Inscription

Prépublications évaluées par des pairs : avantages et limites pour les jeunes chercheurs indiens

En réponse à l'évolution de la dynamique de l'édition scientifique, l'Indian National Young Academy of Sciences (INYAS), en partenariat avec l'International Science Council (ISC) et le Department of Science and Technology's Center for Policy Research (DST-CPR), a mené une atelier en ligne pour sensibiliser aux prépublications évaluées par des pairs et à leurs avantages potentiels pour les jeunes chercheurs, et pour poursuivre les efforts de lutte contre l'édition prédatrice en Inde.

L'industrie de l'édition scientifique subit des transformations rapides, et de fortes recommandations pour l'Open Access (OA) remodèlent déjà l'écosystème d'édition familier. Alors que de plus en plus d'éditeurs ouvrent leur contenu aux lecteurs, les coûts sont répercutés sur les chercheurs. À l'heure actuelle, la communauté scientifique indienne et de nombreux autres chercheurs dans le monde ont souvent du mal à obtenir les fonds nécessaires pour être publiés.

L'exploration de solutions techniques pour moderniser l'édition scientifique a pris de l'importance. Des initiatives comme prépublications évaluées par des pairs prennent de l'ampleur. Cependant, les questions entourant l'utilité, les avantages et les implications de ces infrastructures pour l'évaluation et la promotion de la recherche doivent encore être abordées. L'adaptation de ces nouveaux modèles par les organismes de financement et les institutions jouera un rôle essentiel dans leur adoption.

La normalisation des prépublications

Drury, L. 2022. La normalisation des prépublications. Conseil scientifique international, Paris. France.


Malgré la popularité croissante des prépublications, les taux d'adoption varient considérablement d'une région à l'autre. Une récente étude basé sur une enquête indique que les chercheurs des États-Unis et d'Europe connaissent mieux et ont des taux d'adoption de la prépublication plus élevés que ceux de la Chine et du reste du monde.

Pour examiner les expériences et les attitudes des chercheurs indiens à l'égard des prépublications, INYAS a lancé une enquête et organisé un atelier en juin 2023.

Tirer parti des prépublications et de l'examen par les pairs des prépublications pour révolutionner l'édition savante

Voir la vidéo
Voir l'enregistrement de la séance

Dans une conférence liminaire, Ludo Waltman, professeur et directeur adjoint du Centre d'études scientifiques et technologiques (CWTS) de l'Université de Leiden, a présenté une critique du système actuel de revues par abonnement, soulignant ses coûts élevés, son manque de transparence, son inefficacité, et élaboré sur quatre défis auxquels est confronté le système d'édition savante :

  1. Manque d'ouverture
  2. Retards et inefficacités
  3. Coûts excessifs et inégalités
  4. Incitations problématiques

Il a plaidé pour une approche plus viable et durable grâce au libre accès, affirmant que la pré-impression et la pré-édition présentent une alternative plus rentable au système actuel :

Dans l'édition académique, les chercheurs peuvent utiliser un serveur de prépublication pour partager leurs articles avant de les soumettre à une revue. Cette approche de diffusion précoce facilite la réception de commentaires et d'évaluations, améliorant la qualité du travail avant sa publication officielle. Cette méthodologie répond de manière significative à la situation difficile du libre accès, car les versions préliminaires des articles sont librement accessibles, éliminant toute accessibilité obstacles, même si toutes les revues ne sont pas ouvertes à la pratique.

Actuellement, il existe des infrastructures de prépublication qui facilitent le partage des prépublications et permettent les évaluations par les pairs. Contrairement aux revues de revues traditionnelles, ces évaluations ne suivent pas une approche binaire d'acceptation ou de rejet direct. Au lieu de cela, le processus d'évaluation est une évaluation plus nuancée qui considère attentivement les forces et les faiblesses du travail. Il est important de noter que ces commentaires sont transparents et accessibles au public.

Ce modèle pourrait potentiellement remplacer le système existant, où la reconnaissance découle principalement d'articles publiés dans des revues académiques. À l'avenir, les prépublications, accompagnées de leurs évaluations, pourraient devenir le principal moyen pour les chercheurs de recevoir la reconnaissance de leur travail.

Le journal eLife a mis en place un système ouvert d'évaluation par les pairs et un processus décisionnel qui va au-delà d'un choix binaire. Il sera intéressant de surveiller la façon dont la communauté universitaire réagit et s'adapte à ces modifications.

Des changements culturels sont nécessaires pour l'adoption généralisée de la préimpression, pour favoriser les infrastructures nécessaires et les initiatives politiques favorisant les préimpressions.

