Scientifiques citoyens : peut-être sans diplôme mais qui font certainement la différence

N'importe qui peut être un citoyen scientifique et aider à capturer des données qui aideront la recherche. Dans ce billet d'invité, Jacqueline Goldin parle d'un projet au Limpopo où les agriculteurs aident à collecter des données.

Vous pensez peut-être que seuls les scientifiques avec de « grands » diplômes, des blouses blanches, des écussons et des badges sont capables de collecter des données scientifiques. Vous pensez probablement que si les données proviennent de ces spécialistes – ceux qui apportent la « vérité » – alors ce sont des données réelles et vous sentez que vous pouvez leur faire confiance.

Mais que faire si vous vous trompez ?

Et si la personne ordinaire pouvait le faire aussi bien. Et si les données ne sont pas meilleures si elles sont collectées auprès de « vrais » scientifiques et qu'en fait il y a de « vrais » scientifiques qui ne sont pas du tout considérés comme des scientifiques !

Nous sommes dans un tout petit village appelé Ga-Komape et Ga-Manamela tout près de la frontière du Zimbabwe dans la province du Limpopo, en Afrique du Sud.

La plupart des agriculteurs de cette zone de culture de pommes de terre utilisent de l'eau souterraine (eaux souterraines) qu'ils pompent de leurs puits.

Ces agriculteurs sont à des kilomètres de tout.

C'est calme ici. C'est éloigné et c'est très difficile d'accès – les routes sont mauvaises. Les distances d'un village à l'autre sont immenses.

Alors, comment le gouvernement parvient-il à se renseigner sur l'eau des puits ? Combien y a-t-il ? Est-ce que c'est sale ? Quelle quantité est disponible pour les agriculteurs à utiliser?

Vous pourriez également être intéressé par:

La science citoyenne pour une meilleure qualité de l'air à Nairobi et Addis-Abeba

La pollution de l'air est associée à 670,000 XNUMX décès prématurés en Afrique chaque année, mais les actions de contrôle de la pollution ont été entravées par un manque de sensibilisation et d'information sur les points chauds de pollution. Dans cette histoire, nous découvrons comment un projet de science citoyenne mené à Nairobi, au Kenya, et à Addis-Abeba, en Éthiopie, vise à changer cela.

Un scénario impossible ?

C'est un scénario impossible parce que le gouvernement ne peut pas obtenir les informations nécessaires dans des endroits aussi éloignés.

Ou est-ce?

N'y a-t-il pas un moyen de rendre visible ce qui est sous le sol ? 

Notre projet a résolu cette énigme. Il a formé les agriculteurs de ces petits villages à installer des dip-mètres dans leurs puits et à lire à partir des dip-mètres la quantité d'eau disponible. Ces mesures sont capturées sur les smartphones.

Peut-on se fier à ces informations ?

Nous savons grâce à un projet extraordinaire intitulé « le Zooniverse » où plus de 200,000 XNUMX personnes dans le monde regardent les étoiles et comptent les anneaux autour des planètes, qu'il est possible pour des citoyens ordinaires comme vous et moi de fournir des informations très fiables et dignes de confiance données – mettre à disposition d'énormes ensembles de données qui seraient autrement tout à fait impossibles à rassembler.

De la même manière, ici, à Ga-Komape et Ga-Manamela – et dans de nombreux autres villages de cette région reculée du Limpopo – nous faisons exactement la même chose que ces milliers de citoyens du monde entier. Nous comptons sur les agriculteurs pour nous fournir des données qui seraient autrement inaccessibles et nous savons que ces données sont dignes de confiance et fiables parce que nous avons envoyé les « vrais » scientifiques pour tester les mesures. Ce sont les bons.

Le mot technique pour cela est "science citoyenne", mais disons simplement que ce sont des gens ordinaires - comme vous et moi - qui, dans ce cas, ont mis des dip-mètres dans leurs puits - qui sont capables de combler un vide et de nous dire ce qu'est l'eau gronder et gronder sous la terre. Les agriculteurs ne regardent pas seulement le niveau d'eau dans leurs puits, ils nous disent aussi combien il a plu, à quoi ressemblent les rivières et les ruisseaux à partir des photographies qu'ils nous envoient montrant s'il y a de l'eau qui coule ou non. Et ce sont des informations précieuses qui sont capturées sur une application à partir de leurs smartphones et transmises à un site Internet où les agriculteurs, les femmes au foyer, les touristes, le gouvernement peuvent voir ce qui se passe sous terre.  

C'est tomber amoureux du monde. C'est scientifique. Et pour nous, c'est la même chose. La science nous aide à tomber amoureux du monde.

Et comme le Financial Times (décembre 2020) est cité pour dire "pour chaque problème complexe, il y a une réponse qui est claire, simple et fausse" - et ce que nous présentons ici est l'erreur - les scientifiques n'ont pas besoin d'avoir des diplômes, les scientifiques peuvent être des agriculteurs de toute façon et partout, en collectant des informations fiables et en les partageant sur différentes plateformes.

Des diamants sur la plante de leurs pieds

Qu'il s'agisse de compter les papillons ou les fleurs, les éléphants ou les lions dans les avions du Serengeti, la pollution sonore à New York ou les niveaux d'eau dans le Limpopo, nous avons besoin de personnes qui ont « des diamants sur la plante des pieds ». La richesse et la valeur de ce qui est collecté partout dans le monde, et dans notre propre arrière-cour dans le Limpopo (grâce à la Water Research Commission, Pretoria), n'est pas seulement digne d'intérêt, elle brille et scintille dans les cœurs et les esprits de ces millions de personnes. de bénévoles du monde entier qui portent tous – de différentes manières, des diamants sur la plante de leurs pieds.

Bravo à ceux du Limpopo de faire partie de la famille des bénévoles qui font la différence en nous donnant des données qu'on n'aurait pas pu avoir autrement car c'est trop cher – et franchement tout à fait impossible – à collecter et comme c'est tout simplement dans des endroits qui sont trop télécommande à laquelle accéder. Les scientifiques citoyens du monde entier le font pour nous au moment où nous parlons.


Auteur invité : Jacqueline Goldin

Professeur agrégé extraordinaire, Centre de la Chaire UNESCO sur les eaux souterraines, Département des sciences de la Terre, Université de Western Cape, Afrique du Sud.

Partagez :

Passer au contenu