Inscription

Projets CRI 2030

Défiler vers le bas
Ces projets ont été soutenus dans le cadre du premier appel LIRA 2030 Afrique visant à faire progresser la mise en œuvre de l'objectif de développement durable 11 sur les villes d'Afrique.

Voir tous les projets financés en 2017-2019.


Projets financés en 2017

Co-concevoir des communautés énergétiques avec des femmes pauvres en énergie dans les zones urbaines : études de cas au Kenya, en Ouganda et en Afrique du Sud

La croissance rapide des établissements urbains informels en Afrique subsaharienne a dépassé la fourniture d'énergie domestique, une ressource essentielle pour la cuisine, l'éclairage et le chauffage. En conséquence, les ménages ont recours à des sources d'énergie inefficaces telles que le bois, le charbon de bois et le kérosène, ce qui provoque la pollution de l'air intérieur et aggrave leur état de santé. Il y a peu de connaissances sur les interconnexions entre l'énergie domestique et ses effets sur la santé dans les établissements informels en Afrique, ainsi que sur les implications de la nature sexospécifique de la pauvreté énergétique des ménages.

Le projet mènera des études dans deux établissements urbains informels au Kenya et en Ouganda et comparera les résultats aux recherches en cours dans un établissement urbain informel en Afrique du Sud. Le projet repose largement sur l'engagement des parties prenantes (avec les habitants des établissements, les experts et les acteurs politiques) et la recherche expérimentale pour proposer des technologies améliorées et de meilleures politiques qui contribuent davantage aux objectifs énergétiques nationaux dans les trois pays. En fin de compte, le projet vise à coproduire des connaissances sur les services énergétiques domestiques qui tiennent compte du genre, ont de meilleurs résultats en matière de santé et sont économiquement viables.

Chercheur principal: Lorraine Amollo Ambole, Université de Nairobi, Kenya

Pays impliqués dans le projet: Kenya, Ouganda, Afrique du Sud.

Système de traitement de l'eau décentralisé financé par le biogaz pour les communautés des cantons de Diepsloot (Afrique du Sud) et de Chambishi (Zambie) : une étude de faisabilité

L'eau potable et des services d'assainissement adéquats sont vitaux pour la santé humaine. En raison de l'explosion urbaine de l'Afrique, la demande en eau dans les villes africaines augmente à un rythme plus élevé que la croissance démographique. Sa disponibilité, d'autre part, diminue et est exacerbée par les demandes concurrentes des activités économiques, la baisse de la qualité de l'eau et les effets du changement climatique. Déjà, l'approvisionnement insuffisant en eau potable se traduit par des maladies d'origine hydrique et une perte d'activité économique.

Ce projet vise à relever le défi des services d'approvisionnement en eau de base dans les communes. Pour ce faire, il propose une étude de faisabilité sur l'utilisation d'énergies renouvelables générées à partir des eaux usées municipales (eaux usées) comme électricité pour alimenter des usines de traitement d'eau à petite échelle pour l'approvisionnement en eau des communautés du canton. Les sites de recherche choisis pour cette étude sont les townships de Diesploot (Afrique du Sud) et Chambishsi (Zambie). Le système proposé utilisera les rivières locales comme source d'eau ; l'eau qui sera traitée en utilisant le biogaz comme source d'énergie. Il est envisagé que le système soit durable et aidera les cantons à être indépendants des systèmes d'approvisionnement en eau en vrac. Cela devrait permettre aux communautés des cantons d'avoir un accès constant à de l'eau potable, ce qui améliorera la santé de la communauté.

Chercheur principal: Keneiloe Sikhwivhilu, MINTEK, Afrique du Sud

Pays impliqués dans le projet: Afrique du Sud, Zambie.

Effets sur la santé de la pollution de l'air intérieur par les cuisinières dans les villes de Kigali et de Dar er Salaam : une évaluation et une solution

Près de 40 % de la population mondiale dépend de la biomasse comme principale source d'énergie domestique. Dans les pays en développement, les fourneaux à charbon sont le principal équipement de cuisson. L'utilisation de fourneaux traditionnels dans des foyers mal ventilés entraîne souvent des problèmes de santé et contribue à la déforestation. Néanmoins, il n'existe pas d'étude concluante sur les effets de l'utilisation des fourneaux traditionnels sur la santé et l'environnement.

Ce projet cherche à combler le vide dans la littérature sur les effets sur la santé des femmes et des enfants causés par les fourneaux de cuisine en Afrique de l'Est. Le projet se concentrera sur des ménages sélectionnés dans les capitales de deux pays africains, Kigali au Rwanda et Dar es Salaam en Tanzanie. Le projet évaluera les cuisinières existantes sur le marché et travaillera avec des communautés sélectionnées pour reconstruire des modèles plus efficaces en utilisant des matériaux locaux, puis ajoutera des fonctionnalités de sécurité telles qu'une cheminée pour réduire la pollution de l'air intérieur. En outre, l'étude analysera l'efficacité des nouveaux modèles en vérifiant l'exposition à la pollution de l'air intérieur avant et après l'installation des fourneaux de cuisson améliorés.

Chercheur principal: Telesphore Kabera, Université du Rwanda

Pays impliqués dans le projet: Rwanda, Tanzanie.

Evaluation et caractérisation des aléas volcaniques et inondations et de leurs implications sanitaires dans les villes de Goma (République Démocratique du Congo), Buea et Limbe (Cameroun)

Buea, Limbe et Goma comme la plupart des villes africaines, connaissent une croissance économique et démographique rapide. Contrairement à la plupart des villes africaines, ces trois villes sont situées autour de centres volcaniques actifs. Buea et Limbe se trouvent sur les flancs du mont Cameroun et Goma est situé sur les flancs du mont Nyiragongo. Le mont Cameroun est le volcan le plus actif le long de la ligne volcanique du Cameroun et ses éruptions les plus récentes ont eu lieu en 1999 et 2000. Le mont Nyiragongo est le deuxième volcan le plus actif du système de rift est-africain et sa récente éruption a eu lieu en 2002. Il abrite un grand semi -lac de lave permanent qui peut entrer en éruption à tout moment.

Malgré ces menaces, l'urbanisation croissante dans ces villes a conduit à la construction d'immeubles de grande hauteur, souvent sans codes du bâtiment. Ce phénomène est très préoccupant car des séismes d'origine volcanique de même intensité que ceux observés dans le passé sont encore très probables dans ces villes. Ce projet vise à évaluer et évaluer l'étendue et la nature des risques de catastrophe dans ces villes, ainsi que les implications sanitaires de ces risques pour les populations vulnérables de plus en plus nombreuses dans le but de réduire les risques associés.

Chercheur principal: Mabel Nechia Wantim, Université de Buea, Cameroun

Pays impliqués dans le projet: Cameroun, République Démocratique du Congo (RDC).

Vers une réduction de l'exposition humaine aux polluants dérivés de la combustion dans les communautés urbaines de Kampala et Mwanza

Le bassin versant du lac Victoria est un écosystème essentiel pour la région de l'Afrique de l'Est, soutenant plus de 30 millions de personnes pour qui le lac est une source de nourriture, d'énergie, d'eau potable et d'irrigation, entre autres. Le bassin versant a des centres urbains le long des rives du lac en Ouganda, au Kenya et en Tanzanie. L'urbanisation rapide, l'industrialisation et le boom démographique dans ce bassin versant ont augmenté la demande d'énergie pour les applications domestiques et industrielles. En conséquence, les émissions provenant de la combustion du pétrole et de la biomasse pour l'énergie ont fortement augmenté, entraînant une pollution de l'air et des risques pour la santé.

