Sept principes pour l'édition scientifique

Les nombreux problèmes liés à l'édition savante moderne soulèvent des inquiétudes légitimes quant à savoir si le système répond à ses attentes d'enregistrer et de communiquer efficacement les fruits des efforts scientifiques au public.

Le nouveau rapport « Ouvrir le dossier de la science : faire en sorte que l'édition savante fonctionne pour la science à l'ère numérique » propose sept principes clés pour la publication scientifique pour la guider vers l'avant.


Chapitre 2: « Principes de l'édition scientifique »

Lire le rapport complet: Ouvrir le dossier de la science : faire en sorte que l'édition savante soit au service de la science à l'ère numérique. Paris, France. Conseil scientifique international. DOI : 10.24948/2021.01

Découvrez les résumés dans les langues suivantes :


Principe I : Accès ouvert universel

Le dossier de la science publiée est une source vitale d'idées, d'observations, de preuves et de données qui fournissent du carburant et de l'inspiration pour une enquête plus approfondie, et est une partie profonde de l'édifice de la connaissance humaine.

Ce dossier, y compris les anciens catalogues des éditeurs, doit être considéré comme un bien public mondial, ouvert à la lecture ouvertement et en permanence par les citoyens, les chercheurs et tous les acteurs sociétaux.

Icône Twitter : bleu Cliquez pour tweeter l'image


Principe II : Licences ouvertes

Le progrès de la science dépend de la capacité d'accéder et d'interroger les preuves et les conclusions des travaux passés. Les licences ouvertes contribuent à promouvoir la responsabilité et la traçabilité, permettent aux auteurs de continuer à tirer profit de leur travail et de maximiser la mesure dans laquelle le travail peut être construit par d'autres. Pourtant, lors de la soumission à des revues, les auteurs peuvent être tenus de transférer le droit d'auteur aux éditeurs.

Alors que les nouvelles technologies améliorent la capacité d'interroger l'ensemble des données scientifiques pour découvrir de nouvelles connaissances, les voies d'accès aux ressources qui pourraient faciliter une telle découverte devraient être ouvertes à tous, sans restriction de licence ou de capacité de payer.

Icône Twitter : bleu Cliquez pour tweeter l'image


Principe III : Examen par les pairs rigoureux et continu

La croissance du nombre de publications et la diversification de leurs formats et la nécessité d'une révision rapide en temps de crise ont accru les exigences des réviseurs, qui ne reçoivent aucune récompense tangible pour leur travail.

Il est important de repenser les processus d'évaluation par les pairs, qui sont des éléments essentiels du processus de curation en soumettant les travaux universitaires, les recherches ou les idées d'un auteur à l'examen d'experts indépendants dans le même domaine.

Icône Twitter : bleu Cliquez pour tweeter l'image


Principe IV : Métadonnées de support

Les données et les observations soutenues par les métadonnées doivent être disponibles pour examen lorsqu'un concept pour lequel elles fournissent des preuves est publié. Ces processus sont essentiels pour permettre aux autres de tester la logique et de tenter de reproduire l'expérience ou l'observation.

Ce principe est essentiel au maintien du processus d'autocorrection scientifique. Son adhésion contribuerait grandement à résoudre l'épidémie de non-reproductibilité qui a caractérisé la dernière décennie.

Icône Twitter : bleu Cliquez pour tweeter l'image


Principe V : Accès des générations futures

Le dossier de la science est une partie essentielle de l'héritage de l'humanité et devrait être conservé de manière à en garantir l'accès aux générations futures. Comme la plupart des bibliothèques ne détiennent plus de grandes collections physiques mais gèrent plutôt l'accès à de nombreuses ressources en ligne, il existe un risque que l'accès à ces ressources numériques soit perdu.

Il existe de solides arguments en faveur d'un réseau coordonné de bibliothèques numériques dédié à la préservation du dossier scientifique, sans clause d'extinction, et régi par la communauté scientifique et ses institutions et non par des entités commerciales.

Icône Twitter : bleu Cliquez pour tweeter l'image


Principe VI : Respecter les diverses traditions de publication

Bien qu'il soit clair qu'il n'y a pas de taille unique, il est important que tous puissent s'accorder sur le fait que la contribution au bien public mondial est un objectif partagé et que les processus de publication doivent éviter de créer des silos entre les disciplines.

Il serait peu pratique d'insister sur des normes communes de publication dans toutes les disciplines scientifiques, mais il est important que les revues soient explicites sur leurs normes et qu'elles y adhèrent.

Icône Twitter : bleu Cliquez pour tweeter l'image


Principe VII : Saisir les opportunités

La révolution numérique a créé de nouvelles opportunités pour améliorer la découverte et la diffusion de nouvelles connaissances de manière plus efficace et efficiente, et de nouveaux défis qui doivent être surmontés.

Le système de publication scientifique doit être capable de s'adapter et d'exploiter continuellement de nouvelles opportunités qui satisfont aux principes énoncés ici, et d'éviter de nouvelles menaces à son intégrité, plutôt que d'être inflexible et insensible.

Icône Twitter : bleu Cliquez pour tweeter l'image


Lisez les sept principes plus en détail dans Chapitre 2: « Principes de l'édition scientifique » ou accédez à la publication complète ci-dessous.

Chapitre 2: « Principes de l'édition scientifique »

Partagez :

Passer au contenu