Inscription

Faire de la science ouverte une réalité mondiale

La recommandation de l'UNESCO sur la science ouverte est une avancée importante. Sa mise en pratique doit impliquer un engagement créatif avec la communauté scientifique, écrit le président de l'ISC, Peter Gluckman.

Ce message a été initialement partagé par Laboratoires de politiques sur les frontières dans 2022 Janvier, et est posté avec leur permission.

La formation du paradigme de la science ouverte a été largement réalisée grâce au travail des académies nationales, des unions et associations scientifiques internationales et des organismes connexes qui sont représentés parmi les membres du Conseil international des sciences (ISC). Les bailleurs de fonds nationaux et régionaux de la science ont de plus en plus soutenu l'impératif de la science ouverte en investissant dans des infrastructures de soutien et en promouvant la publication en libre accès comme condition de financement. Aujourd'hui, l'UNESCO a pris position pour formaliser ces tendances au niveau international à travers sa Recommandation sur la science ouverte. Malgré les lacunes de ce document, il pourrait avoir des résultats positifs importants.

Avant tout, la mobilisation réussie par l'UNESCO des membres de ses gouvernements nationaux en faveur des principes de la science ouverte est une avancée importante. Cela pourrait être une étape vers la promotion d'une compréhension commune de la science ouverte, de ses principaux constituants et des diverses voies pour y parvenir - en promouvant la coopération internationale. La recommandation de l'UNESCO pourrait également être un outil utile pour pousser les gouvernements nationaux à développer et à promouvoir des politiques qui permettront la science ouverte. Les objectifs déclarés, les objectifs clés et les domaines d'action identifiés dans la recommandation ont trouvé un écho parmi les membres de l'ISC, ainsi que parmi les membres de toutes les académies européennes (ALLEA) et de la Fédération mondiale des organisations d'ingénieurs (WFEO), selon un enquête conjointe réalisé en décembre 2020. C'est un bon signe de convergence qui pourrait servir à mobiliser un travail collectif pour faire de la science ouverte une réalité mondiale.

La réalisation des principes et des actions proposées dans la recommandation de l'UNESCO ne dépendra pas seulement de la collaboration intergouvernementale, mais devra également impliquer un engagement créatif avec la communauté scientifique - non pas par le commandement et le contrôle, mais par les mécanismes sensibles et interactifs qui ont évolué dans les systèmes scientifiques nationaux au fil des années. . Comme indiqué dans l'intervention de l'ISC au Réunion du Conseil général de l'UNESCO juste avant l'approbation de la Recommandation de l'UNESCO :

« Les systèmes scientifiques ont une écologie particulière qui tend à impliquer trois acteurs clés : les gouvernements qui articulent les priorités globales et établissent les budgets scientifiques ; des conseils de financement indépendants qui allouent les ressources ; et les chercheurs et leurs institutions. Ces systèmes se sont avérés flexibles et créatifs pour maximiser le retour sur investissement de la société dans la recherche. Ces systèmes ont deux grands atouts : non seulement ils répondent aux priorités nationales immédiates par le biais de programmes ciblés, mais ils repoussent également les frontières de la connaissance et fournissent des investissements cruciaux dans un avenir inconnaissable. Ces deux aspects ont été cruciaux dans la réponse scientifique au COVID-19. De tels systèmes flexibles, créatifs, collaboratifs et éprouvés sont bien placés pour promouvoir le contrat social évolué qu'implique la science ouverte.

Aborder les principaux obstacles et les pièges potentiels de la science ouverte est une prochaine étape importante, en particulier dans les situations où la communauté scientifique doit examiner son fonctionnement. Par exemple, des domaines tels que l'évaluation de la recherche et des chercheurs (en particulier l'utilisation d'indices bibliométriques, tels que les facteurs d'impact des revues, en tant que mesures indirectes de la performance des chercheurs), les questions liées à l'examen par les pairs, le droit d'auteur et l'indexation des travaux publiés nécessitent une attention parallèlement à la problème bien connu des coûts élevés pour le lecteur et/ou les auteurs pour publier et accéder aux connaissances scientifiques dans le système actuel. L'ISC identifie quatre thèmes principaux dans la fourniture de la science ouverte : le libre accès aux archives scientifiques ; libre accès aux données et aux preuves scientifiques ; ouverture et engagement envers les parties prenantes sociétales ; et l'accès aux outils de calcul et de communication de la révolution numérique qui sont essentiels à la participation sociétale (voir le document de travail de l'ISC sur La science ouverte pour le 21e siècle).