Ce projet utilisera des approches d'engagement multipartite pour comprendre et améliorer la qualité de l'air intérieur dans les ménages au sein de communautés urbaines sélectionnées à Kampala (Ouganda) et Mwanza (Tanzanie). La réduction de la pollution de l'air intérieur dans les maisons participantes, suite à l'utilisation de technologies de cuisson et d'éclairage améliorées, sera mesurée. L'utilisation de toutes les technologies sera surveillée à l'aide d'enregistreurs de données spécialisés. Une conception de cheminée portable sera développée et testée pour étudier une possible réduction supplémentaire de la pollution intérieure. Des entretiens avec des informateurs clés, des discussions de groupe, des réunions communautaires et des visites de foyers de participants permettront de comprendre en profondeur le rôle des attitudes, perceptions, croyances, normes et connaissances de la communauté dans la cause et la résolution du problème de pollution de l'air intérieur, et de mettre en œuvre des interventions plausibles identifiées conjointement.

Chercheur principal: Kenneth Arinaitwe, Université Makerere.

Pays impliqués dans le projet: Ouganda, Tanzanie

Atténuation des risques de maladies d'origine hydrique liées aux inondations à Abidjan et Kampala

Le changement climatique contribue à l'augmentation de la fréquence et de l'ampleur des inondations observées ces dernières années. La situation est particulièrement critique pour les milieux urbains d'Afrique subsaharienne où les inondations sont souvent associées à des maladies d'origine hydrique. La combinaison de catastrophes naturelles, d'infrastructures urbaines médiocres et d'une population en expansion incontrôlée représente une menace majeure pour les moyens de subsistance et la santé de l'homme.

La recherche proposée vise à identifier les mesures d'atténuation liées à la transmission de deux maladies infectieuses (c'est-à-dire le choléra et la leptospirose) liées aux inondations à Abidjan et à Kampala. Le choléra est une maladie diarrhéique provoquée par un manque d'hygiène et d'assainissement. C'est le principal risque sanitaire associé aux inondations dans la plupart des villes africaines. La transmission de la leptospirose se fait par l'urine et les fèces d'animaux infectés et augmente avec l'importance des précipitations. Les incidences humaines de la leptospirose augmentent lors d'événements météorologiques extrêmes tels que les inondations.

Pour pallier le manque actuel de données pertinentes dans les deux contextes choisis, le projet mettra en œuvre une stratégie basée sur l'intégration de la santé humaine, animale et environnementale en utilisant les concepts d'EcoHealth, One Health et Sanitation Safety Planning. Nous visons à générer des connaissances pour recommander des politiques adéquates pour la prévention et l'anticipation des épidémies de choléra et de leptospirose lors d'inondations.

Chercheur principal: Parfait Koffi Kouamé, Centre Suisse de Recherches Scientifiques en Côte d'Ivoire

Pays impliqués dans le projet: Côte d'Ivoire, Ouganda.

Mise en œuvre de stratégies d'assainissement de l'air pour atténuer la pollution de l'air domestique et les maladies respiratoires associées dans les établissements urbains informels des villes de Dar es Salaam et Lilongwe

Ce projet vise à sensibiliser sur les niveaux de pollution intérieure et l'ampleur des maladies respiratoires. Cette sensibilisation contribuera à informer le gouvernement et la communauté locale à adopter des stratégies pertinentes pour des solutions énergétiques propres. Le projet sera mené conjointement avec des chercheurs, des gouvernements et des communautés locales à Vingunguti et Mtsiriza, les deux bidonvilles situés respectivement dans les villes de Dar es Salaam et Lilongwe.

Chercheur principal: Ng'weina Francis, Université de Dar es Salaam, Tanzanie

Pays impliqués dans le projet: Tanzanie, Malawi.

Vers des communautés saines : la science citoyenne pour une meilleure qualité de l'air à Nairobi (Kenya) et à Addis-Abeba (Éthiopie)

La pollution de l'air intérieur et extérieur est un risque sanitaire mondial majeur qui contribue aux maladies respiratoires et cardiovasculaires. Les particules fines sont le principal polluant préoccupant pour la santé humaine. L'une des principales sources de pollution de l'air provient de la consommation d'énergie pour la cuisine et le chauffage dans la maison et pour les transports et d'autres activités, qui contribuent toutes de manière significative à la pollution de l'air intérieur et extérieur dans les zones urbaines à faible revenu. Ainsi, la pollution de l'air provenant du secteur de l'énergie devient un facteur de risque sanitaire majeur en Afrique et des solutions sont nécessaires pour inverser ce défi. On estime que la pollution de l'air domestique résultant de la mauvaise fourniture de services énergétiques modernes est à l'origine d'environ un demi-million de décès prématurés en Afrique subsaharienne chaque année.

Ce projet vise à lutter contre les risques pour la santé humaine résultant de l'exposition à la pollution de l'air intérieur et extérieur provenant de sources d'énergie. Le projet, qui sera mis en œuvre dans les zones périurbaines à faible revenu de Nairobi et d'Addis-Abeba, a trois objectifs : (1) utiliser l'approche de la science citoyenne pour évaluer le niveau et l'ampleur de la pollution de l'air dans une communauté d'Addis-Abeba et surveiller la pollution de l'air dans une communauté à Nairobi; (2) co-créer avec les communautés affectées des solutions de changement de comportement et de politique pour relever les défis sanitaires de la pollution de l'air intérieur, en particulier pour les femmes et les enfants ; et (3) promouvoir une prise de conscience politique et des actions sur le lien entre la santé et le bien-être humains, la pollution de l'air et l'énergie dans les zones urbaines.

Chercheur principal: Philip Osano, Institut de l'environnement de Stockholm, Kenya

Pays impliqués dans le projet: Kenya, Éthiopie.

Projets financés en 2018

Intégration des politiques de logement et de santé pour des villes africaines inclusives et durables

Une grande partie des citadins africains résident dans des quartiers informels, connus pour leurs mauvaises conditions de vie et leurs problèmes de santé publique. Pour que l'Afrique atteigne l'objectif de développement durable 11 qui vise à construire des villes résilientes et durables et, par association, l'objectif 3, qui vise à améliorer la santé et le bien-être, il faut une réinvention des processus de planification du développement des établissements humains dans les villes africaines. En utilisant Cape Town, Afrique du Sud et Douala, Cameroun comme études de cas de ville, cette étude utilise des partenariats transdisciplinaires avec des parties prenantes académiques et non académiques au sein de chaque ville pour mener des recherches sur deux phases. La première phase explore les politiques existantes et les structures de gouvernance pertinentes au Cap et à Douala par le biais de recherches documentaires et d'entretiens approfondis avec des responsables gouvernementaux afin d'identifier les synergies et les opportunités de collaboration entre les secteurs du logement et de la santé. En utilisant l'engagement des parties prenantes, la phase deux étudie des approches appropriées pour intégrer les données quantitatives disponibles dans tous les secteurs gouvernementaux afin d'éclairer l'évaluation future de l'impact sur la santé des interventions en matière de logement pour les pauvres des villes du Cap et de Douala. Cette étude fournira un modèle pratique de collaboration intégrée en matière de santé et de logement pour améliorer la gouvernance urbaine intégrée pour la planification des villes africaines, et contribuera aux efforts visant à résoudre l'énigme du logement sûr, adéquat et favorable à la santé pour les populations urbaines pauvres en croissance.

