Inscription

Lancement d'un nouveau projet qui propose une réponse coordonnée au nombre croissant de chercheurs déplacés

Une collaboration de trois organisations scientifiques internationales élaborera des propositions pour une réponse coordonnée afin d'aider les chercheurs déplacés par les crises à rester debout et à poursuivre leur carrière.

Le nouveau projet, lancé cette semaine, comprendra une campagne de sensibilisation dédiée à l'aide aux scientifiques qui sont devenus des réfugiés ou qui sont autrement déplacés par les crises dans leur pays d'origine.

Ce projet rassemblera des connaissances et jettera les bases d'une nouvelle réponse cohérente et coordonnée au problème des scientifiques déplacés. La collaboration entre l'Académie mondiale des sciences pour l'avancement de la science dans les pays en développement (TWAS), le partenariat InterAcademy (IAP) et le Conseil international des sciences sous l'égide de Science Internationale sera:

  • recueillir des informations sur les organisations existantes qui aident actuellement les scientifiques déplacés ;
  • puis réunir ces organisations en ligne pour des échanges d'idées et de bonnes pratiques ;
  • identifier les lacunes dans les moyens d'aider à construire un réseau d'organisations intéressées à répondre aux défis auxquels les scientifiques déplacés sont confrontés ;
  • sensibiliser les gouvernements, les agences internationales et la communauté scientifique au sens large aux problèmes entourant les scientifiques déplacés et aux impacts sur leur science

Pour mener ce projet, la collaboration a embauché Erin Buisse Conseil, un cabinet qui compte parmi ses clients National Geographic et l'Université de Genève. Erin Buisse, consultante en chef, a de l'expérience dans le travail avec les réfugiés, la conduite de campagnes de sensibilisation et l'obtention de fonds pour l'intégration des réfugiés dans les systèmes éducatifs nationaux.

«Avec cette étape essentielle, nous pouvons commencer le travail critique consistant à rendre plus cohérent et synergique l'effort international pour aider les scientifiques déplacés par la guerre et d'autres tragédies.

La mission de TWAS a toujours été de renforcer les capacités scientifiques partout où cela est nécessaire dans les pays du Sud, et les chercheurs parmi les populations de réfugiés sont une partie importante de cette équation.

Romain Murenzi, directeur exécutif de TWAS

Les programmes de soutien aux scientifiques déplacés sont peu nombreux et fragmentés, avec une grande incohérence entre les pays d'accueil. Il n'y a généralement pas d'effort cohérent pour identifier les scientifiques concernés et évaluer leurs compétences et leur expertise - il n'y a pas de plateformes où ils peuvent se réunir pour le soutien par les pairs, par exemple - et les recherches sur ces questions sont actuellement rares.

Dans l'état actuel des choses, la communauté mondiale ne sait pas avec certitude combien de scientifiques demandent actuellement l'asile ou sont contraints à l'exil. le estimations actuelles des dizaines de milliers de scientifiques en mouvement dans le monde sont exacts, cela pourrait être l'équivalent du nombre total de professeurs d'université et de chercheurs d'un pays comme l'Italie ou le Canada.

Le nombre de scientifiques réfugiés devrait également augmenter à mesure que les conflits civils et le changement climatique continuent d'avoir des impacts sur les personnes vulnérables. Le projet est donc conçu pour aider les communautés scientifiques et politiques à se préparer – aux niveaux national, régional et international – à atténuer les difficultés rencontrées par les scientifiques déplacés et leurs familles, et à s'assurer qu'ils continuent à poursuivre leurs recherches et que leurs pays hôtes nourrissent leur expertise. L'expertise des scientifiques déplacés et les études universitaires en cours, à terme, seront importantes pour reconstruire leur pays d'origine.

« En tant que communauté scientifique mondiale, nous devons également prendre conscience de la quantité de connaissances et d'idées que les scientifiques réfugiés et déplacés transportent avec eux, qui peuvent être bénéfiques pour leur pays d'origine. Cette connaissance serait potentiellement perdue pour l'humanité si nous ne pouvons pas assurer sa réalisation et sa transmission.

Cette initiative vise à clarifier les nombreuses façons dont différents types d'institutions scientifiques dans le monde peuvent aider les scientifiques réfugiés et déplacés, et à développer des instruments pour un soutien meilleur et renforcé.

Mathieu Denis, directeur scientifique, ISC

Mohamed Hassan, l'actuel président de TWAS et ancien président de l'IAP, a déclaré que le projet serait une source d'espoir à la fois pour les chercheurs déplacés et la communauté scientifique internationale.

« Il s'agit d'un phénomène mondial et nous avons identifié le besoin d'un système pour soutenir les scientifiques réfugiés et déplacés il y a trois ans à un atelier organisé par TWAS.

Maintenant, il est temps d'accélérer véritablement les efforts pour les aider. Ces chercheurs ont un rôle important à jouer à la fois dans les pays où ils recherchent la sécurité et dans les pays qu'ils connaissent comme leur patrie. Et avec tant de défis mondiaux, nous devons offrir à ces scientifiques la possibilité de faire le travail exemplaire dont ils sont capables, peu importe où ils se trouvent aujourd'hui. »

Mohamed Hassan, président, TWAS

Science Internationale est une série de réunions régulières qui convoquent le Conseil scientifique international (ISC); le Partenariat InterAcadémie (IAP) ; L'Académie mondiale des sciences pour l'avancement de la science dans les pays en développement (TWAS). Ensemble, ils représentent plus de 250 académies des sciences nationales et régionales, unions scientifiques et autres organisations, avec des membres individuels aux plus hauts niveaux de recherche, de politique et d'éducation. Grâce à ces réunions, Science International vise à avoir un impact significatif sur les principaux défis de la politique scientifique. Chacun des partenaires de Science International nomme des experts pour aider à produire ses rapports et propositions de politiques. Les partenaires travaillent ensuite avec les gouvernements, les agences de financement et d'autres organes politiques.

Pour les demandes générales, veuillez contacter info@twas.org


Image de Nicole Leghissa : Saja Al Zoubi, une sociologue syrienne et ancienne chercheuse postdoctorale TWAS, a quitté son pays d'origine en temps de guerre et a mené des recherches dans les camps de réfugiés du Liban. Elle est présente dans le film documentaire TWAS 2017, « La science en exil ».

Passer au contenu