Inscription

L'état de la recherche sur le VIH/SIDA en Afrique : Entretien avec le Dr Joyce Nyoni pour la Journée mondiale de lutte contre le SIDA

Alors que la Journée mondiale du sida en 2022 met l'accent sur l'égalité, nous avons parlé au Dr Joyce Nyoni de la nécessité d'un accès équitable à des soins de santé de qualité.

Docteur Joyce Nyoni est maître de conférences et recteur à l'Institut de travail social en Tanzanie, et est actuellement membre de l'ISC Comité pour la liberté et la responsabilité des sciences (CFRS).

Joyce Nyoni possède une vaste expérience de la recherche sur le VIH/sida en Afrique et a plaidé sans relâche pour l'éthique et l'intégrité de la recherche en Tanzanie. Conseiller spécial du CFRS Gustave Kessel, a interviewé le Dr Nyoni à l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre le sida (1er décembre) et pour contribuer à la sensibilisation à la pandémie de sida.

Q : Depuis les années 1980, la pandémie du VIH/SIDA a coûté la vie à près de 40 millions de personnes dans le monde, et à peu près ce nombre vit actuellement avec le virus. Malgré cela, le SIDA a largement quitté la conscience publique dans la plupart des pays du Nord et de nombreuses personnes ignorent probablement la situation en Afrique. Quel est l'état de la recherche sur le VIH/SIDA en Afrique ? Les mesures de santé publique sont-elles adéquates ?

En Afrique, le VIH/SIDA est beaucoup plus répandu que dans les pays occidentaux ou développés, et pour nous, chaque famille a quelqu'un qui est mort du SIDA. Mais à un niveau très général, nous constatons des améliorations significatives. Les taux d'infection ont diminué au cours des dix dernières années, les taux de transmission mère-enfant sont en baisse et les décès dus au sida sont en baisse. Les gens vivent maintenant beaucoup plus longtemps. Et nous avons vu un certain nombre d'interventions avoir lieu [une intervention de santé publique décrit un effort ou une politique visant à améliorer la santé d'une population]. Les gens peuvent accéder aux thérapies antirétrovirales (ART), mais nous voyons également des interventions en termes de conseil et de test volontaires (CTV) et de centres de test. L'accès aux tests n'est pas un problème majeur, mais la notification des partenaires peut l'être. Lorsqu'un partenaire se présente pour un test, nous essayons d'être innovants et de trouver les moyens d'informer l'autre partenaire et de le faire venir également pour un test. D'autres interventions sont, par exemple, toutes les femmes enceintes en Tanzanie sont conseillées de se faire dépister comme mesure pour essayer de réduire la transmission mère-enfant, et les prestataires de santé commencent le test avec leurs patients, plutôt que d'attendre que les gens se fassent dépister. . Il se passe donc beaucoup de choses en Afrique pour essayer de comprendre l'épidémie elle-même, mais aussi pour essayer d'y faire face. Il y a eu des campagnes de dépistage de masse, en particulier pour la Journée mondiale du sida, de sorte que les niveaux de connaissances sont désormais très élevés en termes de compréhension de la transmission et de la prévention et de la manière d'accéder au dépistage.

Q : Est-ce vrai dans toute l'Afrique ou y a-t-il des différences régionales ? Et s'il y en a, qu'est-ce qui pourrait les motiver?

Il existe des variations à travers l'Afrique dans la prévalence du VIH/SIDA. Certains pays ont des taux d'infection élevés, en particulier les pays du sud de l'Afrique, comme l'Afrique du Sud, la Namibie et le Botswana. Mais pour les pays du Nord, les taux d'infection ne sont pas aussi élevés. Les raisons de ces différences régionales sont compliquées et il faut considérer l'infection à VIH d'un point de vue très holistique. La pauvreté, l'éducation, la culture et les inégalités entre les sexes sont des facteurs qui entraînent des variations à travers l'Afrique. Certains pays, comme l'Afrique du Sud, ont connu une légère augmentation des taux d'infection ces dernières années. Mais ce qui est le plus préoccupant, c'est l'augmentation des taux d'infection chez les jeunes en général.

Q : Quel est selon vous le rôle de la science dans la résolution de ces problèmes et dans la lutte contre la pandémie en général ?

En Afrique, les sciences du comportement, les sciences sociales, ont joué un rôle très important en essayant de comprendre les raisons sous-jacentes de la transmission du VIH et en expliquant pourquoi un groupe particulier est plus vulnérable qu'un autre. C'est le genre de connaissances qui a éclairé les interventions de santé qui ont été faites, et d'une part qui a très bien fonctionné.

Mais d'un autre côté, en ce qui concerne les essais cliniques, nous ne voyons pas grand-chose de cela dans le contexte africain. En Tanzanie, nous avons une étude à la recherche d'un vaccin, mais de nombreux projets en cours en Afrique dépendent de financements externes car les gouvernements ont des priorités concurrentes. Ils doivent faire face à la faim et à la malnutrition, ou COVID-19, et à de nombreux autres problèmes qui nécessitent une attention particulière. Le financement public de la recherche est faible et en fait en baisse dans l'ensemble, de sorte que le niveau d'investissement pour un long essai clinique est tout simplement trop élevé. Donc, au lieu de cela, pour nous, la science passe davantage par le comportement, en le comprenant et en l'abordant. Le financement de la recherche sur le VIH/sida est beaucoup plus réduit qu'il y a 10 à 15 ans. Nous avons vu les taux d'infection diminuer après des campagnes d'éducation très agressives visant à modifier les comportements, à amener les gens à comprendre la transmission et à se protéger. Mais maintenant, avec le temps, nous ne devrions pas retirer cet effort, car nous avons une nouvelle génération qui arrive, et nous devons maintenir le même effort. C'est un problème qui nécessite un investissement continu.

