Inscription

L'avenir de la science : voix de nos partenaires

Cela fait partie d'une série d'entretiens avec des dirigeants d'organisations partenaires internationales. Nous leur avons demandé de peser sur l'importance de notre projet de fusion couplé à Conseil international des sciences sociales (ISSC) pour un avenir scientifique en évolution rapide.

Il s'agit du troisième volet d'une série régulière publiée d'ici le réunion commune historique de nos membres à Taipei en octobre. Si elle est acceptée, la fusion marquera l'aboutissement de plusieurs décennies de débat sur la nécessité d'une collaboration plus efficace entre les sciences naturelles et sociales, et entraînera de nouvelles façons de penser sur le rôle de toutes les sciences pour répondre aux défis complexes de la modernité monde.

La nouvelle organisation sera officiellement lancée en 2018. Pour en savoir plus sur le projet de fusion, visitez le page gitbook.

Vous pouvez lire la première partie de la série, "Selon vous, à quoi sert essentiellement la science à l'époque actuelle et dans les 30 années à venir ?", et la deuxième partie "Qu'est-ce qui définit le contexte mondial de la science aujourd'hui, et quelle sorte de science est urgente ? »

Q : À quoi ressemble pour vous le succès de la fusion ICSU/ISSC ?

Erik Solheim, Chef de l'ONU Environnement (PNUE): Le succès de la fusion éventuelle des deux Conseils offrira une opportunité multidisciplinaire de fournir la base scientifique d'une approche intégrée de la réalisation des objectifs de développement durable (ODD). le Future Earth initiative est un bon pilote, mais loin d'être suffisant. Les synergies des sciences biophysiques et sociales aideront certainement les planificateurs nationaux à adopter une approche holistique pour prendre des décisions sur leurs plans nationaux et les mettre en œuvre de manière intégrée.

Irina Bokova, directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO): La vision de la science nécessaire à la Agenda pour le développement durable 2030 est interdisciplinaire et inclusif. L'initiative de fusion ICSU/ISSC reflète cette vision et signale aux décideurs politiques l'évolution des différents contextes scientifiques, et que cet engagement interdisciplinaire particulier doit être considéré comme la nouvelle norme.

L'ICSU/ISSC fusionné devrait être une étape dans le développement d'une culture de la science transformationnelle dans laquelle les décisions politiques sont informées de manière efficace et opportune par l'évaluation systématique de la base de données, générée par la science, qui peut être pertinente pour des domaines cruciaux de la politique publique -fabrication.

UNESCO trouverait un partenaire privilégié dans l'organisation fusionnée. Le nouveau mandat ancré dans les synergies entre les sciences naturelles et sociales créerait un environnement riche pour une collaboration continue, forte et fructueuse vers l'objectif mutuel de transition vers une planète durable et pacifique.

Guido Schmidt-Traub, directeur exécutif du Réseau des solutions de développement durable des Nations Unies: Une fusion réussie de ces organisations produirait un organisme scientifique efficace sur le plan opérationnel et raisonnablement bien financé, capable de travailler sur l'éventail complet des défis du développement durable. La question du financement est essentielle puisque l'entité fusionnée doit être en mesure d'entreprendre un travail prospectif sans avoir à lever en permanence des fonds pour les dépenses de fonctionnement de base.

Mohamed Hassan, directeur exécutif fondateur de l'Académie mondiale des sciences (TWAS) : L'organisation combinée refléterait la réalité de la science d'aujourd'hui : il y aura une interaction croissante entre les sciences naturelles et sociales. Par exemple, si nous voulons lutter contre le changement climatique, nous devrons examiner comment le comportement humain ou les normes culturelles humaines contribuent aux émissions de gaz à effet de serre - et comment le comportement et les normes culturelles pourraient contribuer aux solutions. Nous devons comprendre l'économie, car la dynamique économique contribue au changement climatique et peut contribuer à une solution.

La fusion ICSU-ISSC peut apporter une contribution majeure à l'amélioration du dialogue et des relations de travail permanentes entre les sciences naturelles, les sciences de l'ingénieur et les sciences sociales. Dans le même temps, cette fusion est un signal aux décideurs politiques et autres que les réalités scientifiques évoluent, et que ce dialogue particulier et cet engagement multidisciplinaire particulier doivent être considérés comme la nouvelle norme.

Charlotte Petri Gornitzka, Présidente du Comité d'aide au développement (CAD) de l'OCDE: C'est une question très difficile, mais normalement vous pouvez dire qu'un processus de changement a réussi après quelques années lorsque le personnel et les parties prenantes décrivent spontanément les avantages du changement.

Agence suédoise de coopération internationale au développement (ASDI): Une organisation fusionnée réussie sera une organisation qui promeut l'égalité d'accès et de contribution aux connaissances mondiales et qui peut offrir une critique intellectuelle des préoccupations mondiales saillantes et à long terme, tout en tenant compte des problèmes locaux.

Partenariat interacadémique (IAP): L'ICSU et l'ISSC sont des institutions extrêmement précieuses pour l'entreprise mondiale de recherche, et une fusion réussie permettra à la nouvelle organisation d'améliorer la valeur qu'elle offre à ses membres syndicaux nationaux et disciplinaires tout en développant ses efforts pour travailler à travers les disciplines et les frontières nationales afin de garantir que la science mondiale fonctionne comme une entité plus cohérente et efficace.

Marlene Kanga, présidente élue de la Fédération mondiale des organisations d'ingénieurs (WFEO): L'ICSU et l'ISSC combinés seront en mesure d'apporter une diversité de pensée au développement de cadres politiques pour résoudre les problèmes mondiaux auxquels le monde est confronté. Les deux organisations peuvent développer des stratégies internationales afin que personne ne soit laissé pour compte, une aspiration clé des objectifs de développement durable des Nations Unies.

Chao Gejin, président du Conseil international de la philosophie et des sciences humaines (CIPSH): Il semble que la fusion de l'ICSU/ISSC soit inévitable. La coopération vaut toujours mieux que l'isolement.

À propos des répondants

Erik Solheim est à la tête de Environnement des Nations Unies @ErikSolheim

Irina Bokova est directrice générale de UNESCO @IrinaBokova

Guido Schmidt-Traub est directeur exécutif de la Réseau de solutions de développement durable des Nations Unies @GSchmidtTraub

Mohamed Hassan est TWAS Directeur exécutif fondateur @TWASNews

Charlotte Petri Gornitzka est présidente du Comité d'aide au développement de l'OCDE (CAD) @CharlottePetriG

Partenariat InterAcadémie @IAPartenariat

Marlene Kanga est présidente élue du Fédération mondiale des organisations d'ingénieurs @WFEO

Agence suédoise de coopération internationale au développement (ASDI) @Asdi

Chao Gejin est président de la Conseil international de la philosophie et des sciences humaines (CIPSH)

[ID d'éléments liés = ”4356,1489″]

Passer au contenu