Pourquoi nous avons besoin d'une charte de l'ONU

La numérisation peut soit conduire la transformation vers la durabilité, soit la contrecarrer. Pour que l'humanité saisisse les opportunités, les décideurs doivent agir.

Pourquoi nous avons besoin d'une charte de l'ONU

Lire Charte numérique et laissez vos commentaires avant le 31 janvier 2020.


António Guterres, le secrétaire général de l'ONU, ne cesse de répéter que nous avons besoin de transformations profondes pour prévenir les catastrophes climatiques ainsi que pour lutter contre la pauvreté, réduire les inégalités et endiguer le nationalisme endémique. Il l'a fait, par exemple, lors des sommets de l'ONU sur les crises climatiques et les Objectifs de développement durable (ODD) à New York en septembre. 

Le chef de l'ONU a de bonnes raisons de s'inquiéter. Une montagne de publications scientifiques souligne le danger dans lequel nous nous trouvons. Les rapports les plus impressionnants et les plus complets ont probablement été produits par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC). La communauté scientifique a clairement indiqué que nous avons besoin de changements profonds si nous voulons atteindre la durabilité.

Rétrospectivement, il est regrettable que la numérisation n'ait pas été mentionnée dans les grands accords politiques internationaux que les chefs d'État et de gouvernement ont adoptés en 2015. Elle aura évidemment une incidence sur la réalisation de l'Agenda 2030 de l'ONU, qui comprend les 17 ODD, et l'Accord de Paris. sur le changement climatique. L'intelligence artificielle (IA), l'apprentissage automatique, les réalités virtuelles et les développements associés constituent une révolution technologique incontournable.

Le changement numérique aura des impacts - certains utiles, d'autres préjudiciables - sur chaque ODD, allant de la réduction de la pauvreté à l'efficacité des ressources, de la gouvernance aux systèmes énergétiques et de mobilité, de l'emploi aux partenariats transnationaux. La technologie numérique accélère des changements sociétaux et économiques fondamentaux (Sachs et al, 2019 ).

Eric Schmidt, l'ancien PDG de Google, a déclaré que les systèmes basés sur l'IA pourraient, dans les cinq à dix prochaines années, résoudre des énigmes scientifiques méritant un prix Nobel. Pourraient-ils également changer la donne dont nous avons besoin pour faciliter la transformation vers la durabilité ? Bien intégrées, les deux mégatendances de la numérisation et de la transformation durable pourraient façonner le 21e siècle de manière positive. Ils pourraient créer un modèle de prospérité humaine découplé de la consommation de ressources et des émissions. Dans le même temps, il pourrait recoupler croissance économique et progrès social.

Le Conseil consultatif allemand sur le changement global (Wissenschaftlicher Beirat Globale Umweltveränderungen – WBGU) a récemment publié un rapport phare intitulé : « Vers notre avenir numérique commun » (voir Sabine Balk dans D+C/E+Z e-Paper 2019/07, section Moniteur). Il montre deux choses importantes et paradoxales :

Le Groupe d'experts des Nations Unies sur la coopération numérique (2019) et le consortium scientifique « Le monde en 2050 » (2019) sont également parvenus à ces deux conclusions dans des publications récentes. Il n'y a manifestement pas d'automatisme entre la numérisation et les transformations durables. Le chaînon manquant est la gouvernance. Les décideurs politiques doivent agir rapidement pour que l'humanité relève le défi climatique et réalise les ODD et jette des ponts entre l'innovation numérique et les transformations durables. 

Révolution technologique

Soyons clairs : les transformations de la durabilité à l'ère numérique ne concernent pas simplement des incitations intelligentes déclenchant des solutions technologiques rapides. L'enjeu est bien plus grand. Nos sociétés subissent des changements aussi dramatiques que le changement qui a été provoqué par l'imprimerie ou la machine à vapeur dans les temps anciens. Nous entrons dans une nouvelle ère de civilisation humaine. Entre autres choses, les changements de paradigme affecteront les significations de « développement humain » et de « durabilité ». 

Nous devons tenir compte du fait que la numérisation n'est pas une bénédiction en soi. C'est ambivalent :

Pour appréhender les dangers, il faut donc apprendre vite. La WBGU a identifié plusieurs risques systémiques à l'ère numérique. Ils comprennent les éléments suivants :

Nous devons préparer

Pour plusieurs raisons, nous ne sommes qu'insuffisamment préparés pour relever les défis énumérés ci-dessus. La science dans son ensemble n'exploite pas encore les outils de la révolution numérique. La science du développement durable et la recherche sur les innovations numériques ne sont pas suffisamment liées les unes aux autres. La connaissance de l'impact des dynamiques numériques sur les agences publiques (y compris, bien sûr, les organisations multilatérales comme l'ONU) est encore sous-développée. La manière dont la durabilité et les transformations numériques sont liées n'a pas non plus été suffisamment étudiée. Nous manquons de discours public sur ce à quoi ressemblerait une ère numérique durable et centrée sur l'humain, et un tel discours doit non seulement impliquer les décideurs politiques, mais aussi les entreprises, la société civile et les universités.

Il ne fait aucun doute qu'il faut agir rapidement. Nous devons saisir les opportunités, en orientant les innovations technologiques puissantes vers la durabilité.

Par conséquent, le WBGU a uni ses forces avec d'autres organisations scientifiques, notamment le Conseil international des sciences, Future Earth, l'Université des Nations Unies ainsi que plusieurs partenaires d'Asie et d'Afrique. Lors des événements des Nations Unies à New York en septembre, nous avons lancé un projet de charte des Nations Unies pour une ère numérique durable. On l'appelle "Notre avenir numérique commun» et peut servir de base à un débat mondial, impliquant des scientifiques, des décideurs, des militants communautaires et des citoyens du monde entier. Un tel débat doit ensuite conduire à l'action.

La charte globale doit contenir trois éléments :

L’organisme de bienfaisance projet de charte a été publié sur plusieurs sites Web. Il est ouvert aux commentaires et à la discussion. Il s'appuie sur les Déclarations des droits de l'homme, l'Agenda 2030 et l'Accord de Paris sur le climat. Étant donné, en outre, que la numérisation et la durabilité ont une importance primordiale, il serait logique d'organiser un sommet mondial sur « Notre avenir numérique commun » en 2022 – 30 ans après le Sommet de la Terre à Rio de Janeiro.


Initialement publié sur Développement et coopération D+C

Heide Hackman est le président-directeur général du Conseil scientifique international : heide.hackmann@council.science

Dirk Messner co-préside le Conseil consultatif allemand sur le changement global (Wissenschaftlicher Beirat Globale Umweltveränderungen – WBGU) et est directeur de l'Université des Nations Unies : messner@ehs.unu.edu


Bibliographie

GIEC, 2018: Réchauffement climatique de 1,5 C. Genève.
GIEC, 2019: L'océan et la cryosphère dans un climat changeant. Genève.
Sachs, J., Schmidt-Traub, G., Mazzucato, M., Messner, D., Nakicenovic, N., Rockström, J., 2019: Six transformations pour atteindre les Objectifs de Développement Durable. Durabilité de la nature, Vol. 2 septembre 805-814.
Le monde en 2050, 2019 : La révolution numérique. Vienne, IIASA.
WBGU, 2019: Vers notre avenir numérique commun. Berlin, WBGU.
Panel de haut niveau des Nations Unies sur la coopération numérique, 2019: L'ère des interdépendances numériques. New York, ONU.

VOIR TOUS LES ARTICLES CONNEXES

Passer au contenu