Inscription

Le développement humain doit tenir compte des sentiments moraux

Flavio Comim explore pourquoi nous devons accorder plus d'attention au travail de Martha Nussbaum dans notre réflexion sur le développement humain.

Comment pourrions-nous repenser notre compréhension conceptuelle du développement humain, compte tenu du contexte contemporain ?

Il y a deux points théoriques clés à considérer lorsqu'on repense le concept de développement humain. L'un est lié à Amartya Sen, l'autre à Martha Nussbaum. Les deux points sont fondés sur mon diagnostic selon lequel le développement humain, dans sa formulation actuelle, capture trop peu l'approche « Capacité et choix social » de Sen et, incroyablement, ignore le cadre « Capacité et émotions politiques » de Nussbaum. Je conteste les affirmations de certains chercheurs selon lesquelles le développement humain est basé sur l'approche des « capacités ». Je pense plutôt qu'il s'agit d'une application directe de l'approche des « besoins fondamentaux », exprimée plus tard dans un langage de capacité.

Mais, permettez-moi d'être plus clair. Si le développement humain veut être fidèle à la pensée d'Amartya Sen, alors, il devrait la considérer dans toutes ses extensions. Mon point de vue est que son approche principale n'est pas l'approche « Capacité », mais ce que l'on peut appeler l'approche « Choix social » de Sen. En effet, cela semble évident dans l'un de ses derniers livres, Choix collectif et bien-être social, publié en 2017 (une édition augmentée d'un livre qu'il a écrit en 1970), qui montre comment les capacités sont liées au pluralisme informationnel dans son cadre plus large et abordent des questions plus larges d'examen critique, de classements partiels et de méta, etc. Il semble naturel que si nous souhaitons repenser notre compréhension conceptuelle du développement humain, nous devons pleinement prendre en compte l'approche du « choix social » de Sen. Il s'agit en fait d'une opportunité importante pour rafraîchir et revigorer le développement humain.  

Mais cela pourrait ne pas suffire. L'une des plus grandes injustices perpétrées par les Rapports sur le développement humain (RDH) est la façon dont ils ont ignoré le travail effectué par Martha Nussbaum au cours des 30 dernières années. Je ne blâme pas le bureau HDR ici, mais le travail de certains spécialistes des capacités qui ont stéréotypé le travail de Nussbaum comme s'il ne s'agissait que de listes de capacités. Elle parle plutôt de la discrimination fondée sur le sexe, de l'autonomisation des femmes, du handicap, des droits des animaux, de l'immigration, du vieillissement, des inégalités, de la pauvreté, du lieu de travail, des enfants, du jeu, de l'éducation, des parcs, des finances familiales et d'un large éventail de sujets essentiels au développement humain. Son travail est beaucoup plus centré sur l'éthique et les « micro catégories », lorsqu'on le compare au travail de Sen, qui semble offrir une enquête plus « macro » sur des questions telles que la santé et l'éducation. Plus important encore, elle nous invite à réfléchir sur l'importance de l'amour et de la compassion pour le développement humain. Ensemble, l'approche « Choix social » de Sen et le cadre « Capacités et émotions politiques » de Nussbaum peuvent stimuler une renaissance de la pensée du développement humain.

Pourriez-vous préciser quelles sont, selon vous, les principales contributions de Nussbaum à une refonte du développement humain ?

Le développement humain reste un sujet dominé par des catégories macro-analytiques qui s'appliquent le plus souvent à des pays entiers. Nous parlons ici de dépenses publiques, d'espérance de vie, de revenu par habitant, de scolarisation, entre autres. Mais dans la vraie vie, le développement humain ne concerne pas seulement ce que font les gouvernements, mais aussi les expériences vécues et les attitudes des gens. Par exemple, il ne sert à rien que les gouvernements adoptent des lois anti-discrimination si leurs citoyens ne sont pas disposés à s'y conformer. La beauté du travail de Nussbaum réside dans sa capacité à s'attaquer aux fragilités de la nature humaine qui ne peuvent être pleinement appréciées que d'un point de vue éthique. Bien que Sen aime faire régulièrement référence à Adam Smith Théorie des sentiments moraux, c'est Nussbaum qui fournit les éléments éthiques qui peuvent être utilisés pour examiner les luttes de l'humanité pour l'autonomie et l'amour.

Peut-on parler de développement humain sans tenir compte de la psychologie morale des gens ? C'est douteux. Mais jusqu'à présent, c'est ce que le développement humain a fait. Ouvrir les portes du développement humain au travail de Nussbaum est un premier pas vers la contextualisation du développement dans le cadre de la lutte de l'humanité pour le sens. De plus, le travail de Nussbaum peut fournir un pont entre les constructions aristotéliciennes et kantiennes qui habitent les HDR. Enfin, je voudrais mentionner que son travail nous invite à réfléchir à des enjeux politiques extrêmement pertinents pour les temps contemporains (des pandémies et de l'exacerbation des inégalités).

Quels sont les principaux défis du développement centré sur l'humain dans le monde d'aujourd'hui ?

