Inscription

Appel à experts pour participer à la réunion de cadrage du septième rapport d'évaluation du GIEC

Veuillez soumettre votre candidature à l'ISC avant le 3 juin.

Le groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) a invité le Conseil scientifique international à désigner des experts pour participer à la réunion de cadrage du septième rapport d'évaluation du GIEC (AR7), qui se tiendra provisoirement en décembre 2024 à Kuala Lumpur, en Malaisie.

La réunion de cadrage aboutirait à un projet de document de cadrage décrivant les objectifs et les grandes lignes annotées des trois rapports des groupes de travail (y compris la mise à jour du Lignes directrices techniques du GIEC sur l’adaptation, 1994 en conjonction avec le rapport du Groupe de travail II), ainsi que le processus et le calendrier de leur préparation, qui seront ensuite examinés lors de la 62e session du Groupe au premier trimestre 2025.

Les participants à la réunion de cadrage doivent avoir une large compréhension du changement climatique et des questions connexes, et doivent collectivement posséder une expertise dans les domaines suivants :

Groupe de travail I

• Observation, suivi des variables climatiques, réanalyses (océan, atmosphère, cryosphère, terres, eau douce, côtes), compréhension des processus (cycle de l'eau, forceurs climatiques de courte durée et qualité de l'air, autres processus du système climatique).

• Modélisation du climat (global, modèles du système terrestre, régional, couplé, océan, atmosphère, cryosphère, terre, hydrologie, chimie et biogéochimie) et évaluation de modèles.

• Climatologie statistique (tendances, extrêmes, attribution, réduction d'échelle et correction des biais, contraintes d'observation, IA,…), tendances mondiales et régionales récentes.

• Projections d'ensemble à court et à long terme, scénarios, émulateurs, incertitudes, budget carbone.

• Services climatiques et outils d'aide à la décision (expérience de travail avec les parties prenantes).

• Des conséquences climatiques à fort impact et des changements brusques, notamment des points de bascule, des événements cumulatifs et en cascade.

• Aspects physiques des ressources renouvelables (Énergie, Eau, …).


Groupe de travail II

• Impacts, pertes et dommages, ainsi que vulnérabilité et risques, sur les ressources naturelles (par exemple les terres, l'eau douce, la biodiversité et les océans), humaines (par exemple la sécurité humaine, la mobilité et la migration, la santé, les secteurs économiques, la pauvreté, les moyens de subsistance et le patrimoine culturel), et des systèmes humains-naturels gérés ayant des implications pour un développement résilient au changement climatique.

• Évaluation de l'adaptation au changement climatique : méthodes de suivi, définition d'indicateurs, de mesures et d'objectifs, mesure de l'efficacité politique observée et projetée à plusieurs échelles temporelles et spatiales.

• Scénarios et évaluations de politiques intégrées d'adaptation, d'atténuation et de développement à plusieurs niveaux de gouvernance (local à multinational) tenant compte du genre, de l'équité, de la justice et/ou des savoirs autochtones et des savoirs locaux.

• Agrégation d'informations sur les impacts, la vulnérabilité, l'adaptation et les risques pour les établissements (ruraux, urbains, villes, petites îles) et les infrastructures et systèmes (par exemple, assainissement et hygiène, eau, nourriture, nutrition, sécurité économique et énergétique, industrie, santé et bien-être, mobilité).

• Besoins d'adaptation, options, opportunités, contraintes, limites, conditions favorables, impacts politiques et facteurs d'influence, y compris les contributions de la gouvernance, de la finance, du droit, de la psychologie et de la sociologie.

• Dimension mondiale des réponses d'adaptation : incitations financières, réponse aux pertes et dommages, équité, justice, finance et gouvernance, etc.

• Facteurs socioculturels, psychologiques, politiques et juridiques de la prise et de la mise en œuvre des décisions.


Groupe de travail III

• Réponses d'atténuation dans les domaines de l'énergie, de l'industrie, des transports, des bâtiments, de l'agriculture, de la foresterie, de l'utilisation des terres et des déchets ; Planification des systèmes énergétiques (y compris le stockage de l'énergie, la gestion de la demande, les technologies d'approvisionnement en énergie, etc.).

• Options d'atténuation intersectorielles couvrant les systèmes terrestres, côtiers et océaniques, y compris le couplage sectoriel, l'élimination du dioxyde de carbone, le captage et le stockage du carbone, le captage et l'utilisation du carbone, etc.

• Tendances des émissions (modèles de consommation, comportement humain et tendances des émissions, y compris les aspects économiques, sociologiques et culturels).

• Scénarios et transitions aux échelles mondiale, nationale, régionale et locale.

• Gouvernance (politiques, institutions, accords et instruments) aux niveaux international, national et infranational, y compris des transitions justes des secteurs et des systèmes.

• Atténuation et développement durable (renforcement des capacités ; innovation, transfert et adoption de technologies ; conditions favorables associées ; coopération internationale).

• Aspects économiques et financiers des options d'atténuation.


Domaines d’expertise transversaux

• Intégration de différentes formes de connaissances et de données liées au climat, y compris les connaissances autochtones, les connaissances locales et les connaissances fondées sur la pratique.

• Informations climatiques régionales (y compris terrestres, océaniques et côtières) et sectorielles.

• Élimination du dioxyde de carbone, modification du rayonnement solaire et impacts/rétroactions associés sur le système terrestre.

• Scénarios et voies, y compris le climat physique, les impacts et l'adaptation, l'atténuation, le développement, la faisabilité et les considérations socioculturelles (équité, éthique, finance).

• Co-bénéfices, impacts évités, risques et co-coûts de l'atténuation et de l'adaptation, y compris : les interactions et les compromis, les défis technologiques et financiers, les options et la mise en œuvre et les options à faible regret.

• Dimensions d'éthique et d'équité du changement climatique, du développement durable, du genre, de l'éradication de la pauvreté, des moyens de subsistance, de la santé et de la sécurité alimentaire.

  • Réponses sociétales aux dimensions spatiales et temporelles des risques et des avantages du changement climatique, y compris les aspects sociologiques, financiers, culturels et de communication.

Même si les grandes lignes finales des rapports n’incluent peut-être pas tous les domaines énumérés ci-dessus, le GIEC sollicite une vaste expertise afin de déterminer les domaines solides à prendre en considération. Lors de la sélection des participants à la réunion de cadrage, les critères suivants seront pris en compte : l'expertise scientifique, technique et socio-économique, y compris la diversité des points de vue ; représentation géographique; un mélange d'experts avec et sans expérience préalable du GIEC ; équilibre entre les sexes; et des experts issus de groupes de parties prenantes et d'utilisateurs concernés, notamment des praticiens, des représentants du secteur privé, des organisations intergouvernementales et non gouvernementales et des gouvernements.

Comment nommer

L'ISC invite sa communauté à nommer des experts pertinents. Toutes les candidatures doivent clairement indiquer le domaine d'expertise du candidat. Veuillez également noter que les travaux de la réunion de cadrage se dérouleront uniquement en anglais.

Comme l'ISC doit examiner toutes les candidatures et les télécharger, veuillez soumettre le formulaire dûment rempli. formulaire de nomination accompagné d'un CV (maximum 4 pages) en anglais by 3 Juin 2024 à Katsia Paulavets, responsable scientifique principale à katsia.paulavets@council.science.

Contactez-nous

Katsia Paulavets

Katsia Paulavets

Agent scientifique principal

Conseil scientifique international

Katsia Paulavets
Passer au contenu