Expertise représentée dans le projet : Santé publique, Géographie de la santé/santé urbaine, Urbanisme, Démographie

Chercheur principal: Tolu Oni, Université du Cap, Afrique du Sud

Pays impliqués dans le projet : Afrique du Sud, Cameroun

Gestion des installations sanitaires partagées dans les quartiers informels de Kisumu, Kenya et Kumasi, Ghana

Les villes d'Afrique connaissent une croissance sans précédent de leur population urbaine, une grande partie de ces citadins vivant dans des quartiers informels. Le manque d'installations sanitaires est l'un des principaux défis de ces implantations, et de nombreux résidents choisissent de partager les quelques installations disponibles. Le partage donne accès à de nombreuses personnes qui manquent d'installations sanitaires. Cependant, ces installations partagées sont souvent mal entretenues et souillées d'excréments entravant ainsi l'accès et présentant un risque sanitaire pour les usagers et la population en général. Ce projet adoptera une approche transdisciplinaire pour co-concevoir et mettre en œuvre des stratégies pouvant conduire à une gestion améliorée et durable de l'assainissement partagé dans les quartiers informels. Le projet sera mené à Kisumu au Kenya et à Kumasi au Ghana ; deux pays africains dont une grande partie de leur population dépend de l'assainissement partagé. Diverses parties prenantes, notamment le gouvernement local, les universités, le secteur privé et les membres de la communauté, participeront à la conception de stratégies de gestion qui seront testées et mises en œuvre dans des composés sélectionnés. On espère que le projet identifiera des stratégies qui peuvent être adoptées dans les établissements informels dans les deux pays et dans d'autres pays africains, contribuant ainsi à des établissements humains sûrs et inclusifs dans les villes africaines. Les stratégies identifiées influenceront également les décisions, l'élaboration de politiques et l'allocation des ressources aux niveaux national et international, les pays adoptant un niveau acceptable de qualité des installations d'assainissement partagées. Chercheur principalPays impliqués dans le projet

Chercheur principal: Simiyu Sheillah, Université des Grands Lacs de Kisumu, Kenya

Pays impliqués dans le projet : Kenya, Ghana

Réaliser le potentiel de la densité urbaine pour créer des établissements informels plus prospères et plus vivables en Afrique

L'urbanisation rapide et le surpeuplement dans les quartiers informels ont conduit à un développement aléatoire de l'environnement bâti avec des logements médiocres, des équipements sociaux et une exposition à de nombreux risques environnementaux et sanitaires. Pourtant, la densité, si elle est gérée efficacement, peut fournir un bien public qui améliore la productivité économique et réduit le coût de la prestation de services. La recherche suggère que les personnes vivant à proximité favorisent l'innovation sociale, le dynamisme entrepreneurial, la spécialisation économique et la croissance. La densité peut constituer un atout pour une prestation de service efficace en économisant sur le terrain, en recyclant les matériaux, en limitant les coûts de transport et en limitant la consommation d'énergie. Le projet explore différentes manières d'améliorer les quartiers informels denses afin de construire vers le haut plutôt que vers l'extérieur. Cela implique une approche à deux volets : le premier explore comment libérer de l'espace pour le développement holistique des établissements informels par le réaménagement des terres, la promotion de la sécurité foncière, l'accès au financement et les conditions pour les développements à plusieurs étages. La seconde explore la meilleure utilisation de l'espace dans la création de logements abordables tout en ciblant des objectifs sociaux et économiques tels que la construction d'écoles, d'établissements de santé, d'ateliers pour les petites entreprises et de commerces de détail. Cela nécessite une réglementation appropriée de l'activité de construction et des entreprises informelles ainsi que la promotion d'une gouvernance participative. Le projet vise à trouver des options pratiques pour remodeler l'environnement physique des établissements informels grâce à la densification de manière à améliorer les moyens de subsistance des communautés.

Expertise représentée dans le projet : Développement Economique Urbain, Planification Urbaine, Etudes d'Aménagement, Aménagement du Territoire, Gouvernance Urbaine et Locale ; Design urbain; Architecture, construction écologique et conception d'infrastructures, microfinance, dialogue communautaire.

Chercheur principal: Justin Visagie, Conseil de recherche en sciences humaines, Afrique du Sud

Pays impliqués dans le projet : Afrique du Sud, Angola

Co-créer des normes localisées sur l'énergie durable dans les villes du Kenya et de l'Ouganda (LoNSEC)

Dans le cadre des objectifs de développement durable (ODD) récemment adoptés, la planification urbaine liée à l'énergie durable peut offrir des possibilités de relever les défis de développement qui recoupent l'ODD 7 (accès à une énergie abordable et propre), l'ODD 11 (rendre les villes inclusives, sûres, résilientes et durable), ODD 13 (action climatique résiliente) et ODD 5 (égalité des genres et autonomisation de toutes les femmes et filles). Mais cela nécessite non seulement des connaissances sur la nature relationnelle des objectifs et des cibles des ODD, mais également la compréhension des interconnexions au sein de la structure normative des ODD et des voies alternatives utilisées à l'échelle locale pour adapter les normes des ODD dans les initiatives qui recherchent des transitions énergétiques durables dans les villes.

L'objectif du projet est de co-générer des connaissances sur l'interaction entre les normes clés qui sous-tendent l'ODD 5 (égalité des chances), l'ODD 11 (inclusivité), l'ODD 7 (accessibilité) et l'ODD 13 (résilience) dans le contexte de l'énergie durable dans les villes . Cet objectif sera atteint grâce à une recherche-action interdisciplinaire qui approfondit le dialogue et facilite l'apprentissage collectif sur les interprétations alternatives de l'inclusivité, de l'égalité des chances, de la résilience et de l'accessibilité dans les projets de valorisation énergétique à l'échelle du quartier. Les localités ciblées sont la paroisse de Bwaise III (ville de Kampala-Ouganda) et Soweto-Est Kibera (comté de la ville de Nairobi-Kenya). Ces établissements informels urbains sont une multitude de groupes à faible revenu qui prennent l'initiative d'extraire et d'ajouter de la valeur aux matériaux du flux de déchets, grâce à l'utilisation de déchets organiques pour la récupération des nutriments et la production de briquettes énergétiques. Les projets pilotes à Bwaise et Kibera serviront de plates-formes frontières pour l'interface entre les représentants de la communauté et les universitaires et les acteurs politiques, afin de caractériser et de transmettre les interconnexions, les compromis et les synergies entre l'inclusion, l'égalité des chances, la résilience et l'accessibilité à l'énergie durable à l'aide de méthodes de communication visuelle. .

Expertise représentée dans le projet : Sociologie urbaine, Aménagement de l'environnement, Géographie, Moyens de subsistance urbains et informel, Beaux-arts, Études communautaires, Développement urbain et logement, Aménagement du territoire.

