A qui revient le droit de toute façon ? Droit d'auteur et édition savante

La question de savoir qui détient le droit d'auteur sur les publications scientifiques, telles que les articles de revues, est complexe et contestée. Jenice Jean Goveas se penche sur la question et examine certaines des initiatives récentes conçues pour aider les auteurs à conserver les droits sur leurs œuvres publiées.

Licence Creative Commons

Cher auteur,
Le droit d'auteur est à vous de conserver,
Il faut se méfier! L'ignorance que vous ne pouvez pas blâmer.
Profiter au nom de l'édition,
Les grandes entreprises sont en effet florissantes.
Réfléchissez bien avant de signer le formulaire de transfert,
Le don de propriété intellectuelle n'est pas la norme.
Faire changer les choses ici est une stratégie;
Déposez votre manuscrit dans un référentiel OA.
Ce n'est pas facile, mais la familiarité vainc la peur,
#Publiez avec puissance, protégez votre droit.
Une révolution dans le respect de la loi,
Oui! C'est vrai, ne baissez pas les bras.  

Transfert de droits d'auteur – Pourquoi est-ce si important ?

La "liberté d'information", sans considération de frontières, fait partie intégrante du droit fondamental à la liberté d'expression consacré par Article 19 de la Déclaration universelle des droits de l'homme, et d'autres instruments internationaux. C'est un droit humain fondamental et non un luxe accessible uniquement à ceux qui peuvent se le permettre. Tout argument sur cette prémisse montre clairement comment l'édition commerciale viole ce droit, puisque la science est un bien public mondial. En imposant des frais d'abonnement aux revues inabordables, ils empêchent une grande partie des chercheurs – en particulier ceux des petites universités et des pays à revenu faible et intermédiaire – d'accéder aux résultats de la recherche. Les chercheurs ont du mal à obtenir des financements et à avoir accès à l'information et à l'infrastructure, entre autres défis. Après s'être frayé un chemin vers une percée scientifique, ils doivent publier leurs découvertes. Modes actuels d'évaluation de la recherche inciter les chercheurs à publier les résultats de leurs recherches dans des revues. C'est alors que les éditeurs commerciaux interviennent et, sous couvert du "protocole régulier de publication", convainquent l'auteur de signer un formulaire de transfert de droits d'auteur par lequel ces connaissances deviennent la propriété privée des grandes entreprises.

Ironiquement, les connaissances qui sont largement acquises grâce à l'argent des contribuables (comme dans les universités publiques) deviennent inaccessibles à ceux qui ne peuvent pas payer les frais d'abonnement indûment élevés des revues. Comment cela peut-il être juste alors que nous visons tous à créer un monde équitable d'opportunités égales ? L'idée de « droit d'auteur » pour les ressources scientifiques et éducatives est en soi discutable et souvent jugée irrationnelle, car la « science » par définition est censée être reproductible et universelle.

Le papier "Dix sujets d'actualité autour de l'édition savante” révèle plusieurs raisons pour lesquelles le transfert du droit d'auteur est problématique. Premièrement, le processus de publication axé sur le profit fait pression sur les chercheurs pour qu'ils abandonnent les droits d'auteur dans une culture rampante du « publier ou périr ». Cela fait des éditeurs – au lieu des auteurs – les propriétaires de la propriété intellectuelle, qui se retrouve enfermée derrière de lourds murs de paiement. Deuxièmement, les auteurs ne sont pas avertis avant ou pendant la soumission que le transfert du droit d'auteur sera une étape conditionnelle. Les informations sur ces transferts arrivent généralement à la fin du processus de publication lorsque les auteurs ne veulent pas nécessairement recommencer le processus de révision. Ils signent ensuite le transfert de droits d'auteur sans comprendre clairement les aspects juridiques impliqués. Ironiquement, de tels transferts vont à l'encontre du véritable esprit des droits d'auteur – au lieu de protéger les droits des auteurs, ils font perdre leurs droits aux auteurs. En résumé : le transfert du droit d'auteur ne profite pas aux auteurs, compromet leur liberté académique en les empêchant de partager leurs résultats de recherche et nuit gravement à l'ensemble de l'écosystème de la recherche.

