Inscription

Podcast scientifique en activité : Combattre le racisme dans les systèmes scientifiques

Au cours de l'année écoulée, la question du racisme systémique a été mise au premier plan dans les sociétés du monde entier. Les institutions et les pratiques de la communauté scientifique ne sont pas à l'abri de ce type de discrimination. Dans ce dernier épisode de la série de podcasts, nous explorons ce qui peut être fait pour lutter contre le racisme dans la science.

Le dernier épisode du podcast ISC-Nature « working scientist » examine la lutte contre le racisme systémique dans la science et les systèmes scientifiques. Shirley Malcom et Adam Habib réfléchissent à leur longue expérience de lutte contre le racisme dans l'enseignement supérieur, explorant ce qui fonctionne et ce qui doit encore changer, et Brittany Kamai partage son point de vue sur ce que nous pouvons tous faire pour contribuer au changement systémique. Enfin, la présidente de l'ISC, Daya Reddy, partage des informations sur les travaux en cours de l'ISC sur lutter contre le racisme systémique et d'autres formes de discrimination.

Écoutez le podcast et retrouvez la transcription complète ci-dessous, ainsi qu'une déclaration sur la publication de cet épisode.

Voir la vidéo

Transcription

Shirley Malcom : Je pense que tout le calcul de la course a réveillé beaucoup de monde. Et cela a aidé les gens à comprendre : il y a des règles différentes pour différentes personnes. C'est probablement le cas en science, pas seulement dans la société en général.

Daya : Cette série de podcasts a été un début important d'une conversation bien nécessaire pour le Conseil international des sciences, une conversation qui nous conduira à agir pour résoudre les problèmes systémiques persistants du racisme et du manque de diversité dans la science. Au début de cette série, nous avons dit qu'il était temps de s'attaquer à ces problèmes systémiques. Nous avons dit que la transformation exige une ouverture à avoir des conversations difficiles et un degré sain d'autoréflexion critique de la part d'organisations internationales comme la nôtre. Au cours de cette série, nous avons dû mettre cela en pratique, car nous avons abordé certaines questions critiques soulevées par des étudiants, par des scientifiques en début de carrière, ainsi que par des représentants des propres comités de l'ISC, tels que notre Comité pour la liberté et la responsabilité en La science. La lutte contre le racisme systémique dans la science est un processus qui nécessite un réexamen continu de ce que signifie être antiraciste, non seulement en tant qu'individu, mais ce que signifie adopter une position antiraciste, pour les individus et aussi pour les organisations scientifiques qui s'efforcent de défendre le droit de chacun de participer librement et de bénéficier de la science. En diffusant cette série, l'ISC veut honorer ce réexamen continuel, et honorer également les voix, et la science, des personnes interrogées qui ont participé. 

Marnie : Bienvenue dans cette série de podcasts du Conseil international des sciences. C'était Daya Reddy, présidente de l'ISC et présidente du comité du Conseil pour la liberté et la responsabilité dans le domaine scientifique.

Marnie : Je suis Marnie Chesterton et dans ce dernier épisode, nous nous concentrons sur la lutte contre le racisme systémique dans la science et les systèmes scientifiques. Nous entendrons des personnes qui ont passé leur carrière à travailler pour transformer des institutions de recherche, et une scientifique en début de carrière, parler de sa science et de son appel à l'action.

Adam : Le projet d'inclusion doit être réinventé. Et je pense que nous sommes dans un moment historique où la science, la collaboration scientifique et l'enseignement supérieur doivent être complètement réinventés.

Brittany : Le changement systémique se produit avec chacun de nous en tant qu'individus, dans la façon dont nous interagissons, communiquons, pensons, la façon dont nous invitons les gens, les pièces dans lesquelles nous nous présentons.

Shirley : il ne s'agit pas simplement de faire la bonne chose, même s'il s'agit de faire la bonne chose. Il s'agit également de bien faire les choses, de faire de la science d'une manière ouverte et sensible à de nombreuses voix et à de nombreuses visions.

Marnie : Voici Shirley Malcom, directrice de Sea Change à l'American Association for the Advancement of Science, ou AAAS, qui est l'un des partenaires de l'ISC, travaillant sur la lutte contre la discrimination systémique dans le domaine scientifique.

