particulier, la communauté scientifique s'est réunie en novembre 1991 pour développer des contributions pour le Sommet de la Terre lors de la Conférence internationale de Vienne sur un agenda de la science pour l'environnement et le développement au XXIe siècle (ASCEND 21). La conférence était organisée par le Conseil international des unions scientifiques (ICSU) et l'Académie des sciences du tiers monde (TWAS).

Après le Sommet de la Terre, lorsque les gouvernements ont établi leurs conseils de commissions pour le développement durable, presque tous ont commencé par impliquer les dirigeants nationaux de chacun des grands groupes. Ces instances ont ensuite joué un rôle clé dans les années qui ont suivi la conférence de Rio 92 en assurant un suivi efficace au niveau national.

D'une manière générale, comment le Grand Groupe S&T a-t-il évolué depuis sa création ?

Les grands groupes se sont développés de manière intéressante depuis 1992. L'approche s'est étendue à de nombreuses conventions environnementales, au PNUE et aux processus de conférence liés au développement durable. Cela a élargi l'espace pour que les points de vue différents et, dans de nombreux cas, uniques des différentes parties prenantes soient entendus.

Certains des résultats les plus réussis en termes de politique conduits par les grands groupes depuis 1992 se sont produits au cours des années 1998-2002 de la Commission des Nations Unies sur le développement durable (CDD). L'introduction des dialogues multipartites était révolutionnaire à l'époque. Les États membres ont renoncé à deux jours de négociations au début d'une CDD de deux semaines pour quatre sessions de trois heures où trois ou quatre groupes de parties prenantes ont présenté leurs points de vue et ont eu un dialogue avec les États membres sur la question que la CDD aborderait. Ces processus ont contribué à renforcer la confiance et la compréhension et, par conséquent, un meilleur ensemble de politiques pour les CSD. Depuis lors, cette approche a été reproduite dans un certain nombre de forums différents.

La contribution de la communauté scientifique à Rio+20 comprenait une série de notes d'orientation publiées lors de la conférence Planet Under Pressure, ainsi que les résultats de la conférence elle-même. La conférence s'est positionnée un peu tard dans le processus préparatoire. Si le processus préparatoire s'était bien déroulé (ce n'était pas le cas), il aurait apporté une contribution importante à l'avenir que nous voulons. Je conseillerais toujours que les conférences des parties prenantes aient lieu au moins 18 mois à l'avance pour générer des contributions substantielles à l'ordre du jour.

Quel est le rôle du Groupe majeur pour la science et la technologie dans le processus des ODD ? Et au Forum politique de haut niveau (HLPF) ?

Le rôle du Groupe majeur pour la science et la technologie devrait être de veiller à ce que la meilleure science soit mise en avant et de remettre en question les choses quand ce n'est pas le cas. Il s'agit d'aider les décideurs à comprendre la science et où trouver des informations afin qu'elles puissent éclairer les décisions, et de proposer d'autres points de vue sur les solutions sans être prescriptif.

En ce qui concerne le HLPF, le problème clé est que le document final - qui est censé être basé sur l'apprentissage et la discussion de ce qui s'est passé dans la mise en œuvre d'objectifs particuliers - est négocié avant la réunion du HLPF. Cela se fait par le biais d'un processus informel en juin, qui exige que les lobbyistes soient à New York pendant un mois pour obtenir le type de résultat qui reflète l'intérêt de la communauté scientifique. Ce n'est pas seulement un problème pour le Grand Groupe Science et Technologie, c'est un problème pour tous les Grands Groupes.

Le HLPF doit être réformé, et cette question sera abordée en octobre 2019. En attendant, ce serait formidable que le grand groupe scientifique et technologique présente des suggestions sur ce à quoi devrait ressembler cette réforme.

Questions-réponses avec Lolita Jackson, conseillère spéciale, politique et programmes climatiques, bureau du maire de New York

Nous discutons avec Lolita Jackson, conseillère spéciale, politique et programmes climatiques, bureau du maire de New York, qui nous explique pourquoi la ville de New York a décidé de mener et de publier sa propre revue volontaire sur ses progrès dans la mise en œuvre des ODD.

Qu'est-ce que cela signifie pour une ville de livrer un VNR ?

Nous appelons cela un examen local volontaire. Pour nous, cela montre notre leadership dans la localisation de la mise en œuvre des ODD. Nous sommes l'une des premières villes à intégrer l'équité, qui est au cœur des ODD, dans notre planification de la durabilité. Notre VLR montre également que vous pouvez promouvoir l'action dans une localité en l'absence d'action nationale.

Vous avez travaillé sur tous les plans climatiques de New York. Comment New York a-t-elle évolué pour intégrer les ODD ?

