Inscription

Se préparer pour la Décennie des Nations Unies pour les sciences océaniques au service du développement durable

Une conférence scientifique de haut niveau qui s'est tenue cette semaine à Paris a donné un aperçu des progrès scientifiques récents et des dernières tendances sur les interactions océan-climat. En vue du lancement de la Décennie des Nations Unies pour les sciences océaniques en 2021, la conférence a demandé comment passer « de la science à l'action ».

La conférence, intitulée « De la COP21 à la Décennie des Nations Unies pour les sciences océaniques au service du développement durable (2021-2030) », s'est tenue du 10 au 11 septembre 2018 au siège de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) à Paris. Rassemblant environ 500 participants, la réunion a été une première occasion de discuter de la préparation de la prochaine Décennie des Nations Unies, qui a été approuvée par la 72e Assemblée générale des Nations Unies en septembre 2017. La Décennie vise à consolider les travaux de la Commission océanographique intergouvernementale de l'UNESCO (COI-UNESCO) stimuler la coopération internationale en sciences de la mer, visant à mobiliser la communauté scientifique, les décideurs politiques, les entreprises et la société civile autour d'un programme commun de recherche et d'innovation technologique.

Parmi les participants figuraient Frédérique Vidal, ministre française de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation ; Vladimir Ryabinine, Secrétaire exécutif de la COI-UNESCO ; Marie-Alexandrine Sicre, Présidente de SCOR, et Martin Visbeck, qui est membre de l'International Science Council's Conseil d'administration.

Les sessions du groupe d'experts ont mis en lumière les nouveaux développements en sciences océaniques, tels que les découvertes sur les désoxygénation des océans; activités de renforcement des capacités telles que la MOOC Océan à partir du 24 septembre ; et les questions relatives à la coopération scientifique inter et transdisciplinaire, aux interfaces politiques et aux objectifs de développement durable (ODD). Une session spéciale consacrée à l'égalité des sexes s'est concentrée sur les opportunités de faire progresser les femmes dans les sciences océaniques dans le contexte de la Décennie de l'océan. De nombreuses sessions ont appelé à des travaux supplémentaires pour engager et reconnaître les contributions des sciences sociales, ainsi que pour soutenir la recherche transdisciplinaire. le Réseau d'action pour la connaissance des océans de la future Terre, représentée par sa coprésidente Anna Zivian, a été saluée comme un excellent exemple de réseau collaboratif.

La Conférence était organisée par la Commission océanographique intergouvernementale (COI) de l'UNESCO et le Plateforme Océan et Climat, en collaboration avec les partenaires suivants : Agence française pour la biodiversité, AllEnvi, le gouvernement du Canada, CNRS – Le centre national de la recherche scientifique, FFEM – Le fonds français pour l'environnement mondial, IFREMER, Institut Paul Ricard Océanographique, IRD – Institut de Recherche pour le Développement, et UBO – Université de Bretagne Occidentale.


Passer au contenu