Shirley : Je suis née et j'ai grandi à Birmingham, en Alabama. Et si je suis à l'AAAS depuis 40 ans, vous savez que je suis vieux. Et donc pour une femme noire de se lancer dans la science dans les années 60 et 70, c'était très inhabituel. Je n'ai pas vu d'autres hommes ou femmes noirs dans mes cours, ou dans mes séminaires ou lors de réunions professionnelles. Nous avons essayé d'entreprendre de nombreux programmes d'intervention différents. Mais ce n'était pas le genre d'impact qui était nécessaire pour vraiment rendre la communauté scientifique et technique vraiment représentative de la société dans son ensemble. Le problème n'allait pas être résolu en essayant de réparer les individus qui se dirigeaient vers la science ou que nous essayions d'attirer dans la science, parce qu'il n'y avait rien de vraiment mal avec les individus, il y avait des choses qui n'allaient pas avec les systèmes que nous leur a demandé d'entrer.

Marnie : C'est ainsi qu'est née Sea Change, l'initiative AAAS dirigée par Shirley.

Shirley : Nous devions faire d'énormes ajustements, d'énormes changements, d'énormes transformations au sein des collèges et des universités, afin qu'ils accueillent des populations diverses, au lieu d'ériger des barrières.

Shirley : Je pense que l'une des choses que je trouve vraiment décevantes, c'est que bon nombre des obstacles auxquels j'ai été confronté lorsque j'ai commencé mes études dans le domaine des sciences sont toujours là. Et j'entends cela de beaucoup de jeunes. Elles peuvent être les seules, ou l'une des rares personnes de couleur ou femmes au sein de leur classe. Ils disent qu'ils sont découragés ou peut-être que les gens disent activement s'ils sont ou non au bon endroit. Le fait qu'ils puissent être confrontés à la police du campus qui se demande pourquoi ils sont dans le bâtiment la nuit alors qu'ils y sont manifestement entrés avec la clé qu'ils ont. À certains endroits dans certaines institutions, c'est mieux, mais dans d'autres cas, ils sont confrontés aux mêmes types de problèmes qui existent depuis des décennies.

Ici, aux États-Unis, par exemple, les femmes représentent 57 % des participants à l'enseignement supérieur. Et si vous ajoutez toutes les femmes, y compris les femmes de couleur, et les hommes de couleur à cela, vous vous retrouvez avec environ les deux tiers de ceux qui sont dans l'enseignement supérieur. Qu'est-ce que cela veut dire, avoir des programmes d'intervention pour la majorité? Qu'est-ce que cela signifie, si la plupart des étudiants ne sont pas servis par les structures existantes ? Pour moi, cela signifie que nous devons réimaginer ce que seront ces structures.

Marnie : Ce genre de réimagination appelle un changement systémique. Pour en savoir plus sur le type d'action qui peut être efficace, il est utile d'examiner de près certains des systèmes de recherche – et des sociétés – qui ont connu de profonds changements au cours des trois dernières décennies.

Adam : Si vous regardez dans le cycle entre 1990 et 2020, je pense qu'il n'y a pas de système d'enseignement supérieur qui a subi une transformation plus spectaculaire que celui de l'Afrique du Sud. J'ai vécu la transformation de ces institutions, sous diverses formes, en tant qu'étudiant, en tant qu'universitaire, en tant qu'administrateur, puis en tant que vice-chancelier.

Marnie : C'est Adam Habib, directeur de la School of Oriental and African Studies, ou SOAS, à l'Université de Londres. Dans cette interview, Adam partage son expérience à l'Université du Kwa-Zulu Natal et en tant que vice-chancelier de l'Université de Witwatersrand à Johannesburg.

Adam : Quand je suis entré à l'Université du Kwa-Zulu, du Natal, à Pietermaritzburg, en 1985. Et puis l'Université de Wits, en 1987/88, vous aviez en fait une institution qui comptait environ 20 %, 25 % d'étudiants noirs. En 2020, l'université de Wits comptait environ 80% d'étudiants noirs. Il y a eu un changement fondamental dans le système universitaire, et c'est le cas de la plupart des universités du pays. Et alors que nous réfléchissons à la diversification de la communauté scientifique, à la non-racisation de la communauté scientifique, je pense que tirer les leçons de l'Afrique du Sud pourrait être – il y a des leçons positives, mais aussi des leçons négatives. Ce n'est pas le résultat de vice-chanceliers intelligents ou de cadres de l'enseignement supérieur. C'est le résultat de pressions, à la fois sociétales et institutionnelles. Rappelons que nos transformations institutionnelles se sont produites dans un contexte de transformation sociétale, de fin de l'apartheid, d'émergence d'une Afrique du Sud démocratique.

