Inscription

La capacité à poursuivre et à réaliser des objectifs de vie est au cœur du développement humain

Anne-Greet Keizer réfléchit à la façon dont le concept d'autonomie et la « capacité de penser » et la « capacité d'agir » qui y sont liées pourraient être utiles dans notre conversation sur la réarticulation du développement humain

Selon vous, qu'est-ce qui est au cœur du concept de développement humain ?

Je le définirais comme la capacité de poursuivre et de réaliser des objectifs de vie. Et pour ce faire, vous avez besoin de capacités individuelles en tant qu'être humain, mais vous avez également besoin d'un certain contexte sociétal qui vous permet de poursuivre et de réaliser ces objectifs de vie. L'interaction entre les capacités individuelles et le contexte sociétal est vraiment importante si vous voulez repenser l'idée de développement humain. 

Dans certains de vos travaux les plus récents, vous analysez les concepts d'autosuffisance et d'autonomie humaine. Pensez-vous qu'elles devraient figurer parmi les objectifs clés poursuivis par le développement humain ?

Au cours des deux dernières années, l'autosuffisance a été un gros problème aux Pays-Bas. C'est un objectif majeur du gouvernement d'avoir une société avec autant de citoyens autonomes que possible. Une société où chacun participe. Dans notre recherche, nous avons pris l'autonomie comme point de départ. La plupart des gens veulent être autonomes. Cependant, la cause immédiate de notre recherche était l'observation que la capacité d'être autonome n'est pas uniformément répartie dans une population. 

Il vaut peut-être la peine de mentionner que ce n'est pas seulement le gouvernement qui promeut l'autonomie. C'est aussi quelque chose que la société au sens large exige : vous devez être employable, rester en bonne santé et faire de l'exercice. Si vous tombez malade, vous devez être un patient actif et participer aux décisions concernant votre santé. Vous devez suivre vos finances personnelles et penser à votre retraite. 

Notre étude Pourquoi savoir quoi faire ne suffit pasmontre que tout le monde n'est pas capable d'être autonome en toutes circonstances. Il y a une différence entre ce que les gens sont censés faire et ce dont ils sont réellement capables. Ce n'est pas seulement un petit groupe d'individus « vulnérables » qui ont du mal à répondre à de telles attentes. Même les personnes ayant une bonne éducation et une position favorable dans la société peuvent finir par se sentir dépassées, surtout lorsqu'elles traversent une période difficile. 

Pour être autonomes, les personnes doivent être capables de collecter et de traiter des informations et d'élaborer un plan. Mais cela ne suffit pas : il faut aussi que les gens agissent, encaissent les échecs et persévérent. Nous savons tous que nous devons faire de l'exercice. Mais pour beaucoup de gens, il est très difficile de se lever du canapé pour aller à la salle de sport. Encore plus après une dure journée de travail. Et il est encore plus difficile de continuer dans le temps. Nous appelons cela la capacité d'agir. 

Pensez-vous que cette approche est prise en considération dans l'élaboration des politiques en ce moment ?

Aux Pays-Bas, notre rapport a eu beaucoup d'influence. Lorsque le Conseil scientifique pour la politique gouvernementale publie un rapport contenant des conseils au gouvernement, le gouvernement néerlandais est obligé de rédiger une réponse formelle sous la forme d'un mémorandum au parlement. Sa réponse comprenait l'engagement d'adopter une perspective plus réaliste de ce que les citoyens ou les personnes peuvent faire. Le gouvernement a également convenu que les nouvelles politiques seraient testées, avec ce que nous appelons le « test de la capacité d'agir ». Le test consiste en une liste de questions qui aident à vérifier si la politique ou la législation est basée sur des hypothèses réalistes concernant la résilience mentale des personnes. 

En extrapolant cette approche de la capacité d'agir et de l'interface entre la capacité de penser et la capacité d'agir, pensez-vous que ces processus peuvent être étudiés au sein même de la sphère politique ?

