Inscription

Podcast avec Fernanda Trias : Science-fiction et avenir de la science : leçons d'une éco-dystopie

Fernanda Trias, écrivaine primée et professeure d'écriture créative, partage son point de vue sur le potentiel de la science-fiction pour façonner l'avenir de la science dans la nouvelle série de podcasts du Center for Science Futures, en partenariat avec Nature.

Les scientifiques et les chercheurs apprécient de plus en plus la science-fiction pour sa contribution à l’anticipation des scénarios futurs. Dans le cadre de sa mission visant à explorer les directions dans lesquelles les changements dans la science et les systèmes scientifiques nous conduisent, le Centre pour l'avenir des sciences a rencontré six grands auteurs de science-fiction pour recueillir leurs points de vue sur la manière dont la science peut relever les nombreux défis sociétaux auxquels nous serons confrontés au cours des prochaines décennies. Le podcast est en partenariat avec Nature.

Dans notre quatrième épisode, nous avons discuté avec Fernanda Trias de la manière de rapprocher les arts et les sciences. Elle parle de l’urgence d’agir face à des réalités désastreuses comme les crises écologiques. Elle croit que grâce à la localisation des problèmes et des solutions, nous pouvons donner plus de sens à la science.

Abonnez-vous et écoutez via votre plateforme préférée


Fernanda Trias

Fernanda Trias est née à Montevideo, en Uruguay, et vit actuellement en Colombie. Écrivaine primée et formatrice d'écriture créative, elle est titulaire d'un MFA en écriture créative de l'Université de New York et a publié quatre romans, dont deux traduits en anglais (Le toit, Charco Press 2020, et Slime rose, Scribe 2023), ainsi qu'un recueil de nouvelles.  


Transcription

Paul Shrivastava (00:03) :

Bonjour, je m'appelle Paul Shrivastava et dans cette série de podcasts, je parle de l'avenir à des auteurs de science-fiction. Je pense que leur façon unique de voir les choses peut nous donner des indications précieuses sur la façon dont nous pouvons créer le genre de monde que nous voulons et éviter celui que nous ne voulons pas.

Fernanda Trias (00:24) :

Nous espérons tous que la science viendra nous sauver du désastre et des ravages que nous avons causés, et ce n’est pas ainsi que cela fonctionnera.

Paul Shrivastava (00:32) :

Aujourd'hui, je m'entretiens avec Fernanda Trias, romancière et nouvelliste uruguayenne. Elle est également chargée de cours en écriture créative à l'Université des Andes de Bogotá. Son livre, Slime rose, a été reconnue comme l’une des meilleures œuvres littéraires d’une auteure du monde hispanophone. Nous avons discuté de son inspiration, de la question de savoir si l'horreur dystopique pouvait apporter des changements et de l'importance de rapprocher les arts et les sciences. J'espère que tu apprécies.

Alors bienvenue, Fernanda. Merci beaucoup de vous joindre à nous sur cette série de podcasts. J'aimerais commencer par vous demander si vous pouvez parler un peu de votre propre parcours et de votre relation avec la science.

Fernanda Trias (01:24) :

Eh bien, en fait, je viens d’une famille où la science et l’art ont toujours été liés. Mon père était médecin. J'ai grandi, par exemple, en jouant dans les couloirs des hôpitaux, et mon père parlait du corps humain, et pour moi c'était très intéressant. Mais en même temps, j’avais plutôt un penchant humaniste, alors j’ai fini par étudier les études humaines. J'ai travaillé pendant de nombreuses années comme traductrice, mais je me suis spécialisée dans les textes médicaux. Dans la traduction, j'ai trouvé le moyen d'avoir les deux, d'un côté, des langues que j'aime et, de l'autre, de pouvoir faire des recherches, apprendre.

Paul Shrivastava (02:07) :

Merveilleux. Votre nouveau livre passionnant en cours de traduction, Slime rose, en anglais – pouvez-vous nous parler un peu du thème général du livre et de la manière dont vous parlez de la science et de l’organisation de la science dans cet ouvrage ?

