Inscription

Pistes de collaboration panafricaines pour renforcer la science africaine

Derniers développements de la collaboration entre Future Africa (FA) et l’International Science Council (ISC).

Combler le fossé dans la science africaine

Développements positifs dans la science africaine

Les efforts déployés de longue date pour renforcer les capacités scientifiques et développer les systèmes scientifiques africains commencent à produire des résultats positifs. Pour illustrer cela, la part de l'Afrique dans la production de publications universitaires a plus que doublé, passant de 1.5 % en 2005 à 3.2 % en 2016, et l'impact des citations des articles rédigés par des Africains a augmenté régulièrement au cours des 30 dernières années, passant de 0.48 en 1980 à 0.73 % en 2014. XNUMX [Source : Science africaine : meilleure mais encore insuffisante].

En outre, les efforts de renforcement des institutions tels que Initiative des conseils subventionnaires des sciences (SGCI) ont été renforcés et de nouveaux partenariats de financement multilatéraux ont vu le jour, par exemple les 20 pôles de recherche collaborative du Alliance des universités de recherche africaines (ARUA) et les terres parsemées de  Guilde des universités européennes à forte intensité de recherche (The Guild). Dans le contexte de ces développements récents, on reconnaît également de plus en plus le potentiel transformateur de la science africaine pour façonner les programmes scientifiques mondiaux et relever les défis mondiaux.

Cela se reflète en partie dans l’augmentation constante des « pôles » africains d’initiatives internationales sur le continent, par exemple le Centre régional des Nations Unies pour le Big Data pour l'Afrique au RwandaPlateforme Africaine pour la Science Ouverte (AOSP), et le Centre du Secrétariat mondial d'African Future Earth, tous deux hébergés par la National Research Foundation (NRF) en Afrique du Sud.

Les défis existants dans la science africaine

Malgré ces évolutions positives, des défis persistants subsistent dans l’ensemble de l’écosystème scientifique africain. Une grande partie des productions scientifiques du continent est principalement visible dans les « îles d’excellence », à savoir l’Afrique du Sud, le Kenya, l’Égypte, la Tunisie et l’Algérie, laissant la majorité du continent avec des systèmes scientifiques plus faibles. [Source : La production scientifique augmente, mais les rendements restent faibles dans certains pays]. Par ailleurs, malgré les engagements des gouvernements africains à augmenter leurs dépenses intérieures brutes de R&D (DIRD), la plupart des pays continuent de consacrer moins de 0.5 % de leur PIB à la R&D, à l'exception de quelques pays du Maghreb et de l'Afrique du Sud, qui consacrer 0.7 à 0.8 % du PIB en R&D [Source : Dépenses de recherche et développement (% du PIB) – Afrique subsaharienne].

En conséquence, les communautés scientifiques du continent continuent de dépendre fortement du financement extérieur. Bien que cela ait offert aux scientifiques africains davantage d'opportunités de collaborer avec leurs homologues extérieurs au continent, des inégalités et des asymétries significatives qui tendent à saper la voix et la visibilité de la science africaine ont été reconnues dans ces accords de partenariat « Nord-Sud ».

Projet collaboratif de cadrage et de cartographie Future Africa et ISC

Les évolutions positives et les défis persistants de la science africaine impliquent qu’il est impératif que le système scientifique mondial collabore avec le continent. Dans le cadre de ce processus, Future Africa de l'Université de Pretoria et le Conseil scientifique international ont lancé un Projet collaboratif de 2 ans Convoquer un consortium de partenaires pour collaborer à la direction d'un processus panafricain de cadrage et de développement avec les objectifs suivants :

  • Examiner l’état actuel des sciences et des systèmes scientifiques africains ainsi que les opportunités et défis associés.
  • Explorer des voies de collaboration pour accélérer le développement du système scientifique africain et renforcer sa voix, sa visibilité et son influence sur la scène scientifique mondiale.
  • Vérifier l’intérêt et l’engagement des dirigeants du système scientifique africain à collaborer à la poursuite d’actions de niveau supérieur pour faire progresser les systèmes scientifiques africains.
  • Explorez la présence institutionnelle, le rôle complémentaire et le soutien de l'ISC et d'autres institutions multilatérales internationales dans l'avancement de la science africaine.

Résultat principal

Un rapport et une proposition au conseil d'administration de l'ISC seront fournis d'ici janvier 2025, pour coïncider avec l'Assemblée générale de l'ISC. Le rapport proposera des recommandations sur les voies de collaboration pour accélérer le développement de la science africaine et renforcer sa voix, sa visibilité et son influence sur la scène mondiale. Le rapport devrait également fournir des recommandations sur le rôle futur et la présence institutionnelle de l'ISC en Afrique, ainsi qu'une voie de mise en œuvre envisagée et réalisable.