Non seulement aux Pays-Bas, mais dans de nombreux pays, vous constatez qu'au cours des deux dernières décennies, les sciences du comportement sont devenues plus importantes et sont plus fréquemment invoquées dans l'élaboration des politiques. Ceci est conforme à ce que notre Conseil a conseillé dans plusieurs publications. Nous pensons que cette étude récente représente la prochaine étape dans cette ligne de recherche. Les publications antérieures traitaient des limites des gens dans leur « capacité de penser » : les gens sont limités dans leur capacité à recueillir et à traiter l'information, et ne prennent pas toujours des décisions rationnelles. Dans cette étude récente, nous avons introduit le concept de « capacité d'agir ». C'est la prochaine étape parce qu'elle explique pourquoi les gouvernements devraient se rendre compte qu'il ne suffit pas de présenter aux gens les bonnes informations. Même s'ils savent quoi faire, les gens ne font pas toujours le bon choix, ou ne s'orientent pas vers l'action ; nous ne sommes pas égaux dans notre capacité à faire face aux revers ou à poursuivre ce que nous voulons. Je pense que cette perspective est un ajout intéressant au concept actuel de développement humain qui souligne l'importance du choix individuel. Nous devons mieux comprendre comment et quand les humains sont vraiment capables de faire un choix, la perspective psychologique est donc très pertinente. 

Selon vous, quelles disciplines académiques devraient être davantage mobilisées dans cet effort ?

Je pense qu'il s'agit davantage de savoir comment organiser la contribution des différentes disciplines universitaires. Bien qu'il existe de bonnes exceptions, l'un des problèmes majeurs aujourd'hui est précisément la façon dont le gouvernement et le monde universitaire sont organisés : de plus en plus spécialisés et en silos. le Conseil Je travaille pour a été créé en 1972. C'était une époque où - non seulement aux Pays-Bas mais aussi dans d'autres pays européens - il y avait cette idée qu'en raison de défis plus complexes, nous devions avoir des moyens d'impliquer véritablement les sciences sociales dans la politique gouvernementale. . Le Conseil a pour mission spécifique de se concentrer davantage sur le long terme et de travailler sur des questions transdisciplinaires et intersectorielles pour l'ensemble du cabinet. La conception du Conseil correspond à cette tâche ; il compte huit membres issus de différents horizons disciplinaires et dispose d'un effectif d'environ 25 personnes, également issues de différents horizons disciplinaires. La collaboration et les échanges sont encouragés dans nos démarches de travail et de qualité. Nous devons créer plus d'espaces pour ce type de coopération, en créant une atmosphère et des processus qui permettent à différentes perspectives et idées de se rencontrer. 

Diriez-vous que l'un des défis qui restent à relever lorsqu'on aborde le lien entre les connaissances et les politiques réside dans la confiance ?

Oui, la confiance mais aussi les méthodologies qui permettent ce genre de collaboration. L'un des grands avantages du concept de développement humain est qu'il élargit la perspective strictement économique. Pour la phase suivante, nous pourrions avoir besoin de plus d'outils pour permettre à une perspective de vraiment rencontrer l'autre, ou pour améliorer notre capacité à articuler des données quantitatives et qualitatives de manière égale. 

Comment pensez-vous que la crise actuelle du COVID-19 peut avoir un impact sur notre approche du développement humain ?

Je pense que la seule chose que cette crise actuelle montre clairement, c'est que les défis mondiaux ne sont pas seulement des défis auxquels sont confrontés les citoyens du monde entier, mais des défis qui sont vraiment de défis, dans le sens où ils doivent être traités à l'échelle mondiale. COVID-19, ce n'est pas quelque chose que les Pays-Bas peuvent résoudre seuls, car il y aura des personnes voyageant vers et depuis notre pays ou parce que d'autres pays chercheront à acheter les mêmes ventilateurs. Cette crise révèle vraiment des connexions mondiales. Outre le fait qu'il s'agit bien sûr d'un enjeu sanitaire et que nous devons d'abord traiter cet aspect, d'autres défis suivront certainement, notamment en ce qui concerne les inégalités et les fractures sociétales. Ce ne sont pas des problèmes nouveaux, mais il sera essentiel de voir comment cette crise, et la façon dont nous y réagissons, affecte ces aspects. 

Pensez-vous que ce défi mondial, qui met en lumière les interdépendances et les interconnexions, ressemble à d'autres défis comme le changement climatique ?

Oui, le changement climatique est bien sûr celui qui vient immédiatement à l'esprit. Cela pourrait nous aider à voir que d'autres défis tels que les problèmes économiques sont plus mondiaux que nous ne le pensons souvent. Notre objectif au Conseil est de conseiller la politique du gouvernement néerlandais, mais nous regardons les pays qui nous entourent parce que ce qui s'y passe affecte notre pays et souvent, nous pouvons apprendre quelque chose d'eux. Peut-être que cette crise nous aidera à voir qu'en réalité ils   les mêmes problèmes et que cela nous aiderait à les regarder de manière plus globale. 

