Inscription

Aider les rédactions à se préparer aux risques de catastrophe, une collaboration du Conseil scientifique international et du World Editors Forum

Les récents incendies de forêt, inondations et tremblements de terre dévastateurs ont mis en évidence le risque croissant d'événements climatiques extrêmes, de crises de santé publique à grande échelle et de catastrophes naturelles. Les rédacteurs en chef de 15 agences de presse se sont réunis au Congrès mondial des médias d'information à Taipei pour réfléchir aux moyens de préparer leurs salles de rédaction et leurs réponses aux catastrophes inattendues.

Ce article a été initialement publié le 18 août 2023 par WAN-IFRA.

À l'échelle mondiale, des efforts concertés sont en cours pour mieux planifier et coordonner les réponses afin de réduire le risque de futurs événements dangereux. Avec l'expérience de COVID-19 encore fraîche, quelle planification les salles de rédaction devraient-elles maintenant faire pour jouer leur rôle dans les crises futures ?

Cette question a sous-tendu une masterclass et un atelier organisés avec le soutien de l'International Science Council (ISC) et dirigés par Fergus Bell, lors de la Congrès mondial des médias d'information à Taïwan en juin. L'atelier s'est servi de guide Cadre Sendai pour la prévention des catastrophes, un mécanisme d'accord et de planification des États membres de l'ONU pour rechercher des actions concrètes afin de protéger les sociétés contre les risques de catastrophes.

L'ISC a récemment mené une revue scientifique du Cadre, faisant trois recommandations qui peuvent s'appliquer aux médias et à l'industrie de l'information :

*Développer des systèmes d'alerte précoce multirisques pour anticiper et réduire l'impact des catastrophes et des risques en cascade à travers les échelles de temps.

* Piloter de nouvelles façons de communiquer les informations sur les risques et leurs implications pour la gestion des risques et le développement durable.

*Développer un cadre de professionnels véritablement transdisciplinaires pour élargir l'interface entre la science, la politique et la pratique.

Rapport pour l'examen à mi-parcours du Cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe

Conseil scientifique international. 2023. Rapport pour l'examen à mi-parcours du Cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe. Paris, France. Conseil scientifique international. DOI : 10.24948/2023.01.


Les recommandations qui ont émergé des éditeurs lors de l'analyse du cadre sous l'angle de l'actualité comprennent :

  • Pour adopter une approche active et inclusive en fournissant des informations compréhensibles pour améliorer la sensibilisation du public aux niveaux régional et mondial, les médias doivent reconnaître les rôles et responsabilités spécifiques des parties prenantes.
  • Lorsque les informations liées à une catastrophe se propagent rapidement sur les médias sociaux, les reportages doivent tirer parti des médias sociaux et des plateformes multimédias pour attirer l'attention du public sur les données, les interviews, les faits contextuels et les informations générales. L'objectif est d'aider les individus à mieux comprendre la situation imminente.
  • Les médias devraient renforcer la vérification des faits et fournir des informations complètes sur le travail déjà accompli par les autorités compétentes. 
  • Les médias devraient collaborer étroitement avec les scientifiques et les chercheurs, en utilisant les données et en analysant l'impact des catastrophes.
  • Les journalistes devraient interroger les décideurs politiques sur les causes de ces catastrophes et sur les prochaines étapes à suivre. 
  • Lorsque la catastrophe se calmera, les médias d'information devraient organiser des forums qui invitent les parties prenantes, y compris les décideurs politiques, les organisations non gouvernementales et les représentants du peuple, à discuter ensemble de la manière de mieux se préparer aux futures calamités.
  • Considérez les besoins du public des nouvelles avant, pendant et après qu'une situation se produise, à savoir a) Qui sont ces publics ? b) Quels sont leurs besoins lors des différentes phases ? c) Quel est l'ordre de priorité de ces besoins ? d) Comment les médias d'information peuvent-ils répondre à ces besoins ?

Recommandations de la salle de presse en cas de catastrophe

Avant que la catastrophe ne frappe, le grand public et les gouvernements/décideurs sont les parties prenantes les plus importantes :

  • Le grand public doit être préparé à l'avance, alerté du moment et de l'emplacement probable d'une catastrophe, et informé des procédures d'évacuation. 
  • D'autre part, les décideurs politiques doivent concevoir des infrastructures résilientes pour faire face aux catastrophes, financer la recherche scientifique pour la compréhension et la préparation, et élaborer des plans d'atténuation des catastrophes.

Lors de la survenance d'un sinistre, les parties prenantes les plus importantes restent le grand public, car assurer sa sécurité devient la priorité absolue : 

  • Les personnes doivent avoir accès à des informations fiables pour s'entraider et chercher des secours. 
  • Les deuxièmes parties prenantes importantes sont les gouvernements et les services d'urgence, chargés de commander et de mobiliser les ressources pour protéger le public et diffuser en permanence l'information à l'échelle nationale.