Chercheur principal: Université Buyana Kareem Makerere, Ouganda

Pays impliqués dans le projet : Ouganda, Kenya

Standardiser la collecte de données au niveau des villes pour atteindre l'objectif de développement durable 11 en Afrique (SCiLeD)

Les défis urbains auxquels sont confrontées les villes africaines comprennent les pénuries d'eau, l'insécurité, les logements inadéquats, le chômage, le mauvais assainissement, la congestion et le manque de participation qui sont intensifiés par les inégalités, la pauvreté et l'intensité du développement des bidonvilles. Pendant ce temps, la capacité des gouvernements à relever ces défis urbains est diminuée par la croissance démographique rapide, l'urbanisation et la diminution des revenus. Des données sur les populations des bidonvilles, y compris la démographie, l'économie, la mobilité et l'accès aux services urbains de base sur des zones géographiques plus petites comme les villes, les communautés et par sexe et groupes vulnérables sont nécessaires pour prendre de meilleures décisions. Les données sur les tendances et les modèles urbains sont créées par plusieurs agences avec des priorités et des procédures différentes qui limitent souvent la disponibilité, l'exactitude, la couverture, la comparabilité et l'ouverture des données. De plus, ces données se situent au niveau national et non au niveau de la ville ou de la communauté, ce qui masque la véritable situation dans les zones géographiques plus petites. Pour comprendre les distributions, modèles, tendances ou disparités sous-jacents inhérents aux villes africaines, il est nécessaire de décomposer les données agrégées en zones géographiques plus petites, ce qui souligne la normalisation de la collecte de données au niveau des villes en vue d'atteindre l'objectif de développement durable (ODD)11 en utilisant deux villes d'étude de cas – Lagos (Nigéria) et Accra (Ghana). Cela impliquera une harmonisation des priorités et des procédures ; localisation des cibles et indicateurs de l'ODD 11 ; examen des exigences en matière de données ; estimation de petits domaines et cartographie des services urbains; rassembler diverses communautés de données pour adopter une gamme variée de sources de données, d'outils et de technologies innovantes ; mesures des ensembles de données urbaines, mise en œuvre et suivi ; et créer des occasions d'améliorer la participation. En co-créant, co-collectant, co-gérant et co-partageant des données, vous améliorerez la prise de décision, les politiques et la planification pour une gouvernance urbaine durable.

Expertise représentée dans le projet : Géographie du développement, planification urbaine et régionale, environnement, eau et assainissement, géographie humaine, télédétection et SIG, droit et plaidoyer, cartographie et profilage, données de profilage, statistiques, statistiques socio-économiques, profilage des bidonvilles, plaidoyer et engagement communautaire, planification des transports, géospatial simulation.

Chercheur principal: Peter Elias, Université de Lagos, Nigéria

Pays impliqués dans le projet : Nigéria, Ghana

Faire le pont entre la planification énergétique décentralisée et les innovations au niveau des quartiers dans les villes d'Afrique : études de cas du Ghana et de l'Afrique du Sud

Les villes d'Afrique subissent une transition énergétique urbaine dans le but de relever les défis environnementaux associés à l'urbanisation rapide et à l'augmentation des émissions de carbone, tout en contribuant à la mise en œuvre des objectifs 7 et 11 de l'Agenda 2030. Cette transition énergétique urbaine s'accompagne d'une pression constante et continue sur les gouvernements nationaux et locaux pour développer des cadres de planification et des capacités institutionnelles qui répondent aux multiples demandes associées à la création de systèmes énergétiques inclusifs et favorables aux pauvres. En réponse à ces défis, les gouvernements nationaux travaillent avec les autorités municipales pour investir dans la planification énergétique décentralisée, qui devrait conduire au déploiement efficace de technologies énergétiques alternatives dans les communautés défavorisées au moindre coût pour l'économie et l'environnement. Confrontés à la réalité d'avoir le moins d'opportunités de s'engager et d'influencer les politiques et les structures de prise de décision qui régissent la planification énergétique décentralisée, les citadins pauvres recherchent des solutions pratiques qui peuvent briser les barrières à l'accès durable et à l'utilisation potentiel d'obtenir des systèmes énergétiques urbains socialement inclusifs et respectueux de l'environnement.

Expertise représentée dans le projet : Économie du développement, innovation sociale, énergies renouvelables, entreprises sociales et systèmes d'information, gouvernance, transitions urbaines et durabilité.

Chercheur principal: Phumlani Stanley Nkontwana, Université de Stellenbosch, Afrique du Sud

Pays impliqués dans le projet: Afrique du Sud, Ghana

Amélioration communautaire des établissements informels dans les villes de Namibie et de Zambie

À la périphérie de la plupart des villes africaines, les quartiers informels se développent progressivement. Ces solutions informelles doivent tenir compte du manque de terrains et de logements abordables fournis par les autorités locales. Cependant, ces conditions présentent des risques pour la santé et la sécurité des membres de la communauté. En guise de solution, les municipalités locales ont lancé des programmes de modernisation des établissements informels par le biais du recensement et de la prestation de services. Cependant, il s'agit d'une approche descendante qui ne tient pas compte des besoins réels des communautés. Par conséquent, la recherche vise à explorer le processus de mise à niveau communautaire des établissements informels. Cela se fera en comprenant les programmes d'amélioration des établissements informels du point de vue de toutes les parties prenantes, en mettant l'accent sur les opinions des membres de la communauté. Deuxièmement, en analysant les programmes de mise à niveau existants dans les trois villes identifiées de Lusaka, Windhoek et Gobabis. À partir des données analysées, des méthodes et des outils seront développés pour fournir aux collectivités les moyens de mener des projets de mise à niveau durable. En plus d'étudier une approche ascendante pour autonomiser les communautés, ils disposent également d'une plate-forme pour raconter leurs histoires en créant un récit visuel des établissements informels et des opportunités qui s'y trouvent.

Expertise représentée dans le projet : Architecture et production spatiale, Logement et urbanisme, Urbanisme, Modernisation des établissements informels, Résilience aux risques de catastrophe, Géographie urbaine, Engagement communautaire, Plaidoyer fondé sur des preuves, Développement urbain, Politique publique

Chercheur principal: Madelein Stoffberg, Université des sciences et technologies de Namibie, Namibie

Pays impliqués dans le projet: Namibie, Zambie

Espaces verts et valorisation des déchets : renforcer les capacités de résilience en Afrique de l'Ouest urbaine et périurbaine

Une élimination inappropriée des déchets et une mauvaise gestion des déchets causent de la pollution, empêchent le drainage des eaux pluviales, aggravent les inondations et augmentent le risque de maladie. Les déchets recyclés peuvent produire de l'eau d'irrigation, du compost et du carburant vert. En améliorant le recyclage des déchets liquides et solides pour l'agriculture urbaine et périurbaine (par exemple les jardins maraîchers, les pépinières), les espaces verts urbains (par exemple les forêts, les parcs, les jardins) et l'énergie verte (biogaz) à Ouagadougou, Burkina Faso, et Tamale, Ghana, ce projet de recherche pour le développement de deux ans renforce la résilience des socio-écosystèmes urbains et périurbains, contribuant ainsi à l'ODD 11.

