Inscription

Le développement humain est une question de liberté

Sakiko Fukuda-Parr soutient que nous devons revenir aux grandes idées visionnaires au cœur du développement humain il y a 30 ans, l'idée que le développement humain est une question de liberté - d'avoir la capacité de vivre la vie que l'on a des raisons d'apprécier.

Vous avez été directeur du bureau HDR pendant 10 ans et avez été très actif dans la maturation et l'élargissement du concept de développement humain. Dans cette perspective à long terme, quelle devrait être, selon vous, notre compréhension conceptuelle du développement humain aujourd'hui ?

À mon avis, le plus important est de commencer par le concept fondamental du développement humain. Il a été articulé par Mahbub ul Haq lorsqu'il a travaillé en étroite collaboration avec Amartya Sen pour créer le HDR en 1990. Son principe était de définir le développement comme un processus d'élargissement des choix et un processus où l'action des personnes joue un rôle essentiel. Le titre du livre de Sen, Le développement comme liberté, publié quelques années plus tard, résume ce concept. Au fil des années, nous semblons avoir perdu de vue cette vision originale. Cependant, avant de m'étendre sur les raisons de ce changement, je voudrais commencer par évoquer les grands défis auxquels le monde contemporain est confronté.

Comme Mandeep Dhaliwal du PNUD l'a souligné lors d'un récent webinaire à The New School (The New School 2019), la pandémie s'ajoute à deux autres crises : la crise du changement climatique et la crise des inégalités. Ces crises sont fortement interdépendantes. Cela est évident dans la façon dont COVID-19 a touché de manière disproportionnée les groupes de population à faible revenu et marginalisés, exposant bon nombre des inégalités structurelles profondément ancrées et les faiblesses de nos institutions pour protéger la santé publique. Nous vivons cela quotidiennement en vivant à New York. Les populations afro-américaines et latinos sont touchées de manière disproportionnée. Ces effets disproportionnés sont en partie dus à l'endroit où ils travaillent - comme dans les soins de santé, les transports ou la distribution de nourriture, fournissant des services indispensables à l'ensemble de la communauté.

 Mais le problème est également systémique et reflète les faiblesses du système de santé qui laisse de nombreuses personnes sans accès à l'assurance. Ainsi, cela laisse beaucoup de personnes avec des conditions sous-jacentes vulnérables au COVID-19. De plus, il existe des disparités dans la qualité des soins. L'incidence est plus élevée dans les zones desservies par les hôpitaux « filet de sécurité » moins bien dotés que dans les zones à revenu plus élevé qui sont desservies par les hôpitaux privés. Ce sont les mêmes populations qui sont également vulnérables aux pertes d'emplois et aux conséquences sur la vie et dépendent de protections sociales telles que l'assurance-chômage et d'autres dispositions sociales qui fournissent des systèmes universels et équitables pour les besoins humains fondamentaux, de la santé à l'éducation, au logement et à la nutrition.

Les effets de la réponse politique – distanciation sociale et confinement – ​​sont également inégaux. Beaucoup soutiennent que cela est particulièrement problématique dans les pays en développement où les pauvres ne sont tout simplement pas en mesure de se distancier socialement et où les effets sur la sécurité alimentaire sont désastreux. Une étude en Afrique du Sud montre que les mesures de distanciation sociale du pays ont favorisé la population blanche à revenu élevé. Pour la majorité de la communauté africaine, les mesures ont eu des conséquences perverses et négatives.

Nous savons depuis longtemps que les résultats inégaux en matière de santé ne sont pas seulement dus à la biologie et à la médecine, mais aussi aux déterminants sociaux, aux conditions dans lesquelles vous vivez et travaillez. Cependant, je tiens à souligner que ces déterminants sociaux ne sont pas immuables. Ils dépendent précisément de la force de nos institutions – systèmes de santé, systèmes de transport, filets de sécurité, etc. 

Les conséquences humaines inégales de la pandémie sont également enracinées dans les structures de l'économie mondiale. J'ai enseigné un cours sur les « Droits de l'homme dans la mode mondiale ». Nous avons exploré comment les travailleurs au bas de la chaîne de valeur mondiale sont les plus durement touchés. La pandémie a entraîné une forte baisse de la production. Ce n'est pas surprenant. Ce qui est affligeant, c'est que lorsque les commandes ont été annulées, de nombreuses grandes marques de mode ont poussé les coûts vers les fournisseurs. Les usines ont alors dû fermer ou ne pouvaient pas payer les salaires des travailleurs et se sont retrouvées avec les produits fabriqués selon les spécifications des marques. Cela s'est produit même lorsque le contrat exigeait un paiement ; mais les marques ont déclaré force majeure. Il met en évidence les structures de pouvoir inégales dans la chaîne d'approvisionnement mondiale.

