Inscription

Plan S et Open Access en Amérique latine : Entretien avec Dominique Babini

L'édition en libre accès est plus répandue en Amérique latine que dans toute autre région du monde et continue de croître. Nous avons rencontré Dominique Babini, la conseillère Open Access du CLACSO, pour savoir pourquoi.

Dans la dernière partie de notre série sur le Plan S pour l'édition scientifique et l'Open Access en général, nous rencontrons Dominique Babini, conseiller Open Access du CLACSO, pour entendre parler du mouvement Open Access bien établi et en pleine croissance en Amérique latine.

Pour commencer, je me demandais si vous pouviez nous dire comment vous vous êtes impliqué dans le débat sur l'Open Access et pourquoi cela compte pour vous ?

Travailler en Argentine dans les bureaux centraux de CLACSO – un réseau de 700 institutions de recherche dans 52 pays, principalement d'Amérique latine – nous avons réalisé en 1998 que la publication en ligne de nos institutions membres pouvait nous aider à donner plus de visibilité aux résultats de la recherche. La publication en ligne offrirait également aux universitaires et à un public plus large un accès ouvert aux revues, livres et toutes sortes de publications provenant de pays où le coût d'envoi d'une version imprimée à l'étranger était plus élevé que l'impression d'un livre ou d'une revue.

Nous avons promu un débat sur les communications savantes en libre accès dans la région, et grâce à cela, une option de frais de traitement sans article (n-APC) dirigée par des universitaires a été décidée pour la transition vers le libre accès pour la recherche financée par des fonds publics. Aujourd'hui le CLACSO catalogue possède 2,953 XNUMX livres en libre accès, et nous avons établi un partenariat avec redalyc pour donner accès à 933 revues en libre accès à comité de lecture. Ces services reçoivent en moyenne 4 millions de téléchargements par mois, provenant d'audiences diverses, comme Les recherches de Juan Pablo Alperin ont prouvé. Déclaration du CLACSO sur le libre accès au savoir géré comme un bien commun par la communauté savante a été voté par les membres du CLACSO en Amérique latine lors de l'Assemblée générale de 2015.

Nous nous sommes impliqués dans les débats internationaux parce que nous avons été invités à décrire des alternatives sans APC/BPC dirigées par des universitaires de notre région, et en raison de notre préoccupation concernant les propositions d'APC qui, du point de vue d'une région en développement, risquent de système international de communication savante des dernières décennies, avec des communications concentrées dans des revues « grand public » et des indicateurs d'évaluation basés sur celles-ci. Ces revues sont gérées par des partenaires commerciaux avec des marges bénéficiaires très élevées et croissantes payées avec l'argent de la recherche (est-ce éthique ?), et manquent de contributions diverses des régions en développement, ce qui a un impact négatif sur les systèmes d'évaluation des régions en développement.

Pouvez-vous nous donner quelques informations sur le libre accès en Amérique latine de manière plus générale ? Comment les référentiels sont-ils utilisés ?

Les principaux moteurs du libre accès en Amérique latine ont été les universités publiques et les organisations gouvernementales, sans sous-traitance à des éditeurs commerciaux, comme décrit dans le Portail mondial en libre accès UNESCO-GOAP. Initiatives dirigées par des universitaires financées par des fonds publics (Indice lat, SciELO, redalyc) ont aidé les revues de la région à améliorer la qualité, à effectuer la transition vers le libre accès sans APC et à fournir indicateurs Open Access initiaux. Les principales universités de recherche telles que l'Université de Sao Paulo, l'Université nationale autonome du Mexique et l'Université du Chili ont des portails Open Journal Systems (OJS) avec plus de 100 revues chacune.

En ce qui concerne les APC, un consortium régional de bureaux gouvernementaux qui effectuent des achats centralisés de revues internationales au niveau national convenu en 2017 que l'élargissement de l'accès ouvert par le paiement des APC était « impossible à entreprendre d'un point de vue financier pour les pays participants », et a recommandé que les établissements ne créent pas de subventions pour payer les APC.

