Inscription

Points de vue du Dr Pedro Jaureguiberry, champion national du Prix Frontiers Planet, sur la perte de biodiversité et les limites planétaires

Pedro Jaureguiberry, candidat national de l'Argentine à l'édition de cette année du Prix Frontiers Planet, partage ses réflexions sur ses recherches révolutionnaires sur la perte de biodiversité.

Après l'annonce des champions nationaux par le Prix ​​Planète Frontières à l'occasion du Jour de la Terre, nous nous penchons sur les recherches révolutionnaires d'un scientifique du développement durable d'Amérique latine. Pedro Jaureguiberry, le candidat national de l'Argentine pour le Prix Frontiers Planet de cette année, a récemment participé au Dialogue mondial des connaissances de l'ISC pour l'Amérique latine et les Caraïbes, qui s'est tenu du 9 au 11 avril à Santiago du Chili. Là, nous avons eu l'occasion d'en apprendre davantage sur ses recherches.

Dr Pedro Jaureguiberry

« Dans le contexte de la science des frontières planétaires, comprendre les facteurs de perte de biodiversité est crucial pour rester dans un espace opérationnel sûr. La perte de biodiversité mine non seulement la résilience et la stabilité des écosystèmes, mais menace également la fourniture de services écosystémiques vitaux pour le bien-être humain, tels que l’air pur, l’eau et la sécurité alimentaire."

Comment avez-vous choisi cette recherche ? Comment est née votre passion pour cette recherche et votre carrière scientifique ?

Dès mon plus jeune âge, je me suis intéressé aux sciences naturelles et à la relation entre l'homme et la nature. Depuis mes premières années d'université, j'ai été attiré par la microbiologie, en particulier l'écologie au niveau des communautés et des écosystèmes, et par la manière dont ceux-ci sont façonnés par différentes perturbations. Bien que mon principal domaine de recherche soit l'écologie du feu des espèces dominantes dans les communautés végétales ayant différents historiques d'utilisation anthropique dans la région du Chaco, au centre de l'Argentine, tout au long de ma carrière, j'ai également été activement impliqué dans plusieurs projets interdisciplinaires à grande échelle. Ces projets m'ont permis de collaborer avec des collègues de différents pays et horizons, m'offrant une perspective plus large sur la génération des connaissances nécessaires pour relever les défis environnementaux mondiaux actuels et futurs.

C'est lors de ma participation au Rapport d'évaluation mondial de l'IPBES que, aux côtés d’une brillante équipe de collègues, nous avons mené une synthèse mondiale sans précédent sur la hiérarchie des facteurs directs de la perte de biodiversité, faisant progresser les connaissances antérieures en termes de portée et de rigueur. Le point culminant de notre travail a été la publication d’un article à fort impact, que nous présentons au Frontiers Planet Prize 2024 : Les facteurs directs de la récente perte mondiale de biodiversité anthropique.

Pouvez-vous nous en dire plus sur les limites planétaires abordées par votre recherche et la question de recherche à laquelle vous souhaitez répondre ?

Dans le contexte de la science des frontières planétaires, comprendre les facteurs de perte de biodiversité est crucial pour rester dans un espace opérationnel sûr. La perte de biodiversité mine non seulement la résilience et la stabilité des écosystèmes, mais menace également la fourniture de services écosystémiques vitaux pour le bien-être humain, tels que l’air pur, l’eau et la sécurité alimentaire. Identifier les facteurs qui causent le plus de dégâts est fondamental pour concevoir des politiques efficaces et fixer des objectifs réalisables pour relever les défis urgents en matière de développement durable. Compte tenu de la portée de notre étude, nous pouvons dire qu’elle concerne toutes les limites planétaires proposées. D’une part, la perte de biodiversité – la variable de réponse de nos recherches, qui a sa frontière planétaire spécifique ; et d’autre part, les autres frontières planétaires, dont la plupart sont directement ou indirectement liées aux facteurs directs évalués dans notre étude. Par exemple, le changement climatique et le changement d’utilisation des terres et de la mer, deux facteurs majeurs de changement qui englobent de multiples activités humaines sous-jacentes, sont proposés comme limites planétaires eux-mêmes. D’autres limites planétaires, telles que l’acidification des océans, la charge d’aérosols atmosphériques, l’appauvrissement de la couche d’ozone et de nouvelles entités, sont directement liées à la pollution ; et la surexploitation de l’eau douce est associée à l’exploitation des ressources naturelles. À leur tour, tous ces aspects peuvent également interagir pour affecter la frontière planétaire restante, à savoir les cycles biogéochimiques.

Quelles sont les principales conclusions de votre recherche ?