Le monde est beaucoup plus inégal aujourd'hui qu'il ne l'était lorsque le premier HDR a été publié. Les sociétés riches et les personnes riches sont « hors de contrôle » : personne ne semble surveiller leurs revenus, et l'évasion fiscale ainsi que l'évasion fiscale ont affaibli le pouvoir des sociétés d'améliorer la qualité de vie de leurs citoyens. Autant le thème des inégalités est toujours présent dans les discussions sur le développement humain, autant la question du pouvoir liée aux inégalités n'a pas été pleinement abordée. Il est essentiel de parler de la façon dont les humains utilisent les ressources naturelles et de la façon dont la démocratie a été défiée par les régimes kleptocratiques et ploutocratiques.

Le fait est que le développement centré sur l'humain n'est pas assez centré sur l'humain. Si nous pouvions ouvrir la boîte de Pandore du pouvoir, de la démocratie et de la politique, nous serions capables de comprendre non seulement comment différentes sociétés pensent (ou non) au bien commun, mais comment elles affectent la façon dont l'humanité se rapporte à la nature et à ses multiples formes de vie. Nous ne pouvons pas sortir du cadre du développement centré sur l'humain sans d'abord explorer cela, car ce que les humains font aux écosystèmes n'est rien d'autre qu'une conséquence de ce qu'ils se font eux-mêmes. Le RDH 2007/08 sur le changement climatique a montré comment les impacts du changement climatique sur les pauvres sont beaucoup plus graves en raison de leur vulnérabilité et de leur manque de résilience. Ce manque de résilience provient du simple fait que les non-pauvres ne semblent pas se soucier beaucoup des pauvres.

Un autre défi majeur concerne la mise en œuvre. Les rapports sur le développement humain sont très normatifs. Lorsque je travaillais pour le PNUD Brésil, j'étais chargé de transmettre les mises à jour de l'indice de développement humain et les messages clés du RDH aux médias. Parfois, je me sentais comme si j'étais un prêtre apportant la bonne nouvelle du salut (ou mettant en garde contre le malheur). Mais, les problèmes difficiles, qui sont des problèmes de mise en œuvre, seraient souvent contournés. Je comprends que les RDH ne sont pas détaillés, mais en évitant les problèmes de mise en œuvre concrets, ils finissent par ignorer les dures réalités auxquelles il faut faire face. Peut-être y a-t-il quelque chose qui devrait être plus inquiétant dans mes propos. Il se pourrait bien que le développement humain parle en théorie de politiques participatives ascendantes, mais qu'en pratique il soit guidé par l'hypothèse (descendante) qu'une fois que les gouvernements nationaux sont convaincus par les principaux messages contenus dans ses rapports, tout le reste poursuivre. Dans ma propre pratique du développement, j'ai vu comment le PNUD concentre souvent son énergie à s'engager avec les gouvernements et les principales parties prenantes sur l'hypothèse que les gouvernements ont le pouvoir et les ressources pour mettre en œuvre efficacement les politiques recommandées. Néanmoins, ce point de vue ignore souvent le pouvoir des gens ordinaires de faire bouger les choses. Un modèle alternatif de mise en œuvre dans lequel les RDH s'adressent aux gens ordinaires et non aux gouvernements pourrait être beaucoup plus efficace.

L'impact de l'approche du développement humain a été limité et la croissance économique et la stabilité macroéconomique continuent de dominer la réflexion. Que peut-on faire pour mieux influencer les politiques et la prise de décision ?

Je voudrais répondre à cette question avec deux histoires courtes personnelles. Lorsque j'ai quitté mon emploi universitaire pour travailler comme économiste principal au Brésil, mon travail là-bas consistait à coordonner un rapport sur le développement humain. Je me souviens quand mon président de pays est venu dans mon bureau et m'a dit : « Veuillez préparer cinq thèmes pour la semaine prochaine que vous pensez être intéressants pour le rapport, puis nous pourrons en choisir un. J'ai eu la plus grosse crise de ma vie au cours de cette semaine parce que je pensais que ce n'était pas ce que j'étais censé faire là-bas. Les sujets d'un RDH national n'étaient pas censés venir d'un employé du PNUD mais de gens ordinaires. Après une lutte considérable et l'aide de mes collègues, nous avons réussi à organiser un réseau de consultations publiques nationales pour définir le thème du rapport, qui s'est avéré être un exercice participatif majeur appelé Brésil point par point. Nous avons entendu les voix de plus d'un demi-million de personnes. Cela nous a aidé à comprendre les problèmes qui préoccupaient les gens et a éclairé une perspective de développement humain plus mature qui a fini par avoir beaucoup d'adhésion et d'influence dans le pays dans les années qui ont suivi. En bref, je dirais que pour influencer davantage les politiques et la prise de décision, le développement humain devrait aborder la question de la participation beaucoup plus sérieusement qu'il ne le fait normalement.