Vous pourriez également être intéressé par

La science ouverte pour le 21e siècle

L'ouverture est au cœur de la démarche scientifique. Ce projet de document de travail, qui a été élaboré en réponse à une consultation mondiale de l'UNESCO sur la science ouverte, rassemble les travaux développés au sein de la communauté du Conseil international des sciences (ISC) sur la science ouverte.

Pour faire de la science ouverte une réalité, trois questions clés doivent être avancées à l'échelle mondiale en priorité à ce stade :

Réforme de l'édition scientifique: Un système de publication scientifique de plus en plus dysfonctionnel sape l'examen qui est essentiel au maintien de la rigueur scientifique. Ce système empêche l'accès aux archives scientifiques d'une manière qui mine l'inclusion mondiale ; cela risque de perdre la confiance du public ; et il ne parvient pas à relever les défis et les opportunités de la révolution numérique. En outre, certains grands éditeurs se transforment en entreprises technologiques monopolistiques susceptibles de privatiser l'accès au savoir. Ce sont là des enjeux cruciaux pour l'établissement mondial de la science inclusive et ouverte dont le monde a besoin. Lors de l'Assemblée générale 2021 de l'ISC, ses membres résolu à demander une réforme, et a convenu que la gouvernance de ces questions devrait être responsable devant la communauté scientifique. L'ISC mène actuellement un projet sur l'avenir de l'édition scientifique, visant à parvenir à un accord sur un ensemble de principes qui maximiseront les avantages de la recherche scientifique, tant pour la communauté scientifique que pour un public plus large. L'ISC préconise l'adoption de ces principes par la communauté élargie des producteurs, utilisateurs, bailleurs de fonds et éditeurs scientifiques.

Veiller à ce que la gouvernance de la diffusion des connaissances scientifiques rende des comptes à la communauté scientifique: Comme mentionné dans le déclaration publique par la délégation de l'ISC à la réunion du Comité spécial de l'UNESCO sur la science ouverte, en mai 2021, la recommandation de l'UNESCO et les interventions en cascade potentielles des États membres pourraient se développer selon deux voies divergentes. Les États membres pourraient choisir de renforcer le soutien gouvernemental à la communauté scientifique et à l'ensemble de l'écosystème des parties prenantes à mesure qu'ils élaborent de nouvelles politiques, infrastructures et stratégies de collaboration qui servent le paradigme de la science ouverte qui a évolué au cours des deux dernières décennies. Alternativement, les États membres pourraient ignorer les méthodes traditionnelles par lesquelles la communauté scientifique s'auto-organise pour atteindre ses objectifs et pourraient en venir à préciser, voire à réglementer, la manière dont la communauté scientifique devrait être organisée. L'ISC est fortement en faveur du premier et préoccupé par le second, qui pourrait créer un mode de science ouverte qui ouvre la porte à des plateformes commerciales pour capter la valeur de la recherche financée par des fonds publics.

Assurer l'équité dans le système scientifique en évolution: La science ouverte doit être inclusive à l'échelle mondiale si elle veut être efficace à l'échelle mondiale. L'accès équitable aux archives scientifiques, tant pour les auteurs que pour les lecteurs, est une priorité internationale. Il est essentiel que la communauté scientifique internationale et ses bailleurs de fonds recherchent et mettent en œuvre des mécanismes permettant d'atteindre l'inclusivité, tout en comblant les fossés existants entre le Nord et le Sud. Les organismes internationaux comme l'ISC ont un rôle particulier à jouer ici, compte tenu de la diversité de leurs membres.



Les membres de l'ISC rencontrent et saluent Peter Gluckman

Les membres de l'ISC peuvent rejoindre Peter Gluckman pour deux rencontres cette semaine via Zoom :

  • 26 janvier 2022, 08h00 UTC
  • 27 janvier 2022, 17h00 UTC

Au début de sa présidence, Peter Gluckman invite tous les représentants des membres de l'ISC et des organismes affiliés pour un "meet & greet" virtuel.

 Une interprétation simultanée de l'anglais vers le français et de l'anglais vers l'espagnol sera assurée.

Inscrivez-vous ici.

Passer au contenu