Inscription

La pandémie et l'économie mondiale

Les pays en développement sont confrontés à l'effondrement du commerce international, à la baisse des envois de fonds, à de brusques inversions des flux de capitaux et à la dépréciation de la monnaie. Seules des politiques audacieuses (allégement de la dette, financement international, planification, etc.) permettront d'éviter une nouvelle catastrophe, selon Jayati Ghosh

Cette pièce est basée sur la présentation de Jayati Ghosh pour le Institut transnationalest hebdomadaire en direct série « Construire une réponse internationaliste au COVID-19

Il existe encore de nombreuses incertitudes concernant la pandémie de COVID-19 : sur l'étendue de sa propagation, sa gravité dans différents pays, la durée de l'épidémie et si un déclin initial pourrait être suivi d'une récurrence. Mais certaines choses sont déjà certaines : nous savons que l'impact économique de cette pandémie est déjà immense, éclipsant tout ce que nous avons vécu de mémoire d'homme. Le choc actuel sur l'économie mondiale est certainement beaucoup plus important que celui de la crise financière mondiale de 2008 et sera probablement plus grave que la Grande Dépression. Même les deux guerres mondiales du XXe siècle, alors qu'elles ont perturbé les chaînes d'approvisionnement et dévasté les infrastructures physiques et les populations, n'ont pas entraîné les restrictions à la mobilité et à l'activité économique qui sont en place dans la majorité des pays aujourd'hui. Il s'agit donc d'un défi mondial sans précédent et qui appelle des réponses sans précédent.

Cet impact économique très grave ne provient en grande partie pas de la pandémie elle-même, mais des mesures qui ont été adoptées à travers le monde pour la contenir, qui vont de restrictions relativement légères à la mobilité et aux rassemblements publics aux fermetures complètes (et répressions) qui ont amené à un arrêt de la plupart des activités économiques. Cela s'est traduit par une attaque simultanée de la demande et de l'offre. Pendant les fermetures, les personnes (en particulier celles sans contrat de travail formel) sont privées de revenus et le chômage augmente considérablement, provoquant d'énormes baisses de la demande de consommation qui se poursuivront pendant la période suivant la levée du verrouillage. Dans le même temps, la production et la distribution sont interrompues pour tous les produits et services, sauf essentiels, et même pour ces secteurs, l'offre est gravement affectée en raison de problèmes de mise en œuvre et d'une attention insuffisante aux liens intrants-extrants qui permettent la production et la distribution. Les précédentes crises régionales et mondiales n'ont pas entraîné cette quasi-arrêt de toute activité économique. La combinaison mortelle d'effondrements de la demande et de l'offre est la raison pour laquelle cette période est vraiment différente et doit être traitée différemment.

Le commerce mondial des biens et des services est déjà en train de s'effondrer. le L'OMC s'attend à le commerce devrait chuter entre 13 et 32% sur 2020. Mais même ces projections sombres pourraient bien être sous-estimées, car elles reposent implicitement sur un confinement relativement rapide du virus et la levée des mesures de verrouillage d'ici la fin de l'été. Les exportations de marchandises – autres que celles jugées « essentielles » – ont effectivement cessé ; les voyages ont diminué à une infime fraction de ce qu'ils étaient, et le tourisme s'est également arrêté pour le moment ; divers autres services transfrontaliers qui ne peuvent être fournis par voie électronique se contractent fortement. Les prix du commerce se sont effondrés et continueront de baisser. Au cours du mois précédant le 20 mars 2020, les prix des matières premières tombé par 37 %, les prix de l'énergie et des métaux industriels baissant de 55 %.

À l'intérieur des pays, l'activité économique se contracte à des taux jusqu'ici inimaginables, entraînant non seulement un effondrement immédiat dramatique, mais aussi les germes d'une contraction future alors que des effets multiplicateurs négatifs commencent à se manifester. Rien qu'aux États-Unis, environ 22 millions de personnes ont perdu leur emploi en quatre semaines, le PIB devant se contracter de 10 à 14 % d'avril à juin. Ailleurs, le schéma n'est pas différent, probablement pire, car la plupart des pays sont confrontés à de multiples forces de déclin économique. Le FMI a prédit le 14 avril que la production mondiale chuterait de 3 % en 2020, et jusqu'à 4.5 % par habitant, et cela se fonde sur les projections les plus optimistes.