En utilisant des approches proactives et participatives, le projet combine l'expertise d'institutions universitaires et d'organisations non universitaires, notamment des assemblées municipales, des entreprises privées et des associations de collecteurs de déchets, de maraîchers et d'éleveurs pour étudier comment mieux collecter, gérer et réutiliser les produits biologiques. déchets liquides et solides au profit de l'agriculture urbaine et périurbaine et des espaces verts urbains, et générer du biogaz pour le développement durable urbain et périurbain. Grâce aux SIG (approches cartographiques participatives), aux outils ethnographiques (entretiens, participation-observation, cartographie, réseaux de valeurs), à la socio-économie (analyse coûts-avantages), à l'agronomie (parcelles expérimentales) et à la modélisation intégrée, les données seront incorporées dans des scénarios pour les discussions avec les parties prenantes et les activités de formation. Le projet développera et facilitera des plateformes multipartites pour la production et l'intégration de connaissances sur les processus et infrastructures d'élimination et de recyclage des déchets appropriés et durables, l'agriculture urbaine et périurbaine et les espaces urbains verts pour des communautés urbaines et périurbaines plus propres et plus résilientes.

Expertise représentée dans le projet : Économie agricole, Écologie, Agronomie, Biologie, Modélisation complexe, Anthropologie, Génie des sols et de l'eau, Gestion des déchets solides et assainissement de l'environnement, Génie des énergies renouvelables, Agroforesterie, Pépinière, Élevage.

Chercheur principal: Safiétou Sanfo, Wascal, Burkina Faso

Pays impliqués dans le projet: Burkina Faso, Ghana

Transformer les villes d'Afrique australe dans un climat changeant

Ne pas lutter efficacement contre le changement climatique compromettrait sérieusement les efforts déployés pour atteindre les cibles de l'ODD 11 : rendre les villes et les établissements humains inclusifs, sûrs, résilients et durables. Dans les villes africaines, les décideurs sont confrontés aux défis de remédier aux graves inégalités socio-économiques découlant d'une histoire coloniale qui affectent encore la grande majorité des citoyens. Dans le même temps, ils doivent œuvrer à la réalisation d'une croissance économique, d'un développement social et d'une gestion de l'environnement conformes à une norme mondiale. Lorsqu'il s'agit de prendre des décisions pour l'avenir des villes africaines, les pressions et les priorités résultant de décennies de « sous-développement », associées à des taux de chômage élevés, à une mauvaise fourniture de services publics et à un important déficit d'infrastructures, ne laissent souvent pas beaucoup d'attention politique, capacités et ressources techniques pour s'adapter au changement climatique. En outre, les programmes d'adaptation traditionnels et progressifs actuels ont souvent une vision étroite de la lutte contre les risques et les impacts climatiques dans l'état actuel du système socio-écologique, sans remettre en question les aspects non durables ou injustes de ce système. L'adaptation transformationnelle offre une approche alternative aux stratégies actuelles d'adaptation progressive. En liant les questions importantes de justice, d'égalité et d'inclusivité à l'agenda du changement climatique et en s'attaquant aux causes profondes des vulnérabilités sociétales, l'adaptation transformationnelle a le potentiel de contribuer à de nombreux ODD. En utilisant Durban (Afrique du Sud) et Harare (Zimbabwe) comme cas, le projet contribuera à mieux comprendre le potentiel des voies de transformation à travers des processus transdisciplinaires avec les parties prenantes de ces villes. Étant donné que les deux villes sont confrontées au défi de la gestion de l'eau dans des conditions climatiques changeantes, la fourniture de services d'eau sera utilisée comme étude de cas sur le risque climat/développement. Une approche de l'apprentissage qui favorise les processus de transformation sera également développée dans le cadre de la recherche proposée.

Expertise représentée dans le projet : Résilience urbaine, Études de développement, Anthropologie environnementale, Ethnographie collaborative, Adaptation au climat urbain, Géographie humaine, Gestion des zones humides, Gestion de l'environnement.

Chercheur principal: Alice McClure, Université du Cap, Afrique du Sud

Pays impliqués dans le projet: Afrique du Sud, Zimbabwe

Intégrer des solutions durables d'approvisionnement en eau et d'assainissement pour créer des villes plus sûres, plus inclusives et résilientes au changement climatique

À Dar es Salaam, les établissements informels représentent plus de 70 %. Ils se caractérisent par l'absence de réseaux d'égouts et le manque de systèmes durables de gestion des eaux usées qui ont souvent conduit à de fréquentes épidémies de choléra et de maladies diarrhéiques. En réponse, BORDA Africa a construit des usines DEWATS pour faire face aux changements susmentionnés et à d'autres risques liés à la santé. Il y a eu plusieurs défis de la part des bénéficiaires avant, pendant et après la construction de ces usines de traitement (DEWATS), principalement en raison de la faible connaissance de la technologie par la communauté, du manque de leur implication dans la mise en œuvre du projet et du manque de soutien des agences gouvernementales et d'autres parties prenantes pour permettre l'acceptabilité de la technologie. Alors que la population de ces bidonvilles continue d'augmenter, la réalisation de l'assainissement universel à Dar es Salaam est plus urgent que jamais. L'amélioration de l'acceptabilité de la technologie DEWATS par la (les) communauté(s) ne peut être possible que par l'application de nouvelles connaissances et approches pour renforcer les stratégies et les politiques vers un assainissement adéquat et équitable. Le projet vise à comprendre et à gérer la construction sociale au sein de la (des) communauté(s) qui peut être engagée dans la co-conception de solutions d'assainissement dans les quartiers informels.

Expertise représentée dans le projet : Santé et sciences de la vie ; Gestion internationale de la santé, ingénierie environnementale, eau et assainissement et gestion des boues de vidange ; Microbiologie moléculaire, Eau et assainissement, Géographie humaine, Génie humanitaire, Génie chimique, Technologie et gestion des ressources en eau, Gestion des eaux usées

Enquêteur principal : Lwetoijera Dickson Wilson, Ifakara Health Institute, Tanzanie

Pays impliqués dans le projet: Tanzanie, Afrique du Sud

Coproduire des connaissances urbaines en Angola et au Mozambique grâce à la collecte de données menée par la communauté : vers la réalisation de l'ODD 11

Ce projet vise à générer des données sur les indicateurs de l'ODD urbain en Angola et au Mozambique et à utiliser ces données pour éclairer une planification et une élaboration des politiques urbaines plus inclusives, durables et participatives. La recherche se déroulera dans les capitales Luanda et Maputo dans trois établissements périurbains sélectionnés dans chaque ville. Le processus de recherche est conçu pour être transdisciplinaire, les membres de l'équipe de recherche principale représentant différentes disciplines de recherche universitaires et professionnelles, tandis que les équipes de recherche locales comprendront également des membres de la communauté et des représentants des autorités locales. Le processus de recherche sera dirigé par la communauté, inclura la collecte de données quantitatives et qualitatives grâce à un mélange de méthodes et explorera les liens entre les ODD urbains, de genre et d'action climatique.

