Inscription

Journée mondiale de la science pour la paix et le développement : soutenir les scientifiques à risque, déplacés et réfugiés.

Un appel à l'action de l'UNESCO-TWAS, de l'IAP et de l'ISC dans le cadre de l'initiative Science in Exile pour soutenir les scientifiques à risque, déplacés et réfugiés.

Le 10 novembre 2021, à l'occasion de la Journée mondiale de la science pour la paix et le développement, L'Académie mondiale des sciences pour l'avancement de la science dans les pays en développement (UNESCO-TWAS), le partenariat InterAcademy (IAP) et le Conseil international des sciences (ISC) se réunissent dans le cadre de la Initiative Science en exil de plaider pour la soutien et protection des universitaires et scientifiques à risque, déplacés et réfugiés.

Le monde connaît actuellement le plus grand nombre de personnes déplacées de force jamais enregistrées. Selon le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR), fin 2020, le nombre de personnes déplacées de force dans le monde s'élevait à 82.4 millions.

Parmi ceux qui fuient leur pays, il y a des scientifiques, des médecins, des ingénieurs et d'autres ayant une formation technique avancée. Les pays qui avaient autrefois des communautés scientifiques bien établies et des écosystèmes de recherche florissants les ont vus démantelés par les conflits et la violence. Cette perte de connaissances, de systèmes et de données scientifiques a de graves implications pour les communautés scientifiques nationales et internationales. Une plate-forme mondiale qui reconnaît l'importance de ces scientifiques, qui incite et améliore un soutien approprié à long terme, est nécessaire.

En mars 2021, l'UNESCO-TWAS, l'ISC et l'IAP ont lancé le Initiative Science en exildont les bases ont été jetées en 2017. L'initiative vise à créer un réseau d'organisations partageant les mêmes idées qui travaillent ensemble pour développer une plate-forme et déployer une campagne de plaidoyer, afin de répondre de manière cohérente aux besoins des personnes déplacées à risque, et des scientifiques réfugiés.

Aujourd'hui, Science in Exile rassemble près d'une centaine de scientifiques déplacés et une cinquantaine d'acteurs dans le monde, notamment des organisations internationales, des universités, des instituts de recherche et des académies des sciences, ainsi que des organisations spécialisées dans l'accompagnement des universitaires à risque, déplacés et réfugiés. UNE Comité de pilotage avec des membres renommés du monde universitaire, de la communauté scientifique et du secteur non gouvernemental dirige l'initiative. Quatre équipes de travail sur les thèmes du plaidoyer, de la cartographie et de la recherche, du soutien aux scientifiques déplacés et de la préservation de la science, ont travaillé pour façonner et mettre en œuvre des actions concrètes. UNE série de webinaires sur les étapes de déplacement et podcasts avec les scientifiques déplacés sont quelques-unes des activités développées jusqu'à présent.

À l'occasion de la Journée mondiale de la science pour la paix et le développement, l'UNESCO-TWAS, l'IAP et l'ISC réitèrent l'importance des scientifiques déplacés et de leur travail au profit de la communauté (scientifique) internationale. Les organisations partagent également avec certaines des parties prenantes de longue date de Science in Exile une déclaration décrivant une série d'engagements et un appel à l'action pour soutenir les scientifiques à risque, déplacés et réfugiés dans la communauté scientifique, les acteurs humanitaires, les gouvernements, les organisations et le public général. La déclaration sera officiellement lancée début 2022.

Passer au contenu