Unir nos forces pour renforcer le mouvement africain de la science ouverte

Jenice Goveas rend compte d'un récent événement de plaidoyer pour la science ouverte en Afrique co-organisé et auquel ont participé des représentants du secteur universitaire.

L'Afrique australe vue de l'espace

Le récit mondial de la science ouverte est largement dominé par celui des pays développés. Cependant, si le mouvement veut atteindre les véritables objectifs du libre accès universel, il est nécessaire de contextualiser les besoins de science ouverte des pays en développement dans la réalité d'un écosystème scientifique naissant et sous-financé construit sur une infrastructure scientifique faible.

L'écosystème africain de la science, de la technologie et de l'innovation envisage des jours meilleurs avec le mouvement de la science ouverte qui prend de l'ampleur. Au milieu de la les défis des infrastructures en Afrique, des bases de données innovantes, des serveurs de prépublication et des plateformes de recherche ouvertes comme AfricArXiv ont accru la visibilité de la recherche africaine. Bien qu'il soit nécessaire d'accroître la volonté politique au niveau national pour promouvoir les pratiques de science ouverte, la collaboration est essentielle pour atteindre ses objectifs.

En phase avec cette pensée, le Association des universités africaines (AUA), la Bibliothèque publique des sciences (PLOS), et le Centre de formation en communication (TCC Afrique) a organisé conjointement une Programme de plaidoyer et de renforcement des capacités en libre accès (OA) et en science ouverte (OS) pour le personnel de direction des universités africaines le 26 avril 2022. Le programme visait à informer les participants sur la nécessité de la science ouverte et ses avantages, et également à faciliter le dialogue qui aiderait à identifier les défis qui entravent sa mise en œuvre. L'événement a réuni les présidents, vice-chanceliers, recteurs, vice-chanceliers adjoints, directeurs de recherche et bibliothécaires de plusieurs universités africaines. Leurs discussions ont porté sur l'amélioration des connaissances sur la science ouverte : vulgariser les meilleures pratiques, accroître l'adoption et encourager de meilleures pratiques de publication et la science citoyenne dans les institutions membres.

Perspectives mondiales sur la science ouverte

Ana Persic, chef par intérim de la section des politiques scientifiques et des partenariats à l'UNESCO, a rendu compte de la Recommandations de l'UNESCO sur la science ouverte et la nécessité d'une politique internationale et d'un cadre d'action pour la science ouverte qui reconnaisse les différences disciplinaires et régionales. Geoffroy Boulton, Président du projet ISC sur la L'avenir de l'édition scientifique a souligné la nécessité de « faire fonctionner la science ouverte dans la pratique ». Il a discuté les Principes de l'édition scientifique, leur pertinence et la nécessité d'agir pour parvenir à un libre accès universel. Roheena Anand, directrice exécutive, Développement mondial de l'édition à la Public Library of Science (PLOS), a discuté de la transition de l'accès libre à la science ouverte et de la participation équitable et de la nécessité de mener des recherches sur la science ouverte.

La science ouverte pour renforcer l'économie du savoir en Afrique

Joie Owango, le directeur exécutif du Centre de formation en communication de l'Université de Nairobi, au Kenya, en tant que président du programme, a commencé par le fait que sur 1074 mandats de science ouverte dans le monde, seuls 36 se trouvent en Afrique, et a souligné l'urgente nécessité d'augmenter ce nombre. Selon le secrétaire général de l'Association des universités africaines (AUA), Olusola Bandele Oyewole, "la science ouverte est le moyen de faire en sorte que la science ait un impact sur la communauté". Les données ouvertes, la méthodologie ouverte et les cahiers ouverts sont les outils clés pour rendre l'information disponible.

Tshiamo Motshegwa, le directeur de la Plateforme scientifique ouverte africaine (AOSP) présenté sur ce que la science ouverte signifie pour l'Afrique, en disant que «la science ouverte offre des opportunités pour que davantage de données soient traduites en informations et, à leur tour, en connaissances et en une économie du savoir». Il a observé que l'avantage démographique de l'Afrique offre une grande latitude pour inculquer les pratiques de la science ouverte aux chercheurs. Le rôle des bibliothécaires en tant qu'acteurs clés de l'écosystème de la science ouverte a été souligné par Mac Anthony Cobbiah, président de la section des bibliothèques universitaires et des consortiums de bibliothèques (AFLIA), réitérant que "les bibliothèques doivent accepter le changement et faire face au changement de format d'information".

Obstacles à l'adoption de mandats de science ouverte

Cependant, le manque de compréhension et de sensibilisation à la science ouverte, l'incompréhension et la désinformation parmi les chercheurs sur le fait que la publication en libre accès coûte cher ont été soulignés comme des obstacles à l'adoption de la science ouverte. Les défis au partage des connaissances et à l'accès aux données comprenaient un manque d'incitations, une infrastructure et une connectivité scientifiques et numériques faibles, un manque de politiques habilitantes aux niveaux national et régional, une absence de politiques efficaces de protection de la propriété intellectuelle et des données, des barrières linguistiques et un manque d'encouragement envers numérisation. La discussion ouverte a également souligné la nécessité de préserver les connaissances indigènes de l'Afrique dans des référentiels numériques. Les participants ont pris l'exemple de l'Afrique du Sud, qui a été un porte-flambeau des politiques OA, parce que le leadership au niveau national a poussé pour le libre accès, et il a été mandaté par l'académie nationale.

Les voies à suivre

Certaines des prochaines étapes discutées comprenaient le plaidoyer, l'obtention du soutien de la direction et des pairs. D'autres ateliers seront conçus pour l'adoption de pratiques de science ouverte : la réunion était un prélude à quatre ateliers de renforcement des capacités qui seront organisés dans différentes régions d'Afrique, afin de réfléchir à des stratégies efficaces pour inculquer la science ouverte dans les programmes de recherche, la pédagogie et l'évaluation. , tout en établissant une feuille de route pour traduire la science ouverte en enseignement, recherche et service communautaire de qualité. Cela renforcerait les capacités en vue de la création d'un cadre pour la gestion durable de la science ouverte dans les institutions africaines. L'objectif plus large de ces efforts est de réduire la perte de ressources due à la duplication de la recherche et d'accélérer les gains socio-économiques grâce au partage des connaissances, réalisable grâce à des pratiques scientifiques ouvertes.


Regardez la rencontre :



Image Johnson de la NASA.

Partagez :

Passer au contenu