Inscription

Les objectifs mondiaux de développement durable nécessitent des cibles plus claires et plus mesurables, selon un nouveau rapport d'experts scientifiques

Selon un nouveau rapport publié aujourd'hui par le Conseil international pour la science (CIUS) et le Conseil international des sciences sociales (CISS), les ODD offrent une « amélioration majeure » ​​par rapport à leurs prédécesseurs, les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). Cependant, le rapport constate que sur les 169 cibles sous les 17 projets d'objectifs, seulement 29% sont bien définis et basés sur les dernières preuves scientifiques, tandis que 54% ont besoin de plus de travail et 17% sont faibles ou non essentiels.

Paris, le 13 février 2015 – Les objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies proposés - un ensemble universel d'objectifs pour guider le développement international jusqu'en 2030 - auront du mal à atteindre leurs objectifs politiques déclarés sans cibles plus claires et plus mesurables, selon un nouveau rapport publié aujourd'hui par le Conseil international pour la science (CIUS) et le Conseil international des sciences sociales (CISS).

Les auteurs constatent que dans l'ensemble, les ODD offrent une « amélioration majeure » ​​par rapport à leurs prédécesseurs, les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), avec une meilleure compréhension de l'interaction entre les dimensions sociales, économiques et environnementales. Et tandis que les OMD ne concernaient que les pays en développement, le nouvel ensemble d'objectifs s'appliquera à tous les pays du monde.

Le rapport constate que sur les 169 cibles sous les 17 projets d'objectifs, seulement 29% sont bien définis et basés sur les dernières preuves scientifiques, tandis que 54% ont besoin de plus de travail et 17% sont faibles ou non essentiels.

L'évaluation des cibles - qui visent à opérationnaliser les 17 objectifs fixés pour être approuvés par les gouvernements plus tard cette année - est la première du genre à être réalisée par la communauté scientifique, et représente le travail de plus de 40 chercheurs de premier plan couvrant un éventail de domaines dans les sciences naturelles et sociales.

Cependant, le rapport constate que les objectifs souffrent d'un manque d'intégration, d'une certaine répétition et reposent trop sur un langage qualitatif vague plutôt que sur des objectifs quantitatifs durs, mesurables et limités dans le temps.

Par exemple, sur les inégalités, les cibles proposées sont « pertinentes mais insuffisamment développées. La plupart sont présentés comme des activités plutôt que comme des points finaux. »

Les auteurs craignent que les objectifs soient présentés en « silos ». Les objectifs abordent des défis tels que le climat, la sécurité alimentaire et la santé indépendamment les uns des autres. Sans interconnexion, il existe un risque de conflit entre les différents objectifs, notamment les compromis entre vaincre la pauvreté et progresser vers la durabilité. L'action pour atteindre un objectif pourrait avoir des conséquences imprévues sur d'autres si elles sont poursuivies séparément.

Mettre fin à la faim est un objectif important, mais les chercheurs avertissent que les cibles ici ne sont pas exhaustives, avec seulement deux qui traitent directement de la faim et de la malnutrition, "et même pour celles-ci, la formulation est déroutante et potentiellement contradictoire". Ils mentionnent également que mettre fin à la faim signifie plus qu'une simple agriculture durable. L'inégalité est un facteur majeur qui n'est « pas explicitement inclus ».

En outre, les décideurs politiques doivent comprendre que la malnutrition n'est pas simplement la dénutrition, mais aussi l'obésité et la présence de carences en micronutriments. En outre, des précautions doivent être prises pour vaincre simultanément la faim, augmenter la productivité agricole et éviter les impacts négatifs sur la base de ressources naturelles. Autre exemple de l'interdépendance des objectifs, les chercheurs notent que vaincre la faim ne peut être abordé sans garantir l'accès universel à l'eau potable et à l'assainissement.

L'ODD axé sur la santé souffre d'un manque de distinction entre les points de départ très différents des différents pays et ne fait aucune mention des inégalités au sein des pays. L'objectif qui se concentre sur le VIH/SIDA, la tuberculose, le paludisme, l'hépatite et les maladies d'origine hydrique « ressemble à un fourre-tout pour les maladies infectieuses », mais néglige les infections émergentes telles qu'Ebola et les nouvelles souches de grippe.

« Les objectifs doivent être solides, mesurables et doivent guider efficacement la mise en œuvre », a déclaré Anne-Sophie Stevance, coordinatrice principale du rapport. « Le rapport montre clairement comment les objectifs pourraient être consolidés et souligne les interconnexions qui seront essentielles pour gérer les synergies et éviter les compromis. » Par exemple, une augmentation de l'utilisation des terres agricoles pour aider à éliminer la faim peut entraîner une perte de biodiversité, ainsi qu'une surexploitation et/ou une pollution des ressources en eau et des effets en aval (probablement négatifs) sur les ressources marines, ce qui pourrait à son tour exacerber les problèmes de sécurité alimentaire.

Le rapport est publié avant une grande réunion des Nations Unies du 17 au 20 février, au cours de laquelle les gouvernements négocieront une déclaration globale qui servira de vision globale du cadre des ODD.

Le rapport des scientifiques souligne la nécessité d'un « objectif final » pour fournir une vision d'ensemble. « La 'fin ultime' des ODD combinés n'est pas claire, pas plus que la manière dont les objectifs et les cibles proposés contribueraient à atteindre cette fin ultime », écrivent les auteurs. Ils recommandent que ce méta-objectif soit « une qualité de vie prospère et élevée, partagée et soutenue équitablement ».

« C'est une opportunité pour la science d'être un partenaire dans le processus de développement post-2015 et de soutenir la prise de décision fondée sur des preuves. Pour la science, cela signifie relier les points entre les disciplines qui fonctionnent généralement indépendamment les unes des autres », a déclaré Stevance.

À PROPOS DU CONSEIL INTERNATIONAL POUR LA SCIENCE

Le Conseil international pour la science (ICSU) est une organisation non gouvernementale avec une adhésion mondiale d'organismes scientifiques nationaux (121 membres, représentant 141 pays) et d'Unions scientifiques internationales (31 membres). Il mobilise les connaissances et les ressources de la communauté scientifique internationale pour renforcer la science internationale au profit de la société.

À PROPOS DU CONSEIL INTERNATIONAL DES SCIENCES SOCIALES

L'ISSC est une organisation non gouvernementale indépendante créée par l'UNESCO en 1952. C'est le principal organisme représentant les sciences sociales, économiques et comportementales au niveau international. Sa mission est d'accroître la production et l'utilisation des connaissances en sciences sociales pour le bien-être des sociétés à travers le monde.

CONTACTS

Denise Young, responsable de la communication, Conseil international pour la science

Email: denise.young@icsu.org

Téléphone: + 33 1 5115 1952

Johannes Mengel, éditeur en ligne/agent de communication, Conseil international pour la science

Email: johannes.mengel@icsu.org

Téléphone: + 33 1 45 25 32

Passer au contenu