Inscription

La voie vers un traité mondial fort sur le plastique

Dans cet éditorial, Margaret Spring, responsable scientifique et de la conservation de l'aquarium de Monterey Bay et présidente du groupe d'experts de l'ISC sur la pollution plastique, partage les enseignements de ses 10 jours à Ottawa, au Canada. Au cours de l'INC 4, les négociateurs mondiaux ont travaillé pour élaborer un accord international contraignant visant à endiguer la vague de pollution plastique qui nuit aux populations et à notre planète.

Cet article a été initialement publié le 31 mai 2024 par le Monterey Bay Aquarium à l'adresse : https://www.montereybayaquarium.org/stories/path-to-a-strong-plastic-treaty.

Il y a deux ans, l'enthousiasme était palpable lorsque 175 pays ont voté à l'Assemblée des Nations Unies pour l'environnement à Nairobi, au Kenya, pour négocier un accord mondial pour mettre fin à la pollution plastique. Compte tenu de l’urgence, les pays avaient pour objectif d’approuver un traité juridiquement contraignant d’ici 2025. 

Depuis, j'ai assisté à quatre réunions de négociation, dont la dernière en avril 2024 au Canada, où j'ai représenté Monterey Bay Aquarium et les terres parsemées de  Conseil scientifique international. Malgré quelques moments difficiles, nous progressons. De nombreux pays et une coalition d’alliés font pression pour un traité fort malgré l’opposition. 

Dans les mois à venir, nous serons occupés à préparer le dernier cycle de négociations en Corée du Sud en novembre prochain. Le succès est crucial pour un avenir sain et durable.

Nouvelles opportunités, nouveaux alliés

Même si les discussions ont été difficiles, la quatrième réunion de négociation à Ottawa a produit de nombreux développements positifs. Les forces qui recherchaient un traité plus faible ne pouvaient pas retarder les progrès. Les délégués des pays ont discuté des points clés dont nous aurons besoin pour garantir un traité efficace. Les négociateurs ont désormais pour mandat de se réunir avec des experts avant le cycle de novembre pour explorer les options de financement de la mise en œuvre du traité et pour aborder les substances chimiques préoccupantes présentes dans les produits en plastique, les produits en plastique problématiques et la conception des produits.   

L’appel au changement se fait de plus en plus pressant. Il existe une forte demande de stratégies et de solutions fondées sur la science pour lutter contre la pollution plastique. J'ai été à la fois inspiré et ému par les témoignages déchirants de personnes vivant dans des petits États insulaires en développement, de récupérateurs de déchets, d'Autochtones, de jeunes et d'autres personnes dont la vie est directement touchée par les déchets plastiques. Il est encourageant de constater qu’une nouvelle coalition de dirigeants infranationaux a émergé, plaidant en faveur du traité le plus solide possible. La Californie est un acteur clé de la coalition. Nos succès dans la lutte contre la pollution plastique en Californie sont une lueur d'espoir pour une action mondiale.

Le plastique fait partie d’une « triple crise »

Les responsables de la santé publique, les experts médicaux et les professionnels de la santé s'expriment sur les impacts humains et environnementaux des plastiques et les plus de 16,000 XNUMX produits chimiques utilisés dans leur production. Cela retient l’attention des pays du monde entier. Luis Vayas Valdivieso, ambassadeur de l'Équateur au Royaume-Uni, qui préside les négociations du traité, est favorable à un traité fort. Dans sa quête critique, il écoute attentivement les États membres, les communautés et, surtout, la science.

« Le monde est confronté à une triple crise de changement climatique, de perte de biodiversité et de pollution. » at-il dit The Guardian dans une interview avant l'ouverture des pourparlers d'Ottawa. "Mais même s'il existe des accords pour les deux premiers, nous n'avons aucune législation, aucun accord mondial sur la pollution plastique."


Vous pourriez également être intéressé par

Exigences clés pour un instrument international juridiquement contraignant fondé sur la science pour mettre fin à la pollution plastique

Exigences clés pour un instrument international juridiquement contraignant fondé sur la science pour mettre fin à la pollution plastique

En préparation pour INC-4Groupe d'experts de l'ISC sur la pollution plastique a préparé un commentaire de haut niveau en réponse au projet révisé et aux négociations en cours. Le commentaire souligne un ensemble de recommandations fondées sur des données scientifiques pour éclairer les négociations en cours, garantissant un instrument réglementaire et une mise en œuvre efficaces et robustes.