La route (ouverte) la moins fréquentée

Plusieurs initiatives ont pris forme pour accroître les possibilités d'accès, de partage et de réutilisation des résultats de la recherche financée par des fonds publics. La faculté des arts et des sciences de Harvard a été l'une des premières à adopter une Politique d'Open Access (OA) de conservation des droits au niveau universitaire. Dans ce modèle, l'université autorise l'OA par l'intermédiaire de son référentiel institutionnel, sur la base d'un ensemble de droits non exclusifs qui lui sont accordés par sa faculté par le biais d'un vote. Les mêmes droits non exclusifs sont également accordés aux auteurs de la faculté. Le Université arctique de Norvège et quelques autres ont également élaboré des stratégies institutionnelles de conservation des droits.

cOAlition S est un consortium d'agences nationales de recherche, de bailleurs de fonds et d'organisations internationales qui a été lancé par la Commission européenne et le Conseil européen de la recherche (ERC) en 2018. Sous son Des plans pour l'édition scientifique en libre accès, il encourage les chercheurs à publier les résultats de leurs recherches dans des référentiels et des revues ouverts de manière à ce qu'ils soient librement accessibles à tous. cOAlition S a récemment lancé une campagne en ligne intitulée "Publish with Power : Protect your rights", pour guider les chercheurs et sensibiliser aux différentes nuances des droits de propriété intellectuelle. Leur Stratégie de conservation des droits est une stratégie de conformité des auteurs qui oblige les auteurs bénéficiaires à indiquer à la revue que tout manuscrit de l'auteur accepté découlant d'une soumission est déjà CC BY autorisé. Grâce au développement d'un outil de vérification de journal, vidéos explicatives, activités, guides d'utilisation et quiz, la cOAlition S accompagne les auteurs dans le respect du Plan S et dans l'affirmation de leurs droits fondamentaux sur leur propriété intellectuelle. Il favorise la "green route au libre accès (OA) pour s'assurer que les auteurs peuvent librement partager leurs manuscrits, quel que soit l'endroit où ils sont publiés, tout en respectant la politique d'OA de leur bailleur de fonds.

En outre, le Politique d'accès ouvert de UK Research and Innovation (UKRI), l'opt-in de l'Université de Cambridge régime de conservation des droits des pilotes, l'ajout par Horizon Europe de la conservation des droits à son Politique OA, et Information électronique pour les bibliothèques' 'Pensez.Check.Soumettre' sont autant d'étapes dans la direction du voyage vers le maintien des droits.

La route ouverte est-elle une partie de plaisir ?

Bien qu'il existe divers Creative Commons licences pour favoriser le partage et la réutilisation de la recherche, la complexité du cadre juridique peut devenir dissuasive. Rapport des chercheurs craintes quant à la mise en œuvre une telle négociation du droit d'auteur menée par l'auteur, ce qui pourrait alourdir leur charge administrative et juridique. Un addenda de l'auteur rédigé par des juristes a été proposé comme solution pour rendre inutile la négociation auteur-éditeur mais a pas été largement adopté. Améliorer les connaissances des chercheurs sur les droits d'auteur et les sensibiliser à la avantages de la conservation des droits est essentiel pour provoquer un changement de comportement vers l'adoption de la voie OA vers la publication savante. Cependant, même au milieu d'un marché de l'édition savante largement non réglementé, la bonne nouvelle est que les résultats de la recherche qui incluent les Langage de la stratégie de conservation des droits sont en augmentation.

Embarquez pour un nouveau voyage ensemble

Le libre accès nous ramène à la vraie nature de la « science » – en tant que bien public qui peut faciliter des solutions scientifiques plus rapides aux problèmes. Bien que l'objectif plus large soit de faire de l'OA complet et immédiat une réalité, il y a quelques points à garder à l'esprit. Les chercheurs, en particulier ceux des pays du Sud, naviguent à travers une myriade de défis avec des opportunités limitées de faire publier leurs recherches. Dans de telles réalités sont-ils suffisamment habilités à négocier avec les éditeurs ? Il est nécessaire que le Plan S se débarrasse de son image d'initiative centrée sur l'Europe et devienne représentatif du reste du monde, en particulier celui du Sud global, qui abrite les trois quarts de la population mondiale.

L'avenir de l'édition scientifique doit évoluer d'une manière plus démocratique et participative qui éradique les préjugés et embrasse l'inclusivité de diverses perspectives, afin qu'elle appartienne véritablement à la communauté universitaire mondiale. Il est grand temps d'explorer des alternatives durables qui permettent le partage des résultats de la recherche car, seulement quand la science deviendra plus ouverte, avancerons-nous tous.


Plus de lecture:

  1. Suber, Pierre. L’accès libre. La presse du MIT, 2012.
  2. "Plan S Stratégie de conservation des droits, " cOAlition S.
  3. Lisa Janicke Hinchliffe, «Expliquer la stratégie de conservation des droits, " La cuisine savante (blog), 17 février 2021.
  4. "Bonnes pratiques pour les politiques universitaires de libre accès”, Projet d'accès libre de Harvard.
  5. Suber, Pierre. "Le mandat de libre accès à Harvard. » Bulletin d'information sur le libre accès SPARC (2008).
  6. Raju, Reggie et Jill Claassen. "Libre accès : de l'espoir à la trahison. » Bibliothèques collégiales et de recherche 83, no. 4 (2022): 161.

Partagez :

Passer au contenu