Les référentiels ont été une priorité pour les politiques et législations nationales de libre accès dans la région. La législation nationale qui exige le dépôt des résultats de la recherche financée par l'État dans des référentiels numériques en libre accès a été approuvée en Argentine et au Pérou en 2013 ; au Mexique en 2014, et un projet de loi a été présenté au Congrès au Brésil en 2007 et réintroduit en 2011. Des accords de gouvernement régional ont également soutenu le développement de référentiels. Les agences publiques scientifiques et technologiques de 9 pays (Argentine, Brésil, Colombie, Costa Rica, Chili, Équateur, El Salvador, Mexique et Pérou) ont convenu en 2012 de développer des systèmes nationaux de référentiels dans chaque pays pour coordonner le financement, la formation et renforcer la coopération régionale à travers La référence, un réseau régional fédéré de référentiels, qui dynamise les accords d'interopérabilité dans la région, et son moissonneur régional, qui compte aujourd'hui 1,431,703 XNUMX XNUMX articles à comité de lecture, thèses et rapports de recherche en texte intégral. Au niveau international, La Referencia suit les directives d'interopérabilité d'OpenAIRE et est un membre actif de la Confédération des référentiels en libre accès (COAR), travaillant avec les réseaux de référentiels du monde entier vers un réseau mondial de référentiels et des fonctionnalités pour référentiels de nouvelle génération.

Lorsque la loi sur l'accès libre à la recherche financée par des fonds publics a été adoptée en Argentine en 2013, quelle a été la réaction de la communauté des chercheurs ? Y a-t-il des enseignements pour la mise en œuvre du Plan S ?

Dans le cas de l'Argentine, le ministère des Sciences a d'abord consulté les membres du système national des institutions de recherche qui reçoivent des fonds publics pour la recherche, puis a nommé un Comité d'experts sur les référentiels, qui a contribué, avec le ministère, à l'élaboration de la loi 2013. Cela nécessite que les résultats des recherches financées par des fonds publics soient déposés dans des référentiels en libre accès au plus tard 6 mois après leur publication. Le comité d'experts est actif dans le système national de référentiels numériques, évaluant les nouveaux référentiels, les demandes de financement, conformément aux normes et procédures, entre autres activités.

La réaction de la communauté des chercheurs a été similaire à celle de nombreux autres pays dotés de politiques et/ou de législations sur le libre accès. Les institutions de recherche et les chercheurs soutiennent l'Open Access car il améliore la visibilité des résultats de la recherche, mais cela crée des tensions avec les contrats qu'ils ont signés avec les éditeurs et avec leur besoin de publier dans des revues « grand public » qui sont prioritaires pour la titularisation et la promotion. C'est le cas même dans les disciplines publiant sur des sujets locaux dans des revues locales à comité de lecture, dans la langue locale, comme c'est le cas dans la recherche en agriculture, santé et sciences sociales, entre autres.

Pour la mise en œuvre du Plan S, nous convenons que les systèmes d'évaluation doivent être revus au niveau mondial. Du point de vue des régions en développement, cet examen devrait chercher à donner une valeur adéquate aux connaissances produites par les institutions et les pays moins privilégiés, dans une diversité de formats - pas seulement des revues - et serait une contribution aux programmes mondiaux de recherche et de développement.

Maintenant que le Plan S est promu dans le monde entier, quels changements – le cas échéant – pensez-vous voir ? L'Argentine est-elle susceptible d'adhérer ?

Nous sommes d'accord avec la nécessité de « faire de l'accès libre complet et immédiat une réalité ».

Dans sa rédaction actuelle par les bailleurs de fonds avec environ 3.3% des articles publiés dans le monde, le Plan S ressemble à un plan d'accélération pour les institutions de recherche les plus privilégiées d'Europe qui peuvent couvrir les APC pour leur communauté de recherche et assurer la conformité aux exigences du Plan S.

En regardant les programmes internationaux de recherche et de politique sur les questions prioritaires de développement durable, il nous frappe au CLACSO que le développement d'un système mondial de communication savante inclusif et participatif en libre accès n'a pas la priorité qui lui est due.

Si le Plan S veut devenir une proposition mondiale pour « faire de l'accès libre complet et immédiat une réalité », alors nous critiquerions le manque de consultation mondiale avec diverses parties prenantes, dans une diversité de disciplines, de réalités géographiques et institutionnelles, dans différentes régions, avant au lancement des principes et des directives de mise en œuvre.