Marnie : Alors qu'Adam dit que ces premières tentatives ont été couronnées de succès en termes de transformation de la communauté étudiante, la chaire, par exemple, est restée en grande partie blanche et masculine. Ainsi, une deuxième génération de réformes a été déployée.

Adam Habib : Ce que nous avons fait cette fois, c'est que nous avons découvert que les personnes suivantes devaient prendre leur retraite dans les deux ou trois prochaines années. Et puis ce que nous avons fait, c'est que nous avons pris rendez-vous contre cette retraite. Et donc le rendez-vous était plus durable si vous voulez.

Adam : La deuxième chose que nous avons pu faire est de cibler les universitaires du système, les jeunes universitaires qui avaient été nommés les années précédentes. Ce qui s'était passé, c'est qu'ils avaient toutes les charges d'enseignement, toutes les charges administratives. Et par conséquent, ils n'ont jamais progressé dans la hiérarchie. Et nous étions très conscients que vous ne pouviez pas simplement les promouvoir s'ils ne répondaient pas aux qualifications, car cela affaiblirait l'Académie. Et donc la question était de savoir comment créer les conditions, les circonstances de la vie pour qu'ils puissent développer leurs compétences.

Marnie : Ils ont conçu des solutions sur mesure pour les universitaires afin de développer davantage leur carrière, du financement pour les étudiants de troisième cycle, aux bourses de voyage ou à un soutien supplémentaire pour la garde d'enfants.

Adam Habib : en deux ou trois ans, ces personnes ont commencé à postuler pour des promotions et à réussir dans les candidatures promotionnelles. Et donc ce que vous aviez, c'est deux ensembles de choses : Premièrement, une nouvelle génération de nouveaux universitaires émergeant de communautés diversifiées. Mais le second, aider ceux qui étaient déjà dans le système à obtenir des promotions.

Marnie : D'autres types d'initiatives s'adressaient aux étudiants, comme des bourses destinées aux écoles des communautés marginalisées. Cela signifiait également examiner des choses comme la classe, plutôt que simplement la race, des étudiants potentiels.

Adam : Parce que même si des étudiants noirs sont venus, ces étudiants noirs sont venus des circonstances les plus privilégiées, beaucoup d'entre eux venaient d'écoles privées. Et donc il n'y avait pas un terrain de jeu égal, même au sein des communautés raciales défavorisées. Et donc nous avons fait venir des élèves vraiment talentueux d'écoles rurales et d'écoles urbaines appauvries. La diversification n'a pas été faite uniquement en termes de race, mais aussi en termes de classe, ce que je pense que l'on doit prendre en considération, et nous avons donc besoin d'approches beaucoup plus nuancées pour comprendre et effectuer la diversification.

Marnie : Pour Adam, le processus de diversification est en constante évolution. Le 10 juin 2020, de nombreux universitaires et scientifiques du monde entier ont arrêté de travailler pour « Shutdown STEM » en soutien au mouvement Black Lives Matter. Nous parlons à l'un de ses co-fondateurs.

Brittany : Je suis le Dr Brittany Kamai, je suis astrophysicienne. Je suis basé à Los Angeles et j'ai un rendez-vous conjoint entre l'Université de Californie, Santa Cruz et le California Institute of Technology. Et je suis également instructeur à l'Université d'Hawai'i-West 'Oahu.

Brittany : Et donc je travaille sur un domaine de recherche appelé métamatériaux, pour essayer de concevoir de nouvelles techniques qui amélioreraient nos détecteurs, et les détecteurs sur lesquels je travaille sont des détecteurs d'ondes gravitationnelles qui peuvent nous donner de nouveaux signaux dans l'univers. Si nous voulons construire tous ces capteurs, et nous voulons avoir une compréhension approfondie, nous devons travailler ensemble.

Marnie : Comprendre les signaux du cosmos nécessite les connaissances de nombreux esprits différents.

