Inscription

Podcast scientifique en activité : Démocratiser les connaissances et accéder aux outils pour le développement durable

L'Agenda 2030 des Nations Unies a été lancé avec la promesse de ne laisser personne de côté sur la voie du développement durable. Dans ce podcast, nous explorons ce que cela signifie pour l'accès aux outils, aux données et aux espaces de génération de connaissances.

Ce podcast se penche sur la démocratisation des connaissances et des outils pour un avenir plus durable, un avenir qui ne laisse personne de côté. Injairu Kulundu-Bolus, qui fait partie de la Transformations vers la durabilité communauté du programme, parle de son travail sur l'avenir de la jeunesse décoloniale, de la capacité de la musique à nous connecter et du pouvoir de permettre aux jeunes de diriger. Et Hayden Damm discute de l'utilisation des données pour éclairer le développement durable, ainsi que de l'importance d'apprendre du point de vue des communautés.

Écoutez le podcast et retrouvez la transcription complète ci-dessous :

Transcription

Hayden Dahmm : Au cœur des objectifs de développement durable des Nations Unies se trouve cette notion de ne laisser personne de côté. Nous devons nous assurer que les avantages sont étendus à toutes sortes de groupes de personnes, dont beaucoup peuvent avoir été historiquement marginalisées.

Injairu Kulundu-Bolus : J'ai l'impression qu'il est temps. Il est temps pour nous de dénicher différentes métaphores, différentes archives de connaissances, et de s'en nourrir.

Marnie Chesterton : Bienvenue dans cette série de podcasts du Conseil international des sciences, où nous explorons la diversité scientifique. Je suis Marnie Chesterton, et cette fois, nous cherchons à démocratiser les connaissances et les outils pour un avenir plus durable.

L'identification des voies vers un développement durable et équitable est un axe majeur du travail de l'ISC. En 2015, l'ONU a décidé de dix-sept objectifs de développement durable, un plan pour créer une planète meilleure pour tous. Il s'agissait notamment d'éliminer la pauvreté et la faim, de réduire les inégalités et de prendre des mesures contre le changement climatique. La réalisation de ces objectifs dépendra de l'accès aux outils, aux connaissances et aux données, et de la garantie que les voix des personnes vulnérables sont entendues et défendues. Dans cet épisode, nous entendrons deux chercheurs travaillant pour un avenir plus durable.

Injairu Kulundu-Bolus : Je m'appelle Injairu Kulundu-Bolus. Je suis basé au Cap, en Afrique du Sud et aussi dans l'Est du Cap en Afrique du Sud et je fais partie du Centre de recherche sur l'apprentissage environnemental de l'Université de Rhodes.

Marnie Chesterton : Injairu fait partie d'un réseau soutenu par le programme Transformations to Sustainability de l'ISC. Cela soutient la recherche sur les transformations sociales complexes nécessaires pour résoudre les problèmes du changement environnemental mondial.

Injairu Kulundu-Bolus : Mes recherches portent sur l'avenir des jeunes décoloniaux et l'Afrique. Ma recherche porte sur la démocratisation du savoir. Et il s'agit d'inviter les jeunes en particulier à commencer à élargir et à développer les trajectoires particulières qu'ils estiment avoir des raisons de valoriser. Je pense que la recherche vient du scepticisme et peut-être même d'un peu de lassitude vis-à-vis de certaines formes de développement des jeunes qui essaient de contenir ce que les jeunes croient et essaient presque de leur inculquer de bons citoyens, alors qu'il y a souvent d'énormes contradictions qu'ils sont expérimenter et naviguer de manière incroyable dans leurs contextes. Alors, que se passerait-il si nous pouvions laisser l'espace à ces jeunes incroyables pour nous guider ?

Marnie Chesterton : Dans son doctorat, c'est l'expérience d'Injairu en tant qu'artiste et musicienne qui lui a donné une nouvelle façon de se connecter avec les jeunes.

