Inscription

Rééquilibrer la gouvernance de la gestion des déchets dans les villes dotées de systèmes informels : impliquer les acteurs locaux et les universitaires par le biais de la recherche transdisciplinaire

Les récents rapports LIRA 2030 Africa mettent en lumière les efforts impressionnants de 28 leaders de la recherche pour favoriser le développement durable dans les villes africaines. Un projet particulier intitulé "Cleaning from bottom up" présente l'utilisation de la participation inclusive des parties prenantes dans la gestion intégrée des déchets à Accra (Ghana) et à Lagos (Nigéria).

Ce blog fait partie de l'ISC CRI TD Blog Series.

Les LIRA Le projet « Cleaning from the bottom up » a été mené pendant deux ans (2019-2021) par Temilade Sesan à l'Université d'Ibadan, Nigeria. Le projet a contribué à l'ODD 11 sur les "villes et communautés durables" en adoptant l'ambition de réunir les structures de gouvernance informelles et formelles pour la gestion des déchets à Accra et à Lagos, vers la réalisation d'une approche intégrée et durable. Les pratiques existantes de gestion des déchets posent de formidables défis environnementaux aux citoyens des deux villes et conduisent même à des conflits entre les citoyens et les institutions publiques, entraînant un désintérêt des institutions pour résoudre les problèmes de gestion des déchets dans les quartiers les plus pauvres.   

Dans ce contexte, la recherche transdisciplinaire (TD) a été examinée comme un outil puissant qui peut effectivement réunir deux acteurs clés impliqués dans la gestion des déchets : les acteurs informels menant la gestion locale des déchets et les institutions publiques responsables de sa gouvernance.

« Nous avons choisi Lagos et Accra pour des raisons différentes mais complémentaires : Lagos est de loin la plus grande ville d'Afrique, avec plus de 20 millions d'habitants ; tandis qu'Accra, bien que relativement petite, a été nommée la ville à la croissance la plus rapide de la région. Nous étions intéressés à aborder les problèmes de gestion des déchets qui accompagnent la croissance et le dynamisme des deux villes, et à voir quelles leçons pourraient être transférables d'un contexte à l'autre.  

Temilade Sésan

Avant le projet LIRA, les chercheurs principaux (PI) et les co-PI avaient travaillé avec d'autres universitaires, des acteurs informels et des acteurs de la société civile pour promouvoir les initiatives de valorisation des déchets au niveau communautaire. La proposition soumise au LIRA était basée sur les connaissances et les réseaux que les chercheurs ont construits à partir de ces projets précédents. Bien que les acteurs informels de ces villes aient démontré une capacité à développer des systèmes décentralisés de gestion des déchets au fil du temps, ils n'ont pas été en mesure d'accéder au soutien technique et politique dont ils ont besoin pour maximiser leur contribution à la chaîne de valeur. En améliorant la gouvernance des initiatives communautaires de gestion des déchets et en facilitant un engagement approfondi entre les acteurs formels et informels du secteur, le projet a contribué à établir des connexions multiscalaires sur lesquelles une collaboration et une action supplémentaires peuvent être construites. Cependant, la recherche TD était nouvelle pour les principaux acteurs, et l'appréhender et la mettre en place tout au long du projet s'avéraient difficiles et chronophages. 

« Nous n'avons pas de culture de recherche TD dans l'une ou l'autre des villes ou des pays du projet. En effet, dans les deux cas, il s'est avéré difficile pour l'équipe de recherche de dialoguer avec les autorités municipales comme prévu à l'origine. Pourtant, les engagements enthousiastes et les résultats concrets que nous avons obtenus au niveau municipal montrent le potentiel de la recherche de la TD pour stimuler l'élaboration de politiques fondées sur des données probantes à plus grande échelle.

Temilade Sésan 

Expertise et partenaires impliqués : des académiques à la rencontre des acteurs de terrain

Pour atteindre son objectif, le projet a impliqué un large éventail d'acteurs, universitaires et non universitaires ; comme l'implique la recherche TD. Cinq chercheurs basés à l'Université d'Ibadan, du Ghana et de Cape Town, issus des domaines des sciences de l'environnement, de la santé publique, de la sociologie, de l'économie et de la géographie, ont travaillé en étroite collaboration avec des partenaires de pratique issus de la gestion des déchets, des politiques publiques, du secteur privé , la société civile et la défense des médias.  