La stratégie d'impact de l'Afrique du futur

Depuis le lancement du projet collaboratif, Future Africa a facilité la création d'un comité de pilotage pour fournir des orientations stratégiques à l'exercice de cadrage et de cartographie, ainsi qu'une équipe FA-ISC pour mettre en œuvre le processus.

Aperçu du comité directeur

  • Composé d'un groupe diversifié de 15 scientifiques africains de premier plan, d'experts politiques et de représentants des principales parties prenantes de l'écosystème scientifique africain.
  • Présidé par un membre de l'ISC chargé de communiquer et de faire rapport au conseil d'administration de l'ISC
  • Responsable de la conception et de la supervision du processus de cadrage et de développement.
  • Se réunir virtuellement tous les trimestres, avec la possibilité de tenir au moins une et éventuellement deux réunions en personne pendant la durée de leur mandat

Membres du comité de pilotage :

1. Daya Reddy, vice-chancelière par intérim, Université du Cap, Afrique du Sud (présidente)
2. Oladoyin Odubanjo, directeur exécutif, Académie nigériane des sciences/INGSA, Nigéria
3. Lisa Korsten, Présidente, Académie africaine des sciences, Afrique du Sud
4. Christian Acemah, directeur exécutif, Académie nationale des sciences de l'Ouganda, Ouganda
5. Isabella Aboderin, directrice, Perivoli Africa Research Center (PARC), Université de Bristol, Royaume-Uni
6. Nokuthula Mchunu, directrice adjointe, Plateforme africaine pour la science ouverte, Afrique du Sud
7. Mavoarilala Claudine Ramiarison Directrice de Recherche – Conseillère technique et coordinatrice de projet, Madagascar Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Madagascar
8. Dorothy Ngila, directrice des partenariats stratégiques, National Research Foundation, Afrique du Sud
9. Jackie Kado, directrice exécutive, Réseau des académies africaines, Kenya
10. Priscilla Kolibea Mante, coprésidente du comité directeur de la Global Young Academy et professeur de neuropharmacologie, KNUST, Ghana
11. Ahmed Bawa, professeur, Université de Johannesburg, Afrique du Sud

Équipe dédiée          
Depuis janvier 2023, Future Africa a créé une équipe FA-ISC dédiée dirigée par un coordinateur de projet, soutenue financièrement par l'ISC. L'équipe FA-ISC comprend :

                   1. Heide Hackmann, directrice, Future Africa
                   2. Farai Kapfudzaruwa, responsable de la recherche et des partenariats stratégiques, Future Africa
                   3. Jason Owens, responsable de l'alphabétisation du futur, Future Africa
                   4. Clarity Chagwiza, chercheuse postdoctorale principale, Future Africa
                   5. Alison Meston, directrice des communications, ISC

L'équipe FA-ISC participe actuellement à l'exercice de cadrage et de cartographie qui comprend :

  • Exercice complet de cartographie des parties prenantes
  • Recherche documentaire
  • Consultations ouvertes – via des enquêtes, des entretiens et des réunions hybrides dans plusieurs secteurs et régions
  • Communication, y compris reporting
  • Rédaction d'un prospectus et d'une stratégie de levée de fonds

Proposition de valeur de l'Afrique du futur

Proposition de valeur à l'ISC

  • Accès aux réseaux Future Africa, à la fois panafricains et mondiaux pertinents.
  • Connaissance des systèmes scientifiques africains et accès aux principaux décideurs du système.
  • Espaces et installations de bureaux, y compris des lieux de réunion/collaboration à Future Africa.
  • Responsabilité financière.
  • Accès aux capacités pertinentes pour soutenir le projet collaboratif.

 Proposition de valeur aux membres africains de l'ISC

  • La possibilité d'étendre leurs propres réseaux panafricains et mondiaux, par exemple à travers des réunions avec les parties prenantes du continent.
  • Avoir une influence sur le développement et la stratégie de l'ISC pertinents pour l'Afrique.
  • Participer à la conceptualisation d’une plateforme mondiale pour la science africaine.

Un appel à l’action : votre implication dans la science africaine

Comment vous pouvez vous impliquer:

Rejoignez l'équipe FA-ISC

Partagez vos idées avant le 24 novembre : Dans le cadre de cette initiative collaborative, le projet mène une enquête consultative auquel nous aimerions que toutes les parties prenantes de l’écosystème scientifique africain répondent et partagent leurs idées. Il vous faudra environ 10 à 15 minutes pour répondre au sondage. C'est un élément essentiel de notre réunion de décembre en Afrique du Sud, en marge du Forum scientifique sud-africain.

Rester informé

D’autres mises à jour sur ce projet seront partagées alors que nous travaillons ensemble pour façonner l’avenir de la science africaine.

Passer au contenu