Fernanda Trias (02:23) :

En fait, la bave rose fait partie de ces choses que j’ai découvertes alors que je faisais encore des traductions médicales. Dans ce roman dystopique, il y a eu une catastrophe environnementale, et je me suis dit : imaginons un pays où la chose dont ils disposent pour nourrir la population est cette pâte qu'on appelle « bave rose », de manière péjorative. Toutes les parures et tous les petits morceaux des carcasses, du bétail, sont chauffés à des températures très très élevées. Ensuite, ils sont centrifugés pour éliminer le gras de la viande, et il en résulte une pâte très rose, qui ressemble à du dentifrice. Les deux personnages principaux – la narratrice est une femme et elle s’occupe d’un enfant atteint d’une maladie rare. L’un des nombreux symptômes est que la personne a toujours faim. Le cerveau ne reçoit pas le signal disant : « OK, ça suffit. C'est donc un syndrome très douloureux, et cette femme s'occupe d'un enfant qui ne peut s'empêcher de manger dans un monde où il y a une pénurie de nourriture, et cette bave rose est la principale nourriture disponible.

Paul Shrivastava (03:39) :

C'est tellement puissant. Et un espoir est que ce genre de trope d’horreur et de dystopie choque les gens et les amène à changer de comportement pour être plus durables – que ce soit en matière de nutrition de leur propre corps, ou de combustion de carbone, ou autre. Pensez-vous que la science-fiction peut vraiment faire changer les mentalités ?

Fernanda Trias (04:03) :

Je ne sais pas, mais chaque roman dystopique contient au moins un écho de la réalité. J’ai le sentiment qu’en tant que société, nous sommes actuellement dans le déni de ce qui se passe avec le changement climatique. Et c’est normal parce que c’est très effrayant et aussi parce que… individuellement, nous ne pensons pas pouvoir faire grand-chose pour changer ce qui se passe. Nous ressentons cette frustration, mais c’est pourquoi je pense qu’il est si important que l’art amène le sujet et le rende accessible aux gens car cela crée un exemple tangible de ce qui pourrait arriver. Et soudain, nous pouvons imaginer le monde entier avec toutes ces conséquences, et tous ces détails, et comment cela affecterait les gens normaux, ordinaires, et c’est ainsi que nous pouvons commencer à en parler.

Paul Shrivastava (05:00) :

Il existe des façons de penser que nous sommes séparés de la nature, mais il existe une alternative. Dans de nombreux pays, la vision autochtone du monde est bien plus holistique et bien plus inclusive : nous sommes la nature, nous faisons partie du réseau de la nature et si nous faisons quelque chose pour y remédier, cela revient également et nous affecte. Pensez-vous que cela serait utile et permettrait de surmonter certains de ces défis ?

Fernanda Trias (05:31) :

J'adore ce que dit Vandana Shiva, philosophe indienne, écoféministe. Elle parle de l’éco-apartheid, du fait qu’il existe une séparation entre les humains et le reste de la nature. Il serait important que la science apprenne de ce paradigme, car bon nombre de ces visions des peuples autochtones — ici en Colombie, nous en avons beaucoup — peuvent être considérées comme moins scientifiques. En ce sens, la science peut parfois être très arrogante, n’est-ce pas ? C’est pourquoi je pense que la pensée écoféministe pourrait beaucoup aider. Et le fait d’avoir davantage de femmes travaillant dans le domaine scientifique pourrait provoquer ce changement. Et actuellement, en Amérique latine, il y a des auteurs qui se tournent vers ces autres formes de connaissances et écrivent de la science-fiction à partir de là. Je pense que c'est très, très intéressant.

Paul Shrivastava (06:30) :

Très intéressant. Pensez-vous que certains développements scientifiques et technologiques sont réellement préjudiciables aux systèmes terrestres, et quel pourrait être le rôle de la science-fiction pour empêcher cela ?

Fernanda Trias (06:47) :

Ce que j'ai parfois l'impression, c'est que la science est comme une bonne mère qui court derrière l'enfant gâté qui fait des ravages dans la maison. Et la mère court derrière pour ramasser les jouets, n'est-ce pas ? Donc la science à l'heure actuelle est ce filet de sécurité dont nous espérons tous qu'elle viendra et trouvera un moyen de nous sauver du désastre et des ravages que nous avons causés, et ce n'est pas ainsi que cela fonctionnera.