Ces effondrements de l'activité économique affectent nécessairement la finance mondiale, elle aussi en déroute. L'argument classique selon lequel les marchés financiers sont imparfaits non seulement en raison d'informations asymétriques mais aussi incomplètes se vérifie dans la pratique : ces marchés sont tous à propos du temps, et maintenant nous devons douloureusement accepter que personne ne peut connaître l'avenir, même quelques mois à l'avance . Les paris et les contrats financiers conclus il y a quelques mois à peine semblent désormais totalement invraisemblables à maintenir. La plupart des dettes sont clairement impayables ; les réclamations d'assurance seront si extrêmes qu'elles anéantiront la plupart des assureurs ; les marchés boursiers s'effondrent alors que les investisseurs se rendent compte qu'aucune des hypothèses sur lesquelles les investissements antérieurs ont été effectués n'est plus valable. Ces forces négatives représentent ensemble des pertes énormes qui pourraient menacer la viabilité même de l'ordre capitaliste mondial (un ordre qui avait déjà du mal à montrer un quelconque dynamisme au cours de la dernière décennie).

Effets inégaux

Dans un monde déjà très inégalitaire, cette crise a déjà et continuera d'accroître fortement les inégalités mondiales. Cela est dû en grande partie aux réponses politiques très différentes dans la plupart des pays en développement (à l'exception de la Chine, à l'origine de la pandémie, qui a réussi à contenir sa propagation et à relancer l'activité économique relativement rapidement) par rapport aux économies avancées. L'énormité de la crise a apparemment été enregistrée auprès des décideurs politiques du monde développé, qui ont (probablement temporairement) abandonné toute discussion sur l'austérité budgétaire et semblent soudainement n'avoir aucun problème à simplement monétiser leurs déficits publics. Il est probable que le système financier mondial se serait effondré dans la panique qui a éclaté la troisième semaine de mars sans une intervention massive des principales banques centrales du monde développé - pas seulement la Réserve fédérale américaine mais la Banque centrale européenne, la Banque des Japon, Banque d'Angleterre et autres.  

Le « privilège exorbitant » des États-Unis en tant que détenteur de la monnaie de réserve mondiale leur donne évidemment une plus grande liberté pour soutenir leur propre économie. Mais d'autres pays développés proposent également des plans budgétaires assez importants, de 5 % du PIB en Allemagne à 20 % au Japon, en plus de diverses autres mesures d'expansion et de stabilisation par l'intermédiaire de leurs banques centrales.

En revanche, la plupart des pays en développement ont beaucoup moins de latitude pour s'engager dans de telles politiques, et même les grandes économies en développement qui pourraient le faire semblent être contraintes par la crainte que les marchés financiers ne les punissent davantage. C'est terrible : leurs défis économiques sont déjà bien plus grands que ceux du monde développé. Les pays en développement, dont beaucoup n'ont pas encore connu toute la force de la propagation du virus, ont été frappés par une tempête parfaite d'effondrement du commerce mondial, de baisse des envois de fonds, de brusques inversions des flux de capitaux et de dépréciation de la monnaie. Au mois de mars, vol de capitaux des actifs des marchés émergents était estimé à 83 milliards de dollars et, depuis janvier, près de 100 milliards de dollars ont été évacués, contre 26 milliards après la crise financière de 2008. Les investissements de portefeuille ont baissé d'au moins 70 % de janvier à mars 2020, et les spreads sur les obligations des marchés émergents ont fortement augmenté. Les monnaies des pays en développement se sont pour la plupart fortement dépréciées, sauf en Chine. La pénurie de devises génère de sérieux problèmes de service de la dette extérieure, ce qui est plus difficile à faire en raison de la diminution des entrées de devises et de l'augmentation des coûts intérieurs de leur service. Début avril, quatre-vingt-cinq pays avaient approché le FMI pour une aide d'urgence en raison de graves problèmes rencontrés dans le respect des obligations de paiement en devises étrangères, et ce nombre est susceptible d'augmenter.