Injairu Kulundu-Bolus : J'ai essayé, à un moment donné, d'écrire un article sur ce que j'entendais. Et en partageant ce papier avec les jeunes avec qui je conspirais, j'ai réalisé que nous avions perdu le sens de l'engagement, et nous avions perdu la liberté et nous avions perdu, nous avions perdu une certaine énergie vitale. Et il m'est vraiment revenu en tant que chercheur de réfléchir à une manière différente de faire écho à cela. Et pour cela, j'ai utilisé des chansons, j'ai écrit des chansons en réponse, alors que des chansons qui étaient vraiment capables de contenir ce que j'entendais, ça dépassait le rationnel. Et il était capable de parler de ce que quelqu'un désirait, de ce qui les frustrait, de ce qu'ils avaient la force de faire et de ce qu'ils espéraient d'un seul coup, parce que vous aviez une palette de couleurs tellement plus profonde avec laquelle jouer et l'exprimer en retour. Le geste de la chanson est un honneur pour quelqu'un de vous chanter. Ce n'est pas, ce n'est pas la critique, ou une analyse. Et l'un des participants m'a dit, c'était intéressant de se sentir vu et non regardé.

Marnie Chesterton : Créer un environnement dans lequel les jeunes se sentent vus, plutôt que regardés ou examinés, a permis des conversations plus approfondies sur la transformation sociale. Et le genre de changements qu'ils voulaient voir.

Injairu Kulundu-Bolus : Une grande partie de notre discours sur le développement des jeunes ne nous laisse pas beaucoup d'espace pour que les jeunes expriment eux-mêmes ce dont ils ressentent le besoin. L'une des choses que je remarque souvent, c'est que lorsque nous allons dans l'espace ensemble, il y a une très forte culture du débat. Et, vous savez, dans ce genre d'espace, celui qui a ce que vous appelez l'articulation ou qui est plus fort et plus bruyant gagne souvent, mais il était vraiment important de favoriser un espace de dialogue différent et d'utiliser des méthodologies basées sur l'art pour approfondir cela. , et, et pour moi, je pense que tout l'aspect de la démocratisation de la recherche et de la diversité va au cœur de cela. La diversité signifie pour moi que les connaissances d'une grand-mère sont prises sans réserve telles qu'elles sont. Le savoir que détiennent les jeunes est pris sans réserve tel qu'il est. C'est un espace qui cherche à couper à travers tout cela, un processus de traduction parfois assez dense, un processus d'abstraction qui constitue certains comme du bruit et d'autres comme un non-savoir. Et pour moi, la diversité en termes de science doit tenir compte du gaspillage de connaissances avec lesquelles nous n'avons pas été en mesure de travailler et de faire avancer de manière significative.

Marnie Chesterton : Le programme Transformations to Sustainability soutient la recherche sur le développement durable dirigée par des spécialistes des sciences sociales et axée sur la recherche de solutions. Surtout, le travail implique tous les groupes concernés à toutes les étapes du processus de recherche. Il est basé sur la prémisse que la durabilité environnementale et sociale ne sera jamais atteinte sans un changement social profond, ainsi que des connaissances et des données provenant de nombreuses sources. 

Hayden Dahmm : Les objectifs de développement durable, qui ont été convenus par 193 pays en 2015, s'accompagnent de tout un ensemble d'exigences de mesure. Et cela nécessite donc d'énormes quantités de données et de statistiques. 

Marnie Chesterton : Voici Hayden Dahmm, qui est gestionnaire au sein du Réseau de solutions de développement durable. Hayden travaille au sein du réseau de recherche thématique sur les données et les statistiques, ou les tendances.

Hayden Dahmm : Je trouve intéressant de voir combien de problèmes peuvent être mieux explorés et compris grâce aux solutions de données modernes. Mais trouvez aussi presque troublant, vraiment combien nous ne savons pas encore, sur les listes d'indicateurs des objectifs de développement durable, il y a plus de 90 indicateurs qui traitent de l'environnement. Et pour plus des deux tiers de ces indicateurs environnementaux. Nous ne disposons pas de suffisamment de données pour suivre nos progrès au niveau mondial.

Marnie Chesterton : Hayden a récemment collaboré avec l'ISC sur un webinaire sur les données de population maillées.

Hayden Dahmm : La population quadrillée restructure toutes ces données, selon des carrés disposés autour de la surface de la Terre, et essaie d'estimer le nombre de personnes dans chacun de ces carrés individuels. Et puis vous pouvez avoir des versions plus compliquées où vous apportez réellement des images satellite et d'autres formes de données. Il ne s'agit pas de déterminer où est basée une personne en particulier, mais comment les gens peuvent-ils être regroupés autour, disons, d'une infrastructure ? Ou ont-ils accès aux services de base, des choses comme ça. Et l'une des applications les plus pratiques est probablement l'utilisation des données démographiques pour les interventions en cas de catastrophe.

