Une vision pour la Plateforme Africaine de Science Ouverte

La vision et la stratégie attendues de l'African Open Science Platform (AOSP) ont été annoncées lors du quatrième Forum scientifique d'Afrique du Sud (SFSA 2018), qui s'est déroulé du 12 au 14 décembre.

Photo : Tim Snell via Flickr.

La plate-forme africaine de science ouverte est une entreprise panafricaine qui vise à positionner les scientifiques africains à la pointe de la science à forte intensité de données, en stimulant l'interactivité et en créant des opportunités grâce au développement d'efficacités d'échelle, à la création d'une masse critique grâce à des capacités partagées, et amplifier l'impact grâce à une communauté d'objectifs et de voix.

La plate-forme a été présentée à la SFSA par le Dr Khotso Mokhele, co-président du conseil consultatif de l'AOSP et ancien président de la National Research Foundation (NRF), et a été reconnue par le ministre de la Science et de la Technologie (DST), le ministre Kubayi- Ngubane.

L'AOSP a été conceptualisé pour la première fois lors du Forum scientifique de 2015, où le premier Science Internationale réunion a eu lieu (organisée par l'InterAcademy Partnership (IAP), l'Académie mondiale des sciences (TWAS) et le Conseil international pour la science (ICSU) et le Conseil international des sciences sociales (ISSC). L'ICSU et l'ISSC ont fusionné en 2018 pour former l'International Science Conseil). La réunion 2015 de Science International a donné lieu à la publication d'un accord international sur les données ouvertes dans un monde de big data. Cela a déclenché une conversation qui a abouti à l'annonce de l'AOSP lors du Forum scientifique de 2016.

Au cours des deux prochaines années, les membres fondateurs de l'AOSP opérationnaliseront la plate-forme, qui sera initiée lors d'une réunion des membres fondateurs et des bailleurs de fonds internationaux en mai 2019, organisée par le Dr Ismail Serageldin, qui est également coprésident de l'AOSP. .

Il est prévu que la plate-forme à part entière sera lancée en 2020. La DST, la NRF, le Conseil international des sciences, CODATA, et la SA Academy of Science participent activement à l'initiative.



Partagez :

Passer au contenu