Leçons tirées du Covid-19 pour l'interface science-politique-société

L’expérience collective mondiale de la pandémie de Covid-19 a fourni une occasion sans précédent d’examiner la relation entre la science, la politique et la société au sens large dans ce que l’on appelle souvent l’interface(s) science-politique-société. Kristiann Allen, de l'Université d'Auckland, en Nouvelle-Zélande, et le Réseau international de conseils scientifiques gouvernementaux (INGSA) explorent les leçons apprises pendant la pandémie et formulent six recommandations pour l'avenir.

Leçons tirées du Covid-19 pour l'interface science-politique-société

Cette soumission a été inspirée par la note d'orientation du Comité d'experts sur l'administration publique (CEPA) sur les interfaces entre les politiques scientifiques, qui a été rédigée au nom de la CEPA, par les auteurs de la présente soumission. Les auteurs recommandent que cette soumission soit lue conjointement avec le Note d'orientation de la LCPE.


La navigation sur un nouvel agent pathogène et la pandémie qui s'ensuit a dissipé certaines des perceptions erronées les plus courantes sur les interfaces de politique scientifique (SPI) et a révélé certaines vérités pertinentes. Au moins quatre leçons peuvent être tirées :

  1. Les SPI nécessitent une compréhension plus sophistiquée de leur fonctionnement ;
  2. Certains rôles clés sont mis en évidence par la pandémie;
  3. Les approches SPI doivent être dynamiques pour répondre aux différentes étapes et conditions politiques du problème en évolution ou de l'ensemble de problèmes interdépendants
  4. Il est important que les SPI se connectent aux niveaux national, international et mondial. Ces leçons sont d'autant plus importantes pour la préparation future qu'une pandémie telle que COVID-19 et les réponses sanitaires associées se croisent avec le climat et d'autres pressions liées à l'environnement et les disparités socio-économiques sous-jacentes au sein et entre les pays.

Compréhension plus sophistiquée

La pandémie a forcé le retrait de toute notion de « SPI » en tant que relation stable entre la science et la politique, s'engageant uniquement dans le transfert linéaire de connaissances des experts aux décideurs. S'il ne s'agissait que d'un côté transmettant des preuves et de l'autre agissant en conséquence, nous pourrions raisonnablement nous attendre à une convergence politique presque parfaite sur les réponses à la pandémie entre les pays, tous confrontés au même pathogène. Au lieu de cela, les réponses nationales, infranationales et supranationales ont largement divergé en fonction des différentes interprétations du problème et de la manière de le résoudre. Certains gouvernements ont donné la priorité au fonctionnement économique, tandis que d'autres ont adopté une approche classique de santé publique, qui elle-même allait de « l'aplatissement de la courbe » à l'élimination du virus. Ces choix ont été façonnés par la façon dont les acteurs ont interprété leurs conditions contextuelles. Presque tous les choix ont été contestés.

Cette expérience a cimenté une vision plus sophistiquée des ISP, en particulier au sein de la tradition démocratique occidentale. Les ISP qui fonctionnent bien devraient être des écosystèmes dynamiques d'arrangements et de processus organisationnels qui servent à structurer les relations de divers acteurs autour de problèmes politiques complexes comme la réponse à une pandémie. L'éventail des acteurs apportant une pluralité de perspectives, les processus SPI doivent contribuer à faciliter l'échange de preuves scientifiques et à les replacer dans le contexte de valeurs sociales environnantes (parfois opposées) (Douglas 2009). Ce faisant, ils créent les conditions pour l'émergence d'options politiques fondées sur des données probantes, avec une crédibilité et une légitimité sociale élevées (van den Hove 2007; Programme des Nations Unies pour l'environnement 2017), (Weingarten 1999).