Marnie Chesterton : A moins de 10 ans de la réalisation des Objectifs de Développement Durable. l'accès à des données comme celle-ci peut vraiment transformer notre compréhension de ce qui se passe sur le terrain au niveau local.

Hayden Dahmm : Les données sont une forme de connaissance, et donc c'est vraiment une forme de pouvoir. Il est important pour nous de réfléchir à la manière dont nous nous assurons de faire progresser une forme de développement durable d'une manière véritablement inclusive, plutôt que de simplement faire en sorte que cette nouvelle forme de pouvoir se concentre entre les mains de ceux qui sont déjà puissants, plus généralement, il ne suffit pas de proposer une solution qui, selon vous, pourrait fonctionner, elle doit vraiment être conçue en collaboration et doit réellement répondre aux besoins réels de la communauté dont vous souhaitez bénéficier.

Marnie Chesterton : L'importance d'examiner les besoins réels d'une communauté est quelque chose qui a une résonance particulière pour Hayden. Hayden est aveugle et a travaillé en collaboration avec des collègues et des enseignants pour trouver des solutions pratiques pour accéder aux outils.

Hayden Dahmm : Faire de l'ingénierie et étudier en tant qu'étudiant aveugle, il y avait définitivement des défis à surmonter. Il y avait des diagrammes que je ne pouvais pas voir, des équations que je ne pouvais pas lire. Et vous savez, comprendre cela était parfois difficile, mais j'ai été incroyablement chanceux d'avoir une communauté de soutien, des professeurs qui ont travaillé dur pour trouver des solutions. Cela m'a certainement demandé un travail supplémentaire mais je n'aurais pas pu le faire sans ce support plus large et ensemble, nous créions différents outils, nous fabriquions ces schémas de circuits électriques imprimés en 3D, nous fabriquions un logiciel qui me permettait de tracer un graphique audio de données que j'ai peut-être analysé, comme, j'ai toujours apprécié de faire remarquer aux gens, personne ne peut réellement voir un atome. Donc ne pas pouvoir regarder un diagramme d'un atome ne limite pas forcément ma capacité à comprendre ce que c'est, c'est juste que nous avons souvent choisi de représenter les choses de manière visuelle par commodité. Mais cela ne signifie pas qu'ils ne peuvent pas être compris d'une manière différente. Si vous appliquez un certain niveau de créativité et que vous faites également partie d'une communauté de soutien. Il existe d'excellents outils qui peuvent être trouvés,

Marnie Chesterton : Hayden est parfois contacté par des personnes qui conçoivent de tels outils. Pour que ce processus réussisse, il doit inclure le point de vue des personnes qui vont finir par utiliser le produit.

Hayden Dahmm : Souvent, les personnes voyantes qui trouvent une solution qu'elles trouvent être peut-être un candidat parfait pour une personne aveugle ne comprennent pas nécessairement ce qu'une personne aveugle veut ou a besoin, et se bander les yeux et lui faire un test ne ne leur donnez pas toutes les informations dont ils pourraient avoir besoin. Il est donc essentiel de ne pas simplement essayer de vous mettre à la place de votre public cible, mais de vraiment l'intégrer dans le processus. Et parallèlement, je pense que parfois, se concentrer strictement sur la technique peut nous amener à négliger les autres aspects des solutions qui sont également nécessaires. Il y a beaucoup d'intérêt autour de l'installation de balises et de gares et de moyens très techniques basés sur des applications pour permettre aux aveugles de naviguer. Mais parfois, la meilleure solution pourrait simplement être d'avoir une personne pour vous montrer le chemin.

Marnie Chesterton : En s'appuyant sur cela, Hayden a vu comment les données sur les objectifs de développement durable peuvent éclairer des conversations honnêtes sur la façon dont le handicap recoupe des objectifs tels que la réduction de la pauvreté pour tous.