Vous avez travaillé sur le rôle des arts et de la culture dans nos sociétés. Pouvez-vous nous en dire plus sur cet aspect de votre recherche ?

Bien que le sujet soit différent, il est possible de faire des liens intéressants entre ce que nous abordons dans notre rapport, Revaloriser la culture, et votre projet : certaines valeurs sont plus intrinsèques et d'autres plus instrumentales, et comment gérer la tension entre l'intrinsèque et l'instrumental est la clé. La légitimation de la politique culturelle par le gouvernement néerlandais a commencé avec ce que nous appelons la perspective « imaginer », qui concerne la valeur intrinsèque de la culture, des valeurs telles que la créativité, l'inspiration, la beauté, l'émotion, l'acceptation de la vie. Au fil du temps, cette approche n'a pas offert suffisamment de légitimation, de sorte que les décideurs ont donc examiné d'autres objectifs et valeurs pour légitimer les dépenses publiques dans l'art et la culture. Dans ce contexte, la perspective « enrichissante » de la culture a émergé. Il s'agit de la valeur sociale de la culture, et des valeurs telles que la cohésion sociale ont émergé dans ce contexte. Cependant, il était accompagné d'affirmations très spécifiques, telles que la culture est « bonne pour la santé », ou qu'elle « aide à prévenir le crime », et la plupart du temps, il était très difficile de soutenir ces affirmations avec des données. 

Le troisième point de vue dans Revaloriser la culture est la perspective économique : ce que nous appelons « gagner ». On y voit que la culture est de plus en plus présentée comme un instrument de politique économique, soulignant les externalités positives de la culture comme l'attraction touristique. En réponse à une trop grande insistance sur la valeur sociale et économique des arts et de la culture (valeurs instrumentales), nous avons mis en garde contre le danger de perdre de vue la valeur intrinsèque. Certains « biens » tels que la culture ou l'éducation ont une valeur en eux-mêmes, et il existe un danger si vous considérez un bien principalement comme soutenant d'autres objectifs ou biens : vous perdez de vue comment garantir la valeur intrinsèque d'un bien. 

Comment appliquez-vous cette ligne de pensée au développement humain ? Avons-nous perdu de vue les valeurs intrinsèques du développement humain ?

Le parallèle avec la discussion sur le développement humain que je vois est la tension entre les valeurs intrinsèques ou les valeurs instrumentales. Les gouvernements devraient-ils lutter pour le développement humain personnel comme une valeur en soi, ou est-ce seulement une tâche publique parce que nous en avons besoin pour le développement économique de notre société ? D'une certaine manière, le concept a bien sûr été introduit pour élargir la perspective économique, en se reconnectant aux aspects « humains », mais cet héritage sémantique et épistémique crée le besoin de constamment argumenter pourquoi la perspective personnelle seule est déjà très précieuse. 

Souhaitez-vous ajouter quelque chose que nous n'avons pas abordé jusqu'à présent ?

Il manque peut-être un élément qui me semble important. En examinant la question du développement humain du point de vue des capacités, il est essentiel d'examiner la capacité de changer quelque chose ou de pouvoir être entraîné à quelque chose. Dans notre rapport sur les capacités non cognitives, nous avons conclu que nous ne pouvons malheureusement pas trop attendre de la capacité d'apprentissage des personnes à agir. Les traits personnels qui sous-tendent la capacité d'agir ont des composantes héréditaires et en plus de cela, les circonstances de la vie influencent votre capacité à appliquer votre capacité non cognitive. Le stress et la charge mentale ont un effet. L'une de nos conclusions était que les gouvernements doivent se rendre compte que les individus d'une certaine population diffèrent dans leur capacité d'agir. Une fois ces différences de disposition dans la capacité d'agir reconnues, nous pouvons nous concentrer sur l'adaptation de la société à des personnes aux profils différents, c'est-à-dire plus inclusive.


Anne-Greet Keiser est chercheur et agent de liaison international au Conseil scientifique des Pays-Bas pour la politique gouvernementale. Actuellement, elle est également secrétaire exécutive du Forum européen des conseillers scientifiques (ESAF).


Image Aigul Eshtaeva / Banque mondiale (CC BY-NC-ND 2.0)

Passer au contenu