Conduire le changement de culture vers l'Open Access

Une façon de conceptualiser le passage à des pratiques scientifiques plus ouvertes, telles que la pré-impression, consiste à utiliser le modèle pyramidal, introduit par Brian Nosek, l'un des principaux défenseurs de la science ouverte.

La première étape consiste à établir l'infrastructure requise pour prendre en charge la publication des prépublications. Il y a de bons progrès sur ce front, avec des services tels que arXiv, bioRxivet chemRxiv libre accès aux chercheurs du monde entier. Ces plateformes ont assez bien réussi à permettre aux chercheurs de partager leurs travaux. Cependant, fournir l'infrastructure n'est pas suffisant.

La prochaine étape consiste à permettre aux chercheurs de s'engager facilement dans des pratiques ouvertes. Quelles stratégies pouvons-nous adopter pour passer à une approche centrée sur la prépublication dans les processus d'évaluation par les pairs ? eLife, Revue communeet Communauté de pairs sont des exemples de plateformes facilitant la pré-impression des travaux des chercheurs et l'engagement dans les revues par les pairs. Cette entreprise nécessite un effort et une innovation continus, mais elle est essentielle pour faire progresser le mouvement de la préimpression.

Cependant, les chercheurs doivent être reconnus pour leurs efforts en s'engageant dans la pré-impression et l'examen ouvert par les pairs. La Coalition pour l'avancement de l'évaluation de la recherche (COARA) et Des plans ont déclaré des engagements en faveur d'une meilleure reconnaissance de l'évaluation par les pairs et des développements menés par la communauté.

Waltman a également encouragé les participants à l'atelier à contribuer à faire avancer ces développements :

Action 1 Pré-imprimez tous vos papiers

Action 2 Publiez vos avis

Action 3 Soutenir les initiatives de révision de prépublication

Action 4 Demander une reconnaissance

Explorer les pistes de l'édition scientifique : échanges et suggestions des membres de l'INYAS

Les discussions en groupe qui ont suivi ont mis en lumière plusieurs observations sur les défis et les opportunités du système de publication actuel :

  • L'examen ouvert par les pairs peut être avantageux, en particulier lorsque le contenu des rapports des examinateurs est rendu public tout en respectant la confidentialité de l'identité des examinateurs en raison d'un conflit d'intérêts potentiel. Cette approche aide à répartir la charge de travail d'examen et permet aux experts d'examiner les articles dans leurs domaines d'expertise spécifiques.
  • La pratique de la publication de prépublications est spécifique à une matière : en physique et en mathématiques, il est d'usage de publier les prépublications à l'avance pour inviter des commentaires et des suggestions, mais dans des domaines appliqués tels que l'agriculture, le biomédical ou d'autres domaines fondamentaux comme la chimie et la biologie, le partage de prépublications est considérée comme risquée en raison du potentiel de ramassage.
  • Les prépublications ne sont pas prises en compte pour les promotions, le financement et l'évaluation. Cependant, les prépublications inaugurent la productivité dans certaines situations, car il s'agit d'un moyen de diffusion rapide de l'information entre pairs.
  • Dans le même temps, les articles déjà disponibles dans le domaine public peuvent rencontrer des difficultés pour être acceptés dans une revue. Les revues qui fonctionnent sur des modèles d'abonnement peuvent avoir de sérieuses réserves quant à la publication de travaux préimprimés.
  • L'inconduite concernant l'examen doit également être envisagée, car n'importe qui peut publier des commentaires durs ou biaisés, ce qui pourrait affecter l'esprit et le zèle de nombreux chercheurs en début de carrière. 
  • Les suggestions pour populariser les services de prépublication incluent le téléchargement des prépublications uniquement lorsque le manuscrit est prêt pour la publication et la promotion du concept de revues superposées. Nous devons encourager les jeunes chercheurs à adopter des méthodes de publication innovantes et favoriser les collaborations avec des universitaires du monde entier pour mettre en œuvre de nouveaux systèmes de publication.
  • Dans le contexte de l'Inde, la nouvelle University Grant Commission (CGU) lignes directrices permettre aux prépublications d'être prises en compte pour l'attribution de diplômes de doctorat. Les politiques existantes régissant le système de publication doivent être révisées, en tenant compte de la valeur du libre accès et des prépublications évaluées par des pairs, qui permettent une diffusion plus large des résultats de la recherche tout en maintenant un examen rigoureux par les pairs.
  • Une évolution vers un modèle de publication plus inclusif et transparent peut favoriser l'accessibilité et accélérer les progrès des connaissances scientifiques, mais nous devons relever les défis de l'éducation du public et des chercheurs sur les limites des prépublications.

