Inscription

Pourquoi le prochain rapport 1.5°C du GIEC offre une lueur d'espoir inattendue

Nous avons parlé à Heleen de Coninck, auteur principal coordinateur du chapitre 4 du rapport spécial 1.5°C, sur les technologies d'élimination du dioxyde de carbone et d'émissions négatives et sur les raisons pour lesquelles il y a encore de l'espoir d'atténuer le changement climatique.

Il s'agit du troisième et dernier volet de notre série marquant le 30e anniversaire du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC).

Heleen de Coninck est l'auteur principal coordinateur (CLA) du chapitre sur le renforcement et la mise en œuvre de la réponse mondiale à la menace du changement climatique dans le rapport spécial 1.5°C. Auparavant, elle était l'auteur principal du cinquième rapport d'évaluation du GIEC (AR5), groupe de travail 3 (WG3). Son expertise est l'atténuation du changement climatique et l'analyse des politiques.

Au cours d'une large discussion, elle a souligné les nouveautés et les différences dans ce rapport, les défis associés à l'augmentation exponentielle de la littérature à chaque cycle du GIEC, et clarifie une partie de la confusion qui règne autour des différentes technologies d'élimination du dioxyde de carbone et d'émissions négatives.

En quoi ce rapport spécial sur le 1.5 C est-il différent du cinquième bilan (AR5) ?

De Coninck : De mon point de vue d'auteur, ce qui a vraiment changé, c'est la multidisciplinarité de l'ensemble de l'effort dans le rapport 1.5°C. Auparavant, je n'étais impliqué que dans le rapport du groupe de travail 3 (WG3) pour AR5, qui était principalement peuplé d'ingénieurs et d'économistes. Et c'est en quelque sorte l'histoire du WG3. Ce rapport est dirigé par 3 groupes de travail et 6 coprésidents, et tous sont impliqués, ce qui lui donne une grande ampleur. Personnellement, je pense que c'est la première tentative sérieuse du GIEC de prendre en compte les sciences sociales.

En tant que spécialiste des sciences naturelles de formation, mais avec un doctorat qui est probablement le plus proche des sciences politiques, je suis un peu un mélange donc j'aime beaucoup la direction que prend le GIEC. J'étais chimiste atmosphérique. Ma recherche aujourd'hui est en sciences sociales, mais je m'identifie toujours aux sciences naturelles.

Lorsque nous évaluons la littérature, en particulier la littérature en sciences sociales, nous constatons qu'elle est si vaste qu'il est vraiment difficile de déterminer ce que nous devrions inclure dans le rapport. Si quelque chose se retrouve dans le Résumé pour les décideurs, il doit être actionnable, mais il ne peut pas être normatif. Cela doit être pertinent pour les politiques et rendre cette traduction très difficile, plus à partir d'une grande partie de la littérature en sciences sociales que de la littérature en sciences naturelles, je trouve.

Qu'est-ce que le GIEC a fait différemment cette fois-ci sur l'inclusion des sciences sociales ? Comment ça marche ?

De Coninck : Ce qu'il a fait cette fois, c'est d'intégrer un plus large éventail de spécialistes des sciences sociales, pas seulement des économistes, dans le rapport 1.5°C. L'AR5 WG3 s'est également beaucoup concentré sur les voies d'émission qui représentent une vision très technico-économique du monde basée sur l'hypothèse que l'économie optimise les coûts de dépollution (ou de réduction des GES). Ce que nous essayons de changer un peu dans ce rapport, c'est de supposer que les décideurs ne prennent pas seulement des décisions basées sur les coûts, que le monde réel n'optimise pas de cette façon. Le calendrier du rapport spécial 1.5°C est trop serré pour en tenir compte dans les voies d'émission elles-mêmes, car si vous voulez quantifier cela, c'est vraiment difficile. Les modèles doivent être fortement modifiés pour cela. Mais nous essayons, par exemple, de considérer le secteur financier comme un acteur important – ce qui n'est pas dans les modèles – et de donner une évaluation qui s'ajoute à ce que les modèles disent sur les coûts d'investissement.

