Inscription

COVID-19 : veillons à ne pas tirer la mauvaise leçon

Ceci est un appel au réveil. La nouvelle écologie mondiale que nous avons créée en ravageant les ressources de la Terre comporte de grands risques pour l'humanité.

Ce blog est republié à partir du Boussole de durabilité COVID-19

Nous sommes au milieu de l'un des plus grands réveils mondiaux de l'histoire, menaçant à la fois des vies individuelles et des systèmes économiques et sociaux entiers. Assurons-nous de ne pas apprendre la mauvaise leçon. Ce n'est pas seulement une urgence de santé publique. C'est quelque chose de plus grand. C'est la nature qui nous dit que la nouvelle écologie mondiale que nous avons créée en ravageant les ressources de la Terre comporte de grands risques pour l'humanité.

Cela nous dit que les impacts locaux de nos actions sont transmis à travers l'océan mondial, l'atmosphère mondiale et les réseaux mondiaux culturels, économiques, commerciaux et de voyage pour devenir des impacts mondiaux. Cela nous dit que les solutions nationales à elles seules sont tout à fait inadéquates, que les virus et le climat n'ont pas de passeport, que nous devons résoudre les causes sous-jacentes de notre vulnérabilité grâce à une collaboration mondiale, à des institutions mondiales revitalisées et à des investissements dans les biens publics mondiaux. Et cela nous dit à quel point sont les externalités que les marchés ne peuvent pas résoudre.

La santé et l'environnement sont intimement liés, alors ne les séparez pas dans la politique

La santé de l'espèce humaine, et de toutes les autres espèces sur Terre, est conditionnée par l'environnement planétaire que nous partageons tous. Le virus qui s'est propagé aux humains à Wuhan et maintient maintenant le monde enfermé est une réponse à l'assaut de l'humanité contre le système planétaire. Cet assaut est temporairement suspendu tant que le verrouillage mondial dure, mais il a toujours le potentiel de continuer à s'accélérer à une vitesse formidable. Nous ne devons pas laisser cela se produire.

Ne pas prendre soin de la planète, c'est ne pas prendre soin de nous-mêmes. Notre pénétration continue dans les espaces sauvages nous a confrontés à des maladies qui sont toujours à l'affût pour franchir la barrière des espèces par rapport aux autres hôtes. Notre alimentation, notre climat, nos ressources, notre santé, notre économie font tous partie du système mondial complexe dans lequel chaque partie influence toutes les autres. Il serait désastreux, par exemple, de suspendre nos tentatives de contrôler le changement climatique mondial pendant que nous traitons le COVID-19.

Mais cela nous renseigne également sur la capacité humaine à réagir.

Rarement, voire jamais, autant de personnes ont été alertées aussi rapidement d'un choc à grande échelle. Anxieux et mal à l'aise comme ils sont, les gens ont réagi en faisant d'énormes sacrifices personnels en acceptant des mesures sans précédent car ils reconnaissent une menace existentielle pour la survie collective de leur communauté. Les leçons salutaires pour les sociétés humaines ont souvent précipité des changements socio-économiques et politiques plus rapidement et plus loin que les processus normaux ne sont capables de le faire. Nous devons utiliser ces leçons et la réponse publique animée pour réformer notre façon de vivre sur la planète.

Une sensibilisation accrue du public peut être un puissant levier pour instaurer le changement. Il est essentiel de sensibiliser aux dimensions environnementales plus larges du COVID-19. Nous devons veiller à ce que l'attention ne soit pas détournée du climat, de la dégradation de la biosphère et des ODD. Il ne doit pas reprendre ses activités comme d'habitude. Nous devrions réfléchir à deux fois avant de redémarrer l'économie basée sur les hydrocarbures, et plutôt saisir l'occasion de penser plus vert. Et nous devons noter que bon nombre des pays les plus durement touchés sont ceux où les politiques de libre marché ont érodé les capacités de l'État et induit une habitude d'inaction gouvernementale en faveur du fondamentalisme de marché.

Et qu'en est-il de la réponse de la science ? 

La réponse scientifique immédiate à la pandémie est principalement biomédicale. Alors que nous sortons de la phase aiguë, cette compréhension biomédicale doit être ancrée dans des préoccupations plus larges concernant l'écologie mondiale, y compris ses dimensions sociopolitiques et culturelles. La science des systèmes mondiaux est essentielle et la promotion de la pensée systémique parmi les décideurs et les politiciens est essentielle. Tout comme les outils de la révolution numérique ont été efficaces pour surveiller et gérer la pandémie, ils doivent l'être dans un contexte écologique plus large, mais avec un œil attentif sur leurs conséquences pour les libertés civiles.

Ce devrait également être le moment pour le mouvement de la science ouverte de devenir adulte. Les données ouvertes, le libre accès aux résultats scientifiques et une nouvelle et vigoureuse ouverture à la société pourraient être de puissants atouts pour permettre un changement transformateur. Ce sont les priorités qui façonneront la nouvelle norme pour la science internationale et qui définiront le travail du Conseil international des sciences pour faire progresser la science en tant que bien public mondial. Si nous pouvons continuer à surfer sur la vague de confiance du public dans la science tout au long de cette pandémie, pouvons-nous en tirer parti pour mobiliser encore plus de soutien en faveur de l'action climatique ?


Corona Sustainability Compass – gérer aujourd'hui, maîtriser demain. Le Corona Sustainability Compass est une nouvelle initiative menée par UBS (Umweltbundesamt) en partenariat avec l'ISC, Future Earth et Stiftung 2° (Foundation 2°). Pour plus d'informations Découvrez 


Geoffroy Boulton

professeur Regius de géologie émérite, Université d'Édimbourg; Recherche en géologie/glaciologie des changements environnementaux; membre du conseil d'administration du Conseil scientifique international; ancien membre du Conseil du Premier ministre britannique pour la science et la technologie; anciennement président du Royal Society Science Policy Centre; ancien président de la Commission des données pour la science et la technologie (CODATA)

Heide Hackman

Le Dr Heide Hackmann est le PDG du Conseil international des sciences, après avoir été directeur exécutif du Conseil international pour la science (ICSU) depuis mars 2015. Avant de rejoindre le CIUS, Heide a été pendant huit ans directeur exécutif du Conseil international des sciences sociales ( CISS).


Photo par Thijs Stoop on Unsplash

Passer au contenu