Les opposants à l’action peu ambitieux

Tout le monde n’est pas favorable à une action forte. Certains ont préconisé à Ottawa un traité axé uniquement sur le recyclage et la gestion des déchets plutôt que sur des solutions globales. J'ai été frappé par le nombre de participants qui faisaient pression en faveur de l'industrie mondiale du plastique, dépassant de loin le nombre des membres officiels des pays et soutenus par des ressources financières importantes.

Un certain nombre de pays souhaitent également obtenir un traité axé sur « l’aval » qui aborderait uniquement la gestion des déchets, mais pas l’éléphant dans la pièce : la production non durable de plastique. L'approche de ces pays à Ottawa était de faire pression pour qu'il n'y ait aucune disposition dans le projet pour aborder des questions critiques telles que la production de polymères plastiques primaires ou les produits chimiques toxiques utilisés dans la production de plastiques. Nous restions souvent en séance tard dans la nuit pendant que les délégués débattaient de ces questions cruciales.

Parler pour la science

Grâce à un nouveau « Déclaration du Pont vers Busan » Les États membres et d’autres voix en faveur du progrès s’opposent et préconisent d’inclure la production de plastique primaire dans le traité. L'Aquarium de Monterey Bay s'est joint en tant que signataire, et les groupes appelant à une action forte pour « fermer le robinet en plastique » peuvent inscrivez-vous pour enregistrer leur soutien.

La science indépendante jouera un rôle crucial, notamment grâce à la contribution d’experts qui pourront éclairer la manière dont les produits chimiques préoccupants dans les plastiques sont traités dans le traité et façonner les exigences en matière de conception de produits en plastique sûrs et durables. Nous devons également nous confronter à la question à un million de dollars : qu’est-ce qu’un niveau durable de production de plastique ? La création d’organismes d’experts scientifiques et techniques contribuera à intégrer de nouvelles informations scientifiques dans le traité, à l’instar de le succès du Protocole de Montréal de 1987 qui a éliminé progressivement les substances appauvrissant la couche d’ozone.

Prochaines étapes et chemin pour progresser

Alors, comment mobiliser la majorité mondiale qui souhaite un traité fort face à ces forces d’opposition bien financées ? L’une des clés sera que les États-Unis deviennent un leader du mouvement, en utilisant comme pierre de touche le consensus scientifique croissant selon lequel il doit y avoir un changement majeur de direction en matière de plastiques. Les États-Unis sont depuis longtemps un leader en matière d’action mondiale fondée sur la science. Ce n’est pas le moment de reculer devant cette position. Un certain nombre d'experts scientifiques indépendants, depuis les modélisateurs de la réduction des déchets jusqu'aux experts en santé, ont souligné cette opportunité.

L’Aquarium a fait pression sur l’administration Biden-Harris pour qu’elle fasse davantage en matière de plastiques, tant au niveau national que sur la scène internationale – notamment en la campagne « Pas de temps à perdre ». Alors que La Californie agit avec audace Pour réduire la pollution plastique, les États-Unis n'ont pas encore adopté de stratégie et de plan national sur les plastiques, comme nous l'avons demandé dans le rapport mandaté par le Congrès des Académies nationales des sciences, de l'ingénierie et de la médecine sur le rôle des États-Unis dans le problème des plastiques. Le rapport récent que nous avons publié avec l'Environmental Law Institute détaille comment les agences fédérales ont la pleine autorité pour agir en vertu de la loi en vigueur.

Ce faisant, les États-Unis pourraient modéliser les approches que nous devons intégrer dans le Traité mondial sur le plastique.


Clause de Non-responsabilité
Les informations, opinions et recommandations présentées dans cet article sont celles du ou des contributeurs individuels et ne reflètent pas nécessairement les valeurs et les convictions du Conseil scientifique international.


Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Restez à jour avec nos newsletters

Passer au contenu