Ces pressions externes, qui sont déjà ensemble bien plus importantes que tout ce qui a été vécu pendant la Grande Dépression, ont pesé sur les économies qui sont déjà aux prises avec les terribles conséquences économiques intérieures de leurs stratégies de confinement du virus. Le fardeau de ces processus est tombé massivement sur les travailleurs informels et les travailleurs indépendants, qui sont privés de leurs moyens de subsistance et tombent dans la pauvreté à un rythme très rapide. Soixante-dix pour cent des travailleurs des pays en développement sont informels et il est peu probable qu'ils soient payés du tout pendant les fermetures au cours desquelles ils sont obligés d'être inactifs. Les travailleurs avec des contrats formels ont également commencé à perdre leur emploi. L'Organisation internationale du travail estimé début avril que plus de quatre travailleurs sur cinq dans le monde sont confrontés aux effets néfastes de la pandémie et des réponses politiques associées, et la plupart d'entre eux résident dans le monde en développement. Les travailleuses sont plus susceptibles d'être affectées de manière disproportionnée : plus susceptibles de perdre leur emploi et de subir d'importantes réductions de salaire, plus susceptibles d'être rationnées du marché du travail lorsque des emplois deviennent disponibles, plus susceptibles de souffrir pendant les fermetures en raison des possibilités accrues de violence domestique , et plus susceptibles de souffrir d'une nutrition inadéquate en période de pénurie alimentaire des ménages.

Dans de nombreux pays, les pertes de moyens de subsistance sont associées à des augmentations spectaculaires de l'étendue de la pauvreté absolue et de la faim croissante, même parmi ceux qui n'étaient pas auparavant classés comme pauvres. En effet, la réémergence de la faim à l'échelle mondiale est susceptible d'être un héritage malheureux de la pandémie et des mesures de confinement qui en ont résulté. Pour ajouter à toutes ces nouvelles déprimantes, la plupart des États des pays en développement ne pourront pas se permettre les niveaux nécessaires de financement du déficit (en empruntant auprès des banques centrales) pour permettre les augmentations nécessaires des dépenses publiques, en raison des contraintes de change et d'une plus grande surveillance des marchés financiers sur leurs déficits.

The Aftermath

Ce n'est malheureusement qu'un début. Qu'en est-il de l'après, lorsque la pandémie est maîtrisée? Il convient de rappeler qu'après un choc sismique de cette ampleur, les économies du monde entier ne pourront plus simplement continuer comme avant, reprenant là où elles s'étaient arrêtées avant cette crise. Au cours de l'année à venir, beaucoup de choses sont susceptibles de changer, notamment la réorganisation mondiale du commerce et des flux de capitaux. Le commerce international restera modéré pendant un certain temps. La plupart des prix des matières premières resteront également bas, car la demande mondiale mettra un certain temps à se redresser. Cela affectera les revenus des exportateurs de matières premières, mais cela n'offrira pas nécessairement beaucoup d'avantages aux importateurs de matières premières en raison des pressions déflationnistes globales résultant d'une demande déprimée.

D'un autre côté, la rupture des chaînes d'approvisionnement pourrait bien entraîner des pénuries spécifiques, y compris de certains articles essentiels, générant une inflation par les coûts, en particulier dans les pays en développement. Les flux de capitaux transfrontaliers seront volatils et instables, et la plupart des pays en développement auront du mal à attirer suffisamment de capitaux sûrs à des conditions qui permettraient de contribuer à l'épargne intérieure et de couvrir les coûts de financement du commerce. Il est peu probable que les fortes dépréciations monétaires qui se sont déjà produites s'inversent complètement et pourraient même s'accélérer davantage, selon les stratégies poursuivies dans les pays développés et en développement. Ces valeurs monétaires en baisse, les marges plus élevées sur les intérêts payés et les rendements croissants des obligations continueront de faire du service de la dette un problème majeur. En effet, la plupart des dettes des pays en développement seront tout simplement impayables.

En plus des problèmes des banques nationales et des prêteurs non bancaires en raison de défaillances probables à grande échelle, il y aura des problèmes massifs sur les marchés de l'assurance, avec la faillite de certaines compagnies d'assurance et l'augmentation des primes qui pourraient décourager la plupart des moyennes et petites entreprises. être assuré du tout. Les revenus des voyages et du tourisme seront également considérablement réduits à moyen terme, car la confiance antérieure sous-jacente à ces voyages se sera érodée. De même, de nombreux migrants auront perdu leur emploi. La demande de main-d'œuvre étrangère est susceptible de diminuer dans de nombreux pays d'accueil, de sorte que les envois de fonds diminueront également. Tout cela continuera à exercer une pression sur les finances publiques, en particulier (mais pas seulement) dans le monde en développement.

