En amont de la COP26, Ekanem I. Braide partage son point de vue sur les priorités d'action et le rôle de la science

La science et l'innovation sont essentielles pour lutter contre le changement climatique, dit Braide, mais un engagement communautaire massif est également nécessaire pour provoquer le changement.

En amont de la COP26, Ekanem I. Braide partage son point de vue sur les priorités d'action et le rôle de la science

Cet article fait partie de l'ISC Transformer21 série, qui présente les ressources de notre réseau de scientifiques et d’acteurs du changement pour aider à éclairer les transformations urgentes nécessaires pour atteindre les objectifs en matière de climat et de biodiversité.

Le 28 octobre 2021 – à la veille des négociations sur le climat de la COP26 – le UK Government Office for Science a publié une déclaration de conseillers scientifiques chevronnés du monde entier, appelant à ce que la science et la technologie soient au centre des efforts visant à limiter le réchauffement et à atténuer le changement climatique.

Nous avons parlé à Professeur Ekanem I. Braide, président de l'Académie nigériane des sciences, signataire de la déclaration, pour en savoir plus.

Le Académie Nigérienne des Sciences est membre de l'ISC.

Quel est le message central derrière cette déclaration que tous ceux qui se dirigent vers la COP26 aujourd'hui doivent comprendre ?

Les changements causés par les activités humaines ont déclenché le changement climatique. Celles-ci ont entraîné l'érosion des sols, la pollution (eau, air, terre), la perte de biodiversité et la désertification. La croissance démographique a également accru la pression sur la terre, entraînant une utilisation excessive des terres, une augmentation de l'utilisation d'énergies non renouvelables et un épuisement des matières premières. Pour parvenir à une économie verte et bleue idéale, les pays doivent protéger l'environnement en promouvant la réduction des émissions de carbone, la réduction des polluants, le renouvellement énergétique, l'efficacité des ressources ainsi que la prévention de la perte de biodiversité et de services écosystémiques.

Quelles politiques sont mises en œuvre au Nigeria ? Et que faut-il faire de plus ?

Au Nigeria, il existe de nombreuses politiques réglementaires concernant la dégradation de l'environnement. Il s'agit notamment de réglementations sur la limitation des effluents, l'évaluation de l'impact sur l'environnement (EIE), la gestion des déchets dangereux, les normes environnementales nationales ainsi que la réduction de la pollution dans les industries et les installations générant des déchets. Cependant, l'application de la réglementation a été difficile, même avec les industries du secteur privé. La difficulté d'obéissance parmi les citoyens est liée à la pauvreté. Par conséquent, la croissance de l'emploi et l'amélioration des revenus des ménages auront un impact positif sur la désertification car la pauvreté oblige les citoyens à abattre des arbres pour le bois de chauffage et rend également difficile pour eux de renoncer à l'élimination aveugle des déchets non dégradables.

La déclaration des conseillers scientifiques internationaux avant la COP26 appelle à une collaboration internationale « intense » sur la recherche et l'innovation. Quelles sont certaines des priorités?

La science et l'innovation sont essentielles pour lutter contre le changement climatique. Les scientifiques ont développé des stratégies innovantes pour la réduction des demandes d'énergie dans tous les secteurs ainsi que l'amélioration de l'efficacité de l'utilisation de l'énergie. L'Académie nigériane des sciences a, au fil des ans, promu la recherche sur le développement de technologies d'atténuation et d'adaptation liées au changement climatique. Des options d'énergie renouvelable ont été développées pour remplacer les combustibles fossiles à haute teneur en carbone au Nigeria. Malheureusement, de nombreux Nigérians ne peuvent pas se permettre ces produits, il est donc nécessaire de poursuivre les recherches pour produire des options abordables. Par-dessus tout, il est urgent de mener un engagement communautaire massif et une communication sur les risques afin que les communautés comprennent et s'approprient le problème du changement climatique. Ensuite, ils apprécieront au moins la nécessité et participeront activement au boisement et à d'autres activités d'atténuation abordables. Cela réduira le besoin de réglementations qui sont même difficiles à appliquer.

L'Académie nigériane des sciences note que le changement climatique et les objectifs de développement durable (ODD) sont liés. L'Académie compare donc ses activités aux ODD et s'efforce de contribuer à la réalisation des ODD (y compris l'ODD 13) au Nigeria. Nous, à l'Académie, sommes également au courant de l'Accord de Paris sur le changement climatique 2019 et d'autres accords régionaux et nationaux sur le changement climatique.

Pour lutter de manière adéquate contre le changement climatique, l'Académie nigériane des sciences a besoin de plus de fonds pour la recherche ainsi que d'un engagement communautaire massif et d'une communication sur les risques. L'Académie est impatiente de collaborer avec d'autres académies des sciences pour développer davantage de technologies d'atténuation et d'adaptation et est également disposée à apprendre des stratégies d'autres académies adoptées pour accroître l'utilisation des résultats de la recherche par l'industrie et garantir l'engagement du gouvernement, à tous les niveaux, à traduire la politique en s'entraîner.


Tresse Ekanem Ikpi

Ekanem I. Braide est professeur de parasitologie/épidémiologie et 19e président de l'Académie nigériane des sciences. Elle était membre du comité national qui a réussi à éradiquer le ver de Guinée au Nigeria et, en juillet 2010, a été honorée par le président du Nigeria avec le prix d'officier de l'Ordre de la République fédérale (OFR) pour sa contribution à la maladie. contrôle au Nigéria.

Le professeur Braide a été vice-chancelier de l'Université de technologie de Cross River (CRUTECH) à Calabar, au Nigéria (2004 à 2009) et vice-chancelier des pionniers de l'Université fédérale de Lafia, au Nigéria (de 2011 à 2016). Elle est actuellement la pro-chancelière de l'Université Arthur Jarvis, Akpabuyo, Nigeria.


Photo par Jérémy Bézanger on Unsplash.

VOIR TOUS LES ARTICLES CONNEXES

Passer au contenu