Inscription

Le Conseil international pour la science (ICSU) lance un important programme de recherche sur les catastrophes naturelles

En réponse au besoin urgent de réduire les impacts des catastrophes naturelles, le Conseil international pour la science (ICSU) a lancé un nouveau programme de recherche international de 10 ans conçu pour combler les lacunes dans les connaissances et les méthodes qui empêchent l'application efficace de la science pour éviter les catastrophes et réduire les risques. Le programme a été annoncé aujourd'hui lors de la 29ème Assemblée Générale de l'ICSU à Maputo, au Mozambique.

MAPUTO, Mozambique – Chaque année, des centaines de milliers de personnes sont tuées et des millions blessées, déplacées ou leurs moyens de subsistance détruits par des catastrophes naturelles. Il y a eu une augmentation spectaculaire de la fréquence des catastrophes - lorsque les communautés sont débordées et ont besoin d'une aide extérieure - d'environ 30 par an dans les années 1950 à plus de 470 par an depuis le début de ce siècle.

»Recherche intégrée sur les risques de catastrophe (IRDR) fournira une capacité accrue dans le monde entier pour faire face aux dangers et prendre de meilleures décisions pour réduire leurs impacts », a déclaré Gordon McBean, climatologue canadien et président du Groupe de planification de l'ICSU pour les dangers.

« Dans 10 ans, grâce à ce programme, nous aimerions voir une réduction des pertes de vie, moins de personnes affectées négativement et des investissements et des choix plus judicieux de la part des gouvernements, du secteur privé et de la société civile ».

Invariablement, ce sont les pays les plus pauvres qui sont les moins bien équipés pour faire face aux catastrophes et qui souffrent le plus.

« Les catastrophes dans une région comme l'Afrique peuvent avoir un impact énorme sur les activités économiques et les moyens de subsistance. Le Mozambique est particulièrement vulnérable aux catastrophes, en particulier celles déclenchées par les conditions météorologiques et climatiques. L'IRDR fournira des connaissances qui soutiendront de meilleurs processus de prise de décision dans le pays, ouvrant la voie à une meilleure gestion des risques de catastrophe », a déclaré Filipe Domingos Freires Lucio, membre du Groupe de planification de l'ICSU et ancien directeur général de l'Institut national de météorologie. du Mozambique, maintenant à l'Organisation météorologique mondiale.

« Avec les impacts prévus du changement climatique, des pays comme le Mozambique n'ont d'autre choix que d'intégrer la réduction des risques de catastrophe dans la planification du développement et l'adaptation au changement climatique. »

Le nouveau programme, qui s'appuie sur les activités de recherche existantes, abordera les impacts des catastrophes à toutes les échelles, du local au mondial. Il combinera l'expérience et l'expertise du monde entier et offrira une opportunité sans précédent aux sciences naturelles et sociales de travailler ensemble comme jamais auparavant.

McBean a déclaré : « Une approche véritablement mondiale et interdisciplinaire est essentielle si nous voulons fournir les connaissances qui peuvent éviter des pertes inutiles et sauver des milliers, voire des millions de vies ».

L'IRDR se concentrera sur tous les risques liés aux événements déclencheurs géophysiques, océanographiques, climatiques et météorologiques, et même sur la météo spatiale et l'impact des objets géocroiseurs. Le programme tiendra également compte des effets des activités humaines dans la création ou l'aggravation de dangers.



Passer au contenu