Après la catastrophe, les parties prenantes les plus importantes sont les professionnels des médias, le grand public, les agences gouvernementales, suivis des scientifiques et des organisations liées aux médias scientifiques. 

  • Les professionnels des médias d'information doivent continuer à rassembler des faits, à réaliser des rapports de suivi, à analyser l'impact de l'événement et à proposer différentes perspectives pour faciliter des changements positifs. 
  • Le grand public doit apprendre à se remettre des séquelles de la catastrophe et à se préparer à l'avance à la prochaine calamité. 
  • Les agences gouvernementales, les scientifiques et les organisations liées aux médias scientifiques devraient mener des examens post-catastrophe et réfléchir à la manière d'améliorer leur réponse aux événements futurs.

Les sorties de la salle de rédaction doivent être visuellement attrayantes et interactives et pourraient être prêtes en cas de catastrophe en offrant :

  • Cartes mises à jour en temps réel
  • Tableaux de bord statistiques
  • Interviews d'experts et de survivants sous forme d'articles, de vidéos, de photos, d'histoires audio

Scénarios d'application réels

Les participants ont élaboré des scénarios d'atelier pour explorer ce que les salles de rédaction pourraient faire avant, pendant et après les incendies de forêt, les tremblements de terre et les cyclones.

1️⃣ Tremblement de terre

Axé sur les tremblements de terre, ce groupe a proposé un centre de collaboration des connaissances pour rassembler des journalistes, des scientifiques, des responsables gouvernementaux et des experts techniques de différents pays en tant que source centralisée d'informations lors de tremblements de terre majeurs. Un site Web fournirait des images satellites, des rapports de recherche, des informations sur les données et des interviews que les journalistes et les chercheurs pourraient utiliser.

Le centre pourrait personnaliser ses services en fonction des besoins des différents organes de presse, en aidant à créer des informations textuelles, vidéo ou autres. Le centre pourrait également faciliter la communication directe entre les journalistes pour obtenir des informations précises et opportunes. Un financement serait recherché pour opérationnaliser cette proposition afin d'aider les organes de presse à améliorer leurs capacités à présenter efficacement l'information et à accroître la sensibilisation et la compréhension du public aux catastrophes.

2️⃣ cyclone

Une initiative visant à limiter l'impact des cyclones pourrait développer une procédure opératoire standard appelée CARE ; Collaborer, aider, établir des relations et éduquer. L'objectif est d'établir un flux continu d'informations et de soutien entre les parties prenantes, en créant un écosystème efficace qui implique les médias, les gouvernements locaux, les services d'urgence et le public pour permettre une communication fluide et un accès rapide au soutien pendant les cyclones.

Le plan implique une coopération avec les médias internationaux, locaux et régionaux, les organisations non gouvernementales, les gouvernements locaux, les services d'urgence et la communauté scientifique. Des relations de collaboration doivent être établies au cours de la phase de préparation pour assurer la préparation. Lorsqu'un cyclone se produit, la diffusion de l'information devient une tâche primordiale. Divers canaux seront utilisés, tels que des applications, des tableaux de bord avec des podcasts et des plateformes de médias sociaux comme TikTok et YouTube. Des reporters seront envoyés pour recueillir des informations sur place et partager les dernières mises à jour, et les données de recherche seront présentées de manière compréhensible et pertinente pour le public concerné.

3️⃣ Wildfire

Le groupe a proposé de développer un site Web attrayant et éducatif appelé « Be Wild, Stop Fire » pour fournir des informations complètes et un guide complet sur la sécurité contre les incendies de forêt. Le site Web comporterait trois sections : 

Avant le feu de forêt : comprend de belles photos de la forêt, des guides de voyage, des informations sur l'écosystème local, les animaux et les arbres, ainsi que des directives sur ce qu'il faut faire et ne pas faire pendant les voyages de camping.

Pendant l'incendie de forêt : fournit des données en temps réel, les coordonnées des autorités et des personnes concernées, des explications scientifiques sur les incendies de forêt et des moyens de contribuer par le bénévolat ou les dons.

Après le feu de forêt : implique des discussions d'experts sur l'impact des feux de forêt sur les humains, les communautés, l'économie et la faune. Il couvre également les efforts de reconstruction et de prévention des futurs incendies de forêt.


Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Restez à jour avec nos newsletters


Clause de Non-responsabilité

Les informations, opinions et recommandations présentées par nos invités sont celles des contributeurs individuels et ne reflètent pas nécessairement les valeurs et les convictions de l'International Science Council.


Image Michael a tenu on Unsplash.

Passer au contenu