Q : Ainsi, bien que la science nécessite davantage d'investissements, elle joue un rôle essentiel, car l'accès aux avantages qu'offre la science est essentiel pour la santé et le bien-être. L'accès aux traitements, aux tests et à la prévention est-il équitable en Afrique ? Quels sont les défis ?

De mon point de vue, je peux dire qu'en Tanzanie c'est équitable. Il y a égalité dans le sens où les centres de dépistage sont là, le dépistage est gratuit et disponible même dans les établissements de santé du village, et si votre test est positif, vous obtenez des conseils et des médicaments à prendre. Donc, dans l'ensemble, c'est un bon exemple d'accès aux avantages de la science. Un problème est que, oui, il existe des préservatifs masculins, mais il n'y a pas beaucoup de préservatifs féminins. Cela signifie qu'il existe un déséquilibre de pouvoir dans les discussions sur l'utilisation du préservatif, en particulier pour les jeunes filles. Les travailleuses du sexe disent qu'un préservatif féminin leur donnerait plus de protection parce qu'elles n'ont pas à négocier son utilisation. C'est un problème d'accès équitable aux mesures de prévention. Un autre problème est celui de la stigmatisation. Certaines personnes voyagent six heures pour se faire tester ou pour prendre des médicaments dans un endroit où d'autres personnes ne les connaîtront pas.

Q : Votre recherche montre clairement que la stigmatisation doit être une considération cruciale pour tenter de comprendre cette pandémie. L'homosexualité est un tabou social et les relations homosexuelles sont criminalisées en Tanzanie. Quels défis cela crée-t-il pour la recherche sur le VIH/SIDA ?

Les relations homosexuelles ne font pas partie intégrante de notre culture, et vous ne dites pas ouvertement que vous faites des recherches sur les relations homosexuelles. C'est quelque chose dont la communauté ne veut pas parler, et il y a eu des moments où la recherche a été perçue comme faisant la promotion de l'homosexualité. Cela varie à travers l'Afrique. En Afrique du Sud, par exemple, l'homosexualité n'est pas tellement un problème. Mais dans des pays comme la Tanzanie, où il est criminalisé, amener les gens, et en particulier les décideurs politiques, à comprendre la nécessité de mener des recherches et des plaidoyers sur les relations homosexuelles et la prévention du sida est un défi de taille. Les relations homosexuelles ne sont pas ciblées par les interventions sanitaires et les programmes communautaires. Il est très important que nous adoptions une vision holistique lorsque nous effectuons des recherches sur le VIH/sida afin d'inclure divers groupes de population.

Q : Si la société ne veut pas en parler et peut même s'opposer à la recherche incluant les relations homosexuelles, à qui revient la responsabilité d'assurer la liberté scientifique dans la recherche sur le VIH/SIDA ?

S'il y a une valeur scientifique dans quelque chose pour la prévention du VIH, alors nous, en tant que chercheurs, devons le faire, nous devons l'étudier et nous devons nous appuyer sur la science. Mais aussi, nous devons renforcer la capacité des pays africains à entreprendre réellement leurs propres recherches et à avoir accès à la technologie et au financement nécessaires.

Q : Qu'aimeriez-vous voir changer ?

La science devrait proposer un traitement plus avancé, beaucoup plus facile et moins visible à utiliser. Peut-être une injection ou un seul comprimé. Nous avons vu cela se produire avec COVID, pourquoi cela prend-il si longtemps avec le VIH ? Nous avons besoin d'un traitement qui n'impose pas de fardeau à la personne qui l'utilise, ce qui contribuerait à lutter contre la stigmatisation associée à l'infection par le VIH.

Q : Avez-vous un dernier message pour nos lecteurs, en particulier ceux du Nord, où le sida n'est pas aussi répandu ? Pourquoi la recherche sur le VIH/SIDA est-elle importante ?

Dans les années 8, le sida était une condamnation à mort. Maintenant, je connais des gens qui vivent avec le sida depuis 30 ans, et la qualité de vie des personnes atteintes du sida s'est considérablement améliorée. Mais il reste encore du travail à faire et la qualité de vie peut encore être améliorée. C'est aussi un droit humain d'avoir accès aux bienfaits de la science, comme des soins de santé de qualité. Est-ce que ce que nous avons maintenant, avec le fait de devoir prendre plusieurs médicaments différents, est la meilleure option ? Arrivera-t-on à un vaccin ? Les avancées dans ce sens profiteront à tous, y compris aux habitants des pays où le VIH/SIDA est moins visible.

En savoir plus sur les travaux de l'ISC sur la liberté et la responsabilité dans la science

Libertés et responsabilités en science

Le droit de partager et de bénéficier des progrès de la science et de la technologie est inscrit dans la Déclaration universelle des droits de l'homme, tout comme le droit de s'engager dans une enquête scientifique, de poursuivre et de communiquer des connaissances et de s'associer librement à de telles activités.


Image de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Passer au contenu