Inscription

La Conférence des Nations Unies sur l'eau 2023 porte de nouveaux engagements vers la réalisation de l'ODD 6 et des pistes futures pour une décennie d'action

Alors que la conférence des Nations Unies sur l'eau crée des dialogues pour cette décennie critique d'action pour le développement durable, l'ISC s'entretient avec deux membres du groupe d'experts - Shreya Chakraborty et Christophe Cudennec - qui ont rédigé la note d'orientation de l'ISC pour la conférence.

Ce blog fait partie de l'ISC Série de blogs de la Conférence sur l'eau 2023 des Nations Unies.

Le monde n'est actuellement pas sur la bonne voie pour réaliser les ambitions de l'ODD 6 qui vise à permettre l'accès à l'eau potable et à l'assainissement pour tous. En 2020, environ 1 personne sur 4 n'avait pas accès à l'eau potable à domicile et près de la moitié de la population mondiale n'avait pas accès à l'assainissement (QUI). A mi-chemin de la Décennie d'action pour l'eau, avec de multiples crises émergentes, que pouvons-nous attendre de cet objectif dans le cadre de l'Agenda 2030 ? Shreya Chakraborty, chercheuse sur la politique et l'adaptation au changement climatique à l'Institut international de gestion de l'eau, New Delhi et Christophe Cudennec, secrétaire général de l'International Association des sciences hydrologiques partagent leurs points de vue sur cette question cruciale.  

L'ODD 6 est loin d'être atteint. Sur quels leviers devons-nous agir pour accélérer les progrès ? Que pourraient débloquer les futures discussions, lors de la Conférence des Nations Unies sur l'eau et au-delà ?  

Comme le dernier La note d'orientation de l'ISC montre, l'eau est un enjeu naturel autant que politique, économique et social. Cela peut être une bénédiction et une terrible contrainte. La science est indispensable pour générer des connaissances permettant d'aborder l'interaction complexe des facteurs naturels et humains qui entravent encore les progrès dans la résolution des problèmes actuels liés à l'eau. Cela nécessite un dialogue plus systématique entre les décideurs politiques et les scientifiques sur les options politiques fondées sur des preuves pour soutenir une action tangible et anticiper les futurs risques liés à l'eau. Shreya Chakraborty suggère de réduire notre champ d'action et d'adapter les solutions globales aux problèmes locaux.  

« Après toutes les discussions autour de l'eau qui ont émergé dans les COP et autres conférences, j'ai l'impression que nous tournons en rond. Nous sommes toujours à la recherche de ces solutions globales à des problèmes essentiellement très locaux. Nous devrions en fait commencer à nous concentrer sur l'échelle locale et contextualiser certains des problèmes, envisager quelque chose de plus centré sur les personnes, où la science est faite dans un but au-delà de sa valeur de publication. 

Shreya Chakraborty

Des approches plus intégrées de la gestion des ressources en eau figurent parmi les recommandations faites pour la Décennie d'action pour l'eau. Le conseil de Shreya Chakraborty est de « décoloniser notre science » et de considérer les questions et la gestion de l'eau comme une question transsectorielle qui doit inclure toutes les parties prenantes. 

« Il y a encore beaucoup d'arrogance disciplinaire qui peut s'emparer des sciences. Nous devrions briser ces frontières de la conversation à l'intérieur et au-delà des sciences. Nous devons élever les agriculteurs, leur donner une voix et essayer de comprendre des gens comment ils envisagent les scénarios futurs. En ce qui concerne la santé et la migration, nous devrions essayer d'aborder le problème de manière plus complexe plutôt qu'à l'intérieur d'une causalité unique. Par exemple, les immigrants ne vous diront jamais "j'ai émigré à cause du changement climatique", toute la gamme de l'identité, des obstacles, des opportunités et de l'histoire influencent leurs choix. La science semble pousser à des solutions très définitives et globales aux problèmes. C'est une tendance que nous pouvons surmonter en faisant de la bonne science.  

Shreya Chakraborty

Lire la note d'orientation

Conférence sur l'eau 2023 des Nations Unies : note d'orientation de l'ISC

Cette note d'orientation du Conseil international des sciences (ISC) pour la Conférence sur l'eau 2023 des Nations Unies souligne l'importance de la science et l'importance des connaissances exploitables pour répondre aux crises mondiales actuelles de l'eau ainsi qu'aux défis émergents et futurs.