Éviter la catastrophe

Cette litanie d'horreurs est bien dans le domaine du possible. La grâce salvatrice est que ces résultats ne sont pas inévitables : ils dépendent de manière cruciale des réponses politiques. Les terribles conséquences décrites ci-dessus reposent sur le fait que les institutions internationales et les gouvernements nationaux ne prennent pas les mesures susceptibles d'améliorer la situation. Il existe des politiques nationales et mondiales qui pourraient aider, mais elles doivent être mises en œuvre rapidement, avant que la crise ne génère encore plus de catastrophe humanitaire. Il est essentiel de s'assurer que les réponses politiques n'augmentent pas (comme elles le font actuellement) les inégalités nationales et mondiales. Cela signifie que les stratégies de relance doivent être réorientées loin des aumônes aux grandes entreprises sans réglementation adéquate de leurs activités, et vers permettre la survie, l'emploi et la demande de consommation continue des groupes à revenus pauvres et moyens, et la survie et l'expansion des petits, petits, et moyennes entreprises.

Il y a des mesures évidentes que la communauté internationale doit prendre immédiatement. Ces étapes reposent sur l'architecture financière mondiale existante, non pas parce que cette architecture est juste, équitable ou efficace (elle ne l'est pas), mais parce que, étant donné la nécessité d'une réponse rapide et substantielle, il n'y a tout simplement aucune possibilité de construire des institutions alternatives significatives. et les arrangements assez rapidement. Les institutions existantes, en particulier le Fonds monétaire international, doivent être à la hauteur, ce qui exige qu'elles se débarrassent de leur biais pro-capital et de leur promotion de l'austérité budgétaire. 

Le FMI est la seule institution multilatérale qui a la capacité de créer des liquidités mondiales, et c'est le moment où il doit le faire à grande échelle. Une émission immédiate de droits de tirage spéciaux (DTS), qui sont des avoirs de réserve supplémentaires (déterminés par un panier pondéré de cinq grandes devises), créerait des liquidités internationales supplémentaires sans frais supplémentaires. Étant donné qu'une nouvelle émission de DTS doit être répartie en fonction de la quote-part de chaque pays au FMI, elle ne peut être discrétionnaire et ne peut être soumise à d'autres types de conditionnalités ou de pressions politiques. Au moins 1 à 2 XNUMX milliards de SDR doivent être créés et distribués. Cela aura un impact énorme pour garantir que les transactions économiques internationales mondiales ne se bloquent tout simplement pas même après la levée des blocages, et que les pays en développement soient en mesure de s'engager dans le commerce international. Les économies avancées dotées de monnaies de réserve internationales sont beaucoup moins susceptibles d'avoir besoin de les utiliser, mais elles peuvent être une bouée de sauvetage pour les marchés émergents et les économies en développement, fournissant des ressources supplémentaires pour lutter à la fois contre la pandémie et la catastrophe économique. C'est bien mieux que de dépendre du FMI pour accorder des prêts, qui nécessitent souvent des conditionnalités. (Dans la mesure où des prêts d'urgence supplémentaires du FMI sont nécessaires, ils doivent également être accordés sans conditionnalité, à titre de financement purement compensatoire pour ce choc sans précédent.) L'émission de plus de DTS est également préférable à celle de laisser la Réserve fédérale américaine jouer le rôle d'unique stabilisateur du système. Les lignes de swap de la Fed fournissent actuellement aux banques centrales de quelques pays choisis des liquidités en dollars car elles se raréfient dans cette crise. Mais il ne s'agit pas d'une allocation multilatérale basée sur des normes ; ces échanges reflètent les intérêts nationaux stratégiques des États-Unis et renforcent donc les déséquilibres de pouvoir mondiaux.

L'une des raisons pour lesquelles il n'y a eu jusqu'à présent qu'une émission limitée de DTS (la dernière augmentation a eu lieu après la crise de 2008, mais à hauteur d'environ 276 milliards de DTS seulement) est la crainte qu'une telle augmentation de la liquidité mondiale n'alimente l'inflation. Mais l'économie mondiale vient de connaître plus d'une décennie les plus fortes augmentations de liquidités jamais enregistrées en raison de l'« assouplissement quantitatif » de la Fed américaine sans inflation, car la demande mondiale est restée faible. La situation actuelle n'est différente que parce qu'elle est plus aiguë. Si des liquidités supplémentaires sont utilisées pour investir dans des activités qui atténueraient les pénuries d'approvisionnement susceptibles de survenir en raison des blocages, cela pourrait également atténuer toute inflation par les coûts qui pourrait survenir.

