Inscription

L'événement de lancement public du Conseil explore les valeurs de la science et les liens entre la science, la politique et la société

Lors d'un événement public à la Maison des Océans à Paris, des scientifiques de haut niveau ont présenté les enjeux auxquels la nouvelle organisation va s'attaquer. Cela comprenait des discours de Craig Calhoun, Esther Duflo, Ismail Serageldin et Cédric Villani.

Lors d'un événement d'une journée mettant en vedette des scientifiques et des personnalités gouvernementales de premier plan, le Conseil international des sciences a célébré sa fondation par un événement public caractérisé par un débat animé sur les valeurs de la science, l'importance de la science, la façon dont la science est en danger, et bien des Suite.

L'événement a commencé par une série de remarques de bienvenue de représentants de l'Académie des sciences française hôte, du gouvernement français, et d'une allocution du président du Conseil nouvellement élu.

« Deux sociétés savantes mondiales représentant les deux cultures sur lesquelles l'humanité a construit son histoire intellectuelle ont décidé de fusionner et de s'installer à Paris », a déclaré Thierry Coulhon, conseiller pour l'éducation, l'enseignement supérieur, la recherche et l'innovation du président français. "L'importance de la compréhension scientifique délibérative pour la société n'a jamais été aussi grande", a-t-il ajouté.

« Le défi pour ce Conseil et pour nos académies également est de faire entendre la voix de la science par ceux qui prennent des décisions, de promouvoir le raisonnement, l'analyse systématique logique, les preuves quantitatives et la pensée rigoureuse à la place des émotions dans un monde dominé par les opinions, les croyances. , des idées prêtes à penser et des solutions sur étagère », a déclaré Sébastien Candel, Président de l'Académie des sciences.

Craig Calhoun, ancien président de l'Institut Berggruen, a donné une large conférence sur la nécessité d'une voix pour la science dans le monde d'aujourd'hui. Ismail Serageldin, directeur fondateur de la Bibliothèque d'Alexandrie, a rappelé que liberté et science étaient indissociables. "L'histoire montre que le progrès scientifique et la liberté marchent toujours ensemble", a-t-il déclaré, ajoutant "Il n'y a pas de science sans liberté et pas de liberté sans science".

Esther Duflo, économiste du développement au Massachusetts Institute of Technology (MIT), a parlé de la science contre la pauvreté et a déconstruit plusieurs mythes sur la pauvreté tels que « donner de l'argent est mauvais ».

Cédric Villani, membre de l'Assemblée nationale française et de l'Académie française des sciences, a prononcé une allocution de clôture qui s'est concentrée sur les idées de sa perspective de passer de la science à la politique. "Souvent, ce qui semble être des débats sur la technologie s'avèrent être des débats sur la forme de la société."

Cet événement a marqué la clôture d'une séquence d'événements de trois jours, organisée par l'Académie française des sciences, pour lancer officiellement le Conseil international des sciences suite à la fusion du Conseil international pour la science et du Conseil international des sciences sociales.

L'événement de lancement a été soutenu par l'Académie des sciences française, l'Institut océanographique et le Muséum national d'Histoire naturelle ; ainsi que par le Centre national d'études spatiales (CNES), Centre national de la recherche scientifique-Institut national des sciences de l'Univers (CNRS-INSU), Fondation Del Duca, Fondation Mérieux, Institut de recherche pour le développement ( IRD), Fondation Daniel Iagolnitzer et Fondation la Ferthé.

[ID d'éléments liés = ”6293,6282″]

Passer au contenu