Inscription

Bien-être versus PIB : le défi et l'opportunité du développement humain au 21e siècle

David C. Korten de la Stanford Business School, dans son essai dans le cadre du projet Rearticulation of Human Development, pose la question suivante : l'objectif économique déterminant de l'humanité est-il d'augmenter le PIB ou d'assurer le bien-être des personnes et de la Terre vivante ? Lecture longue

En mai, l'ISC présentera des essais écrits par des experts sur la réarticulation du développement humain. Il s'agit d'un projet conjoint avec le PNUD. Les membres de l'ISC et vos réseaux sont encouragés à participer. Visitez la page d'accueil du projet ici.

Une réarticulation du développement humain pour le 21e siècle est indispensable. Je suis honoré de l'invitation du Conseil international des sciences et du Programme des Nations Unies pour le développement à contribuer à la discussion. Je suggère que la discussion se concentre sur une question que l'ONU a longtemps éludée : l'objectif économique déterminant de l'humanité est-il de faire croître le PIB ou d'assurer le bien-être des personnes et de la Terre vivante ?

Un engagement mondial en faveur du développement économique des pays à faible revenu a commencé à gagner du terrain au niveau international peu avant la fin de la Seconde Guerre mondiale. Au milieu des années 1980, beaucoup d'entre nous qui avaient consacré leur vie à cette cause ont conclu que quelque chose n'allait pas du tout.

Des progrès importants ont été accomplis pour prolonger la vie des gens grâce à la vaccination et à d'autres mesures de santé publique. Cependant, l'accent mis sur la croissance de la production et de la consommation du secteur formel, mesurée par le PIB, a ignoré les besoins essentiels de la plupart des gens et complètement ignoré les exigences des systèmes naturels de la Terre. Les gens étaient privés du contrôle de leurs moyens de vivre et la Terre était privée de sa capacité à maintenir la vie. Ces résultats alarmants ont continué de s'aggraver. Lire la suite.


Image Quinn Dombrowski on flickr.

Passer au contenu