Le chemin le plus Modèles d'évaluation intégrée (IAM) est d'optimiser les coûts. Ils ont donc essentiellement un coût de réduction, un coût d'atténuation que le modèle essaie de minimiser au fil du temps pour atteindre un certain objectif d'émissions. Ce qui signifie que vous vous retrouvez essentiellement avec le prix du carbone comme principal déterminant des coûts. Ces modèles sont très riches en détails technologiques, mais ils ont des limites : ils n'incluent pas le secteur financier. Ils permettent rarement aux acteurs d'afficher des comportements autres qu'économiquement rationnels et l'innovation n'est pas représentée de manière très réaliste. Par exemple, ils n'avaient pas prédit la baisse des coûts de l'énergie solaire ou éolienne que nous observons actuellement. Ils ont des limitations sur certains éléments du monde réel. Et il existe des modèles élaborés, vous ne pouvez donc pas les modifier du jour au lendemain, ou même au cours d'un rapport spécial. Je pense que nous verrons plus de progrès à ce sujet dans AR6.

Ce qui est également nouveau dans le rapport spécial, c'est que nous avons un chapitre qui examine les réponses mondiales, le chapitre 4. Dans la version approuvée contour, il comporte deux éléments clés : une évaluation de la faisabilité de nuancer certaines des technologies privilégiées par les modèles et une discussion sur les événements systémiques habilitants, tels que la gouvernance, la finance et le comportement. Nous nuançons les résultats de la modélisation de deux manières : l'une étant plus optimiste - que vous pouvez faire beaucoup plus avec l'innovation et le changement de mode de vie que ne le suggèrent les modèles - et l'autre plus pessimiste - que la faisabilité des technologies à émissions la modélisation de 1.5°C, du point de vue des sciences sociales, pourrait ne pas être aussi viable que les modèles le supposent.

Lorsque les gouvernements du monde ont demandé un rapport à 1.5°C à la COP21, très peu de scénarios à 1.5°C avaient été évalués. Pourriez-vous nous parler un peu de la manière dont le rapport spécial contribue à concrétiser l'ambition de l'Accord de Paris ?

De Coninck : Ce que je trouve vraiment intéressant à ce sujet, et cela va me faire passer pour un spécialiste des sciences sociales, c'est ce qui se passe à l'interface science-politique. Parce qu'après AR5 tous les modélisateurs ont dit que 2°C est encore faisable ou possible ? Pas si sûr. Certains disaient oui, nous pouvons, d'autres disaient que c'était hors de portée, car c'est ce que nous disaient les mannequins. Puis la COP21 est arrivée, et le monde a sorti un rapport à 1.5°C ! Et soudain, tout le monde a commencé à modéliser une limite de 1.5°C alors qu'auparavant, de nombreux chercheurs pensaient que 2°C était déjà une cause perdue. Ce ne sont donc pas toujours les chercheurs qui disent la vérité au pouvoir, c'est en fait un décideur qui détermine le programme de recherche.

De toute évidence, la demande de ce rapport a mis les chercheurs au défi de penser de différentes manières. Cela montre que l'interface science-politique est loin d'être un processus linéaire de chercheurs fournissant des informations aux décideurs politiques. Nous voyons que les décideurs posent des questions aux chercheurs auxquelles ils ne pensaient pas pouvoir répondre. Il est agréable de voir que les Parties à l'Accord de Paris mettent les chercheurs au défi de trouver des solutions.

Le rapport spécial 1.5°C est-il vraiment la meilleure utilisation du temps des scientifiques pour nous amener là où nous devons être d'ici le milieu du siècle, et 2100 ?

De Coninck : Mon point de vue personnel est que vous pourriez dire que viser 1.5°C augmente vos chances que l'augmentation de la température moyenne mondiale soit limitée à 2°C. Et c'est aussi une réalité politique. Ce n'est pas comme si les scientifiques allaient donner toutes les réponses en termes de « c'est ce qu'il faut faire pour rester en dessous de 2°C, ou bien en dessous de 2°C ou en dessous de 1.5°C ». Ce n'est pas la tâche ou le mandat du GIEC de fournir aux décideurs un menu d'options ou une recette. Nous sommes censés décrire quelles sont les conséquences de la limitation de la hausse des températures à 1.5°C, quelles sont les contraintes de faisabilité auxquelles le monde est confronté. Quels sont les avantages secondaires et les compromis? Dans quel monde vous retrouvez-vous, dans un monde à 1.5°C contre 2°C ? Tant du côté des impacts que du côté de l'atténuation. Personnellement, je pense que c'est un effort utile.

Le rapport spécial 1.5°C est également un signal pour la communauté des sciences sociales d'aller au-delà des observations, au-delà d'être un observateur neutre, pour dire : « c'est ce que toutes ces études de cas nous disent sur ce que les décideurs pourraient faire. Mon point de vue personnel est que dans les rapports du GIEC, le changement de comportement n'a jamais fait l'objet d'une discussion sérieuse. La politique d'innovation n'a jamais obtenu l'évaluation dont elle avait besoin pour opérer un changement, et sur le plan économique, les pays en développement n'ont pas eu d'option qui soit une alternative viable à une transition vers une société à haute teneur en carbone.