À titre d'exemple, nous ne voyons aucune question dans le Plan S si la communication savante doit être un marché, ou si elle peut être de plus en plus gérée par la communauté savante avec le soutien des agences de financement de la recherche, comme c'est le cas en Amérique latine. Pourquoi promouvoir les APC à l'échelle mondiale sans même savoir si les éditeurs fourniront des « coûts et prix transparents » et accepteront les plafonds ? Les plafonds acceptables peuvent différer considérablement d'une région à l'autre.

Le Plan S arrive à un moment où nous constatons une croissance des initiatives Open Access à but non lucratif, nous devons donc nous demander si le Plan S est un moyen d'assurer un rôle prédominant aux revues avec APC dans l'avenir de l'Open Access ? L'Open Access mondial vise-t-il à transformer le marché du paiement pour la lecture au paiement pour la publication, ou les deux pendant la période de transition ?

En Amérique latine, nous avons un point de vue différent. Les communications savantes sont gérées par la communauté savante, avec ses propres plateformes et dépôts de revues, et soutenues par des fonds publics dans le cadre de l'infrastructure publique nécessaire à la recherche. Ce n'est pas un marché, comme en témoigne la courte présentation "AméliCA contre Plan S ».

Les bailleurs de fonds du Plan S devraient soutenir ces diverses réalités.

Aujourd'hui, les critères techniques du Plan S favorisent clairement les éditeurs basés sur APC et sont généralement conformes aux normes techniques de l'industrie ; Même les 1400 revues récompensées par le label DOAJ ne peuvent pas par défaut être considérées comme remplissant tous les critères, comme l'exprime une étude récente sur combien peu de revues en libre accès sont conformes au Plan S. Comme indiqué dans l'étude, le calendrier actuel supprimera les revues n-APC du marché, laissant les revues basées sur APC les gagnants.

Les référentiels et autres plateformes innovantes devraient avoir plus d'importance dans le Plan S. Toute proposition visant à accélérer le libre accès dans les communications savantes mondiales devrait tenir compte des recommandations du Commentaires de Harvard-MIT pour « voir Plan S faire un meilleur usage du réseau mondial de référentiels en libre accès », et les recommandations du Rapport COAR sur les référentiels de nouvelle génération faire progresser les innovations dans les communications de la recherche. Comme indiqué dans Commentaires du COAR sur le Plan S, « La nature distribuée des dépôts leur permet de répondre aux besoins et priorités locaux, tout en assurant une certaine pérennité financière car il s'agit, dans la plupart des cas, de services fournis directement par des institutions de recherche (universités et autres). L'interopérabilité des référentiels aux niveaux régional et international est cruciale pour soutenir le développement de services de référentiels croisés ».

Le Plan S reconnaît les référentiels en raison de leur « fonction d'archivage à long terme et de leur potentiel d'innovation éditoriale », mais il devrait également considérer la valeur des référentiels pour leur capacité à fournir un accès ouvert à divers contenus et formats du cycle de recherche, leur distribution-collaboration- statut non commercial et leur potentiel pour fournir des fonctions de référentiels de nouvelle génération (COAR), y compris le développement de fonctions d'examen par les pairs pour fournir des indicateurs d'évaluation, interagir avec les plateformes d'information sur la gestion de la recherche et soutenir la réutilisation des résultats de la recherche. Nous accueillons le Recommandations de Harvard et du MIT pour la mise en œuvre du Plan S: « nous recommandons au Plan S d'élargir l'option OA verte (OA via les référentiels), pour la rendre moins onéreuse et plus viable pour les chercheurs. Dans sa forme actuelle, l'option verte du Plan S est inutilement et même dangereusement étroite et difficile.

Une recommandation très positive du Plan S est que les éditeurs devraient faciliter le dépôt dans les référentiels.

Les directives de mise en œuvre du Plan S - et les blogs précédents de cette série - ont souligné la possibilité d'une normalisation des frais et/ou d'un plafond sur les frais de traitement des articles (APC). Quel impact cela aurait-il sur les chercheurs des pays d'Amérique latine ?

