Inscription

Des experts internationaux appellent à une nouvelle approche pour garantir que les défis en matière d'accès et de gestion des données ne ralentissent pas les progrès scientifiques

Les changements complexes dans la production, la distribution et l'archivage des données - et les problèmes qu'ils soulèvent concernant qui paie pour les données, qui les préserve et qui y a accès - devraient inciter une initiative internationale qui garantit que les scientifiques actuels et futurs du monde entier auront les informations dont ils ont besoin, selon à un nouveau rapport sur les défis de la gestion et de l'accès aux données présenté aujourd'hui au Conseil international pour la science (ICSU).

Le rapport, rédigé par un groupe d'experts nommé par l'ICSU, a été officiellement présenté aujourd'hui lors de la 28e Assemblée générale de l'ICSU à Suzhou, en Chine. Il appelle à la création d'un forum international de données et d'informations scientifiques afin de promouvoir une approche plus coordonnée de la collecte et de la diffusion des données. Un tel forum pourrait également jouer un rôle clé en veillant à ce que les scientifiques des pays en développement aient un accès équitable aux données et informations scientifiques.

« La collecte, l'analyse et la distribution des données ont été profondément et positivement modifiées par les progrès quantiques du matériel informatique, des logiciels et de la connectivité et le résultat est que les scientifiques peuvent avoir accès à des données de plus haute qualité que jamais auparavant », a déclaré Roberta Balstad, directrice de Centre pour le réseau international d'information sur les sciences de la Terre de l'Université Columbia et président de l'évaluation des domaines prioritaires de l'ICSU (PAA) sur les données et l'information.

"Mais ces nouvelles technologies de données et d'information s'accompagnent également d'une série de défis", a-t-elle ajouté. « Par exemple, nous ne disposons pas toujours des cadres juridiques et réglementaires nécessaires pour tirer pleinement parti des données scientifiques. Il nous manque une approche cohérente pour préserver et archiver l'incroyable richesse de l'information produite. Et plus l'accès à des réservoirs de données à long terme devient central dans l'entreprise scientifique moderne, plus il exacerbe les inégalités entre les scientifiques des pays riches et pauvres.

Balstad et ses collègues du panel de l'AAP pensent que l'ICSU, avec ses membres internationaux et multidisciplinaires, « devrait assumer un rôle de leadership dans l'identification et la résolution des problèmes critiques de politique et de gestion liés aux données et informations scientifiques et qu'il crée un nouveau cadre mondial pour les données et gestion de la politique de l'information.

Le panel a examiné une série de problèmes qui affectent la production, la qualité et l'accès aux données. Par exemple, son rapport note que si le financement par le secteur public de la collecte de données a été « un facteur majeur » du progrès scientifique au cours des 50 dernières années, les décisions concernant les données sont souvent fragmentées et prises sans consultation avec la communauté scientifique. Le résultat dans les « cas extrêmes » peut être des actions motivées par des facteurs politiques, administratifs ou budgétaires qui nuisent à des séries de données scientifiquement valables.
Pendant ce temps, le groupe d'experts prévient qu'étant donné que le secteur privé joue un rôle plus important dans la collecte et la diffusion des données, il existe un risque que la demande du marché, et non les priorités scientifiques, détermine ce qui est collecté et préservé et qui y a accès. Le panel note que l'intérêt commercial pour les collectes de données peut entraîner des frais de licence et d'utilisation et des revendications de propriété intellectuelle sur les données qui deviennent des obstacles à la recherche.

Le rapport recommande que les données produites commercialement ou dans le cadre d'un partenariat public-privé soient fournies à des fins de recherche et d'éducation, soit gratuitement, soit à un coût symbolique. Les prix et autres obstacles à l'accès aux données scientifiques pèsent le plus lourdement sur les chercheurs des pays pauvres. Ils manquent souvent de services Internet haut débit abordables et de technologies de pointe pour numériser les données ou de ressources pour la gestion des données à long terme.

« Un problème majeur pour les scientifiques des pays à faible revenu est leur manque d'accès aux publications scientifiques, à la fois comme moyen d'apprendre sur la recherche dans d'autres parties du monde et comme débouché pour leurs propres résultats de recherche », observe le rapport. Les scientifiques sont fréquemment chargés non seulement de consulter mais aussi de publier des articles. Le panel note que ces accusations nuisent à la fois aux scientifiques des pays en développement et à ceux des pays plus riches qui bénéficieraient d'un meilleur échange d'informations et d'une meilleure collaboration.

D'autres défis liés aux données identifiés par le panel incluent la nécessité de développer des critères, une structure et des modèles communs qui peuvent guider les institutions dans la « préservation permanente des données et informations scientifiques » afin que ce qui est amassé aujourd'hui soit disponible pour les générations futures. Il est également nécessaire d'identifier et de récupérer les données « à risque », telles que les données qui ne sont pas disponibles dans des formats numériques, qui sont stockées sur des supports défectueux ou qui sont générées par des logiciels obsolètes. Pays en voie de développement.

Dans l'ensemble, le panel conclut qu'« en concentrant l'attention sur la gestion des données et de l'information à long terme, l'ICSU fournira désormais un service précieux à la communauté scientifique et jettera une base durable pour l'amélioration de la recherche scientifique et de l'éducation qui profitera à la société dans son ensemble. »


Passer au contenu