État actuel des publications préimprimées par des chercheurs indiens

Sridhar Gutam a fait la lumière sur l'état actuel de l'édition préimprimée en Inde, expliquant pourquoi elle est en retard par rapport aux normes mondiales et suggérant des mesures potentielles pour combler cet écart.

Sur 931,779 775 prépublications publiées dans le monde, seules XNUMX sont affiliées à des chercheurs indiens. La faible utilisation de la prépublication peut résulter de traditions bien ancrées donnant la priorité aux publications de revues à comité de lecture, de préoccupations concernant l'avancement et l'évaluation de carrière, de problèmes potentiels de propriété intellectuelle, d'une connaissance limitée des serveurs de prépublication et d'une préférence pour la révision par les pairs avant le partage public.

L'Inde doit déployer des efforts systématiques et concertés pour accroître l'utilisation des prépublications si elle souhaite améliorer de manière significative sa contribution au mouvement mondial de la science ouverte et favoriser l'innovation dans la recherche scientifique.

Liste des participants à l'atelier

Aditya Sadhanala (Indian Institute of Science, Bangalore); Akshai K A Seetharam (Indian Institute of Technology Guwahati); Ankur Gupta (Indian Institute of Technology Jodhpur); Aravind K Rengan (Indian Institute of Technology Hyderabad); Arnab Datta (Indian Institute of Technology Bombay); Atul Dixit (Indian Institute of Technology Gandhinagar); Budhaditya Mukherjee (Indian Institute of Technology Kharagpur); Chirashree Roychowdhuri (Indian Institute of Engineering Science and Technology, Shibpur); Dibyendu Chatterjee (ICAR-National Rice Research Institute, Cuttack); Dwijendra Pandey (Indian Institute of Technology Roorkee); Jai Prakash (Aligarh Muslim University); Kalpana Nagpal (Amity Institute of Pharmacy, Noida); Kiran Bala (Indian Institute of Technology Indore); Kirtimaan Syal (BITS Pilani, Hyderabad); Malay Bhattacharyya (Indian Statistical Institute, Kolkata); Manik Banik (S N Bose National Centre for Basic Sciences, Kolkata); Mauricio Contreras (The Sainsbury Laboratory, Norwich); Meher Wan (CSIR – National Institute of Science Communication and Policy Research), Moumita Koley (DST- Centre for Policy Research, IISc, Bangalore); Moumita Samanta (Sanofi),; Muthamilarasan M (University of Hyderabad); Neeldhara Misra (Indian Institute of Technology Gandhinagar); Neha Sardana (Indian Institute of Technology Ropar); Nitin Sharma (CSIR- National Geophysical Research Institute); Nishant Chakravorty (Indian Institute of Technology Kharagpur); Pranjal Chandra (Indian Institute of Technology (BHU), Varanasi) Priyanka Bajaj (National Institute of Pharmaceutical Education and Research, Hyderabad); Rajib Deb (ICAR-National Research Centre on Pig, Guwahati), Raju Mukherjee (Indian Institute of Science Education and Research, Tirupati); Rajendra S Dhaka (Indian Institute of Technology Delhi); Rakesh K Pilania (Post Graduate Institute of Medical Education & Research Centre, Chandigarh); Ramendra Sundar  Dey (Institute of Nano Science and Technology, Mohali); Rishemjit Kaur (CSIR-Central Scientific Instruments Organisation); Rohit Ranjan Shahi (Central University of South Bihar, Gaya); Rong Li (Centre for Science and Technology Studies, Leiden University); Sai Santosh K Raavi (Indian Institute of Technology Hyderabad); Sanket Goel (BITS Pilani, Hyderabad), Santanu Mukherjee (Shoolini University); Shamin Padalkar (Tata Institute of Social Sciences, Mumbai); Shib Sankar Ganguli (CSIR- National Geophysical Research Institute); Shobhna Kapoor (Indian Institute of Technology Bombay); Shweta Yadav (Central University of Jammu); Sonu Gandhi (National Institute of Animal Biotechnology Hyderabad); Sriparna Chatterjee (CSIR- Institute of Minerals and Materials Technology); Sudhanshu Shekhar Singh (Indian Institute of Technology Kanpur); Sufyan Ashhad (National Centre for Biological Sciences, Bangalore); Veda Krishnan (ICAR-Indian Agriculture Research Institute, New Delhi); Vikas Jain (Indian Institute of Science Education and Research Bhopal); Vinayak Kamble (Indian Institute of Science Education and Research Thiruvananthapuram).


Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Restez à jour avec nos newsletters

Image Charles Deluve via Unsplash.

Passer au contenu