Il y a beaucoup de confusion sur la différence entre CCS, BECCS et CDR et la géo-ingénierie. En fait, le climatologue Kevin Anderson a récemment décrit ce menu d'acronymes comme une « soupe à l'alphabet de la procrastination ». Pourriez-vous expliquer brièvement la différence entre ces choses?

De Coninck : C'est déroutant car il a évolué au fil du temps. Ce qui est intéressant, c'est que dans AR3, la définition de géo-ingénierie inclus la capture et le stockage du carbone (CSC) ainsi que des options de gestion du rayonnement solaire très exotiques. Ensuite, pendant le développement d'AR4, il y a eu un rapport spécial sur le CSC. Après cela, le CSC a été exclu du groupe d'options de géo-ingénierie et a été normalisé en options d'atténuation, et discuté en tant que tel dans le RE4 et le RE5.

Ah, donc tu dis que dans AR3, CCS était encore bizarre ?

De Coninck : Personne ne voulait en parler à l'époque, car l'espoir était que l'efficacité énergétique et les énergies renouvelables pourraient à elles seules empêcher un changement climatique dangereux. Maintenant, c'est presque complètement normalisé et légitimé. Avec AR4, le CSC faisait partie des options d'atténuation. Et puis AR5 est arrivé et pour permettre aux modèles de limiter la montée en température en dessous de 2°C, il nous fallait émissions négatives vers la fin du siècle, une catégorie d'options qualifiées d'« élimination du dioxyde de carbone » dans le RE5. Bioénergie avec captage et stockage du carbone (BECCS) est l'une de ces options, et était désormais inclus dans la catégorie de l'atténuation, et non plus dans la catégorie de la géo-ingénierie.

Je trouve que « géo-ingénierie » est un terme très déroutant. À mesure que nous nous rapprochons des limites climatiques, de moins en moins de choses sont classées comme géo-ingénierie et sont plutôt classées comme «normales» dans l'espace d'atténuation ou dans une catégorie distincte dans le cas de la gestion du rayonnement solaire, qui n'est ni atténuation ni adaptation. C'est maintenant la seule mesure qui reste en géo-ingénierie.

Le CSC fait maintenant partie des différents scénarios, même la plupart des ONG l'acceptent maintenant comme faisant partie du mélange. Dans mon pays, le gouvernement néerlandais a provisoirement proposé que le CSC représente 40 % de l'effort d'atténuation supplémentaire. Ce n'est plus une option mineure.

En ce qui concerne les définitions, le CSC est le captage et le stockage géologique du carbone à partir de sources fixes de CO2. Il peut s'agir par exemple de centrales électriques au charbon, mais aussi d'usines de production d'acier, d'usines de traitement de gaz ou d'usines de bioéthanol.

La bioénergie et le CSC sont une technologie dite d'émissions négatives - l'élimination du dioxyde de carbone - parce que la biomasse est censée avoir récemment éliminé le CO2 de l'atmosphère. (Ceci est d'ailleurs débattu en raison de l'utilisation indirecte des terres associée à la biomasse et d'autres problèmes de durabilité). Si vous brûlez cette biomasse, retirez le CO2 qui en résulte et le placez dans le sous-sol profond, alors vous avez une élimination nette de CO2 de l'atmosphère. Cela en fait une option d'émission négative ou d'élimination du dioxyde de carbone.

CDR est l'élimination du dioxyde de carbone. BECCS est l'une des options CDR. Mais il y en a d'autres, par exemple le boisement et le reboisement à grande échelle sont également considérés comme des options CDR parce qu'ils seraient également une suppression nette. CCS ou Carbon Capture and Utilization n'est généralement pas une option CDR.

Parlons de l'échelle et de la faisabilité de toutes ces options d'atténuation.

De Coninck : Le CSC est actuellement déployé à un rythme d'environ 40 mégatonnes de CO2 par an, selon le Global CCS Institute. Globalement. Il y a 15 projets et ils sont d'assez grande envergure. C'est sûr que CCS va au-delà de la phase de démonstration. Le problème est que c'est plus cher que de ne pas faire de CSC. Dans de nombreux domaines, les cadres juridiques font défaut et la résistance du public est un problème. Il y a donc beaucoup d'obstacles, beaucoup de problèmes. Mais techniquement, cela semble assez faisable.