OneNYC, notre plan 2015 de développement durable pour New York, est sorti juste avant la publication des ODD. C'était un heureux hasard plus qu'une planification stratégique. Il s'appuie sur les plans climatiques précédents pour la ville - le rapport PlaNYC 2007 était basé sur la planification de la croissance de New York à 9 millions d'habitants et le 2011 incorporait des éléments importants de durabilité. En 2013, après l'ouragan Sandy, nous avons élaboré un plan de résilience. Juste avant les ODD, nous avons intégré l'équité dans notre plan OneNYC 2015.

En 2015, nous avons publié « Une ville avec des objectifs mondiaux », qui est un précurseur de haut niveau de notre VLR, il montre comment les objectifs de notre propre plan correspondent aux ODD. Le VLR met en évidence les mêmes connexions et la façon dont nous avons avancé sur celles-ci depuis 2015. Nos initiatives ont toutes des jalons et indiquent quel est le résultat final attendu. Nous sommes tenus par la loi de montrer les progrès chaque année dans nos rapports d'étape et nous disposons donc de données solides pour le faire.

Comment la ville de New York s'engage-t-elle avec le HLPF ?

Eh bien, un certain nombre d'entre nous ont pris la parole lors de divers événements parallèles. Notre commissaire aux affaires internationales, Penny Abeywardena, dirige l'ensemble des efforts de l'administration et a pris la parole lors de la session principale pour annoncer le VLR. Nous sommes également engagés à parler à certaines délégations, car nous avons reçu de nombreuses demandes du monde entier pour discuter de notre plan. De nombreuses villes à l'échelle nationale et dans le monde ont leurs propres plans, en particulier ceux organisés dans le cadre de l'initiative C40, qui sont mandatés pour avoir leurs propres plans d'action climatique. À travers divers réseaux, nous discutons de la manière d'inclure l'équité et l'égalité dans la planification climatique.

Questions-réponses avec Jessica Espey, conseillère principale, Réseau des solutions de développement durable des Nations Unies

Nous discutons avec Jessica Espey, conseillère principale du Réseau de solutions de développement durable des Nations Unies (SDSN), du rôle de la science dans le développement des ODD et de la manière dont la communauté scientifique pourrait renforcer son rôle dans le HLPF.

À votre avis, qu'est-ce qu'une réussite pour l'engagement de la communauté scientifique dans le processus des ODD ? Où aurait-il pu être plus fort ?

La communauté universitaire a été très impliquée dans le processus de négociation des ODD, notamment par le biais d'efforts de plaidoyer autour de l'ODD 11 sur les villes et le développement urbain durable et en prenant des positions de leader dans la campagne UrbanSDG. Cela a été initié par SDSN, mais a vu un engagement actif d'un large éventail d'universitaires, de scientifiques urbains, de décideurs et de praticiens. Des universitaires ont présenté des arguments convaincants en faveur de l'inclusion de l'ODD 11 au groupe de travail ouvert et ont ensuite élaboré une proposition sur les indicateurs de l'ODD 11, à Bangalore, en Inde, qui a constitué la base de nombreux indicateurs de l'ODD 11 finalement acceptés par l'Inter-agence des Nations Unies. Groupe d'experts sur les indicateurs des ODD.

Un engagement universitaire plus fort devrait être encouragé par le biais d'événements parallèles et de forums parallèles. Celles-ci devraient être approuvées par l'ONU et présentées au HLPF et à l'Assemblée générale des Nations Unies. En particulier, l'UNDESA devrait envisager de soutenir une conférence scientifique de haut niveau précédant immédiatement l'AGNU 2019 pour inviter des opinions académiques et scientifiques indépendantes sur nos progrès, en particulier sur ne laisser personne de côté. SDSN et Columbia University accueillent la conférence internationale annuelle sur le développement durable à New York chaque mois de septembre, qui présente une bonne plate-forme sur laquelle s'appuyer.

Quels sont les partenariats les plus pertinents pour la communauté scientifique avec lesquels s'engager autour du HLPF et des ODD ?

Le Rapport mondial sur le développement durable, préparé par l'UNDESA, a des fenêtres de consultation ouvertes et des appels à preuves, est un excellent mécanisme permettant de contribuer au processus du HLPF et des ODD, tout comme le Grand Groupe sur la science et la technologie. Enfin, les partenaires scientifiques peuvent rejoindre l'UNSDSN, une initiative spéciale du Secrétaire général de l'ONU qui vise à mobiliser les connaissances scientifiques et d'experts à l'appui de la mise en œuvre des ODD.

Comment la communauté scientifique peut-elle accroître l'impact de ses messages à l'ONU ? De quelles communautés peut-elle apprendre pour cela ?