Des cartes géoréférencées, des modèles et des rapports basés sur les données collectées et la méthode de recherche utilisée seront partagés et discutés entre les acteurs urbains concernés au sein et entre les deux villes lors d'une série d'ateliers et de réunions. Ce faisant, le projet vise à contribuer à : la mise en place d'une méthodologie pour la mise en œuvre et le suivi des ODD ; une base de référence pour la formulation de nouvelles politiques urbaines ou la mise en œuvre de politiques urbaines existantes ; et la création et le renforcement de mécanismes de (co-)production de connaissances locales et de partage d'expériences entre les différents acteurs et parties prenantes au sein ainsi qu'entre les villes de Luanda et Maputo.

Expertise représentée dans le projet : Sociologie politique et urbaine, SIG, Géographie, migration, genre, changement climatique, informel urbain et sécurité alimentaire urbaine

Chercheur principal: Sylvia Croese, Université du Cap, Afrique du Sud

Pays impliqués dans le projet: Angola, Mozambique

Projets financés en 2019

Métabolisme inclusif : Utilisation de la théorie coproduite des infrastructures urbaines décentralisées informelles pour transformer la fourniture de services urbains d'alimentation, d'eau et d'énergie en Égypte, au Ghana et en Afrique du Sud

Les études sur le métabolisme urbain ont tendance à se concentrer sur les flux de ressources menés à travers des systèmes d'infrastructure en réseau et exploités de manière centralisée, conduisant par inadvertance à mettre l'accent sur l'énergie et l'eau. Ces résultats de recherche concluent que, pour l'Afrique, l'amélioration de la prestation de services s'apparente à la fourniture d'une infrastructure en réseau.

Ces résultats négligent la réalité selon laquelle de nombreux services dans les villes africaines sont fournis de manière informelle, sous la forme d'interactions capables qui sont généralement « cachées » à la prise de conscience et aux processus des décideurs. Ces interactions cachées nature-société sont démontrées de manière unique dans les systèmes alimentaires, qui, à travers l'Afrique, sont généralement informels. De nombreux ménages urbains ne cultivent pas (ou ne peuvent pas) cultiver leur propre nourriture et dépendent des supermarchés locaux, des chaînes de magasins ou des petites entreprises informelles pour acheter la nourriture qu'ils consomment. Le suivi des quantités ou de la qualité de ces aliments s'avère difficile, ce qui rend les interventions efficaces dans le système alimentaire une affaire incertaine et complexe. Une compréhension des flux alimentaires dans les villes est importante pour assurer la sécurité alimentaire urbaine et le développement d'une gouvernance urbaine appropriée pour la nutrition. Les flux alimentaires fournissent des informations importantes sur l'efficacité du système alimentaire à fournir un accès égal à la nourriture pour tous, le principal déterminant de l'insécurité alimentaire urbaine. En utilisant les systèmes alimentaires comme point d'entrée, ce projet vise à examiner comment les systèmes d'infrastructure informels facilitent la prestation de services. Cette étude examinera le mouvement de l'énergie, de l'eau et de la nourriture à l'intérieur, à l'extérieur et à l'intérieur de trois villes africaines : Le Cap, Kumasi et Le Caire grâce à une recherche à méthodes mixtes. L'étude utilisera les observations des participants, des entretiens avec des experts, des analyses de laboratoire, des ateliers et des photos. On s'attend à ce que cette étude contribue au développement de politiques urbaines qui soient inclusives et promeuvent des systèmes urbains durables.

Expertise représentée dans le projet: Santé et nutrition des populations, gouvernance des systèmes alimentaires, sécurité alimentaire et nutritionnelle, théorie socio-écologique, santé urbaine, urbanisme, chimie, pensée systémique, écologie urbaine, théorie urbaine, développement durable.

Chercheur principal: Sandra Boatemaa, Université de Stellenbosch, Afrique du Sud

Pays impliqués dans le projet : Afrique du Sud, Ghana, Egypte

Réduire le fardeau de la diarrhée sous le changement climatique dans les contextes urbains : Une approche intégrée pour la durabilité dans les villes moyennes ouest-africaines

Les maladies diarrhéiques sont l'une des principales causes de mortalité et de morbidité dans toute l'Afrique subsaharienne, en particulier dans les groupes vulnérables urbains pauvres en raison des modèles particuliers de changement climatique.

Le projet de recherche proposé vise à augmenter la résilience du secteur de la santé et des communautés face au fardeau de la diarrhée dans le contexte du changement climatique vivant dans les deux villes ouest-africaines de taille moyenne, Mbour au Sénégal et Korhogo en Côte d'Ivoire.

Dans un premier temps, nous évaluerons la relation entre l'incidence diarrhéique et les paramètres hydroclimatiques, l'eau, l'assainissement et les indicateurs d'hygiène, socioéconomiques et démographiques. Les données sanitaires et climatiques pour 2012 à 2017 seront obtenues auprès du système d'information sanitaire de district des ministères de la Santé et d'autres sources. Le niveau actuel de connaissance des principales parties prenantes concernant l'eau, l'assainissement et l'hygiène (WASH) et le fardeau de la diarrhée au Sénégal et en Côte d'Ivoire et leurs liens avec le changement climatique seront évalués. De multiples analyses des données et la production de résultats scientifiques seront entreprises. Une série d'ateliers avec les parties prenantes concernées, de la collecte de données à la traduction en politiques, pour l'augmentation des capacités d'adaptation, des partenariats et des collaborations multisectorielles soutenues sera organisée.

Les résultats clés seront utilisés pour fournir des recommandations et des stratégies pour la réduction à court et à long terme du fardeau des maladies diarrhéiques, et contribuer au renforcement du système de santé pour un développement durable des communautés urbaines efficace.

Expertise représentée dans le projet : Géographie de la santé, urbanisation et santé urbaine, changement climatique, maladies d'origine hydrique, hydrogéologie, épidémiologie environnementale, épidémiologie spatiale, évaluation des impacts environnementaux, socio-anthropologie, génie sanitaire, santé environnementale et développement durable.

Chercheur principal: Sokhna Thiam, Institut de Recherche en Santé, de Surveillance Épidémiologique et de Formation (IRESSEF), Sénégal

Pays impliqués dans le projet : Sénégal, Côte d'Ivoire, Suisse.

Avenir de l'eau en milieu urbain : combler les écarts entre l'offre et la demande à Accra et à Johannesburg grâce à la réutilisation

Environ 1 milliard de personnes vivront dans des villes confrontées à une pénurie d'eau permanente d'ici 2050. Une stratégie proposée pour répondre à la demande future en eau est la réutilisation de l'eau. La réutilisation de l'eau consiste à traiter les eaux usées conformément aux normes d'eau potable et à les diriger vers (i) les approvisionnements municipaux immédiatement (réutilisation directe), ou (ii) les eaux souterraines qui sont ensuite captées pour l'eau potable (réutilisation indirecte). La réutilisation directe en eau potable a l'avantage de minimiser les pertes dans l'environnement, et une chaîne de traitement plus courte. Cependant, malgré les progrès de la technologie de traitement et les assurances des services d'eau, la réutilisation directe continue de se heurter à une certaine résistance de la part des consommateurs. Les gens semblent préoccupés par les risques possibles pour leur santé. Il est donc important que les propositions de réutilisation tiennent compte de ces perceptions afin d'en assurer le succès.

Le travail proposé ici cherche à répondre à la question de savoir si, et comment, la réutilisation de l'eau peut combler les lacunes existantes entre la demande et l'offre d'eau à Accra et à Johannesburg. En définissant les critères d'acceptation de l'eau récupérée à partir d'un paradigme de risque, nous identifions l'acceptabilité de l'eau récupérée pour divers usages, comme première étape vers une utilisation durable, axée sur la demande et récupérée de l'eau récupérée dans ces deux villes.

