Contextualiser la science ouverte

Sujatha Raman partage les réflexions et les idées de son récent discours de l'OCDE 2024 sur la façon de faire de la science ouverte une réalité au bénéfice de la société.

Contextualiser la science ouverte

La science ouverte fait rapidement partie du lexique multilatéral. Le Recommandation de l'UNESCO sur la science ouverte souligne l'importance d'ouvrir la science à la société si nous voulons avoir une chance de relever des défis mondiaux complexes et d'atteindre les objectifs de développement durable.

Cependant, la Recommandation appelle à bien plus que l’ouverture des données et des résultats de la recherche à la communauté au sens large. L’ouverture devrait être bilatérale, les communautés scientifiques étant ouvertes à différentes formes de connaissances et de contribution sociétale à la production scientifique.  

Une question cruciale pour cette nouvelle ère dans les relations science-société est la vision de la science que nous apportons à ces dialogues. Paradoxalement, pour regarder vers l’extérieur et écouter les autres voix, la science ouverte nous oblige à regarder à l’intérieur et à réfléchir à la manière dont nous comprenons et parlons de la science elle-même.  

Par exemple, de nombreuses parties prenantes expriment des inquiétudes concernant  un déclin de la confiance du public dans la science et les solutions technologiques fondées sur la science aux défis mondiaux. Le rétablissement de la confiance est généralement considéré comme une question de gestion de l’information dans laquelle les experts s’efforcent de communiquer des titres simplifiés qui capturent ostensiblement un consensus scientifique.

J'ai contribué à un article récent dirigé par le Center for Science Futures de l'ISC dans lequel nous nous sommes appuyés sur des recherches sur la science, la confiance du public et la désinformation pour montrer pourquoi cette stratégie est erronée.

Le déficit de contextualisation : recadrer la confiance dans la science pour une politique multilatérale

DOI: 10.24948 / 2023.10
« Le déficit de contextualisation : recadrer la confiance dans la science pour
Politique multilatérale ». Centre des sciences du futur, Paris. 2023

La pandémie de COVID-19 a démontré sans l’ombre d’un doute qu’il est possible pour les scientifiques d’être en désaccord pour de bonnes raisons, c’est-à-dire sur de bonnes bases scientifiques.

Nous avons tendance à voir les désaccords scientifiques à travers le prisme des débats sur la science du climat, où au moins certaines des controverses les plus publiques peuvent être attribuées à des préjugés et à des intérêts personnels. Nous sommes familiers avec les controverses fabriquées dans lesquelles des acteurs puissants n'aiment pas le message venant de la science et travaillent donc stratégiquement pour le saper. Nous devons certainement être attentifs à cette tendance, mais avant de nous empresser de diviser les voix scientifiques entre le bien et le mal, faisons une pause.

Sur de nombreuses questions clés – le Covid-19 est-il aéroporté, devons-nous porter des masques, sur quelles bases devons-nous entrer, voire sortir du confinement, ou encore quel vaccin doit être prescrit pour quelles tranches d'âge – nous nous sommes fortement engagés. des scientifiques possédant des années d’expertise parviennent à des conclusions différentes sur ce qu’il fallait faire, tant au sein des pays qu’à l’échelle internationale. Ces débats, souvent ouverts et passionnés, symbolisaient ce que Dan Sarewitz a appelé une excès d'objectivité.

Regarder vers l’intérieur dans l’esprit de la science ouverte peut aider à faire progresser la compréhension de ce qui suit : le désaccord scientifique n’est pas une anomalie. En effet, face à des défis sociétaux et mondiaux complexes où les enjeux sont élevés, la science est plus susceptible d'être post-normal. Ce qui signifie qu’il se prête moins à des formes de messages très simplifiées sur ce que dit la science.

Au lieu de cela, nous devons trouver des moyens de négocier différentes perspectives scientifiques et de rencontrer les autres à mi-chemin en toute bonne foi. En d’autres termes, il n’existe pas de réponse scientifique parfaite aux défis auxquels nous sommes confrontés. Il y a plutôt du bon jugement – ​​ou ce que nous appelons « vérités utiles », à la suite de Sheila Jasanoff – et le travail qu’il faut pour y arriver.

Armés d’une vision plus raisonnable et raisonnée de la science, nous devrions être en meilleure position pour nous préparer à un engagement ouvert avec le public et la société civile.

Premièrement, comme nous le soulignons dans notre article, les publics ne sont pas de simples récipients vides remplis de science. Selon l’endroit où l’on regarde, certains publics peuvent être très organisés et dotés de leur propre compréhension experte des questions liées, par exemple, à la biotechnologie agricole ou à la manière dont nous devrions réagir au changement climatique. Ils peuvent rejeter les innovations de haute technologie parce qu’ils croient qu’il existe de meilleures façons d’aborder la sécurité alimentaire ou la santé de la planète. Cela fait également partie de la condition post-normale de la science ouverte.

Dans d’autres contextes, les questions qui intéressent le public n’ont parfois que très peu de rapport avec la science. Les anthropologues qui ont étudié la résistance aux vaccins ont montré que souvent, la résistance est médiée par l'expérience des gens de leur système de santé, des institutions politiques ou par le fait qu'ils considèrent qu'ils sont un expert de confiance. Ces choses ne peuvent pas être simplement souhaitées en essayant de nourrir les gens avec plus de science – même de science post-normale – alors que les problèmes à résoudre sont de nature institutionnelle ou culturelle.

La science ouverte est essentielle aux objectifs de développement durable. Mais finalement, la confiance dans cette science nécessite non seulement des messages, mais aussi une attention au contexte. Ouvrir la science à la société pour relever les défis mondiaux nécessite un effort dédié pour placer certaines formes de connaissances dans le contexte dans lequel elles sont censées éclairer la pratique. La contextualisation de la science doit être prise aussi au sérieux que la pratique scientifique elle-même.


Clause de Non-responsabilité: Les informations, opinions et recommandations présentées dans cet article sont celles des contributeurs individuels et ne reflètent pas nécessairement les valeurs et croyances du Conseil scientifique international.

Sujatha Raman est professeur au Centre pour la sensibilisation du public à la science (CPAS), Université nationale australienne (ANU). Elle dirige la Chaire UNESCO en communication scientifique pour le bien public.


Newsletter

Restez à jour avec nos newsletters

Inscrivez-vous à ISC Monthly pour recevoir des mises à jour clés de l'ISC et de la communauté scientifique au sens large, et consultez nos newsletters de niche plus spécialisées sur la science ouverte, la science à l'ONU, et plus encore.

VOIR TOUS LES ARTICLES CONNEXES

Passer au contenu