Un APC raisonnable pour une institution de recherche européenne ou nord-américaine peut être inabordable pour une institution d'une région en développement. Les dérogations sont-elles une solution ? Qui contrôlera si les dérogations sont suffisantes et adéquates pour garantir la publication des chercheurs moins privilégiés et ne deviennent pas une stratégie marketing pour les ventes futures ? Tous les pays en développement ou les institutions moins privilégiées des pays développés ne sont pas inclus dans les listes de pays pouvant demander des dérogations.

Du point de vue de l'Amérique latine, une région sans APC, le Plan S donne un rôle trop important aux éditeurs qui facturent des APC. Est-ce pour ce résultat que nous avons travaillé sur des initiatives dirigées par des universitaires au cours des deux dernières décennies ? Préparer les revues des régions en développement à entrer sur le marché du libre accès ? Un marché avec une telle profits extrêmes dus à la particularité de l'économie de l'édition savante? Dans un marché où les prix sont définis par quelques entreprises, leurs actionnaires accepteront-ils de se réduire à un profit lié aux coûts réels ? Le Plan S dispose-t-il des mécanismes pour garantir que les éditeurs seront payés équitablement pour les services fournis ? Comme Martin Eve mentionne que le statut juridique des bailleurs de fonds gouvernementaux exigeant la transparence des coûts des entreprises fournisseurs n'est pas clair..

Nous sommes d'accord avec Pierre SuberCommentaire de Plan S :

« Si le plan veut maintenir des revues en libre accès payantes en payant des APC, comme il le fait, alors il devrait également vouloir maintenir des revues en libre accès sans frais ».

Cela aiderait les institutions et les pays moins privilégiés non seulement à accéder mais aussi à publier dans des revues en libre accès.

Il faut se méfier que l'idée que «Le Plan S peut galvaniser les défenseurs pour aligner leurs efforts pour secouer le système de publication» ne finit pas par bousculer le système de financement pour aligner les bailleurs de fonds pour fournir les fonds nécessaires à une solution de marché APC généralisée.

Avec le Plan S, le gros de l'argent revient toujours aux éditeurs. Après 20 ans d'Open Access, est-ce une issue souhaitable ? De notre point de vue, davantage d'argent devrait être consacré à la construction et à l'amélioration des infrastructures publiques pour le libre accès et la science ouverte.

Le débat sur l'Open Access - et le potentiel du Plan S de restreindre la publication dans certaines revues payantes considérées comme très prestigieuses - remet également en question les systèmes de recrutement et de récompense dans les universités, où le Journal Impact Factor est toujours considéré comme un indicateur important de la qualité de la recherche. . Quel est l'état des lieux de l'évaluation en Amérique latine ? D'autres mesures sont-elles prises en compte et avez-vous vu de nouvelles approches ?

C'est la réalité du système de récompense académique dans lequel tout le monde est piégé. Pour la mise en œuvre du Plan S, nous convenons que les systèmes d'évaluation doivent être revus au niveau mondial. Du point de vue des régions en développement, ce processus d'examen devrait permettre de compléter les indicateurs traditionnels des revues « grand public » par de nouveaux indicateurs.

Dans le cas de l'Amérique latine, l'UNESCO a financé l'amélioration de la visibilité sur le Web des indicateurs bibliométriques des deux principales bases de données de revues à comité de lecture en libre accès, SciELO et Redalyc, et une livre a été publié décrivant ces indicateurs comme une contribution aux systèmes d'évaluation. A notre connaissance, ces indicateurs sont peu utilisés dans les systèmes d'évaluation de notre région, qui se concentrent encore sur le facteur d'impact des revues « grand public » pour la promotion et l'évaluation. Une exception est le Conseil national de la recherche d'Argentine, qui a inclus les indicateurs de Redalyc et SciELO, ainsi que des indicateurs de WoS et Scopus, pour évaluer les revues dans lesquelles les chercheurs en sciences sociales publient.

Le CLACSO est engagé dans une discussion régionale sur l'évaluation qui a commencé il y a quelques années avec le Système d'évaluation des universités d'Amérique latine et des Caraïbes (SILEU), la première phase d'une discussion d'évaluation majeure dans la région.

[ID d'éléments liés = ”7411,7470″]

Passer au contenu