Inscription

La science ouverte pour une prospérité partagée dans la région Asie-Pacifique

Tenu le 13 février à Putrajaya, en Malaisie, le Forum sur la science ouverte organisé par le bureau régional de l'ISC pour l'Asie et le Pacifique a réuni des penseurs de premier plan pour discuter des priorités clés de la science ouverte dans la région.

Le Forum a été organisé pour promouvoir la science ouverte comme voie à suivre pour la région, et s'est tenu en conjonction avec la réunion du Partenariat politique de la Coopération économique Asie-Pacifique (APEC) sur la science, la technologie et l'innovation (PPSTI).

Le patron de l'ISC, Ismail Serageldin, a prononcé un discours liminaire sur « La science ouverte pour une prospérité partagée », soulignant le rôle de la science ouverte dans l'augmentation de la collaboration régionale pour résoudre les problèmes régionaux et mondiaux. La valeur de la science telle qu'elle est pratiquée de manière collaborative et mondiale ne peut venir que de l'ouverture. La science ouverte permettrait également un plus grand potentiel de collaboration Sud-Sud et offrirait aux pays à revenu faible et intermédiaire la possibilité de participer à des recherches scientifiques majeures.

Cela a été suivi d'une table ronde sur « La science ouverte pour une prospérité partagée en Asie et dans le Pacifique ». Parmi les panélistes figuraient Barend Mons de CODATA, Shahbaz Khan du Bureau de l'UNESCO à Jakarta, Simon Goudie de Research Data Alliance et Ross Wilkinson, ancien directeur de l'Australian National Data Service. Chaque panéliste a présenté son travail et a abordé les idées fausses courantes entourant la science ouverte.

Le forum a ensuite discuté de la déclaration conjointe sur la science ouverte qui a ensuite été présentée à la réunion de l'APEC PPSTI. La déclaration souligne l'importance de la science ouverte pour la région et recommande que l'APEC la reconnaisse comme un domaine prioritaire pour l'avenir.

La deuxième partie du Forum a vu des discussions approfondies sur les trois composantes importantes d'une initiative de science ouverte : politique, infrastructure et renforcement des capacités et sensibilisation. Parmi les orateurs figuraient des représentants de l'Association des universités du Pacifique (APRU), de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et de la Malaysian Open Science Alliance. Tous les intervenants ont convenu que pour qu'une initiative de science ouverte soit un succès, les trois composantes doivent être traitées simultanément par toutes les parties prenantes.

Pour en savoir plus, téléchargez les diapositives des intervenants ici.

Passer au contenu