Une deuxième expérience personnelle qui montre des moyens d'améliorer l'impact a émergé lorsque le Brésil préparait sa contribution aux objectifs de développement durable (ODD). Je ne travaillais plus pour le PNUD, mais d'anciens collègues m'ont demandé de parler aux responsables du PNUD chargés d'organiser une consultation nationale sur les ODD. Après avoir expliqué ce que nous avons fait pour le Brésil point par point initiative, j'ai entendu beaucoup d'appréciation, mais on m'a alors dit que la consultation prévue pour les ODD au Brésil ne disposait pas de suffisamment de temps et de ressources pour organiser une véritable consultation. Au lieu de cela, le responsable a déclaré qu'il allait organiser un bon petit-déjeuner pour les responsables gouvernementaux et les principales parties prenantes. Affaires comme d'habitude.

La distance entre ces deux approches différentes est énorme. Nous devons nous assurer que les sujets mis en avant sous la bannière du développement humain émergent des réalités des gens. Il est de la plus haute importance de représenter cette diversité et de générer des stratégies qui aident les gens à résoudre leurs problèmes. Si tout dépend des gouvernements nationaux, les gouvernements peuvent ne pas avoir les mêmes intérêts que les gens, ni les ressources et les moyens de faire certaines choses. Pour moi, la plus grande révolution dont nous avons besoin est de nous engager avec la société civile. Le développement humain, défendu par le PNUD, porte le drapeau de l'intégrité et de l'impartialité. En tant que tel, il est extrêmement bien placé pour promouvoir le dialogue, la coopération et une approche « plus vulgaire » de l'élaboration des politiques (comme Mahbuh ul Haq utiliserait ce terme).

La refonte des méthodes de mise en œuvre et des approches de communication contribuera grandement à rendre le développement humain plus influent et plus percutant. Il ne s'agit pas simplement de faire connaître son travail (comme c'est le cas des chansons brillantes sur les ODD). Une bonne communication ne consiste pas simplement à parler en des termes plus accessibles. Il s'agit d'écouter. Il y a encore beaucoup de progrès à faire pour réellement écouter et s'engager avec les gens ordinaires et les aider dans leurs luttes quotidiennes.

Quelle devrait être la définition du développement centré sur l'humain aujourd'hui ? Quel type de formulation proposeriez-vous pour saisir la nécessité d'un réel engagement avec les citoyens ?

L'histoire, non pas du développement humain, mais des paradigmes de développement dans leur ensemble, comme illustré par Gilbert Rist et tant d'autres, a été un catalogue d'échecs, en partie parce que les décideurs n'ont pas prêté suffisamment d'attention aux problèmes de mise en œuvre et aux psychologie morale et sentiments. Très souvent, les politiques de développement humain s'engagent d'abord avec les gouvernements et les principales parties prenantes, comme je l'ai déjà mentionné, sans tenir compte des contextes pratiques dans lesquels ces politiques devraient être appliquées. Par exemple, les RDH peuvent parler d'inégalité mais dans les sociétés très hiérarchisées où les gens luttent pour la reconnaissance (au sens de Honneth), il se pourrait bien que les élites se positionnent contre ces politiques car elles pourraient éliminer leur principale source de « distinction » (au sens de Bourdieu ).

Travailler pour les pauvres, c'est convaincre les non-pauvres de se soucier des pauvres. Mais ils ne le feront pas si le développement humain ne pense pas à la mise en œuvre et à la conception de mécanismes qui pourraient être propices aux changements souhaités.

Pour moi, une définition complète du développement humain doit prendre en compte les sentiments moraux des gens, et nous devons parler des types de sociétés qui encouragent les gens à s'aimer (pas de manière romantique) ou non. Le livre de Martha Nussbaum en 1990 La connaissance de l'amour et son livre plus récent de 2013, Émotions politiques : pourquoi l'amour compte pour la justice, soutient que l'amour est un pilier important pour les sociétés justes. Plus je réfléchis à sa proposition, plus je suis d'accord avec elle. Je pourrais même oser dire que le développement humain est une question d'amour. Si vous êtes une personne riche mais que vous n'aimez pas les pauvres, vous ne vous soucierez pas de la qualité des services publics et de la fourniture de biens publics qui sont principalement utilisés par les pauvres. Si vous êtes une personne blanche et que vous n'aimez pas les autres parce qu'ils sont noirs, vous ne vous soucierez pas que les gens soient traités injustement à cause de leur couleur de peau. Si vous êtes un homme et que vous n'aimez pas les êtres humains ici êtres humains parce qu'elles sont aussi des femmes, vous pourriez penser qu'il est naturel que les femmes ne reçoivent pas une rémunération équitable pour le même travail qu'elles font. Et ainsi de suite, pour de nombreux autres problèmes de développement. Il n'y a pas de développement humain sans amour.


Flavio Comim est professeur agrégé d'économie et d'éthique à l'IQS School of Management, Universitat Ramon Llull à Barcelone, Espagne et maître de conférences affilié en développement humain et écosystèmes à l'Université de Cambridge, Royaume-Uni. Il a coordonné deux RDH nationaux, pour le PNUD Brésil et le PNUD Panama et a travaillé comme consultant pour plusieurs agences des Nations Unies telles que l'UNESCO, le PNUE, l'OIT et la FAO.

Image de couverture : par Dan Gordon on flickr

Passer au contenu