Les principales parties prenantes du projet à Accra étaient l'Assemblée municipale Ga East et la Borla Taxis and Tricycles Association. Organisation de la jeunesse d'Afrique verte représentait la société civile au Ghana. Les principales parties prenantes à Lagos étaient l'Initiative africaine de nettoyage, l'Initiative thermique, Biosphere Technologies Limited, le Département de la santé environnementale de l'Autorité de développement du conseil local d'Apapa-Iganmu, ainsi que sept communautés relevant de l'Autorité. Repenser les villes représentait le secteur de la défense des médias, tandis que Solutions En-Pacte représentent le secteur privé formel.  

Les relations entre les partenaires académiques et non académiques du projet ont été mutuellement enrichissantes. Il est apparu que de multiples hypothèses incorrectes sur le paysage de la gestion des déchets s'étaient développées entre les acteurs, et les partenaires de plaidoyer des médias, qui avaient une grande expérience préalable de l'engagement avec les parties prenantes dans la pratique, ont aidé l'équipe à articuler et à résoudre ces hypothèses. À l'inverse, ces mêmes partenaires ont pu intégrer certains des résultats de la recherche dans leurs campagnes de gestion des déchets.  

"La valeur ajoutée que la recherche de la TD a apportée au projet était que nous étions habilités à collaborer avec un plus large éventail d'intervenants – du milieu universitaire et de la société civile, mais aussi du secteur privé et du gouvernement – ​​que nous ne le faisions auparavant. En servant de médiateur pour des conversations directes entre le secteur informel et les autorités municipales, le projet a innové dans les deux contextes et a contribué à jeter les bases d'une compréhension et d'une action mutuelles. Au niveau communautaire, l'exercice de nettoyage que nous avons mis en œuvre en collaboration avec des bénévoles de la communauté a non seulement fait une différence tangible pour l'environnement, mais a également montré à la communauté et aux autorités municipales qu'un changement progressif est possible.

Temilade Sésan

Lire le rapport LIRA 2030 Afrique

LIRA 2030 Afrique : Apprendre de la pratique de la recherche transdisciplinaire pour le développement durable dans les villes africaines

Conseil scientifique international. (2023). LIRA 2030 Afrique : Apprendre de la pratique de la recherche transdisciplinaire pour le développement durable dans les villes africaines. Paris, France, Conseil scientifique international. DOI : 10.24948/2023.02


Méthodes collaboratives : la clé d'un changement durable et d'un succès durable

L'équipe a testé diverses méthodes de collaboration pour impliquer les communautés, les autorités municipales et le grand public à différentes étapes du projet. Les communautés locales et les autorités municipales ont été principalement impliquées par le biais d'engagements en face à face (discussions de groupe, réunions, promenades transversales). Cela a permis des échanges délibératifs en temps réel et a contribué à renforcer la confiance et le capital social.

Une fois les acteurs pleinement engagés dans le projet, les chercheurs ont mené des entretiens approfondis et des discussions de groupe avec des individus et des groupes concernés (hommes, femmes, jeunes, associations de travailleurs informels) dans les communautés du projet. Celles-ci ont fourni des informations qui ont ensuite été utilisées pour engager les parties prenantes formelles aux niveaux municipal et municipal sur les moyens d'intégrer les besoins et les capacités au niveau communautaire dans la planification et la fourniture de services de gestion des déchets, de la collecte au recyclage jusqu'à l'élimination finale. Le projet a constaté que les ateliers et les groupes de discussion des parties prenantes étaient les plus efficaces pour stimuler la collaboration entre divers acteurs, probablement en raison des conversations en face à face qu'ils ont favorisées.

Les réunions délibératives successives tenues par l'équipe LIRA ont donné des succès surprenants : à Accra en particulier, la municipalité a apporté des changements immédiats aux politiques de longue date sur la gestion informelle des déchets. 

Pour impliquer un public plus large, le projet a produit des sorties médiatiques - principalement des émissions de radio interactives et des documentaires vidéo. L'objectif de ces résultats était de sensibiliser les citoyens de la classe moyenne aux solutions informelles et communautaires de gestion des déchets, en vue de mobiliser le soutien du public pour un changement de politique à moyen et à long terme.  

"Les émissions de radio se sont terminées avec le projet, mais nous avons continué à projeter les documentaires au fur et à mesure que des opportunités se présentaient sur des projets ultérieurs. Nous en sommes venus à reconnaître ces supports visuels comme de puissants outils de mobilisation des citoyens pour défendre les causes environnementales dans leurs domaines respectifs.

