Inscription

Podcast Science in Exile : comment la recherche d'un spécialiste des sciences sociales déplacé révèle les réalités de l'intégration sur le marché du travail des migrants hautement qualifiés

ISC Presents: Science in Exile présente des entretiens avec des scientifiques réfugiés et déplacés qui partagent leur science, leurs histoires de déplacement et leurs espoirs pour l'avenir.

La série a été développée comme une contribution à la Initiative Science en exil, et mettra en vedette des membres du comité directeur du projet ainsi que d'autres chercheurs impliqués dans l'initiative. L'objectif est de donner une plate-forme aux scientifiques déplacés pour partager leurs expériences de première main et pour sensibiliser aux problèmes rencontrés par les chercheurs réfugiés, à risque et déplacés.

Vous pouvez d'abord écouter la série en suivant ISC Presents sur la plateforme de podcast de votre choix, ou en visitant ISC présente.

Dans cet épisode de la série Science in Exile, nous entendons Esmeray Yogun, un sociologue dont les recherches portent sur l'intégration des migrants hautement qualifiés sur le marché du travail. Yogun est originaire de Turquie, mais a été contraint de partir pour la France après avoir été identifié comme un militant politique.


Transcription

Esmeray : Être le scientifique déplacé, c'est terrible. En même temps, il semble que la photo soit parfaite car vous rencontrerez plein de gens différents, cette nouvelle aventure, oui ! Mais est-ce que je le voulais ? Non. Mais je suis ici – je suis un scientifique déplacé. 

Husam : Je suis votre hôte Husam Ibrahim et voici le podcast Science in Exile. Dans cette série, nous avons un aperçu de la vie des scientifiques en exil et nous discutons de la manière dont le passé, le présent et l'avenir de la science peuvent être préservés au-delà des frontières. Ce podcast fait partie d'une initiative en cours de réfugiés et de scientifiques déplacés dirigée par Science International, un projet conjoint de l'Académie mondiale des sciences, du Partenariat InterAcademy et du Conseil international des sciences. Dans l'épisode d'aujourd'hui, nous avons Esmeray Yogun, un universitaire et sociologue turc. Elle travaille actuellement comme secrétaire exécutive à l'Association européenne de sociologie à Paris, France. En 2016, alors qu'elle vivait encore en Turquie, elle a signé une pétition en référence au conflit kurde turc, qui a conduit le gouvernement turc à la déclarer terroriste et à la condamner à la prison. En conséquence, Esmeray a été forcée de migrer de chez elle en Turquie. 

Esmeray : Je pense que c'est mieux si je parle un peu d'Academics for Peace parce que c'est le cœur de mon histoire. Et cet Universitaire de la Paix – en fait, ça remonte à avant la pétition – il est fondé en 2012 et c'est surtout pour soutenir les prisonniers kurdes et leurs revendications pour la paix en Turquie. Mais en 2016, il y a eu cette pétition "Nous ne serons pas partie prenante de ce crime". Et après avoir signé cette pétition, ce qui s'est passé en fait, c'est qu'elle a été déclarée au public, lors d'une conférence de presse. Le nombre de signataires à l'époque était déjà d'environ 2,338 XNUMX. Donc, ce qui s'est passé, c'est que des centaines d'entre eux ont été immédiatement licenciés de leur travail et leurs passeports ont été annulés, confisqués. Et s'ils recherchent des emplois et des postes à l'université en Turquie, ils sont empêchés de trouver des emplois ou plusieurs ont été menacés physiquement et verbalement. Alors là, tout a changé. Les signataires, dont moi, ont fait face à la mort civile grâce à la coopération du gouvernement, des commissions de l'enseignement supérieur et des directions universitaires.  

En conséquence, j'ai dû quitter le pays parce qu'il y avait un cas. Et au tribunal j'ai fait ma déposition au juge, et puis l'affaire comportait sept ans et demi d'emprisonnement à cause de la propagande terroriste… Fou, tu sais, c'est fou ! Bien sûr, je veux immédiatement quitter le pays.  

C'était un traumatisme, en fait. Parce que tu sais que tu es vraiment sûr de devoir faire quelque chose et que tu es déterminé à faire quelque chose, mais quand ça devient trop réel et puis quand tu perds la vie, tu perds ton travail, quand tu vois que ça devient sérieux et vous devez quitter le pays, c'est une violation, vous savez. C'est une véritable violation contre vous, contre vos collègues, contre les autres signataires.  

Par exemple, je me souviens qu'un des collègues, il a frappé à ma porte et puis il a dit 'désolé, mais dans les lieux publics, je ne te dirai plus bonjour', comme à la cantine, les cafétérias. Tu sais pourquoi? Parce que j'étais un terroriste maintenant. Peux-tu imaginer?  