Alors que les connaissances antérieures étaient limitées en termes de portée et de rigueur, notre étude mondiale, la plus vaste du genre à ce jour, synthétise statistiquement des comparaisons empiriques des impacts de différents facteurs directs au cours des +50 dernières années. Nous montrons que, à l’échelle mondiale, le changement d’utilisation des terres et des mers a été le principal moteur direct de la récente perte de biodiversité. L'exploitation directe des ressources naturelles (pêche, chasse, exploitation forestière sélective) arrive en deuxième position et la pollution en troisième. Depuis les années 1970, le changement climatique et les espèces exotiques envahissantes ont été nettement moins importants que les deux principaux facteurs. Les océans, où dominent l’exploitation directe et le changement climatique, ont une hiérarchie de facteurs différente de celle des terres et de l’eau douce. La hiérarchie des facteurs varie également selon les types d’indicateurs de biodiversité. Par exemple, le changement climatique est un facteur plus important de changement dans la composition des communautés que les changements dans les populations d’espèces.

Comment votre recherche est-elle liée à vous et à votre communauté ?

Notre étude met en lumière des préoccupations environnementales pressantes qui touchent non seulement les communautés scientifiques, mais également les domaines politiques et sociétaux. Outre l’impact académique significatif que notre recherche a eu depuis sa publication, elle a directement contribué à la politique intergouvernementale, inspirant fortement l’identification et le classement des moteurs directs dans le nouveau post-2020. Cadre mondial pour la biodiversité Kunming-Montréal (GBF) de la Convention sur la diversité biologique (CBD), contribuant ainsi à la mise en œuvre de ce qui, espérons-le, sera l’instrument politique intergouvernemental le plus important en matière de biodiversité pour la prochaine décennie, ainsi que les politiques internationales et nationales qui en découlent. Les pays membres de la CDB se sont engagés à atteindre ces objectifs dans le cadre du programme mondial de développement durable 2030-2050. Nos recherches plaident en faveur d’initiatives collaboratives impliquant non seulement des scientifiques et des décideurs politiques, mais également des praticiens et des communautés locales. De telles initiatives peuvent promouvoir l’échange de connaissances et le renforcement des capacités, favorisant ainsi une plus grande prise de conscience et une action visant à atteindre les objectifs de la science des frontières planétaires.

Quelles sont les prochaines étapes nécessaires de votre programme de recherche, pour améliorer le potentiel de percée dans la science des frontières planétaires ?

Les lacunes dans les connaissances identifiées dans notre étude peuvent servir de déclencheurs pour de futures études. Les prochaines étapes utiles comprennent : l'amélioration des données sur les facteurs déterminants, en particulier en ce qui concerne l'ampleur de leurs effets sur différents indicateurs de biodiversité et les changements dans la domination des facteurs au fil du temps ; de nouvelles approches pour modéliser leurs interactions ; de nouveaux cadres de scénarios qui reflètent mieux l'interaction complexe entre l'homme et la nature, y compris l'inadéquation potentielle entre les politiques de gestion et les caractéristiques biologiques et écologiques des écosystèmes concernés. Une approche approfondie de ces sujets produira une image toujours plus claire du problème, mais elle constituera fondamentalement une contribution essentielle à la recherche d’options pour un avenir durable pour la planète.

Comment votre recherche peut-elle être façonnée et amplifiée pour lui permettre d’influencer les politiques, la société et l’économie, maximisant ainsi ses connaissances transformatrices ?

Notre approche méthodologique peut être appliquée dans n’importe quel contexte spatial, temporel ou spécifique à un thème pour comprendre l’impact des facteurs directs, répondant aux besoins des diverses parties prenantes. Ainsi, il fournit une base scientifique essentielle pour des mesures d’atténuation plus efficaces, concrètes et spécifiques au lieu et au secteur.

Les tendances actuelles de la recherche sur la biodiversité soulignent la nécessité d'approches interdisciplinaires intégrant les perspectives écologiques, sociales et économiques. Tirer parti des progrès technologiques, tels que la télédétection et l’analyse des mégadonnées, peut améliorer notre compréhension des modèles et des facteurs déterminants de la biodiversité à différentes échelles spatiales et temporelles.


Lire les recherches du Dr Pedro Jaureguiberry soumises au Prix Frontiers Planet : Les facteurs directs de la récente perte mondiale de biodiversité anthropique.


Clause de Non-responsabilité
Les informations, opinions et recommandations présentées dans cet article sont celles du ou des contributeurs individuels et ne reflètent pas nécessairement les valeurs et les convictions du Conseil scientifique international.


Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Restez à jour avec nos newsletters


Photo par Christian Ostrosky on flickr.

Passer au contenu