Inscription

Le grand groupe de la communauté scientifique et technologique examine l'ECOSOC et le HLPF

L'ECOSOC des Nations Unies et le HLPF jouent un rôle central dans la mobilisation de la coopération, de la solidarité et de l'action mondiales, et en veillant à ce que les réponses mondiales aux impacts socio-économiques de la pandémie soient alignées sur le Programme de développement durable à l'horizon 2030. Le grand groupe de la communauté scientifique et technologique partage les propositions suivantes dans le cadre de ce processus d'examen opportun.

Le Conseil international des sciences (ISC) et le Fédération mondiale des organisations d'ingénieurs (WFEO) a soumis cette contribution au processus d'examen du Conseil économique et social (ECOSOC) et du Forum politique de haut niveau (HLPF) au nom du Grand groupe de la communauté scientifique et technologique (STC MG). L'ISC et la WFEO représentent au total plus de 40 unions et associations scientifiques internationales, 140 organisations scientifiques nationales et régionales et 100 institutions nationales d'ingénierie.


La crise du COVID-19 illustre le besoin de structures de gouvernance agiles et efficaces qui favorisent la collaboration à différents niveaux et l'importance de données solides et de preuves scientifiques pour éclairer la prise de décision sur les moyens de répondre, de récupérer, de prévenir et de se préparer à de tels événements. C'est un test très réel de notre capacité à aborder les interdépendances fondamentales entre le développement et la santé planétaire, et à concevoir de nouvelles façons d'agir ensemble pour relever des défis mondiaux complexes.

Le moment opportun examen de l'ECOSOC et du HLPF doit être ambitieux et conduire à un cadre institutionnel mondial renforcé si nous voulons réaliser les aspirations de la Décennie d'action et réaliser les objectifs de développement durable tout en nous remettant de la crise du COVID-19.




A cet effet, le Grand Groupe Communauté Scientifique et Technologique souhaite partager les propositions suivantes :

  1. Le plus Forum politique de haut niveau (HLPF) devrait contribuer au partage des connaissances, fournir un leadership politique et catalyser la formation de coalitions pour tirer parti des co-bénéfices et résoudre les conflits potentiels et les retombées négatives entre les ODD.
  2. Le plus Rapport mondial de développement durable 2019 Le cadre de transformation (GSDR 2019) fournit une base scientifique solide pour encadrer les ODD de manière intégrée. L'examen thématique des ODD au HLPF devrait être basé sur la logique du GSDR consistant à identifier les « points d'entrée » et les « leviers » pour la transformation.
  3. L'examen du HLPF est une opportunité de faire du Forum un rassemblement basé sur la connaissance et orienté vers l'action qui s'appuie sur une solide interface science-politique-société. À cette fin, les processus préparatoires du HLPF devraient être renforcés en utilisant efficacement les analyses et les synthèses des données et informations disponibles pour mieux encadrer les discussions relatives aux politiques en amont et pendant les réunions annuelles du HLPF.
  4. En l'absence d'un mécanisme institutionnel d'avis scientifique au HLPF, les scientifiques et les experts (y compris du Groupe indépendant de scientifiques pour le rapport mondial sur le développement durable - GSDR IGS) devraient jouer un rôle clé dans le processus préparatoire pour distiller et synthétiser les connaissances disponibles. , dialoguer avec les États membres et être disponible pour les conseiller, et aider à faciliter les discussions pendant le HLPF. Cela contribuerait à instaurer la confiance dans la science et à renforcer l'utilisation des preuves scientifiques, comme l'a demandé le Secrétaire général des Nations Unies dans le contexte de la réponse à la pandémie de COVID-19.
  5. Les contributions fondées sur des preuves issues du Forum multipartite sur la science, la technologie et l'innovation pour les objectifs de développement durable (Forum IST) devrait mieux alimenter le HLPF.
  6. L'amélioration du HLPF vers une meilleure intégration des connaissances, la cohérence des politiques et l'ambition autour des ODD ne peut être réalisée sans un processus solide au niveau national pour soutenir la mise en œuvre, le suivi et l'examen des ODD. Les préparatifs de Examen national volontaire (VNR), leur présentation au HLPF et le suivi devraient répondre à plusieurs besoins :
    1. réfléchir aux progrès réels réalisés en s'appuyant sur des données solides et des preuves scientifiques ;
    2. partager les enseignements tirés et les bonnes pratiques qui ont un potentiel de transformation et pourraient profiter aux efforts de mise en œuvre d'autres États membres ;
    3. partager les défis et identifier les lacunes dans les connaissances, la mise en œuvre et les capacités là où un soutien est nécessaire.
  7. Le suivi des ENV pourrait être amélioré sous la forme d'investissements supplémentaires modestes qui augmenteraient considérablement l'efficacité et l'efficience du HLPF et permettraient un impact cumulatif au fil du temps. L'ECOSOC ou le HLPF pourraient exiger un rapport officiel sur les bonnes pratiques identifiées dans les VNR ou les examens des ODD, ou un document de politique complet avec des recommandations exploitables.
  8. Il devrait y avoir un meilleur alignement et une meilleure intégration des ODD avec d'autres cadres (tels que l'Accord de Paris sur le changement climatique, le Cadre de Sendai pour la réduction des risques de catastrophe). Étant donné que les progrès dans la réalisation des ODD sont largement déterminés par le niveau d'ambition et la mise en œuvre efficace de nombreux autres accords et cadres mondiaux, les processus techniques et politiques pour la préparation du HLPF jusqu'au suivi doivent être liés plus efficacement aux accords intergouvernementaux pertinents. et les processus sur les questions pertinentes pour les ODD.

Contributeurs: Marianne Beisheim (Stiftung Wissenschaft und Politik), Steven Bernstein (Université de Toronto) Felicitas Fritzsche (Stiftung Wissenschaft und Politik), Kancheepuram N. Gunalan (Fédération mondiale des organisations d'ingénieurs), Elisabeth Hege (Institut pour le développement durable et les relations internationales), William Kelly (Fédération mondiale des organisations d'ingénieurs), Anda Popovici (ISC), Anne-Sophie Stévance (ISC).

Passer au contenu