Vous ne pouvez plus faire votre vie en Turquie, j'ai dû partir. Comme je l'ai dit, lorsque vous avez un traumatisme, pendant le traumatisme, vous ne vous comportez pas comme un professionnel parce que cela ne faisait pas partie de mon plan de carrière. Mon plan de carrière était que j'allais rester en Turquie, avoir mon poste de professeur associé et continuer ma vie là-bas. Bien sûr, je ne suis pas contre le fait d'être à l'étranger mais ça n'allait pas se passer comme ça, tu sais ? Il ne s'agirait pas d'une migration forcée. Je pouvais quitter mon pays, bien sûr, sans problème. Mais ça n'allait pas être comme ça. Il n'allait pas mettre toute votre vie dans un sac à dos et ensuite quitter votre maison.  

Husam : Quand vous avez compris que vous deviez migrer de Turquie, comment avez-vous décidé que vous vouliez que la France soit votre pays d'accueil ? 

Esmeray : J'étais tellement stressée, et j'ai commencé à me dire « ok, où puis-je aller ? Comment et qu'est-ce que je fais ?'. La France n'était pas vraiment en haut de ma liste car avant de venir ici je ne parlais pas français. Mais, vous le savez, en novembre 2017, le poste est financé en France et il y avait une opportunité de postuler et de chercher l'établissement d'accueil. Et donc, c'était l'une des alternatives que j'avais, alors j'ai postulé et puis ça a marché.  

Husam : Vous m'avez dit que vous vous identifiez actuellement comme étant un scientifique déplacé, comment définiriez-vous ce statut ? Et comment vous sentez-vous ?  

Esmeray : Ce que je suis ici – je suis un scientifique déplacé et est-ce que je veux porter ce « déplacé » comme un titre sur ma tête ? Non, je ne veux pas. Je suis un scientifique et je suis un être humain. Et maintenant, ma vie a vraiment tout construit là-dessus parce que je dois aller dans cette direction et j'ai l'impression qu'à chaque fois que j'essaie de sortir, la vie me remet là-dedans parce que c'est ma réalité maintenant.  

Husam : Comment votre travail en tant que chercheur en sciences sociales a-t-il été affecté ? Vous avez axé vos recherches sur l'intégration des migrants sur le marché du travail. Depuis votre séjour en Turquie, vous continuez à faire des recherches sur l'intégration sur le marché du travail des migrants hautement qualifiés. Pouvez-vous m'en dire un peu plus sur vos recherches ?  

Esmeray : Il s'agit des politiques actives du marché du travail du gouvernement et de la comparaison des politiques. Il s'agit des migrants déplacés, en particulier les plus qualifiés comme nous et de l'insertion sur le marché du travail en France. J'essaie de comprendre quels sont les obstacles de ces programmes actifs du marché du travail, quels sont les obstacles des programmes actifs du marché du travail.  

Vous vivez la guerre et puis vous venez, mais il y a une autre guerre, et c'est une guerre économique. Ce n'est pas contre le Parti de la justice et du développement peut-être comme en Turquie, mais ici c'est un autre combat, un autre gouffre, un autre problème. Nous l'appelons l'intégration. Tout d'abord, bien sûr, l'intégration sur le marché du travail et le second est l'intégration sociale. Et sûrement la langue est le centre en France. 

Et donc, je décide de cela et mon approche d'idée de fond était en fait - il s'agit, disons, du lien entre l'université, l'État et le monde des affaires et le monde du marché, ce qui est connu sous le nom de triple spirale. Vous pouvez soutenir cette triple spirale, ce qui veut dire que si vous pouvez bien faire l'intégration, l'intégration du monde des affaires avec les universités et alors vous pouvez réellement vous enrichir par cette triple spirale. Il est donc essentiel d'avoir des scientifiques formés et des approches innovantes dans différents domaines du marché du travail. 

Donc, à ce stade, je pense qu'il est important de souligner les scientifiques déplacés car - ils sont un piège pour le gouvernement ou ils sont une opportunité pour le gouvernement. C'est la main-d'œuvre prête. Pouvez-vous imaginer que c'est 50,000 XNUMX euros pour un seul doctorat ? Et puis vous recevez beaucoup de [migrants] du Moyen-Orient, des pays sous-développés en tant que pays européen. Et puis, si vous ne pouvez pas vraiment bien les intégrer dans votre marché, vous gaspillez simplement ces personnes. Pour créer la base de connaissances, la France c'est nécessaire, le gouvernement doit comprendre la valeur de ce trésor endormi. 

Husam : Alors, quel est l'état actuel de l'intégration sur le marché du travail des migrants hautement qualifiés en France et en Europe, selon les recherches ? 

Esmeray : En France, il y a beaucoup d'études sur l'intégration au marché du travail, mais le problème est qu'il n'y a pas de recherche instruite sur les migrations déplacées hautement qualifiées. Car quand on parle de migration, ce ne sont pas les hautement qualifiés d'abord, et s'ils sont hautement qualifiés, ils ne sont pas déplacés. 

Mais cela ne signifie pas que nous ne pouvons pas prouver la discrimination sur le marché du travail. Il y a beaucoup d'études intéressantes. Par exemple en France, je me souviens d'un groupe d'universitaires qu'ils postulent pour le poste avec des noms plus arabes et avec des noms plus occidentaux. Et il y avait une différence très significative entre obtenir l'invitation à un emploi. Et si vous avez comme un nom arabe, vous savez, c'est vraiment difficile d'obtenir ne serait-ce qu'une invitation à un poste malgré [avoir] envoyé – c'était de la recherche – des CV très surqualifiés.   