Un dernier exemple du lien entre les inégalités et le coût humain de la pandémie est le défi du vaccin universel en tant que bien public mondial. Lorsqu'un vaccin sûr et efficace est développé, il doit être produit en masse, distribué dans le monde entier et à un prix abordable. Ces conditions ne seront pas possibles avec le modèle économique actuel de l'innovation pharmaceutique et de la tarification sous un brevet de monopole. Inévitablement, les pays feront des offres les uns contre les autres pour mettre la main sur les fournitures rares et ainsi, les communautés et les pays à faible revenu seront tarifés. En effet, nous voyons des gouvernements et des entreprises déclarer des engagements fermes en faveur d'un accès équitable aux vaccins, et des milliards de fonds publics sont promis pour financer la recherche, le développement et la production. Cependant, un vaccin sans brevet est toujours considéré comme idéaliste et hors de portée.

Le point sur ces défis – la probabilité inégale de tomber malade ou de mourir de COVID-19, l'incapacité à s'adapter à la distanciation sociale, l'échec à développer un accord sur un vaccin sans brevet – résulte de l'échec de la solidarité, pour faire le nécessaire dispositions sociales pour les priorités de développement humain. Ainsi, ces difficultés de négociations politiques d'intérêt général – au niveau local, national et international – sont les enjeux critiques du développement humain.

Pouvez-vous nous en dire plus sur ces principes de base qui sous-tendent le développement humain ?

Au début de notre conversation, j'ai dit qu'il fallait revenir à l'idée originale du développement humain. Ce qui me préoccupe le plus, c'est que nous semblons avoir été obsédés par l'indice de développement humain (IDH) quelque part en cours de route. J'ai déjà exprimé cette préoccupation dans un article de 2003 : « Sauver le concept de développement humain de l'IDH ».

Les économistes considèrent l'IDH comme un outil analytique. Mais la vraie valeur de l'IDH est en tant qu'outil de communication qui utilise l'incroyable pouvoir des nombres. C'est la principale raison pour laquelle Mahbub ul Haq a développé l'IDH. Amartya Sen a écrit sur la façon dont il a résisté à l'élaboration d'un indice de développement humain qu'il ne considérait pas faisable, mais qu'il a finalement été convaincu par Mahbub, qui a fait valoir qu'un indice était nécessaire pour communiquer l'idée que le bien-être des gens, pas la croissance du PIB , était le véritable objectif du développement. Il a été très efficace pour communiquer cela en 1990. Mais il a également eu l'effet pervers de communiquer l'idée que le développement humain consistait à investir dans le secteur social et à répondre aux besoins de base. L'idée complexe de développement, comprise comme une extension des capacités, a été éclipsée par cet outil de mesure et de communication simplifié. L'indice comprend des résultats mesurables et pour lesquels il existe une série de données internationales. D'autres capacités essentielles ne sont pas prises en compte, telles que la voix dans la prise de décision et les libertés politiques. L'indice se concentre sur les résultats et ne reflète pas l'agence, qui est un élément essentiel du concept de capacités.

L'IDH présente de manière inappropriée le développement humain comme un programme politique pour l'investissement dans le secteur social et la satisfaction des besoins fondamentaux. Comment les inégalités, le changement climatique ou les déterminants sociaux et politiques de la santé se traduisent-ils dans le cadre de l'IDH ? Comment mesurer la dynamique critique de la relation entre la capacité de vivre longtemps et les institutions sociales qui façonnent les résultats inégaux ? Ce sont des éléments qui ne sont tout simplement pas pris en compte dans l'IDH, et les analyses du développement humain sont en grande partie façonnées, guidées et encadrées par l'IDH.

Ainsi, si ce projet vise à réarticuler le développement humain, il devrait inclure une refonte de l'IDH.

