Inscription

Scientifiques réfugiés et déplacés : une volonté de faire plus

La communauté scientifique peut faire preuve de leadership en intégrant des collègues vulnérables, renforçant ainsi l'entreprise scientifique mondiale pour l'avenir.

L'intégration des scientifiques réfugiés et déplacés crée une situation gagnant-gagnant, selon les partenaires du 'La science en exil' initiative qui est gérée en collaboration entre l'Académie mondiale des sciences pour l'avancement de la science dans les pays en développement (TWAS), le partenariat InterAcademy (IAP) et le Conseil international des sciences sous l'égide de Science Internationale.

Pierre McGrath, Coordinateur du Partenariat interacadémique (IAP) et les terres parsemées de  Programme de politique scientifique / diplomatie scientifique TWASet Edward W.Lempinen, écrivain et spécialiste des relations avec les médias à l'Université de Californie à Berkeley (États-Unis) et ancien responsable de l'information publique pour TWAS, ont écrit un chapitre qui explore comment les communautés scientifiques sont affectées par la guerre, la répression et la dislocation pour Le nouveau rapport scientifique de l'UNESCO, La course contre la montre pour un développement plus intelligent.

L'article complet, L'intégration des scientifiques réfugiés et déplacés crée une situation gagnant-gagnant, téléchargeable au format PDF ici. Il comprend la série de recommandations pratiques pour différents secteurs de la société discuté lors d'un atelier de mars 2017 organisé par TWAS, l'Université euro-méditerranéenne et l'Istituto nazionale di oceanografia e di geofisica sperimentale (OGS) italien.

En particulier, l'atelier a recommandé que gouvernements hôtes:

  • accélérer l'approbation des demandes de visa et des asile faciliter l'insertion sociale et professionnelle des scientifiques ;
  • offrir un emploi et une carrière conseils
  • établir un point focal ou un bureau d'accueil qui peut guider et conseiller scientifiques nouvellement arrivésEt
  • développer un centre d'échange sur Internet qui recueille Opportunités pour les scientifiques concernés et permet aux scientifiques concernés de publier leurs biodonnées et leurs intérêts de recherche pour consultation par les institutions hôtes.

Il a également recommandé que la recherche organismes de financement:

  • établir programmes de subventions (avec des délais de traitement rapides) pour aider les universités, centres de recherche, hôpitaux universitaires et autres institutions scientifiques à employer des scientifiques qualifiés avec un niveau de rémunération leur permettant de subvenir aux besoins de leur famille ; et
  • fournir fonds cantonnés pour des projets universitaires conjoints impliquant des réfugiés et d'autres scientifiques déplacés.

« L'atelier a également recommandé de motiver les donateurs internationaux et les banques de développement et autres entités de financement à aider à reconstruire et à investir dans le type d'infrastructure scientifique et de recherche qui serait essentiel pour encourager la retourner de personnel qualifié à leur pays d'origine, une fois qu'ils pouvaient le faire en toute sécurité, stimulant ainsi la circulation des cerveaux plutôt que la fuite des cerveaux », expliquent les auteurs.

L'article insiste sur le fait que cette question est désormais traitée par le biais de la La science en exil .

« La communauté scientifique peut prendre l'initiative sur cette question en servant de modèle pour ce qui doit être une réponse coordonnée et holistique. En fait, nous dirions que la communauté scientifique mondiale est le devoir de faire plus pour ses collègues vulnérables.

À partir de L'intégration des scientifiques réfugiés et déplacés crée une situation gagnant-gagnant, qui fait partie du Rapport de l'UNESCO sur la science 2021.

La science en exil

Cette initiative est une collaboration entre TWAS, l'InterAcademy Partnership (IAP) et l'International Science Council (ISC), sous l'égide de Science International. Le programme rassemble des scientifiques déplacés et des organisations existantes qui fournissent une assistance aux scientifiques concernés, pour échanger des idées et des meilleures pratiques, identifier les lacunes dans la création de programmes de soutien pratique dans différentes régions du monde et sensibiliser les gouvernements, les agences internationales et le monde scientifique communauté.


Vous pourriez également être intéressé par:

silhouettes de personnes

Science in Exile : les urgences qui se déroulent en Éthiopie et au Myanmar

Série de webinaires Science in Exile
22 juin, 11h00 – 12h30 UTC

Le premier webinaire de la série de webinaires Science in Exile s'inscrit dans le cadre des célébrations de la Journée mondiale des réfugiés 2021, sous le thème « Ensemble, nous apprenons ».

En savoir plus et s'inscrire.


Photo par Jp Valéry on Unsplash.

Passer au contenu