A mi-parcours de la Décennie d'action pour l'eau, il faut soutenir des actions concrètes et anticiper les futurs risques liés à l'eau 

La note d'orientation de l'ISC constate que certains problèmes d'eau persistants ont des solutions connues. Prenant l'exemple des eaux usées et des maladies transmises par l'eau, la science comprend quel polluant des sols il contient et comment le filtrer correctement. Des technologies sûres et simples existent pour assurer un approvisionnement en eau et un assainissement adéquats, mais leur mise en œuvre dans de nombreuses régions du monde fait encore défaut. Bien que la plupart des problèmes actuels liés à l'eau puissent être résolus en appliquant les connaissances existantes, des recherches supplémentaires sont également nécessaires pour combler les lacunes dans les connaissances et anticiper les futurs risques liés à l'eau. Christophe Cudennec pense que l'ODD 6 et ses indicateurs doivent être suivis et adaptés localement.  

« Il est difficile pour chaque pays de comprendre la définition des objectifs et de trouver les ressources pour renseigner les indicateurs et rendre compte à l'ensemble du dispositif, ce qui fait reculer tous les décideurs lorsqu'il s'agit de prioriser des actions concrètes. Cette hétérogénéité fait partie du problème. Il a été difficile de réduire l'agenda à différents pays et de fournir des ressources aux priorités locales. Le cadre d'accélération travaille là-dessus et est partiellement efficace. 

Christophe Cudennec

Il y a un certain nombre de changements rapides qui émergent pour les futurs scénarios de l'eau. Selon la note d'orientation de l'ISC, murbanisation passive est l'un d'entre eux, accroissant la vulnérabilité aux inondations dans les zones urbaines. Alors que plus de la moitié de l'humanité vit dans les villes et que l'urbanisation se poursuit à un rythme sans précédent, il faut trouver de nouvelles façons de faire face aux défis liés à l'eau qui affectent de plus en plus les zones urbaines du monde entier et à tous les niveaux de revenu. Nouveaux concepts et innovations comme le "ville spongieuse" pour absorber l'excès d'eau avec de la végétation et de nouvelles technologies doivent être rationalisées. Problèmes de les migrations dues à la sécheresse ou aux inondations augmentent de manière intensive et ont besoin d'une réponse, en investissant dans les territoires vulnérables et en construisant des infrastructures adaptées.  

Selon les auteurs de la note d'orientation de l'ISC, l'environnement a une grande capacité de récupération, mais compter uniquement sur sa résilience conduira inévitablement à des dommages irréversibles. La pollution doit être traitée à plus grande échelle et l'économie mondiale doit accélérer sa décarbonation. La quantification des implications pour l'eau d'un lien changeant entre l'eau, l'énergie et l'alimentation n'est qu'une question qui nécessite une recherche anticipative pour évaluer et prévenir les futurs risques liés à l'eau. Des solutions peu coûteuses et peu technologiques pour récolter le brouillard et l'eau de pluie, y compris en s'appuyant sur des connaissances autochtones et traditionnelles éprouvées, sont essentielles. L'application des principes d'économie circulaire à l'eau est également cruciale, y compris la réutilisation des eaux usées, le recyclage de l'eau, les concepts de rejet zéro, pour n'en nommer que quelques-uns.

"Les scientifiques devraient être plus proactifs lorsqu'il s'agit de traduire les connaissances en solutions exploitables par les utilisateurs finaux et les décideurs finaux. Mais ces derniers doivent être ouverts à les recevoir, et être disponibles pour les co-concevoir afin d'assurer leur efficacité. C'est vraiment une question de dialogue systématique entre scientifiques engagés et décideurs.  

Christophe Cudennec

En savoir plus

S'appuyant sur sa large base de membres mondiaux, l'ISC est prêt à fournir aux décideurs politiques aux niveaux mondial et national les orientations indépendantes et fondées sur des preuves requises, y compris la recherche anticipative sur les risques futurs liés à l'eau. 

Découvrez comment l'ISC s'implique dans la Conférence des Nations Unies sur l'eau, une conférence internationale favorisant et entretenant un dialogue pour unir le monde pour l'eau, menant à l'adoption de l'Agenda d'action pour l'eau.

La Conférence aura lieu du 22 au 24 mars au siège des Nations Unies à New York.

Image : Anton Ivanchenko – Unsplash

Passer au contenu