Je voudrais à nouveau donner un peu de terminologie, cette fuite des cerveaux est une immigration de territoire de résidence instruite pour des séjours permanents ou longs à l'étranger, qui est principalement suivie d'une diminution de la croissance économique ou de l'exportation de cerveaux ou de la mobilisation des cerveaux. Maintenant, beaucoup de commissions européennes parlent de cette mobilisation pour que cela se produise réellement. Et donc, les caractéristiques de l'intégration des réfugiés sur le marché du travail, en fait, l'intégration est très lente et les taux d'emploi sont inférieurs – je parle de l'UE – et des taux inférieurs à ceux des natifs. Donc, même pour le même travail, je peux dire que, vous savez, si vous êtes un immigrant, vous gagnez moins d'argent que le natif. Et les femmes migrantes et réfugiées obtiennent des résultats relativement faibles sur le marché du travail, surtout à court terme. Et les conditions économiques du marché du pays d'accueil au moment de l'entrée peuvent réellement affecter la durée et la vitesse de l'intégration.  

Pour moi, il est très important d'indiquer deux terminologies – déqualification et requalification. Ceci est dû à la faiblesse des politiques d'intégration. Vous savez, la déqualification, par exemple vous êtes un médecin de Syrie ou de Turquie et puis vous acceptez le travail d'expert en santé, d'expert de soutien, comme de technicien. C'est toujours dans le même secteur, mais tu es vraiment déqualifié par le marché. Pourquoi? Parce que pour obtenir le travail, ce que vous pensez [est] 'D'accord, au moins c'est mieux que rien.' 

Permettez-moi de terminer la requalification aussi. La requalification, c'est, par exemple, vous avez un master doctorat, mais je fais le deuxième doctorat ici pour la validation de mes diplômes ou de mes compétences. Donc, nous l'appelons la requalification. C'est encore une fois très cher et mauvais parce que c'est encore le résultat de la faiblesse des politiques d'intégration. Il n'y a aucune raison de les déqualifier, aucune raison de leur demander d'aller se rééduquer pour obtenir un autre diplôme qui ne soit pas nécessaire. Et c'est vraiment contre la société de la connaissance, vous savez ? La société de la connaissance, vous ne pouvez pas aller de pair avec la reconversion et la déqualification parce que ces deux font perdre du temps, gaspiller l'économie.  

Husam : Selon vous, quels sont les moyens d'accélérer l'intégration sur le marché du travail des migrants hautement qualifiés ? 

Esmeray : Donc, mon idée était d'avoir une sorte de service public de l'emploi pour les migrants hautement qualifiés pour être le lien entre le candidat et l'opportunité d'emploi.  

Mais le problème est que si vous enseignez à l'université depuis 20 ans, alors peut-être que la compétence, les aptitudes, les connaissances, vous devez les travailler un peu pour créer une valeur pour l'entreprise ou l'employeur. Donc, là, vous avez besoin du programme.  

C'était l'idée de base de mon projet, en fait. L'un est la création du pool d'emplois à partir des informations reçues des employeurs et qui est une grande opportunité pour eux et pour la responsabilité sociale. Et l'autre partie était d'être en contact avec le candidat lui-même, c'est-à-dire les migrants hautement qualifiés en France, et de les préparer au vrai marché du travail. En fait, au Canada, en Nouvelle-Zélande, il y a deux ans, il y avait un autre projet – en Bulgarie aussi – j'ai vu que cela fonctionnait. Il suffit de rassembler les bons éléments et de les faire fonctionner.   

Husam : Merci Esmeray Yogun d'avoir participé à cet épisode et d'avoir partagé votre histoire et vos recherches avec Science International.  

Ce podcast fait partie d'un projet en cours de scientifiques réfugiés et déplacés appelé science en exil. Il est géré par science international, une initiative dans laquelle trois organisations scientifiques mondiales collaborent à l'avant-garde de la politique scientifique. Il s'agit du Conseil international des sciences, de l'Académie mondiale des sciences et de l'InterAcademy Partnership.  

Pour plus d'informations sur le projet Science in exile, rendez-vous sur : Conseil.Science/Scienceinexile

Les informations, opinions et recommandations présentées par nos invités ne reflètent pas nécessairement les valeurs et les croyances de Science International.


Clause de Non-responsabilité

Les informations, opinions et recommandations présentées par nos invités sont celles des contributeurs individuels et ne reflètent pas nécessairement les valeurs et les croyances de Science Internationale, une initiative rassemblant des représentants de haut niveau de trois organisations scientifiques internationales : le Conseil international des sciences (ISC), le Partenariat interacadémique (IAP) et l'Académie mondiale des sciences (UNESCO-TWAS).


Photo d'en-tête : Masakazu Matsumoto via Flickr.

Passer au contenu