Brittany : Sur mon chemin à travers l'astrophysique, ce qui m'a donné un objectif, c'est de voir comment nous créons réellement la connaissance, n'est-ce pas ? Cela commence lorsque nous sommes en conversation : vous posez des questions, vous vous posez des questions sur quelque chose et vous lisez un tas de choses, et vous commencez à écrire. Ce que vous commencez à voir, c'est le lien entre la façon dont nous pensons et ce que nous disons et ce qui aboutit à un document de recherche. Et puis ce qui finit dans un manuel. Cette empreinte influence la façon dont toute personne qui lit ce manuel pense au sujet, n'est-ce pas ? Et donc je pense que c'est une chose puissante dont nous, en tant que scientifiques, devons vraiment nous approprier, en termes d'évaluation réelle de notre propre conscience et de la façon dont cela s'imprime dans ce que nous écrivons, ce que nous disons, et comment cela affecte la société un ensemble.

Marnie : La communauté scientifique ne peut ignorer son impact sur la société dans son ensemble, y compris en ce qui concerne son bilan en matière de diversité.

Brittany : Je ne veux pas perpétuer l'idée que la diversité équivaut à un sous-ensemble d'un groupe, n'est-ce pas. Quand nous parlons de diversité, nous devons vraiment évaluer, à quoi ressemble la représentation diversifiée et quels différents axes vont pouvoir être dans différents espaces. Et donc, lorsque nous parlons de diversité, nous devons vraiment avoir une conversation diversifiée, n'est-ce pas ? C'est comme si vous faites venir une personne de couleur, alors elle ne devrait pas avoir à parler et à éduquer tout le groupe sur ce qu'est le racisme.

Brittany : Le changement systémique commence avec nous – comme parler aux personnes avec lesquelles vous interagissez étroitement. Et nous devons laisser de la place au travail émotionnel qui entre dans ce genre de croissance, n'est-ce pas, pour parler à une personne de couleur, et lui demander : à quoi ça ressemble, vous savez, quand votre, genre, race interagit avec la science ? Comme, c'est une question lourde, parce que souvent, nous devrons revivre nos expériences traumatisantes devant quelqu'un qui n'est même pas équipé pour tenir ça, droit. Donc, je pense que c'est là que, si vous allez à des soirées en dehors du groupe avec lequel vous travaillez, écoutez ce groupe, puis faites-le lentement évoluer dans votre espace. Vraiment, comme si c'était nous tous et que nous avions de l'influence. Et je pense que ce qui était puissant avec Shutdown STEM, c'est que c'est une combinaison entre nous en tant qu'individus, puis votre environnement local tout en étant connecté avec le reste du monde.

Marnie : De la petite à la grande échelle, alors que nous cherchons à créer des espaces scientifiques plus diversifiés, nous avons besoin d'une évaluation continue de nous-mêmes et de nos institutions.

Brittany : Chacun de nous doit dire : je vais m'engager à apprendre comment être un allié actif d'un groupe de personnes spécifique. Et pour être un allié actif, il faut commencer par écouter. Et donc l'écoute se produit sous de nombreuses formes différentes, comme nous le sommes, heureusement, dans un espace où nous avons tant de personnes sur les réseaux sociaux qui partagent leurs histoires. Et ainsi, vous pouvez commencer à entendre ce qui se passe et comment les gens sont touchés. Et puis vous pouvez traduire cela en évaluant ce que vous faites qui pourrait être quelque chose comme ça.

Adam : Nous définissons, redéfinissons continuellement ce que signifie être divers, ces définitions de la diversité et de l'antiracisme, et de la transformation et de l'antidiscrimination, cosmopolite, si vous voulez, ce que signifie être cosmopolite change continuellement au fil des générations, comme il se doit , parce que c'est un processus d'inclusion sans fin. C'est ce que les universités mettent en avant. C'est ce que devrait être la communauté scientifique, c'est de permettre un processus sans fin d'inclusion humaine.

Shirley : Qu'est-ce qui me donne de l'espoir, qu'est-ce qui me fait avancer, qu'est-ce qui me maintient dans cette entreprise, cette entreprise de transformation, c'est de voir les jeunes commencer à se poser ces mêmes questions : où est tout le monde ? Pourquoi les choses ne sont-elles pas équitables ? Que signifie être juste ? La science a-t-elle en fait un problème de race, un problème de racisme ? Et que pouvons-nous faire pour le supprimer?

Shirley : Une fois que nous avons éliminé les obstacles à même de poser ces questions, nous ne pouvons pas ignorer les défis. Nous devons ensuite leur répondre.