La deuxième mesure internationale importante concerne les problèmes de dette extérieure. Il devrait y avoir immédiatement un moratoire ou un arrêt sur tous les remboursements de la dette (principal et intérêts) pendant au moins les six prochains mois, car les pays font face à la fois à la propagation de la maladie et aux effets du confinement. Ce moratoire devrait également garantir que les paiements d'intérêts ne s'accumulent pas sur cette période. Il est évident que très peu de pays en développement seront en mesure d'assurer le service de leurs prêts lorsque les entrées de devises auront effectivement cessé. Mais dans tous les cas, si tout le reste est en suspens dans l'économie mondiale aujourd'hui, pourquoi les paiements de la dette devraient-ils être différents ?

Un moratoire est une mesure temporaire pour surmonter ces pays pendant la période où la pandémie et les fermetures sont à leur apogée. Mais à terme, une restructuration substantielle de la dette sera probablement nécessaire, et un allégement très substantiel de la dette devra être accordé, en particulier aux pays à revenu faible et intermédiaire. La coordination internationale serait bien meilleure pour toutes les parties concernées que les défauts de paiement désordonnés qui seraient autrement presque inévitables.

Au sein des États-nations, l'institution d'un contrôle des capitaux permettrait aux pays en développement de faire face au moins en partie à ces vents contraires mondiaux en enrayant la volatilité des flux financiers transfrontaliers. De tels contrôles des capitaux doivent être explicitement autorisés et encouragés, afin de freiner la poussée des sorties de capitaux, de réduire l'illiquidité induite par les ventes massives sur les marchés émergents et d'arrêter les baisses des prix des devises et des actifs. Idéalement, il devrait y avoir une certaine coopération entre les pays afin d'éviter qu'un pays ne soit pointé du doigt par les marchés financiers.

Les séquelles de cette crise vont également nécessiter un renouveau de la planification, ce qui avait presque été oublié dans trop de pays à l'ère néolibérale. L'effondrement des canaux de production et de distribution pendant les fermetures signifie que la définition et le maintien de l'approvisionnement en produits essentiels sont d'une importance cruciale. De telles chaînes d'approvisionnement devront être réfléchies en termes de relations intrants-extrants impliquées, ce qui nécessite à son tour une coordination entre les différents niveaux et départements des gouvernements ainsi qu'entre les provinces et éventuellement au niveau régional également.

La pandémie est susceptible d'entraîner un changement d'attitude à l'égard de la santé publique dans presque tous les pays. Des décennies d'hégémonie politique néolibérale ont entraîné une baisse drastique des dépenses de santé publique par habitant dans les pays riches comme dans les pays pauvres. Il est maintenant plus qu'évident qu'il ne s'agissait pas seulement d'une stratégie inégale et injuste, mais d'une stratégie stupide : il a fallu une maladie infectieuse pour faire comprendre que la santé de l'élite dépend en fin de compte de la santé des membres les plus pauvres de la société. Ceux qui ont préconisé la réduction des dépenses publiques de santé et la privatisation des services de santé l'ont fait à leurs risques et périls. Ceci est également vrai à l'échelle mondiale. Les querelles pathétiques nationalistes actuelles sur l'accès aux équipements de protection et aux médicaments trahissent une méconnaissance totale de la nature de la bête. Cette maladie ne sera maîtrisée que si elle est maîtrisée partout. La coopération internationale est non seulement souhaitable mais indispensable.

Tout en faisant pression pour ces stratégies majeures pour les gouvernements nationaux et les organisations internationales, nous devons être conscients de certaines préoccupations. L'une est la crainte que les gouvernements du monde entier n'utilisent l'opportunité offerte par la pandémie pour pousser à la centralisation du pouvoir, avec une surveillance et une surveillance considérablement accrues des citoyens, et une censure et un contrôle accrus sur les flux d'informations pour réduire leur propre responsabilité. Cela a déjà commencé dans de nombreux pays, et la peur de l'infection pousse de nombreuses personnes à travers le monde à accepter des atteintes à la vie privée et des formes de contrôle de l'État sur la vie des individus qui, il y a des mois, auraient été considérées comme inacceptables. Il sera plus difficile de maintenir ou de raviver la démocratie dans de telles conditions. Une bien plus grande vigilance du public est requise à la fois actuellement et après la fin de la crise.