Rôles clés au sein des SPI

Nous avons tendance à penser que ce travail a lieu dans des cadres gouvernementaux formels tels que des groupes d'experts, des comités consultatifs ou d'autres structures institutionnelles fonctionnant comme des « organisations frontalières » (Gustafsson et Lidskog 2018; Guston 2001; Blanc, Larson et Wutich 2018). Mais la pandémie a également révélé le rôle des mécanismes SPI en dehors du gouvernement (par exemple, des universitaires et des journalistes scientifiques de haut niveau, etc.) pour influencer le consensus politique et promulguer des idées. Qu'elle soit formelle ou informelle, l'expérience d'une pandémie a servi à illustrer et à affirmer que les rôles limites dans l'écosystème SPI sont distincts du travail scientifique conventionnel de recherche, de publication et de diffusion. (Gluckman, Bardsley et Kaiser 2021 ; Pielke 2007). Ils comprennent:

  1. Générateurs de connaissances scientifiques : chercheurs et experts techniques
  2. Synthétiseurs de connaissances scientifiques : avec des compétences spécialisées en intégration des connaissances et en méta-analyse
  3. Courtiers de connaissances scientifiques : ceux qui travaillent comme des intermédiaires multidirectionnels entre les groupes de parties prenantes de l'ISP
  4. Communicateurs scientifiques.

Certaines organisations frontalières auront des praticiens dans chacun de ces rôles, en particulier des organisations spécialisées dans certains secteurs de la politique publique. Le plus souvent, cependant, les rôles découleront de différentes parties de l'écosystème SPI et devront délibérément coordonner leurs efforts. C’est particulièrement vrai lors d’une crise comme le Covid-19. Par exemple, les ministères de la Santé ont le plus souvent coordonné ces rôles, notamment en travaillant avec des universitaires et des communicateurs scientifiques en dehors du ministère.

Différentes approches pour différentes étapes et conditions

L'expérience de la pandémie en cours a également offert une vision unique de la manière dont les ISP sont mobilisés de différentes manières à différents stades de la crise, en fonction des types de décisions et d'actions nécessaires. Au début, lorsque les médicaments de traitement et de prévention étaient inconnus et que les protocoles de soins intensifs ne faisaient qu'émerger, les meilleurs outils disponibles étaient les mesures comportementales de santé publique (c.-à-d. distanciation sociale et restrictions de mobilité croissantes, masquage, hygiène). Cette approche exigeait une action collective, qui à son tour nécessitait une communication scientifique prudente au public, informée par les sciences sociales et comportementales, ainsi que la contribution de la communauté. Ce dernier a été particulièrement important dans le contexte des communautés multiculturelles.

Cependant, de telles restrictions comportementales s'estompent rapidement, et des réponses pandémiques plus complètes ont émergé à mesure que la pandémie, la connaissance de l'agent pathogène et l'efficacité des mesures ont évolué. Les réponses ont été basées sur la façon dont les responsables ont interprété les nouvelles connaissances et l'évolution de la menace dans leurs contextes sociopolitiques et matériels. C'est dans cette interprétation que l'interaction des connaissances scientifiques et des valeurs publiques normatives au sein des ISP s'illustre le mieux (Wesselink et Hoppe 2020).

Nous avons vu la menace Covid-19 construite (encadrée) de nombreuses manières différentes, chacune avec différents ensembles de conséquences (par exemple, principalement une menace économique, une menace pour l'autonomie personnelle, une menace pour des sous-populations spécifiques, pour la santé mentale, etc. .). Toutes ces préoccupations sont valables, mais l'importance relative a varié selon le temps et le lieu. Parfois, les IPS doivent adopter des processus itératifs qui permettent un consensus sur le cadrage et la structuration du problème (ou d'un ensemble de problèmes interdépendants) afin de synthétiser les preuves à partir de perspectives multiples, et parfois concurrentes (Maier et al. 2019; OCDE 2020; Stevance et coll. 2020; Wesselink et Hoppe 2020). À cette fin, les fonctions clés des SPI à différentes étapes comprennent :

  1. cadrage du problème : définir la nature et l'étendue du problème, de manière collaborative et éclairée par des preuves
  2. structuration du problème : minimiser les désaccords et l'incertitude quant à la nature du problème et à la nature des connaissances nécessaires à l'action.
  3. sélection des connaissances : déterminer les connaissances pertinentes nécessaires à la structuration des problèmes et à la conception de solutions ; implique l'intégration de diverses connaissances disciplinaires et une réflexion sur d'éventuels biais cachés
  4. Gérer les relations entre les parties prenantes : des processus structurés qui protègent l'intégrité de la science tout en empêchant une technocratie stricte.  