Marnie : Revenons à Daya Reddy, présidente de l'International Science Council, pour parler du projet lancé en 2020 sur la lutte contre les discriminations systémiques en science.

Daya : La communauté scientifique mondiale doit prendre en compte la dure réalité de l'injustice. Le silence et l'inaction entretiennent simplement des pratiques discriminatoires.

Marnie : Le projet réunit de nombreux partenaires mondiaux de l'ISC pour rassembler des connaissances et se mettre d'accord sur des mesures concrètes visant à corriger la discrimination systémique et le racisme dans le domaine scientifique.

Daya : Nous avons appelé tous nos membres et un certain nombre de partenaires internationaux à se joindre à nous pour prendre des mesures urgentes de diverses manières, pour rassembler et partager des connaissances sur la discrimination dans la science, et pour prendre des mesures concrètes pour corriger les pratiques discriminatoires et faire de la science plus inclusif. Cela prendra des mesures dans un éventail d'unités et d'institutions, des bureaux des vice-chanceliers aux agences de financement de la recherche, aux académies des sciences, aux organisations scientifiques internationales, aux éditeurs, aux équipes de recherche, aux laboratoires et aux chercheurs individuels. Au Conseil international des sciences, notre force réside dans l'étendue et la diversité de nos membres et de nos réseaux. En travaillant ensemble, nous cherchons à examiner ce qui fonctionne vraiment pour promouvoir la diversité dans le système scientifique et pour mettre en œuvre le changement nécessaire. Il ne s'agit pas d'une activité ponctuelle. Il n'y aura pas un moment – ​​pas dans un avenir proche en tout cas – où vous pourrez dire, eh bien, le travail est fait. Le changement est difficile et prend du temps. Et il doit être poursuivi par chaque nouvelle génération de scientifiques.

Marnie : Pour en savoir plus sur le Conseil scientifique international, ses membres, ses partenaires, les projets en cours et les ressources liées aux questions soulevées dans cette série, consultez le site Web à l'adresse www.conseil.science. En tant que voix mondiale de la science, l'ISC vous invite à vous joindre à la conversation en cours sur la diversification de la science.


Shirley Malcom

Shirley Malcom est responsable des programmes d'éducation et de ressources humaines à l'AAAS. Elle s'emploie à améliorer la qualité et à accroître l'accès à l'éducation et aux carrières dans les domaines des STIM ainsi qu'à améliorer la culture scientifique publique. Le Dr Malcom est administrateur de Caltech et régent de la Morgan State University, et membre du conseil consultatif du SUNY Research Council. Elle est un ancien membre du National Science Board, l'organe directeur de la National Science Foundation, et a siégé au Comité des conseillers du président Clinton sur la science et la technologie. Malcom, originaire de Birmingham, en Alabama, a obtenu son doctorat en écologie de l'Université d'État de Pennsylvanie, une maîtrise en zoologie de l'UCLA et une licence avec distinction en zoologie de l'Université de Washington. Elle détient 16 diplômes honorifiques. 

Adam Habib

Adam Habib est un universitaire, chercheur, activiste, administrateur et intellectuel public. Professeur de sciences politiques, Habib a plus de 30 ans d'expertise académique, de recherche et d'administration, couvrant cinq universités et plusieurs institutions locales et internationales. Il est actuellement directeur de la School of Oriental and African Studies (SOAS) à Londres. Il est ancien vice-chancelier et directeur de l'Université de Witwatersrand (Wits), en Afrique du Sud, et ancien président d'universités d'Afrique du Sud, qui représente les vice-chanceliers et l'enseignement supérieur dans le pays. Il s'est également concentré sur la construction de l'excellence en recherche africaine et, avec l'Université du Cap, Wits a lancé l'Alliance des universités de recherche africaines (ARUA). 

Bretagne Kamai

Brittany Kamai est une astrophysicienne expérimentale qui se consacre à l'exploration de l'univers entier, à la protection de l'océan Pacifique et de la Terre et au respect mutuel. Les recherches en astrophysique du Dr Kamai portent sur l'instrumentation des ondes gravitationnelles, la cosmologie et les métamatériaux. Elle est boursière postdoctorale de la Fondation Heising-Simons avec une nomination conjointe entre l'Université de Californie, Santa Cruz et Caltech. Au printemps 2021, le Dr Kamai est maître de conférences à l'Université d'Hawai'i-West 'Oahu.