Hayden Dahmm : Il y a donc de réels progrès dans notre capacité à mesurer de manière significative la taille de la population handicapée, la pauvreté et le handicap sont certainement des problèmes qui se recoupent. Si vous êtes pauvre, vous êtes plus susceptible d'avoir des complications liées au handicap. . Et de même, si vous êtes handicapé, vous êtes plus susceptible de connaître la pauvreté. Et donc, disposer de données à ce sujet est une première étape importante pour aborder réellement certains de ces problèmes sous-jacents, en veillant à ce que les personnes handicapées puissent recevoir le respect qu'elles méritent et avoir une chance de mener une vie digne. Il serait faux de penser que le simple fait d'avoir les données résoudra ces problèmes. Mais c'est une première étape importante pour avoir une conversation honnête qui va au-delà des anecdotes de base et nous permet de voir les choses au niveau de la population. Quelque un milliard de personnes dans le monde, soit 15 % de la population totale, souffrent d'un handicap. Ainsi, lorsque nous parlons de handicap, d'inclusion et d'accès, nous parlons de respect de la dignité et d'amélioration de la vie d'une partie importante de l'humanité. Il ne s'agit pas de générosité et de charité. Ici, il s'agit de réaliser certains objectifs pour tous,

Marnie Chesterton : Afin de réaliser l'objectif primordial de l'agenda 2030 des Nations Unies, ne laisser personne de côté. L'accès aux connaissances, données, outils et infrastructures scientifiques est fondamental et ils doivent exister dans des espaces ouverts à des expériences diverses. Ce n'est qu'alors que nous pourrons vraiment espérer construire un avenir plus durable, plus équitable et plus résilient pour tous.

C'est tout pour cet épisode. Plus d'informations sur les projets mentionnés dans ce podcast sont disponibles en ligne sur Council.science. La semaine prochaine, dans le dernier épisode de cette série sur la diversité, nous examinerons comment lutter contre le racisme systémique dans la science. Au cours de la dernière année, la question du racisme systémique dans la société et la science a défrayé la chronique dans le monde entier. Nous entendrons pourquoi l'ISC prend publiquement position sur ce sujet. Shirley Malcolm parle des changements qu'elle a observés au cours des décennies où elle travaille pour lutter contre le racisme dans les milieux de la recherche, et discute de ce qui a fonctionné et de ce qui doit encore changer. Nous entendrons également Brittany Kamai expliquer pourquoi nous devons continuer à nous présenter et continuer à avoir ces conversations.


Hayden Damm

Hayden Dahmm est gestionnaire au Réseau de recherche thématique sur les données et les statistiques. Son travail consiste à rechercher des façons dont les données sont utilisées pour faire progresser le développement durable, ainsi que les types d'investissements nécessaires pour renforcer les systèmes statistiques modernes. De plus, il soutient le développement du United States Cities SDG Index. Hayden est diplômé du Swarthmore College en 2015 avec un BS en génie de l'environnement. Il a continué en tant que boursier Marshall au Royaume-Uni, recevant une maîtrise en politique et réglementation environnementales de l'Imperial College de Londres et une maîtrise en politique et réglementation environnementales de la London School of Economics.

Écoutez Hayden dans le webinaire Comptabilité pour tout le monde : utiliser des données démographiques maillées pour le développement durable et lire une interview avec lui ici.

Injairu Kulundu-Bolus

Injairu Kulundu fait partie du Centre de recherche sur l'apprentissage environnemental de l'Université de Rhodes. Elle a récemment terminé un doctorat en apprentissage transgressif en tant que praxis décoloniale parmi les moteurs du changement en Afrique.

Une interview avec Injairu est disponible sur le Site Web Transformations vers le développement durable.


L'ISC a lancé cette série de podcasts pour approfondir les discussions sur l'élargissement de l'inclusion et de l'accès dans les lieux de travail scientifiques et les organisations scientifiques, dans le cadre de notre engagement à rendre la science équitable et inclusive. La série met en lumière les travaux entrepris dans le cadre de différents programmes, projets et réseaux de l'ISC, et en particulier les initiatives en cours sur Combattre le racisme systémique et d'autres formes de discrimination, Et Égalité des genres en science. Retrouvez tous les épisodes ici.

Vous pouvez en savoir plus sur le programme Transformations to Sustainability qui est mentionné dans cet épisode ici.


Si un sujet spécifique traité dans ces podcasts vous préoccupe, veuillez contacter secretariat@conseil.science ou votre responsable de l'égalité sur votre lieu de travail. Il est important que tous les membres de notre communauté contribuent à une atmosphère de travail sûre et positive alors que nous explorons les problèmes liés à la diversité en science. L'ISC espère que les sujets abordés dans ces podcasts contribueront à apporter les changements positifs dont nous avons besoin dans nos systèmes scientifiques qui reflètent, célèbrent et responsabilisent tous les scientifiques afin d'atteindre leur plein potentiel et, en fin de compte, contribuent à la vision du Conseil en tant que science en tant que bien public mondial.

Passer au contenu