Covid a illustré le besoin de SPI agiles qui peuvent se déplacer à travers ces fonctions car les données et informations en temps réel jettent un nouvel éclairage qui peut inciter à recadrer, restructurer ou rechercher de nouveaux types de connaissances pour éclairer à nouveau les options politiques dans un apprentissage rapide et des itérations adaptatives.

Dans le même temps, la pandémie a également démontré que les processus linéaires de partage des connaissances ont une place dans les stratégies SPI qui fonctionnent bien. Par exemple, lorsqu'il existe un consensus sur les orientations politiques (pour « aplatir la courbe », par exemple), un processus plus direct et linéaire de fourniture de preuves est toujours une fonction importante de l'ISP. La modélisation et l'analyse fondées sur des données probantes visant à caractériser l'étendue de la menace ou de l'impact dans différentes populations ou à tester différentes variables politiques sont des informations précieuses pour optimiser la réponse politique.

Connecter les SPI verticalement et horizontalement pour une meilleure cohérence des politiques

Les processus itératifs et linéaires des IPS sont rendus plus efficaces lorsqu'ils sont connectés horizontalement entre les secteurs et entre les niveaux de gouvernement verticalement. La perturbation profonde et omniprésente de la pandémie a démontré la nature systémique de presque toutes les activités socio-économiques. Quel que soit le secteur prioritaire dans la riposte à la pandémie, il y a des effets d'entraînement dans tous les secteurs, qui nécessitent une collaboration intersectorielle pour examiner et s'adapter pleinement. L'implication d'experts possédant différentes expertises sectorielles a permis d'atténuer les compromis. Par exemple, le Observatoire international des politiques publiques au Royaume-Uni est une organisation frontalière nouvellement créée conçue pour aider les décideurs politiques à appliquer les connaissances systémiques des sciences sociales pour aider à atténuer l'impact de la pandémie.

Dans le même temps, connecter les ISP à l'échelle internationale et mondiale est tout aussi important que la connexion intersectorielle. Les traqueurs de politiques et les observatoires se sont multipliés depuis le début de la pandémie (voir le Super-Tracker d'Oxford). C'est une façon pour les décideurs de trouver des idées politiques à appliquer au niveau national. Cependant, lorsque les experts peuvent également partager des preuves sous-jacentes ainsi qu'une position commune sur ce qui doit être considéré comme une preuve (que ce soit pour la formation ou l'évaluation des politiques), cela permet l'action collective internationale et mondiale nécessaire contre la pandémie. À leur tour, les conditions nécessaires qui permettent un tel partage sont des mécanismes SPI globalement intégrés tels que :

Au niveau multilatéral, la principale organisation pour établir le discours et l'établissement de l'ordre du jour sur l'ISP est le Conseil international des sciences (ISC), pour lequel le programme de travail comprend utilement la cartographie et le développement des ISP au sein du système des Nations Unies (voir projets ISC La science dans les politiques et le discours public et de Interfaces science-politique au niveau mondial).

Recommandations

Le Rapport mondial sur le développement durable 2019 a peut-être émis des conseils pour le monde pré-pandémique, mais ses recommandations pour les interfaces science-politique-(et société) sont non seulement vraies, mais prennent une importance accrue à la lumière des leçons de la pandémie. Certaines des recommandations clés sont rappelées et reformulées ci-dessous :

Ces recommandations peuvent être mises en œuvre aux niveaux national et multilatéral (mondial) par un mélange de structures et de processus SPI spécifiques et généralisés. La complexité de ces impacts sociotechniques et sociopolitiques interactifs de la pandémie a mis en évidence l'importance d'IPS bien structurés, bien intégrés et bien connectés.


Image Susan Q Yin on Unsplash

VOIR TOUS LES ARTICLES CONNEXES

Passer au contenu