Expertise représentée dans le projet : Réutilisation de l'eau, nanotechnologies pour le traitement de l'eau, perceptions et communication des risques, géographie du développement, écologie, sciences sociales.

Chercheur principal: Anita Etale, Université du Witwatersrand, Afrique du Sud.

Pays impliqués dans le projet : Afrique du Sud, Ghana

Nettoyage de bas en haut : participation inclusive des parties prenantes pour la gestion intégrée des déchets à Accra et Lagos

La production de déchets dans les villes africaines dépasse souvent la capacité des systèmes de gestion municipaux, ce qui contribue à des résultats socio-économiques négatifs. Ce projet contribuera à combler le fossé entre les interventions de gestion des déchets au niveau de la ville et les innovations ascendantes dans les quartiers informels d'Accra et de Lagos - des communautés qui, compte tenu de la pénurie de services municipaux de collecte, ont démontré leur capacité à développer des systèmes décentralisés qui peuvent être renforcée par un soutien technique et politique approprié. En pilotant des initiatives communautaires de gestion des déchets et en facilitant un engagement approfondi entre les acteurs formels et informels, le projet contribuera à établir un cadre de collaboration dans lequel différentes parties prenantes sont disposées et capables d'intégrer de multiples solutions à différentes échelles. En utilisant une lentille de « systèmes souples », le projet combinera des idées et des méthodes d'un éventail de disciplines universitaires (sciences de l'environnement, développement, sociologie, économie) et des pratiques du monde réel (gouvernement, entreprises, société civile, médias et public) émerger avec des modes de compréhension hybrides et de nouveaux outils de résolution de problèmes. Un résultat attendu du projet est une participation accrue des acteurs informels qui ont traditionnellement été négligés dans la gouvernance des systèmes de gestion des déchets dans les deux villes. La réalisation de ce résultat aiderait à contextualiser et à faire progresser les objectifs de gouvernance inclusive, de planification réactive et de résolution intégrée des problèmes énoncés dans l'ODD 11 et le Nouvel agenda urbain.

Expertise représentée dans le projet: Sociologie, sciences de l'environnement, économie de la santé, études du développement, développement urbain, développement des entreprises, technologies environnementales.

Chercheur principal: Temilade Sesan, Université d'Ibadan, Nigéria.

Pays impliqués dans le projet : Nigéria, Ghana, Afrique du Sud.

Décentralisation des services urbains d'adduction d'eau et d'accès à l'eau dans le cadre de l'urbanisation dans les villes de Wa (Ghana) et Niamey (Niger)

Dans le sillage de l'urbanisation rapide en Afrique, les autorités municipales ont eu du mal à suivre le rythme des demandes d'approvisionnement en eau urbaine de la population urbaine, entraînant des inégalités dans l'accès à l'eau en milieu urbain.

Ce projet applique une approche de recherche transdisciplinaire, premièrement, pour favoriser une compréhension intégrée et holistique du problème d'approvisionnement en eau urbaine dans les villes de Wa et Niamey au Ghana et au Niger, respectivement ; et deuxièmement, co-concevoir des politiques et des interventions stratégiques pour améliorer l'approvisionnement en eau et l'accès urbains dans les deux villes.

Par conséquent, l'objectif global du projet est d'explorer comment de multiples parties prenantes, y compris les décideurs, au niveau local, peuvent améliorer leurs connaissances et leur sensibilisation à la situation de l'eau en milieu urbain, et changer leurs attitudes et leurs capacités à l'appui d'une approche de gestion intégrée pour améliorer les capacités. et la gestion des services d'eau urbains décentralisés pour parvenir à un accès inclusif à l'eau pour les populations urbaines, en particulier les femmes, les enfants et les pauvres dans les villes de Wa (Ghana) et Niamey (Niger) en Afrique de l'Ouest.

Expertises représentées dans le projet : Etudes d'aménagement et aménagement du territoire, aménagement du territoire, hydrologie et modélisation hydrologique, photochimie, environnement, matériaux et énergie.

Chercheur principal: Emmanuel K. Derbile, Université d'études du développement, Ghana.

Pays impliqués dans le projet : Ghana, Niger.

Pratiques d'utilisation de l'énergie domestique et interventions potentielles pour une consommation durable à Makhanda-Grahamstown, Afrique du Sud et Kumasi, Ghana

Ce projet de recherche et de formation en collaboration vise à examiner le comportement des ménages en matière d'utilisation de l'énergie comme base pour la co-conception d'interventions pour une consommation durable en Afrique du Sud et au Ghana. L'un des principaux défis de durabilité liés aux villes est la consommation d'énergie non durable du secteur résidentiel, qui à son tour entraîne des impacts négatifs sur l'environnement, une insécurité énergétique, des dépenses énergétiques élevées et une pauvreté énergétique, en particulier pour les ménages à faible revenu. En répondant aux objectifs de sécurité énergétique et d'environnement des villes, l'amélioration de l'efficacité de la consommation d'énergie des ménages est considérée comme un élément important des stratégies de conservation de l'énergie. Le projet examinera les pratiques actuelles d'utilisation de l'énergie des ménages, les facteurs influençant ces pratiques et les interventions potentielles pour promouvoir les économies d'énergie. Ces informations peuvent être utilisées par les autorités municipales, les fournisseurs de services publics et les décideurs en matière d'énergie pour cibler les zones et les comportements qui doivent changer pour gérer la demande d'énergie et promouvoir la durabilité économique et environnementale. Il fait partie d'un effort mondial plus large de résilience des villes centré sur des mécanismes de réponse à la demande ascendants visant à équilibrer l'offre et la demande d'énergie pour la durabilité énergétique.

Expertise impliquée dans le projet : Utilisation des ressources et bien-être des ménages, efficacité énergétique des ménages, études de durabilité, analyse des politiques de développement, gouvernance, genre, planification régionale et urbaine, écologie de la conservation/restauration, politique environnementale et analyse de la planification.

Chercheur principal: Gladman Thondhlana, Université de Rhodes, Afrique du Sud.

Pays impliqués dans le projet : Afrique du Sud, Ghana.

Optimiser la sécurité des eaux souterraines par une approche intégrée de l'assainissement et de l'hygiène dans les villes côtières de Cotonou (Bénin) et Lomé (Togo)

On s'attend à ce qu'à mesure que le changement environnemental mondial se déroule, la détérioration de la qualité de l'eau s'accentuera, nécessitant ainsi un changement de comportement en matière d'assainissement et d'hygiène. Dans les villes côtières d'Afrique de l'Ouest, le problème de la qualité de l'eau est exacerbé par les changements éco-hydro-climatiques, la croissance démographique rapide et la mauvaise gouvernance environnementale.

Ainsi, dans les villes de Cotonou (Bénin) et Lomé (Togo), un défi majeur est que l'eau souterraine est disponible en quantité mais rare en qualité (donc inaccessible) en raison d'un mauvais assainissement et de pratiques d'hygiène inappropriées. Pour l'UNESCO-PHI, un objectif post-2015 est d'« assurer la sécurité de l'eau pour le développement durable ».