La bioénergie et le CSC sont moins matures. Bien sûr, la partie stockage du CO2 est en quelque sorte la même que la partie CCS. Mais les centrales bioénergétiques actuelles sont à plus petite échelle. Vous avez besoin d'un type de processus de capture différent, et jusqu'à présent, il n'y a pas eu de démonstration à grande échelle de cela. Cependant, il n'y a aucune raison de croire que cela ne fonctionnerait pas techniquement ; les défis incluent la perception du public et la chaîne d'approvisionnement de la biomasse durable.

En termes de maturité, le CSC dépasse la phase de démonstration, mais n'est pas à l'échelle où il devrait être pour atteindre les objectifs de température. Et ça ne va pas assez vite. Et BECCS est à un stade encore plus précoce, et a potentiellement de plus grands défis en termes de perception du public. Le message d'espoir est que les options d'énergie renouvelable évoluent plus rapidement.

Des conseils aux gouvernements qui seront invités à augmenter leurs engagements ?

De Coninck : Les auteurs du GIEC ne sont pas censés donner de conseils. La littérature est claire et le rapport 1.5°C ne sera pas différent — nous dirons que le NDC ne sont pas suffisants. Ce n'est absolument pas controversé, même les partis de la CCNUCC le reconnaissent. Cela implique donc qu'il faudra augmenter les niveaux d'ambition dans le Talanoa Dialogue et dans l'inventaire mondial. C'est très clair.

Ce que nous faisons au chapitre 4, c'est discuter des réponses dans un certain nombre de catégories : innovation et transfert de technologie, comportement, gouvernance, politique, capacité institutionnelle (ce qui est très important dans les pays en développement) et finance. Ce sont des catégories dans lesquelles nous discutons de la littérature et regardons ce qui a fonctionné et ce qui n'a pas fonctionné. Je ne peux pas encore vraiment parler du contenu, car le rapport est toujours en cours d'examen et de révision.

Quel est l'avenir du GIEC ? Avez-vous des idées sur AR7?

De Coninck : AR7 ? On ne pense qu'à AR6 ! Dans le seul chapitre 4, dans le rapport 1.5°C, nous citons 1,700 articles. Et nous nous sentons déjà très sélectifs. Il y a tellement de publications qu'il devient mission impossible de faire un bilan complet.

Alors je serais tenté de dire : Publiez moins s'il vous plaît ! Publiez plutôt un bon article que trois articles qui sont également publiables, peut-être dans une meilleure revue. Mon point de vue personnel est que la volonté de publier ou de périr, la quantité plutôt que la qualité, devient incontrôlable. Je ne dis pas que les évaluations du GIEC sont évidemment le seul objectif de ces documents. Mais cela devient lentement une tâche impossible de faire une évaluation par un petit groupe d'auteurs travaillant sur ce rapport sur une base temporaire.

Nous n'avons que 17 auteurs dans notre chapitre 4, qui ont tous un travail à faire également. Nous devons couvrir une telle étendue de la littérature et elle devient de plus en plus étendue à chaque évaluation.

Pouvez-vous parler des effets de cette augmentation du volume de littérature que vous devez évaluer ?

De Coninck : Vraisemblablement, vous gagnez en largeur. C'est bien qu'on tienne vraiment compte des sciences sociales maintenant. C'est un énorme avantage. Mais le coût est que c'est un seul auteur qui écrit la section sur le changement de comportement, qui doit évaluer un millier d'articles. Et c'est un travail bénévole.

Je ne dis pas que les auteurs du GIEC devraient être payés, mais les gouvernements du monde ont demandé ce rapport. Je ne pense pas que nous leur ayons demandé en retour comment la communauté scientifique est censée répondre à cette charge de travail sans cesse croissante pour les scientifiques qui veulent être pertinents pour les politiques.

Nous avons presque moins de temps pour écrire les chapitres que les relecteurs n'en ont pour les réviser. Entre la réunion de l'auteur principal et le moment où tous les auteurs se réunissent et la date limite de rédaction du chapitre, il ne s'écoule que sept semaines. Les auteurs principaux coordonnateurs doivent également collaborer pour travailler sur le résumé à l'intention des décideurs en parallèle. C'est vraiment beaucoup de travail.

Mais c'est un rapport exceptionnellement rapide. D'autres rapports spéciaux s'accordent plus de temps. Le rapport sur les terres est également en cours de rédaction, il a commencé au début de l'automne et il a un ensemble différent d'auteurs.

Tous ces rapports imposent une lourde charge de travail aux coprésidents des groupes de travail. Pour les coprésidents, c'est devenu un travail beaucoup plus difficile que lors des évaluations précédentes.

[ID d'éléments liés = ”5384,5088,4678,4734″]

Passer au contenu