@cosmojellyfish

Daya Reddy

Daya Reddy est président de l'ISC.

Déclaration du Conseil international des sciences sur l'épisode 6 de « Science Diversified » 

Le 14 mai 2021, le Conseil international des sciences a publié le sixième et dernier épisode de sa mini-série de podcasts sur la diversité en science. Cet épisode du podcast se concentre sur la lutte contre le racisme systémique dans la science et les systèmes scientifiques, et présente des entretiens avec Shirley Malcom, directrice, SEA Change à l'American Association for the Advancement of Science (AAAS) ; Brittany Kamai, boursière postdoctorale de la Fondation Heising-Simons, Université de Californie, Santa Cruz et Caltech ; Maître de conférences, Université d'Hawai'i-West 'Oahu; Adam Habib, directeur, SOAS University of London, et Daya Reddy, présidente du Conseil international des sciences. Les entretiens avec Shirley, Brittany et Adam ont été enregistrés en janvier 2021. 

En mars 2021, l'ISC a décidé de retarder la publication de ce podcast à la lumière des développements suite à un échange en ligne entre Adam Habib et des étudiants de SOAS lors d'une discussion sur le racisme anti-noir au sein de l'institution.  

L'ISC considère que la lutte contre le racisme dans les établissements de recherche est un problème extrêmement grave et a pris note des préoccupations soulevées par les syndicats d'étudiants et de personnel et d'autres membres de la communauté SOAS. Le Conseil reconnaît que les événements de SOAS ont causé de la douleur, ainsi qu'un malaise quant à savoir qui dispose d'une plate-forme pour parler de la lutte contre le racisme dans différents contextes. 

Compte tenu de cela, l'ISC a pris le temps d'examiner le contenu du podcast en discutant avec les personnes interrogées, avec les membres du Comité de l'ISC pour la liberté et la responsabilité dans la science, avec l'équipe de surveillance des podcasts et avec le personnel de l'ISC et de Nature.  

Grâce au dialogue avec toutes les personnes impliquées dans l'épisode du podcast, et malgré les opinions divergentes de certains, la direction du Conseil a convenu que le podcast devrait présenter toutes les personnes interrogées. Le Conseil, comme ceux présentés dans l'épisode, a estimé que les expériences de réforme du professeur Habib en Afrique du Sud ont été une contribution importante au débat. 

L'ISC est attaché à la pratique libre et responsable de la science en tant que besoin fondamental du progrès scientifique et du bien-être humain. Cela exige la liberté d'expression et de communication, ainsi que la responsabilité à tous les niveaux de communiquer avec intégrité, respect, équité, fiabilité et transparence. En prenant cette décision, l'ISC a cherché à protéger l'intégrité de toutes les personnes et organisations liées au podcast.  

La série, et cet épisode en particulier, est une partie importante du travail de l'ISC sur la liberté d'expression et la responsabilité en science et nous reviendrons sur ces questions dans de futurs podcasts. Cette série a également permis au Conseil de mieux comprendre comment lutter contre la discrimination systémique qui continue d'exister au sein des systèmes scientifiques.  

Si vous avez été touché par les problèmes soulevés dans cet épisode et souhaitez en savoir plus sur le travail de l'ISC sur la lutte contre le racisme systémique dans le domaine scientifique, veuillez contacter secretariat@conseil.science. L'ISC espère que les sujets abordés dans ces podcasts contribueront à apporter les changements positifs dont nous avons besoin dans nos systèmes scientifiques qui reflètent, célèbrent et responsabilisent tous les scientifiques afin d'atteindre leur plein potentiel et, en fin de compte, contribuent à la vision du Conseil en tant que science en tant que bien public mondial. 


L'ISC a lancé cette série de podcasts pour approfondir les discussions sur l'élargissement de l'inclusion et de l'accès dans les lieux de travail scientifiques et les organisations scientifiques, dans le cadre de notre engagement à rendre la science équitable et inclusive. La série met en lumière les travaux entrepris dans le cadre de différents programmes, projets et réseaux de l'ISC, et en particulier les initiatives en cours sur Combattre le racisme systémique et d'autres formes de discrimination, Et Égalité des genres en science. Retrouvez tous les épisodes ici.

Passer au contenu