La communauté scientifique devrait modeler la communauté gouvernementale locale en organisant des délégations pour assister au HLPF et à l'UNGA. Il devrait s'engager avec les ambassadeurs et autres délégués nationaux et partager les dernières conclusions clés. Pour assurer une pertinence directe avec la discussion, les délégations doivent se concentrer sur l'ODD en cours de discussion à chaque session du HLPF.

La communauté scientifique mondiale devrait également chercher à préparer des rapports publics brillants (pas seulement des articles évalués par des pairs) qui sont disponibles gratuitement et sont promus via les médias et la presse, résumant les dernières recherches relatives aux ODD. L'indice ODD de l'UNSDSN fournit un bon modèle pour cela, qui a eu un fort impact médiatique et est régulièrement cité dans les procédures formelles du HLPF.

Questions-réponses avec Marianne Beisheim, chercheuse principale, Institut allemand des affaires internationales et de sécurité

On parle Marianne Beisheim, chercheur principal, Division des problèmes mondiaux à l'Institut allemand des affaires internationales et de sécurité, à propos de la prochaine édition du Rapport mondial sur le développement durable (GSDR) et de ce que les scientifiques peuvent faire maintenant pour se préparer au HLPF 2019.

Pourquoi les scientifiques devraient-ils s'engager avec le HLPF ?

Une contribution scientifique est nécessaire pour aider les pays à rechercher des solutions sur la manière de mettre en œuvre les ODD. Les experts fournissent des connaissances et des informations sur des questions cruciales telles que les interconnexions et les approches systémiques, et sur l'identification d'indicateurs appropriés pour les ODD.

Les scientifiques devraient également s'engager au niveau national et avec leurs délégations nationales. L'Allemagne, par exemple, a mis en place la « Science Platform Sustainability 2030 » qui vise à soutenir l'élaboration des politiques en générant, en rassemblant et en diffusant stratégiquement des connaissances. Il fournit une perspective scientifique sur les progrès et les obstacles à la mise en œuvre de l'Agenda 2030 en Allemagne, avec l'Allemagne et à travers l'Allemagne. À cette fin, il rassemble les initiatives sous un même toit, rassemble les résultats de la recherche en rapport avec l'Agenda 2030 et complète ces résultats par des recommandations d'action politique.

Quelle a été votre expérience à la suite du HLPF — qu'est-ce qui a réussi dans la communauté scientifique, qu'est-ce qui n'a pas été le cas ?

Au cours des négociations sur les ODD, les réunions du matin avec les deux coprésidents ont été une opportunité majeure d'apporter des contributions scientifiques. L'ONU-DAES et les équipes spéciales de l'ONU qui ont soutenu les négociations ont également recueilli les contributions des experts. Cela se poursuit dans la préparation du HLPF, par exemple avec les réunions des groupes d'experts qui informent les examens thématiques du HLPF. Alors que les créneaux de parole pour le grand groupe Science et technologie sont trop courts (2 minutes seulement) pour présenter une expertise approfondie, les événements parallèles, s'ils sont bien organisés, peuvent être un bon moyen de le faire.

Quel est votre espoir pour le GSDR en 2019 ?

Le GSDR, en tant qu'« évaluation des évaluations », ne devrait pas dupliquer les études existantes mais créer une valeur ajoutée au regard des principes de l'Agenda 2030, c'est-à-dire produire des idées sur la façon dont nous pouvons réaliser la transformation, l'intégration, l'inclusivité, en ne laissant personne de côté. En outre, le rapport ne doit pas seulement décrire les tendances ou les interconnexions, mais plutôt analyser et discuter des causes profondes sous-jacentes. Bien que le rapport ne puisse pas être normatif, il devrait être pertinent pour les politiques et ne devrait pas hésiter à explorer différentes options politiques pour réaliser la « transformation » vers le développement durable envisagée par le Programme 2030. Dans ce contexte, j'aimerais voir les sciences sociales et les sciences du comportement entrer davantage. Le rapport doit véhiculer des messages clairs – pour mobiliser le soutien total de la communauté scientifique, il serait bon de consulter sur le projet de messages principaux avant de finaliser le rapport.

Dans la perspective du HLPF 2019, que devraient commencer à préparer les scientifiques dès maintenant ?

Les scientifiques devraient identifier les indicateurs qui ne sont pas sur la bonne voie et analyser les raisons du manque de progrès réalisés jusqu'à présent. Des solutions innovantes pour le saut et le changement structurel sont désespérément nécessaires. Pour un impact maximal, les scientifiques intéressés, y compris l'équipe de 15 membres du GSDR, le Conseil international des sciences et le SDSN, pourraient co-organiser une conférence pour développer une contribution conjointe pour le sommet 2019 du HLPF en septembre 2019.

Passer au contenu