Temilade Sésan

Lorsque la crise du COVID-19 a forcé le passage au travail à distance au début de 2020, l'équipe du projet a délégué de nombreuses responsabilités d'engagement aux acteurs communautaires, renforçant ainsi les capacités de ces derniers dans le processus. Au lendemain de la crise, le projet a également intensifié la sensibilisation du public via les plateformes de médias sociaux (Twitter et Instagram) et des programmes interactifs sur les stations de radio locales. 

Rassembler les communautés autour de la gestion des déchets, un puissant outil de résilience

L'IP estime que l'établissement de relations et une communication solide ont été des facteurs clés qui ont aidé à atteindre les objectifs du projet. Un résultat majeur à Accra a été la création et l'enregistrement d'une association de travailleurs informels des déchets auprès de la municipalité de Ga East, un résultat qui était auparavant considéré comme trop difficile à atteindre. En effet, cette association a été la première du genre à obtenir un statut officiel dans la ville. L'association a mis en place une structure de gouvernance, complétée par un comité exécutif, qui lui permettra de continuer à fonctionner au-delà de la durée de vie du projet.  

À Lagos, un exercice de nettoyage communautaire intitulé #GreatBadiaCleanUp a été mis en œuvre en partenariat avec des acteurs de la société civile. L'exercice a été le point d'ancrage d'une campagne de changement de comportement à l'échelle de la communauté menée par un comité de résidents bénévoles. Ce comité démocratique dirigé par des bénévoles a également été le premier du genre à être établi à des fins de gestion des déchets dans la zone du projet. Les conclusions du projet ont également été présentées aux parties prenantes nigérianes qui se présentent aux élections à venir, contribuant potentiellement à la formulation de politiques et de lois fondées sur des données probantes dans le secteur de la gestion des déchets.

De plus, les collaborations sur le projet ont permis à l'IP d'obtenir une subvention compétitive de la Volvo Educational Research Foundations (VREF). La subvention a été utilisée pour concevoir et dispenser un cours d'écriture académique aux spécialistes du développement urbain durable dans les universités africaines en 2022. Sur la base du succès du cours, le VREF a renouvelé la subvention pour un deuxième cycle qui sera dispensé en 2023. 

Plus que des résultats techniques, le projet TD a permis des avantages sociaux structurels pour les communautés des deux villes et a souligné la nécessité d'utiliser le TD dans les projets en contexte urbain. Le PI a appliqué l'approche TD à d'autres projets depuis celui-ci. Les chercheurs ont également intégré des méthodes et des outils de TD dans leurs conférences et conférences invitées, augmentant ainsi la connaissance de l'approche dans les milieux de l'enseignement et de la recherche.  

« Le projet est maintenant terminé et nous cherchons à obtenir une autre ronde de financement pour un suivi. L'objectif principal de ce cycle serait d'aider les communautés et les autorités municipales impliquées à institutionnaliser les solutions de gestion des déchets démontrées par le LIRA. Cela impliquerait d'identifier et de fournir des incitations appropriées pour que les deux parties reproduisent ces solutions de manière durable et à grande échelle.

Temilade Sésan 

Ressources additionnelles :  

Certaines des premières réflexions sur le projet ont été présentées dans un article intitulé "Leçons tirées de la facilitation des processus de gestion des déchets dirigés par la communauté à Lagos, au Nigeria" lors de la Conférence sur la résilience climatique et la gestion des déchets pour le développement durable organisée par l'Université du Ghana en octobre 2019 Plus récemment, le PI sur le projet a mené la publication d'un article dans la revue Forum Urbain, en collaboration avec d'autres chercheurs du programme LIRA : 

  • Sesan, T., Sanfo, S., Sikhwivhilu, K., Dakyaga, F., Aziz, F., Yirenya-Tawiah, D., Badu, M., Derbile, E., Ojoyi, M., Ibrahim, B. et Adamou, R. 2021. Médiation de la coproduction de connaissances pour une gouvernance inclusive et la fourniture de services d'alimentation, d'eau et d'énergie dans les villes africaines. Forum Urbain. https://doi.org/10.1007/s12132-021-09440-w 
  • Sesan, T. et Siyanbola, W. 2021. « Ce sont les réalités » : aperçus de la facilitation de l'engagement des chercheurs et des décideurs dans le secteur de l'énergie domestique au Nigeria. Communications en sciences humaines et sociales, vol. 8, n° 73. https://doi.org/10.1057/s41599-021-00754-5 

Photo de Katsia Paulavets – ISC

Passer au contenu