Par exemple, observez les récents efforts de révision des indices de genre. C'est une excellente occasion de repartir d'une feuille blanche et de concevoir un nouvel index à partir de zéro. Mais la réflexion actuelle semble viser à apporter des changements mineurs aux mesures existantes qui sont basées sur l'IDH et se concentrent sur les résultats en matière de santé, d'éducation et d'emploi. Ces résultats sont importants mais n'ont pas suivi la pensée féministe. Ce qui compte pour l'équité entre les sexes, ce n'est pas seulement l'accès à la scolarité ou la parité salariale. Certes, ces choses sont importantes, mais une mesure d'égalité des sexes qui n'inclut pas la violence de genre, la participation politique ou la prise de décision au sein du ménage ne peut jamais nous donner une vision correcte. La recherche est passée de l'étude des obstacles à la scolarisation et examine désormais également pourquoi l'égalité dans le niveau d'instruction ne conduit pas à l'égalité dans l'emploi et les salaires. Lorsque les objectifs du Millénaire pour le développement sont arrivés dans les années 2000, l'une des plus grandes critiques parmi les groupes féministes était que les données sur la scolarisation n'avaient aucun sens. Donc, je pense qu'il est temps d'être prêt pour ce type de défis, pour penser différemment, et surtout, pour penser politiquement.

Il y a un énorme risque politique à bricoler avec la mesure. Ce qui a fait des RDH un exercice essentiel au sein de l'ONU pour diriger la réflexion sur le développement, c'est le courage de faire avancer de grandes idées visionnaires. Les grandes idées, pas l'index, sont ce qui a le plus compté. Trente ans après le début du RDH, c'est assez de temps pour avoir le courage de dire que bien que l'IDH ait été un bon outil de messagerie, il ne résume pas pleinement le sens ni l'esprit du développement humain.

Votre message clé est de revenir au cœur originel du développement humain. Comment reconceptualiseriez-vous alors cette idée dans le contexte actuel ?

Je reviens à mes premiers commentaires. Je crois que nous devons revenir au concept de base de 1990, qui ne concerne pas seulement les résultats humains mais aussi l'agence : le développement pour, par et par les gens. Mais l'analyse et le langage doivent s'adapter aux préoccupations du XXIe siècle qui sont allées bien au-delà des problèmes sociaux et économiques, et ont incorporé une attention beaucoup plus grande sur les institutions et les processus qui créent des inégalités, et la menace existentielle du changement climatique dans un contexte d'hyper-mondialisation et de capitalisme financiarisé.

Une reformulation du 21e siècle doit entrer en résonance avec les préoccupations sociales contemporaines pour le développement humain, pour gagner du terrain avec ceux qui recherchent le changement des systèmes économiques dominants. La notion de développement elle-même est de plus en plus rejetée comme un concept très imparfait qui est enraciné dans le colonialisme. Des mouvements tels que la « décroissance » et des alternatives, telles que « l'économie circulaire », ont pris de l'ampleur en remettant en cause les modèles économiques dominants. Cette réarticulation a besoin d'un cadre plus large qui va au-delà des questions sociales et économiques et prend en compte les questions de durabilité environnementale et les questions institutionnelles telles que les inégalités structurelles. Le langage du développement humain ne résonne pas avec ces mouvements.

Je reviendrais au "développement en tant que liberté", et en particulier au cadre des "libertés instrumentales", qui comprend les opportunités sociales, les facilités économiques, les garanties de transparence, la sécurité et les libertés politiques. En élaborant le chapitre du récent Palgrave Handbook on Politique d'économie du développement, édité par Nissanke et Ocampo, j'ai eu l'occasion de lire davantage sur les discussions qui ont eu lieu lors des origines du HDR. Le concept de « développement comme liberté » s'appuie sur l'approche par les capacités mais aussi sur d'autres idées. Il serait utile à ce stade d'être plus explicite sur son fondement dans l'approche des capacités et pourquoi cela est important. Sur le plan politique, il y a toujours eu une ambiguïté quant à ce à quoi devrait ressembler le programme de développement humain. Cela n'a jamais été formulé, mais c'est parce que le développement humain n'est pas une prescription politique. Dans tous les cas, il serait absurde de prescrire une formule politique qui conviendrait à tous les pays à tout moment. Mais l'accent a été mis sur le secteur social et sur les politiques économiques. Les cinq libertés instrumentales sont plus cohérentes avec l'approche capacitaire et avec l'idée centrale de développement humain articulée en 1990. Elle met en place un cadre plus large qui inclut la transparence, la sécurité et les libertés politiques, qui ne sont pas dans l'IDH et ont été négligées dans le PNUD. rapports et débats associés. Plus important encore, ces préoccupations plus larges sont des aspects essentiels du concept de base original.


Sakiko Fukuda Parr est directeur des programmes d'études supérieures Julien J. Studley en affaires internationales et professeur d'affaires internationales à la New School. Son enseignement et ses recherches se sont concentrés sur les droits de l'homme et le développement, la santé mondiale, l'établissement d'objectifs mondiaux et la gouvernance par indicateurs. De 1995 à 2004, elle a été auteure principale et directrice des rapports sur le développement humain (RDH) du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD).

Passer au contenu