Si nous prenons le cas de l'alimentation, par exemple, on estime que la planète devra produire 60 % de nourriture en plus d'ici 2050 pour soutenir la population mondiale croissante. Ça va être vraiment difficile. Il existe déjà des innovations scientifiques qui vont dans cette direction, en se demandant comment pouvons-nous modifier génétiquement les cultures ou les semences pour les rendre résistantes à la chaleur ? Mais si l’on y réfléchit bien, environ 30 % de la nourriture produite dans le monde à l’heure actuelle est perdue ou gaspillée, et cela va bien sûr de pair avec le capitalisme. Ce dont nous avons donc besoin, c’est d’un changement. La science-fiction nous aide, même si elle n'apporte pas de solution, bien sûr, mais au moins elle aide à explorer le problème et à poser la question.

Paul Shrivastava (08:01) :

Ce que vous faites valoir à propos des arts ou des récits qui façonnent la question touche au cœur de ce que certains appellent la recherche scientifique transdisciplinaire, où la recherche est menée en co-création avec les parties prenantes.

Fernanda Trias (08:17) :

Et c’est pourquoi il est si important d’intégrer, vous savez, les sciences humaines et les sciences. Parce que les problèmes auxquels nous sommes confrontés actuellement débordent les frontières et les domaines de la connaissance. Prenons donc le changement climatique, ce n'est pas seulement une question environnementale. Toute décision a un énorme impact économique et social. Nous devons réfléchir aux besoins de chaque communauté dans son contexte avant de mettre en œuvre tout ce que nous souhaitons mettre en œuvre. Vous devez réfléchir à la manière dont cela va fonctionner au sein de la communauté face à ces défis particuliers.

Paul Shrivastava (08:53) :

C'est donc un point très important. La question de la localisation, non seulement de se limiter à des solutions générales, mais de les adapter au contexte culturel local. C’est vraiment la clé de la solution, et cela, pour moi, encore une fois, sort quelque peu du domaine de la science traditionnelle et normale. Quelles suggestions pourriez-vous faire aux scientifiques pour qu’ils s’engagent dans ce type de résultats ?

Fernanda Trias (09:21) :

Cette idée selon laquelle la recherche scientifique et l’art sont séparés est très répandue. Cependant, je pense qu’ils ont plus de choses en commun qu’on ne le pense, car ils nécessitent tous deux de la curiosité, puis la volonté de se connecter à des idées qui semblent très éloignées.

Paul Shrivastava (09:40) :

Relier les points pour créer un motif plus grand. Et c’est, pour moi, un geste artistique. Ce n’est pas une démarche scientifique.

Fernanda Trias (09:49) :

Exactement, mais je pense que les meilleurs scientifiques sont probablement ceux qui ont ce genre de pensée, vous savez, cet esprit créatif. La créativité n’est pas réservée à certains artistes. Nous sommes tous des gens créatifs. Quand j'ai commencé à écrire… en pensant au roman qui serait plus tard Slime rose, j'avais des éléments qui semblaient complètement sans rapport. Par exemple, la bave rose est pâteuse, l'enfant atteint de ce syndrome particulier… C'est comme, vous savez, comme un patchwork, mais pour moi en tant qu'écrivain, je dois faire confiance à cette intuition. Je savais qu'ils allaient ensemble. Je ne savais pas comment.

Paul Shrivastava (10:33) :

Merci d'avoir écouté ce podcast du Center for Science Futures du Conseil international des sciences réalisé en partenariat avec le Arthur C. Clarke Center for Human Imagination de l'UC San Diego, visitez futures.council.science pour découvrir d'autres travaux du Center for Science Futures. Il se concentre sur les tendances émergentes dans les systèmes scientifiques et de recherche et propose des options et des outils pour prendre des décisions plus éclairées.


Paul Shrivastava, professeur de gestion et d'organisations à la Pennsylvania State University, a animé la série de podcasts. Il se spécialise dans la mise en œuvre des objectifs de développement durable. Le podcast est également réalisé en collaboration avec le Centre Arthur C. Clarke pour l'imagination humaine de l'Université de Californie à San Diego.

Le projet a été supervisé par Mathieu Denis et portée par Dong Liu, du Centre pour l'avenir des sciences, le groupe de réflexion de l'ISC.


Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Restez à jour avec nos newsletters


photo from Patrick Perkins on Unsplash.


Clause de Non-responsabilité
Les informations, opinions et recommandations présentées dans cet article sont celles des contributeurs individuels et ne reflètent pas nécessairement les valeurs et croyances du Conseil scientifique international.

Passer au contenu