On craint également que les inégalités accrues engendrées par cette crise ne renforcent les formes existantes de discrimination sociale. En principe, un virus ne respecte pas les distinctions de classe ou autres distinctions socio-économiques. Mais il existe des boucles de rétroaction négative bien connues entre la misère associée à la pauvreté monétaire et les maladies infectieuses. Dans nos sociétés inégales, les groupes pauvres et socialement défavorisés sont plus susceptibles d'être exposés au COVID-19 et plus susceptibles d'en mourir, car la capacité des personnes à prendre des mesures préventives, leur susceptibilité à la maladie et leur accès au traitement varient considérablement selon au revenu, aux actifs, à la profession et à l'emplacement. Pire encore peut-être, les politiques de confinement du COVID-19 au sein des pays montrent un biais de classe extrême. La « distanciation sociale » (mieux décrite comme la distanciation physique) suppose implicitement que les résidences et les lieux de travail ne sont pas si surpeuplés et encombrés que les normes prescrites peuvent être facilement respectées, et que d'autres éléments essentiels comme l'accès à l'eau et au savon ne sont pas limités. La peur de l'infection pendant la pandémie a fait apparaître des formes plus désagréables de discrimination sociale et de préjugés dans de nombreux pays, de l'antipathie envers les migrants à la différenciation sur la base de la race, de la caste, de la religion et de la classe. A l'heure où l'universalité de la condition humaine est mise en évidence par un virus, les réponses dans trop de pays se sont concentrées sur des divisions particularistes, qui augurent mal des progrès futurs.

Malgré ces possibilités déprimantes, il est également vrai que la pandémie, et même la crise économique massive qu'elle a entraînée dans son sillage, pourraient également entraîner des changements d'attitudes qui laissent présager un avenir plus prometteur. Trois aspects méritent d'être commentés.

Le premier est la reconnaissance de la nature essentielle et de l'importance sociale du travail de soins et du plus grand respect et dignité accordés aux travailleurs de soins rémunérés et non rémunérés. Cela pourrait amener les sociétés à augmenter le nombre de travailleurs sociaux rémunérés, à leur fournir la formation requise en raison d'une meilleure appréciation des compétences impliquées dans ce travail, et à offrir à ces travailleurs une meilleure rémunération, une plus grande protection juridique et sociale et une plus grande dignité.

Deuxièmement, la prise de conscience plus large parmi le public de la possibilité réelle que des événements impensables puissent se produire et que des processus incroyablement terribles puissent être déclenchés par nos modes de vie peut également faire comprendre la réalité du changement climatique et les catastrophes qu'il entraînera dans son sillage. Cela pourrait rendre plus de gens conscients de la nécessité de changer notre façon de vivre, de produire et de consommer, avant qu'il ne soit trop tard. Certains des aspects les moins rationnels des chaînes d'approvisionnement mondiales, en particulier dans l'industrie alimentaire multinationale (qui a encouragé les produits d'une partie du monde à être expédiés vers une autre partie du monde pour y être transformés, avant de revenir dans des endroits proches de leur origine pour être consommée), sera remise en question et pourrait perdre de son importance. D'autres changements dans le mode de vie et les modes de consommation et de distribution pourraient suivre.

Enfin, à un niveau plus philosophique, les menaces existentielles comme les pandémies encouragent une plus grande reconnaissance des choses qui comptent vraiment dans l'existence humaine : une bonne santé, la capacité de communiquer et d'interagir avec d'autres personnes et la participation à des processus créatifs qui apportent joie et satisfaction. Ces prises de conscience pourraient favoriser les premiers pas vers des changements de civilisation qui conduisent à la réorganisation de nos sociétés. Il existe une opportunité de s'éloigner des hypothèses dominantes sur la maximisation de l'utilité individualiste et le motif du profit vers des cadres sociaux plus attentionnés et coopératifs.


Jayati Gosh est professeur d'économie à l'Université Jawaharlal Nehru de New Delhi, en Inde. Pour voir la prochaine série de webinaires du TNI, cliquez ici . Cette pièce est apparue pour la première fois dans Magazine de la dissidence.


Image Gilbert Laszlo Kallenborn on flickr

Passer au contenu