Au regard des enjeux de durabilité urbaine (ODD, Agenda 2063, Nouvel Agenda Urbain, etc.), ce projet vise à contribuer à l'atteinte de connaissances, d'attitudes et de pratiques durables en matière d'assainissement et d'hygiène selon une approche multi-acteurs et socio-écologique. mécanisme pour maintenir l'accès à des quantités suffisantes d'eaux souterraines sûres et acceptables dans les villes côtières de Cotonou et Lomé.

Une composante du projet reliant les connaissances du système est d'évaluer l'état actuel des aquifères et de la qualité des eaux souterraines et d'analyser la pression humaine due à un mauvais assainissement et à des pratiques d'hygiène inappropriées, en particulier la gestion des déchets solides/liquides et des excréments liés à la détérioration de la qualité des eaux souterraines. Un deuxième volet axé sur les connaissances cibles consiste à définir des pratiques d'assainissement et d'hygiène acceptables, abordables, gérables et adaptables pour améliorer la qualité des eaux souterraines et leur accessibilité afin d'assurer la durabilité de la santé des personnes, de réduire la pauvreté, l'exclusion et de garantir la sécurité alimentaire. Une troisième composante liée aux connaissances transformatrices est de fournir des voies techniques, sociales, éducatives, juridiques, culturelles et politiques pour améliorer et maintenir les pratiques d'assainissement et d'hygiène et l'accès à des eaux souterraines sûres à Cotonou et Lomé.

Expertise représentée dans le projet : Eaux souterraines et modélisation de la qualité, dynamiques urbaines-côtières, sociologie de l'environnement, sociologie urbaine, urbanisme, systèmes d'information géographique, santé publique, épidémiologie, écologie urbaine, recyclage des déchets.

Chercheur principal: Henri Sourou Totin Vodounon, Université de Parakou, Bénin.

Pays impliqués dans le projet : Bénin, Togo.

Améliorer la santé des zones humides urbaines et des écosystèmes fluviaux au Nigeria et en Afrique du Sud

Les rivières urbaines et les zones humides sont souvent des écosystèmes gravement dégradés et, en Afrique, elles sont souvent utilisées comme conduites d'évacuation des eaux usées et des eaux pluviales. Les rivières et les zones humides urbaines saines peuvent contribuer et soutenir le développement urbain durable en fournissant une variété de services écosystémiques valorisés et souhaités. La dégradation continue des rivières urbaines et des zones humides présente un défi potentiellement insoluble, et nous soutenons qu'une partie de cette intraitabilité potentielle résulte d'une appréciation insuffisante des urbanistes et des décideurs politiques en Afrique de l'interconnexion et de l'interdépendance entre les sous-systèmes écologiques et sociaux au sein d'une rivière/ bassin versant des zones humides. Pour relever ce défi, nous proposons une approche systémique-relationnelle (RS) fondée sur l'éthique dans le cadre du système socio-écologique complexe en tant que perspective analytique pour étudier les dimensions écologiques, économiques et sociales ainsi que la gestion et les institutions des rivières urbaines et de la santé des zones humides. . Notre approche s'écarte de l'évaluation traditionnelle car elle reconnaît que les composantes écologiques et socio-économiques forment ensemble un système complexe intégré et dynamique de la santé des écosystèmes urbains. Nous avons l'intention de recommander des moyens d'améliorer la santé et la fonctionnalité de ces écosystèmes pour soutenir le développement urbain durable grâce à la fourniture de services écosystémiques valorisés et souhaités. Nos études de cas concernent le conseil municipal d'Abuja au Nigeria et le métro de Nelson Mandela Bay en Afrique du Sud.

Expertise représentée dans le projet : Ressources en eau; écologie aquatique; la qualité d'eau; systèmes socio-écologiques; éthique environnementale; anthropologie culturelle; anthropologie médicale; culture, environnement et santé des populations marginales ; les populations médicalement mal desservies ; ethnographie; recherche qualitative; analyse microbiologique; L'évaluation de l'impact environnemental; audit environnemental; systèmes de gestion environnementale; la qualité d'eau; écologie et écotoxicologie des écosystèmes; hydrobiologie, écologie, zones humides, systèmes socio-écologiques.

Chercheur principal: Oghenekaro Nelson Odume, Université de Rhodes, Afrique du Sud

Pays impliqués dans le projet : Afrique du Sud, Nigéria.

Améliorer la durabilité et la résilience d'Accra (Ghana) et de Kampala (Ouganda) grâce à une approche du lien eau-énergie-alimentation (WEF)

L'augmentation de la population mondiale et du nombre de personnes vivant dans les villes a exercé une forte pression sur les ressources en eau, énergie et nourriture (WEF) dans les villes du monde entier. Dans certaines villes, y compris celles des pays africains, l'accès inadéquat aux ressources du FEM a déjà contribué au rationnement de l'eau et de l'énergie, augmenté le coût de la vie et contribué à la pauvreté et aux inégalités. Le changement climatique présente des menaces supplémentaires pour les ressources du WEF des villes. Pendant ce temps, les stratégies qui ont été adoptées pour relever ces défis du FEM les ont jusqu'à présent abordés isolément dans les limites sectorielles. Sans réflexion sur le lien, les interactions entre les secteurs peuvent être négligées, ce qui entraîne des politiques incohérentes, des stratégies contradictoires ou contre-productives et une utilisation inefficace des ressources naturelles. Pour atteindre simultanément la sécurité du WEF, les décideurs doivent prendre en compte les impacts intersectoriels à travers des institutions intégrées et des politiques innovantes.

Ce projet vise à améliorer la résilience et la durabilité de deux villes africaines à croissance rapide, Accra (Ghana) et Kampala (Ouganda), grâce à une évaluation intégrée et participative, à la compréhension et à la gouvernance équitable des ressources du WEF grâce à une approche nexus. Les principales parties prenantes des deux villes seront impliquées dans la co-conception et la coproduction des connaissances d'une manière sensible au genre, favorable aux pauvres et inclusive. L'étude appliquera des approches et des méthodes qui incluent des cadres analytiques de la théorie des systèmes et le développement de scénarios inductifs, ainsi que des outils tels que le métabolisme urbain/social. Les données seront obtenues grâce à l'examen et à l'analyse des informations numériques et d'archives disponibles pour les deux villes, des entretiens avec des informateurs clés et des discussions de groupe. Les données de recherche générées seront partagées par le biais de forums d'engagement des parties prenantes, de tables rondes sur les politiques, d'ateliers et de conférences, de notes d'orientation et de publications dans des revues à comité de lecture.

Expertise représentée dans le projet : Gestion des ressources en eau, adaptation au changement climatique, énergies renouvelables, agriculture, sciences de l'environnement, politique des énergies renouvelables, gouvernance de l'environnement et des ressources naturelles, analyse des systèmes et des liens, écologie politique, justice environnementale, conception et gestion de la recherche interdisciplinaire, gestion de l'environnement et des ressources naturelles, climat évaluation de l'impact du changement, développement urbain, aménagement du territoire, SIG, urbanisme, genre.

Chercheur principal: Fati Aziz, Institut de recherche sur l'eau, Ghana.

Pays impliqués dans le projet : Ghana, Afrique du Sud, Kenya, Ouganda.

Passer au contenu